Economie

Immobilier réunionnais : Une période favorable à l'achat

Situation favorable sur le marché immobilier à la Réunion comme le précise le magazine "l'immobilier entre particuliers" compilant les sources des notaires de France. Une situation qualifiée, aujourd’hui, de "favorable aux acheteurs" après une flambée des prix jusqu'en 2008 grâce notamment à l’impulsion des dispositifs de défiscalisation.


Immobilier réunionnais : Une période favorable à l'achat

Avec l’arrêt annoncé de la défiscalisation Girardin en 2012, le stock des logements en vente reste important précise "l'immobilier entre particuliers grâce à une base de données communiquée début février par les notaires de France.

Selon le magazine, les grands perdants de l’île sont sans conteste les investisseurs métropolitains qui tentent de céder leurs acquisitions en logements outre-mer réalisé grâce l'appel d'air de la défisc'.

Des prix proches de ce qui peut se pratiquer en métropole


Mais la réalité locale reste défavorable pour eux. Les prix au m² ont chuté avec la crise économique et le pouvoir d’achat des Réunionnais est limité.

Sur le terrain, les faits sont parlants. Les biens surestimés ne trouvent pas preneurs. Seule solution pour les vendeurs, s'aligner au prix du marché, de quoi trouver preneur "en moins d’un mois si le bien bénéficie d’un bon emplacement", selon les données notariales.

Enfin, malgré un retour à la raison, les prix de l’immobilier réunionnais restent équivalents à ceux des grandes villes de métropole. En moyenne, il faut compter un budget de 2.460 euros/m² pour acheter un appartement dans l’immobilier ancien à la Réunion. Toutefois, l’île affiche de fortes disparités selon les secteurs et les quartiers.

Photographie des prix pratiqués selon les régions de l'île (source : Notaires de France) :
En moyenne les prix se situent, pour l’achat d’un appartement ancien, autour de :

• 2.290€/m² dans le secteur de Saint-Denis
• 3.210€/m² dans le secteur de Saint-Paul
• 1.940€/m² dans le secteur de Saint-Pierre

Les prix des maisons affichent eux aussi des écarts importants selon les zones. Avec une moyenne départementale de 185.700€, les prix varient en fonction des arrondissements et s’établissent à :

• 141.400€ dans le secteur de Saint Benoît
• 184.200€ dans le secteur de Saint Denis
• 276.400€ dans le secteur de Saint-Paul
• 151.900€ dans le secteur de Saint Pierre

Egalement très aléatoires, les prix des terrains à la Réunion d’une surface inférieure à 600m² se situent selon les secteurs autour de :
• 76.000€ dans le secteur de Saint Benoît
• 104.300€ dans le secteur de Saint Denis
• 164.500€ dans le secteur de Saint-Paul
• 75.300€ dans le secteur de Saint Pierre
Jeudi 3 Février 2011 - 18:20
Ludovic Grondin
Lu 3177 fois




1.Posté par macadam cowboy le 03/02/2011 19:22
la flambée des prix de l'immobilier à la réunion a été entretenue par deux " mamelles " principales , en plus de la poussée démographique : la défiscalisation et la sur-rémunération des fonctionnaires...
l'arrêt de la défisc va mettre un coup d'arrêt aux investisseurs " extérieurs " dont le seul souci était la défisc , et qui , ne connaissant pas le marché payaient n'importe quel prix et avaient ensuite les pires difficultés à trouver un locataire pour " boucler " le montage fiscal...( le nombre d'apparts neufs vides sur st Denis ! ) ce dispositif a produit un effet de " contagion " sur les prix du neuf.
l'arrêt du dispositif est salutaire pour les prix , mais il aurait fallu y substituer une défisc sur le logement social ( promesse de sarko...) ce qui aurait évité de " planter le secteur du BtP et aussi aurait permis de combler une partie du retard catastrophique que l'île connait en ce domaine...
le dispositif de sur-rèm des fonctionnaires a lui aussi largement contribué à " fabriquer " cette hausse , car
les vendeurs et les banquiers adaptaient leur offre aux revenu disponible de ces derniers , qui étant les seuls à présenter les garanties de revenu disponible ( plus un peu d'impôts à défiscaliser au passage ) et de stabilité de l'emploi ( prêts sur 20 ans ) constituaient un gros bataillon des acheteurs potentiels
parfois à n'importe quel prix , pour les nouveaux débarqués !
ce phénomène devrait s'estomper pour deux raisons : les prix ne peuvent dépasser le revenu disponible , même sur-rémunéré, et les dispositifs de sur-rémunération devraient progressivement disparaitre dans les
années qui viennent...entrainant un retour à la " normale " ou une stabilisation des prix demandés.
reste la pression démographique , et là , tout dépendra de la politique de logement social , dont on se demande si elle n'est pas aussi inexistante uniquement pour entretenir cette pression démographique sur le foncier , en bout de chaine , au seul bénéfice des gros propriétaires de terres...
défisc, sur-rémunération, pénurie de logement social qui pousse la population " un étage au dessus " en matière de logement , pénurie artificielle du foncier déclassé au " compte-gouttes...
tout ce shéma n'a conduit qu'à l'enrichissement des gros propriétaires de foncier et à la mise à l'écart de
l'accession à la propriété d'une majorité de la population , par la flambée des prix.

2.Posté par boyer le 03/02/2011 20:16
ne pas oublier la surremuneration du privé expliquée dans le dernier rapport de l'IEDOM:

la Réunion représente l’une des régions affichant les salaires les plus élevés pour les cadres (5ème rang national), les professions intermédiaires (6ème rang), et dans une moindre mesure les employés (9ème rang)- chiffres hors agents des organismes d’État, des services domestiques et des activités extraterritoriales.

3.Posté par Papapio, ni macro ni géniteur payeur le 03/02/2011 22:04
1.Posté par macadam cowboy: ... merci de le dire pour nous...
il semble que le puzzle prenne place dans l'esprit de ceux qui veulent voire clair. La liaison avec les circuits de la monoparentalité féminine entretenue artificiellement, commence a faire son chemin ...

Quand aux "si nombreux" cadres Réunionnais sur-rémunérés, cela reste hors propos quand il s'agit de faire apparaitre la disparité de traitement envers la majorité sous dotée ...
sauf a justifier de l'exceptionnelle, non plus complémentaire, contribution sociale de fonctionnaires d'État vis a vis du reste de la population. Leur rôle serait tellement plus essentiel que les autres fonctions du privé, qu'il en nécessiterait des privilèges a hauteur du vrai coup de la vie ?!...

4.Posté par Salaire le 05/02/2011 11:07
Je vous remercie pour un article plus belle. L'autre endroit où tout le monde peut obtenir ce genre d'informations dans une telle approche idéale de présentation

5.Posté par tiboug le 05/02/2011 21:11
ha ha ha

allez dire ça au jeune couple même fonctionnaire qui veulent acheter un toit, ils vous diront qu'après un F2 sur saint denis il ne reste que des rêves.

maintenant si on veut vivre dans 80 M2 cage à lapin defiscalisé pour 250 000€ libre à vous, mais à ce prix des fonctionnaires de catégorie B ou C (même en couple) n'y ont pas accès.

6.Posté par polo974 le 07/02/2011 09:06
"Des prix proches de ce qui peut se pratiquer en métropole"

Pour une réalisation à moitié (et je suis trèèèès gentil) en dessous en terme de qualité, équipement, et même respect des normes et autres règles de l'art.

7.Posté par Legendre le 07/02/2011 13:25
Merci pour cette information. J’apprécie vraiment votre travail, continuez!

http://www.legendre-patrimoine.com://

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 2 Décembre 2016 - 17:47 La Réunion monte à bord du Train des Outre-mer

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales