Société

Ils sont les premiers bûcherons diplômés de la Réunion


photo : Laurent Dard (la Dépêche)
photo : Laurent Dard (la Dépêche)
Onze jeunes réunionnais ont conclu en décembre dernier leur parcours de formation de bûcherons en métropole. En Bigorre (Sud-Ouest), et sous la neige, la petite délégation est allée passer ses évaluations dans les règles de l'art, avec en poche un diplôme reconnu sur l'ensemble du territoire, et ce malgré le caractère privé de la formation.

Grâce à ce passage sur les terres des Hautes-Pyrénées, les 11 diplômés valident leur formation de bûcherons au terme d'une première partie pratique de trois mois dans la forêt du Maïdo. Ils constituent ainsi la toute première promotion BPA (Brevet Professionnel) en "travaux agricoles" de l'île de la Réunion. Ils viennent pour la plupart d'un parcours marqué par des processus de formation et sont apprenants en contrat aidé, en insertion ou en reconversion.

"L'île ne possède pas de centre agréé pour l'évaluation de ces apprenants. C'est donc en Bigorre qu'ils viennent chercher leur diplôme", affirme Xavier Corbel, formateur bigourdan du Centre de formation, de professionnalisation et de promotion agricole (CFPPA) des Hautes-Pyrénées, cité par la Dépêche.

"Evidemment, la Réunion compte déjà des bûcherons, tempère Pierre Sigala, responsable territorial Ouest à l'ONF, mais je ne suis pas sûr que les bûcherons que l'on a chez nous ont tous obtenu leur BPA ou leur CAP, quand d'autres sont venus à la Réunion mais ont été formés ailleurs". De toute évidence, le fait d'avoir apporté à de jeunes réunionnais la possibilité de se former auprès de formateurs reconnus en métropole est une bonne chose, se félicite-t-il.

L'énorme incendie 2011 du Maïdo a sans doute créé un appel d'air. De son côté, le CFPPA de Piton Saint-Leu, qui lui est un centre de formation public dépendant du ministère de l'agriculture, se cale déjà sur ce créneau via sa formation en "travaux forestiers". "Il y a une demande. On est en contact avec l'ONF pour valoriser les compétences réunionnaises", explique le directeur du centre Armand Marie Sicard. Le milieu est donc en pleine ébullition.
Mardi 8 Janvier 2013 - 10:55
ludovic.grondin@zinfos974.com
Lu 1051 fois




1.Posté par noe2013 le 08/01/2013 13:31
Métier inutile et sans valeur pour la Réunion ...Ici , il n'y a pas de gros pieds de bois à couper et de plus je suis sûr qu'ils n'utilisent pas la hache mais la tronçonneuse (outil de fainiasses) ...Ridicule !
Ils devraient exercer au Canada ...

2.Posté par audrey le 08/01/2013 14:20
mais oui noé tu est certainement mieux que les autres!!!!!moi je fecilité ces jeunes qui veulent avancer pas comme certaines personnes comme noé qui critique derriere l'ecran!!il n'y a pas de bois a couper tu dis, si avant chaque cyclone les arbres pres des fils electriques étaient coupés il y aurait eu moins de coupures de courants!!!

3.Posté par kupidon le 08/01/2013 15:17
je fecilité ces jeunes

4.Posté par garga le 08/01/2013 15:49
T'es créole, tu vas étudier et travailler en métropole, les portes te sont bien grandes ouvertures. Encore plus quand tu rentres au péi.
T'es z'oreille, tu vas étudier et travailler à la réunion, on te renvois en métropole avec un pied au cul.

Y'a pas de racisme ici, m'avait-on dit

5.Posté par audrey le 09/01/2013 11:34
garga plein de zoreil reussissent a la reunion et il y a aussi des reunionnais pas acceptés en metropole!!!!jusqu'a aujourdh'ui j'ai jamais entendu dire qu'un zoreil ait été renvoyé de la reunion!!!!

6.Posté par seb le 10/11/2016 18:28 (depuis mobile)
Felicitation .Noé tu me montreras comment tu fais du rendement à la hache.je te prends quand tu veut.bravo les créoles.en plus dans les Pyrénées ou c est vraiment l enfer.je sais de quoi je parle.chapeau.

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales