Faits-divers

Ils escroquent 1,6 million à la Sécu: Le pharmacien et le prothésiste devant les juges

Correctionnelle Sud – Jeudi 08/10/2015


Une représentante du service "remboursements" de la Sécu est venue le dire à la barre et le chiffre laisse sur le fondement :

La Sécu doit gérer, bon an mal an, 18 millions de feuilles de remboursements de frais de médecin, de pharmaciens, de soins, d’analyses, de radios, d’opérations et tout ce qui concerne la santé… chaque année !!! Si on compte que l’île supporte grosso modo 800 000 habitants, cela fait plus de 23 feuilles de remboursement par tête de pékin.

Cela dépasse l’entendement, surtout que certains, nombreux, ne vont jamais chez un toubib. Calculez alors combien de feuilles les autres se payent chaque année.

Ordonnances truquées, surchargées, falsifiées

Rien d’étonnant alors si la tentation est forte pour certains de se faufiler dans les failles du système. Surtout, comme l’a dit cette même employée, que les contrôles sont souvent aléatoires. Sauf comme dans le cas qui nous préoccupe, où de sérieuses anomalies sont apparues et ont justifié l’ouverture d’une enquête.

Eric B., 45 ans, orthopédiste prothésiste, et Alain H., 55 ans, pharmacien au Tampon, avaient trouvé "LE" moyen de se remplir les poches au détriment de la Sécu.

Au moyen d’ordonnances truquées, falsifiées, surchargées, émises par des médecins ou des sages-femmes, après avoir réalisé des prothèses fabriquées par le premier et facturées par le second à la Sécu, les deux hommes se partageaient le bénéfice ainsi réalisé. 20% pour l’artiste de la béquille, 80% pour le vendeur de médocs. Plus tard, les pourcentages ont évolué.

Un bavard incontinent

Ils ne sont pas très clairs sur le partage des responsabilités. Ou plutôt si : "C’est pas moi, c’est lui, m’sieur ! " Comme des mouflets irascibles, les deux hommes ne cessent de s’accuser mutuellement d’avoir "eu la première idée", d’avoir "démarché médecins et autres", d’avoir "truqué les ordonnances" en ajoutant par exemple en surcharge : "Ceinture de grossesse"au lieu de "ceinture de maintien" (de la colonne par exemple). La première, on s’en doute, étant d’un prix autrement conséquent.

Il semblerait que ce soit cette surcharge, d’une écriture différente, qui ait mis la puce à l’oreille des limiers de la Sécu. Vraiment très forts, au demeurant. Car les médecins ont tous, TOUS, une écriture de cochon ! Comment les détectives sécuritaires ont-ils décelé ces différences ? Mystère… Mais chapeau !

Le cas du prothésiste est intéressant à plus d’un titre.
Frappé de faillite personnelle en métropole, il ouvre sous le nom de son épouse sa petite entreprise… qui ne connaîtra jamais la crise. Selon lui, il ne savait pas que les "tarifications à l’activité" remboursées aux hôpitaux ne pouvaient leur être remboursées aussi. Il n’était pas au courant de cette pratique, qu’il appelle plusieurs fois "la T2A". "T2A" est un langage d’initié.

Ce qui fait douter de la sincérité de ce bavard incontinent qui noie le poisson en pensant noyer la Cour, sous un flot d’explications oiseuses qui en font bailler plus d’un.
Mais, comme le dit le bâtonnier Georges-Angré Hoarau, Journal officiel en bannière, "Le pharmacien est responsable de ses sous-traitants".

520 000 euros dans un coffre

Au fur et à mesure que se déroule cette interminable audience (seule affaire au rôle du jour), on en apprend des vertes et des moins mûres.
L’orthopédiste a déclaré 189 000 euros en 2010… La pharmacie se payait de 3 à 4 millions de CA annuel… Les Hercule Poirot de la Sécu découvrent plus de 520 000 euros dans un coffre du Crédit agricole au nom de la pharmacie… Et quelque 13 400 euros en liquide chez les époux H. … Une somme qui proviendrait de "piquages" dans la caisse, environ 200 euros chaque jour pour assurer le plat de brèdes lastron quotidien… Pour expliquer ces prélèvements frauduleux, "on trafiquait sur les stocks de produits non vendus", avouent-ils candidement… "On thésaurisait pour notre retraite" (ça s’appelle une retraite par capitalisation !)…

Les écoutes téléphoniques judiciaires ont permis d’apprendre qu’il y avait aussi un compte au Luxembourg mais qui n’a plus été utilisé depuis que les petits manèges ont débuté.

"Tout mon argent n’a pas été découvert, hé ! hé !"

Des 235 pharmacies de l’île en 2007, celle du Tampon était de loin la 1è en matière de remboursements : 9 fois plus que les autres. Les prothèses représentant 60% des sommes reversées par la Sécu quand elles n’étaient que de 9% pour les autres.

Ceintures médicales diverses, prothèses, cannes "anglaises", facturations multiples pour un même patient, facturations complémentaires systématiques, surcharges d’ordonnances, rajout systématique  de petits appareillages non prescrits…

Ils ont beau s’accuser mutuellement d’être "le cerveau" de l’affaire, les témoignages des sages-femmes, par exemple, les enfoncent irrémédiablement.
Une des écoutes téléphoniques permet d’entendre le prothésiste se réjouir : "Contrairement à lui (NDLR : le pharmacien), moi, tout mon argent n’a pas été découvert sur mes comptes".
Mais une autre écoute dit : "Je payais trois fois plus d’impôts que lui !"

Qui va casquer ?

En début d’audience, Mes Hoarau et Albon ont plaidé la nullité du renvoi au motif que l’instruction aurait été menée à charge, sans prise en compte des éléments versés par leur client, le prothésiste. L’affaire a été jointe au fond et la Sécu et la Mutualité ont réclamé le remboursement des sommes dues, plus de 1,6 millions d’euros.

Le pharmacien et son épouse, accusée de recel, vivent de leurs économies depuis deux ans qu’ils ont revendu leur pharmacie. Ils peuvent.
L’orthopédiste prothésiste, "vit de peu" depuis deux ans et envisage une reprise d’activité. Si la Cour l’y autorise.

Les réquisitions ont été sévères mais modulées en fonction des responsabilités estimées des protagonistes de cette arnaque juteuse qui aurait pu le rester longtemps. Le jugement sera rendu à une date ultérieure.
Vendredi 9 Octobre 2015 - 10:27
Jules Bénard
Lu 3446 fois




1.Posté par oui le 09/10/2015 11:34
Aucune pitié a avoir pour ces escrocs !!

2.Posté par la honte le 09/10/2015 13:15 (depuis mobile)
Qu on leur donne pas plus que le smic..quid des confreres? Faut il fonctionnariser ces metiers de la santé..et les infirmiers liberaux qui roulent en voiture à plus de 60000euros????

3.Posté par Magouya974 le 09/10/2015 13:45
Dû a quoi, au Tiers Payant generalisé et a la deresponsabilisation de la population concernant le cout des soins et du materiel Medical
Lorsque jai mal a la tete je vais chez le pharmacien acheter une boite de dolyprane a deux euros. Je ne passe pas par la case medecin puis pharmacien.

4.Posté par Toto le 09/10/2015 14:52
Le trou de la sécu est généré à 60% par ces abus, qui pour la plupart passent comme une lettre a la poste...

5.Posté par whomval le 09/10/2015 15:06 (depuis mobile)
Et pourquoi un infirmier ne peut pas rouler en voiture a 60000? Si il fait son métier bien et de manière honnête? Rale plutot contre les mutualistes, les.taubira et politiques... je rêve des q tu travailles dans le milieu médical il faut etre pauvre

6.Posté par PECPEC le 09/10/2015 17:26
Post 2.
C'est pitoyable ce que vous dites. Je ne suis pas infirmier, soyons clair.
Se lever à 5 ou 6 heures tous les matins rentrer à 21 heures tous les soirs,sans avoir le temps d'aller pisser.....C'est ça aussi infirmier libéral.......Alors sont argent il ou elle le met ou il veut, de toute façon il n'a pas le temps de le dépenser pendant la semaine.
Vous iriez vous "torcher" des c..ls de vieillards pour 8 euros, vous iriez travailler au rabais comme il le font à longueur de journée ? (premier soin payé, le second à 50 % et la suite gratos)
Alors respectez la majorité des personnels de santé, soyez reconnaissant, je vous souhaite de ne pas avoir trop souvent besoin d'eux. Cela voudra dire que vous êtes en bonne santé et je vous le souhaite.
Quelques brebis galeuses c'est déjà trop. Que ces gens là soient lourdement condamné sera un bonne chose.

7.Posté par Bande d'escrocs! le 10/10/2015 08:48
Article au ton savoureux, mordant, ironique: Jules Bénard était très inspiré ou révolté contre ces fraudeurs. Ca se sent.

J'ai apprécié certaines expressions, genre "LE" moyen, "artiste de la béquille", "vendeur de médocs", "la petite entreprise qui ne connaît pas la crise". Tout à l'avenant. Excellent. Mdr

Je me pose deux questions quand même.

La: "petite entreprise qui ne connaît pas la crise" durait depuis combien de temps? Les "Hercule Poirot de la sécurité sociale" sont-ils si rapides et si "fins limiers" que çà: la fraude n'était-elle pas ancienne et grossière?

Surtout, va-t-on récupérer les 1,6 millions d'euros sur ces lascars qui n'ont presque plus d'argent actuellement (hormis les 520 000 euros dans un coffre du crédit agricole : saisis? -, ou leurs économies?)?

Il sera intéressant de connaître la décision qui sera rendue et la sanction (prison sans passer par la case départ et sans toucher 20 000 francs ou 3 000 euros?)

8.Posté par Maroner le 10/10/2015 12:38
Jules Benard, je suis fan,
J'espère que il y a aura une suite à l'article.
Comme le post 7, espérons que ces escrocs vont "manger la poussière".

9.Posté par exusez je viens pour ...... mon grain de sel le 10/10/2015 15:21
Jules , Mon cher ami Jules BENARD , ta plume est si avide d'infos que les quelques lignes écrites ne sont que délectations , un Clip vidéo monté de mots qui ne sont aussi des images !! tu es un narrateur hors paire :: continue , nous avons besoin de ces clips de compte rendu judiciaire ! bon weekend à toi et je te fournis du gros sel à la petite délectation liquide que tu aimes tant, et qui te permets de nous faire aimer la lecture de tes comptines , nous avons été d'un certain combat , eu UN même ami , parti mais si bon ;; allez une pensée à Roland ; et Bises mon frère

10.Posté par Mireille POLLUX le 10/10/2015 16:00
Ce sont tous des escrocs qui choisissent de s'installer dans les écarts en espérant qu'ils ne seront jamais contrôlés, afin d'abuser du fisc. De plus, ils n'embauchent pas. Que la justice les condamne sévèrement!!!!!

11.Posté par Jules Bénard le 11/10/2015 08:42
à postés 7, 8 et 9 :
- ne vous en faites pas, je ne manquerai pas de vous communiquer les décisions de justice dès qu'elles seront prononcées en audience publique.
- merci d'apprécier mes comptes-rendus ; j'écris par plaisir, pour me faire plaisir mais aussi, et surtout, procurer du plaisir à ceux qui me font l'honneur de me lire.
Souhaitions que nous fassions route encore longtemps ensemble.

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales