Société

Ils se rebellent contre la formation payante du rectorat

Le FSU, le SNES et le SNUEP ne baisseront pas les bras face à "l'injustice". Les futurs professeurs de l'Académie de La Réunion doivent payer une formation à 600 euros ou ils risquent de perdre leur contrat de travail dans divers établissements scolaires de l'île et leur admissibilité à l'épreuve orale du concours.


Ils se rebellent contre la formation payante du rectorat
Le FSU, le SNES et le SNUEP soutiennent toujours les enseignants contractuels-admissibles de l'Éducation national qui exercent au sein de plusieurs établissements de l'île. "Menacés" par le rectorat, 168 de ces futurs professeurs se sont vus "obligés" de payer une formation à 600 euros, sous peine de perdre leur contrat et leur admissibilité aux épreuves orales du concours en juin 2014 (les écrits ayant déjà eu lieu). La grande majorité a payé, mais 16 d'entre eux résistent. "C'est une injustice", affirme Marie-Hélène Dor, secrétaire départementale du FSU.

Pour rappel, les élèves ayant obtenu un Master 2 (autre que le Master 2 Enseignement) ont été contraints de s'inscrire au Master 2 Enseignement pour être admissibles au concours. Sur les centaines de personnes inscrites, seulement une quinzaine a été retenue. Pour les autres, il était question de payer une formation à l'ESPE (École supérieure du professorat et de l'Éducation) à hauteur de 600 euros afin de garder leur contrats et de pouvoir passer le concours. "Ils ne gagnent que 1000 euros par mois pour six heures d'enseignements par semaine en plus de la préparation des cours, ils n'ont pas les moyens de débourser une telle somme d'argent", assure Marie-Hélène Dor.

"Une formation qui ne sert à rien"

"Ces professeurs sont arrivés au bout des attentes de l'Université, et maintenant ont leur demande de suivre une formation supplémentaire qui se base sur des cours qu'ils ont déjà eu", annonce la syndicaliste. Parmi les cours à suivre, celui de fonctionnaire d'État, déjà enseigné, et des cours de voix et de stress "inutiles", selon les élèves, et surtout gratuits pour l'école qui les propose. "Nous devons aussi rendre les documents qui nous sont fournis, après les cours", ajoutent les contractuels. En somme, malgré un Master 2 et leur épreuve écrite en poche, ils sont susceptibles, selon le rectorat, de tout perdre s'ils refusent de payer 600 euros pour une formation "redondante".

Cette obligation serait "non-conforme aux directives du ministère de l'Éducation"

"La gratuité de l'éducation va jusqu'à la formation, précise la secrétaire départementale du FSU. Faire un lien entre leur contrat et cette formation n'est pas conforme aux directives du ministère de l'Éducation. Après nos négociations mercredi dernier avec l'administration du rectorat, le recteur, l'Université et la Sufp, ce fait a bien été confirmé". Une élève rappelle également que leur contrat stipule la possibilité de "formations offertes".

Pour le FSU, "il n'y aura ni annulation de contrat ni perte d'admissibilité en cas de refus de paiement". Et les syndicalistes insistent d'autant plus car les personnes concernées ont reçu une relance de la part du rectorat, deux jours après les négociations, pour le paiement.

Le recteur et le directeur de l'ESPE ont néanmoins évoqué la possibilité de faire payer 250 euros (sur les 600 euros prévus), qui correspondent au prix de base d'un Master. La différence étant prise en charge par leur employeur, dans ce cas-ci, le rectorat.

Un dispositif qui ne durera que cette année

L'incompréhension des élèves et des syndicalistes est d'autant plus grande que cette situation de contractuels-admissibles ne durera qu'un an. "C'est une réponse à un besoin d'emploi, explique Audrey Moreau, secrétaire adjointe du SNES. Cette année a été faite dans la précipitation et dans un contexte budgétaire très difficile pour l'Université".

Ces enseignants contractuels-admissibles sont donc encouragés à résister et pour le FSU, le SNES et le SNUEP, "il est hors de question de lâcher ce dossier".
Mercredi 4 Décembre 2013 - 17:19
SH
Lu 1465 fois




1.Posté par EMER le 05/12/2013 09:12
C'est l' ère Hollande...
Continuez à voter pour lui

2.Posté par Michel Morel le 05/12/2013 12:41
Dire que c'est une injustice, pourrait laisser penser que serait juste une situation où tous paieraient.
C'est un scandale à dénoncer très fort, une mesure à combattre.

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 7 Décembre 2016 - 10:02 Cap requin: Trois requins prélevés

Mercredi 7 Décembre 2016 - 09:47 Casting: La série CUT cherche des acteurs

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales