Social

“Il y a menace sur le réseau d’aide spécialisée aux enfants en difficulté”

Entre cent cinquante et deux cents professeurs d’école spécialisés ou non, ont manifesté contre le projet de loi qui supprimerait à terme le Rased, Réseau d’aide spécialisée aux enfants en difficulté. La disparition de ce dispositif laisserait 15.000 scolaires sans aide spécifique.


Xavier Darcos, ministre de l’Education nationale “a annoncé aux inspecteurs d’académie que le Rased, le Réseau d’aide spécialisée aux enfants en difficulté, n’existera plus sous sa forme actuelle”.
“Et que les maîtres E et G seront sédentarisés dans les écoles, mais on ne sait pas sous quelle forme. Seuls le statut des psychologues sera maintenu en l’état”, précise Christine Arnaud, maîtresse E.
“Le projet prévoit de remettre 30 % chaque année et pendant trois ans, des enseignants spécialisés dans le circuit ordinaire de l’Education nationale”. Selon Lilian Patri, maître G, 15.000 élèves bénéficient aujourd’hui de ce dispositif.
“Si le Rased venait à disparaître, les enfants en difficulté n’auront plus de réponse adaptée à leurs besoins. Le gouvernement veut faire croire que les deux heures de soutien du soir, permettraient de pallier à cette suppression”, explique Véronique Volk, présidente de l’association des maîtres E.
“Mais si ce soutien scolaire peut aider des enfants avec des petits retards d’apprentissage, il ne peut pas le faire pour ceux qui ont de réels troubles”.

Mercredi 5 Novembre 2008 - 07:34
Jismy Ramoudou
Lu 1040 fois




1.Posté par Bill Vesée le 05/11/2008 08:29
Mon pamphlet sur la grève était un peu sévère pour le RASED, mais quand j'entends grève des profs cela m'hérisse le poil, moi ancien prof.

Par contre, il va falloir se pencher sur la ou les solutions de remplacement que va proposer le gouvernement, il serait surprenant qu'il laisse des jeunes délibérément sur le bord de la route. Attendons les propositions.

Effectivement le statut des enseignants Rased risquent d'être modifiés. Cela va-t-il remettre des acquis? Si oui, lesquels?

2.Posté par bertel le 05/11/2008 08:37
Pour réagir :

[http://www.sauvonslesrased.org/index.php?petition=4]

3.Posté par Bill Vesée le 05/11/2008 09:50
Bertel, je suis allé sur lien que vous avez mis et je n'ai rien appris, sinon signer une pétition, ce que je n'ai pas fait.

Il y a une quinzaine d'années, mon groupe de travail au ministère de l'EN avait proposé de créer des modules d'enseignement à entrées multicognitives sur internet avec tutorat pour lutter contre les difficultés des élèves, à tous les niveaux et dans toutes les matières (y compris universitaire).

Le barrage n'a pas été le gouvernement (qui était socialiste à cette époque) mais les syndicats, croyez-moi, il y avait de quoi être écoeurés car ils étaient suivis par les enseignants qui craignaient qu'on les remettent en cause ou qu'ils allaient perdre des prérogatives.

Je réagis, car je sais qu'il y a des solutions mais qu'il y a de formidables inerties.

4.Posté par bertel le 05/11/2008 09:54
Il n'y a pas de solution "de remplacement", Bill. Nous sommes dans une logique comptable. Au niveau national 3000 postes seront ainsi "récupérés".... donc 3000 postes en moins au concours de recrutement.

Non seulement on lèsera les élèves en difficulté mais en plus, c'est complètement illogique, pour ne pas dire autre chose.... Dire que remplacer un dispositif d'aide conduit, dans le temps scolaire obligatoire par des personnels spécialisés par deux heures d'aide facultatives ( les parents peuvent refuser ) en prolongeant la journée déjà chargée de l'élève ne peut convaincre que ceux qui se laissent abuser par des effets d'annonce et n'ont jamais vu un élève en difficulté de près !

Ces maîtres spécialisés ont fait leurs preuves sur le terrain : certaines difficultés scolaires trouvent leur origines dans un vécu souvent perturbé et seuls les maîtres - formés, spécialisés - peuvent traiter ces problèmes, souvent en relation duelle ou en nombre très limité, en amont et/ou en parallèle du travail du maître "lambda" formé plus traditionnellement à la pédagogie.

5.Posté par denis le 05/11/2008 10:21
Les solutions pour les élèves en difficulté ne sont pas miracles, Bill, et mon cher baron Bertel : il faut engager des "super-nanny" pour les écoles, et des "grands frères" pour les collèges et lycées.
Il y a aussi la "psy-boxe" qui me plait assez (reportage sur la 6, récemment ).
Voila, monsieur le ministre, monsieur le recteur, vous qui ne me lisez pas, ce que je vous propose.

6.Posté par boyer le 05/11/2008 10:42
"il serait surprenant qu'il laisse des jeunes délibérément sur le bord de la route. Attendons les propositions. "

bill as-tu décidé de faire le concours du plus gnangnan avec Denis?

7.Posté par Bill Vesée le 05/11/2008 11:48
denis, vous ne croyez pas si bien dire car le tutorat avec les modules multicognitifs était envisagé avec des "super-nannies" etc.

boyer, on voit que vous êtes dans la longue lignée des revendications négatives, celles qui ne font pas avancer les choses, celle de ceux qui ne savent que se plaindre .

bertel c'était une solution "économique et alternative" que nous proposions, elle a pris 15 ans de retard car on commence à se pencher sur cette solution. Il y a même une doctorante qui fait un mémoire la-dessus à la Réunion, mais cela n'ira probablement pas loin, car elle SAIT. C'est l'une des grandes maladies des profs : ils naissent pédagogues et chercheurs comme ils aiment se l'entendredire.

bof! pour ce que j'en dis, j'attends, les "boulets rouges boyéristes sans tarder.

Chez les anglo-saxons, les profs restent à disposition, dans l'établissement scolaire en dehors des heures de cours, pour aider leurs élèves, ce n'est pas la panacée, mais c'est un pas.

8.Posté par Bill Vesée le 05/11/2008 12:47
J'aimerais ajouter une chose, les outils pour faire avancer les choses existent dans l'EN. Le CNED, le FIED, etc. ont les outils; mais leur mise à disposition se heurte aux corporatismes et aux privilèges liès, j'insiste sur le mot privilège (les licences mixtes par exemple),

Le seul organisme qui s'inspire des travaux et du cahier des charges (entérré) et qui étaient destinés aux enseignants RASED, est le CNAM à ma connaissance, et je suis cela de près.

Ralez, vous aurez l'impression d'exister. C'est sévère, mais je trouve que l'inertie est du aux barrières incessantes aux innovations

9.Posté par Coo2gle le 05/11/2008 13:08
Après les RASED, prochaine cible du Gouvernement, la suppression des SEGPA !

10.Posté par denis le 05/11/2008 14:02
Boyer, quels sont tes arguments, et je ne parle pas de gnan-gnan, ce n'est pas constructif ! Ca ne m'étonnerait pas que tu sois enseignant, toi !

Alors Bill, pourquoi donc a-t-on arreté les super nannys? A cause des profs qui se plaignaient, je parie...Alors que super nanny soit une option "prof de citoyenneté",...il y a bien "instruction ou éducation civique" qui n'est pas du tout mise en application !!

11.Posté par Bill Vesée le 05/11/2008 15:36
Pan dans le 1000, denis, c'est exactement cela.

12.Posté par Bill Vesée le 05/11/2008 15:39
Coo2gle, malheureusement peut-être, à moins que l'on envisage une fusion des SEGPA avec les RASED, c'est-à-dire avec des moyens communs, je n'ai pas d'info, là-dessus.

13.Posté par Lassy Laos le 05/11/2008 16:17
Dès que les enseignants manifestent, il y a des aigris qui les fustigent parce qu'ils ont besoin de boucs émissaires pour justifier leur médiocrité. Les instits ont manifesté contre la suppression d'un système qui se donnait comme objectif d'aider les élèves en difficulté. Ils n'ont pas manifesté pour eux-mêmes pas pour obtenir des avantages...Ils retrouveront des classes "normales" d'autres conditions de boulot, moins difficiles, et ils feront ce que Darcos et le patronat souhaitent, laisser les jeunes des couches sociales défavorisées avec leurs difficultés. Ils alimenteront la main d'oeuvre bon marché.
Le gouvernement a décidé de supprimer 12500 postes dans l'éducation nationale. Il s'attaque d'abord aux plus faibles, pas aux grandes écoles dont doit être sorti Bill Vesée !

14.Posté par Bill Vesée le 05/11/2008 17:35
Lassy Laos, vous croyez vraiment à la théorie du complot : "Darcos et le patronat souhaitent, laisser les jeunes des couches sociales défavorisées avec leurs difficultés. Ils alimenteront la main d'oeuvre bon marché". Je ne vous suivrais pas sur cette voie là.

La moindre tentative de réorganisation, c'est-à-dire de remise en cause d'un système qui ne donne pas entière satisfaction, est systèmatiquement paralysée par des opposants à toutes réformes, surtout qu'ils considérent représenter 100% de leurs collègues, ce qui est loin d'être le cas, car il y a des enseignants qui pour sont pour des réformes structurelles, vous devriez prendre aussi cela en compte.

Réfléchir sur des moyens destiner à satisfaire les besoins des uns et des autres, me semble constructif, cela n'a rien à voir avec les grandes écoles et les universités.

Il y a beaucoup à dire sur les supports fournis aux étudiants par les grandes écoles et les universités, mais c'est un autre débat.

15.Posté par boyer le 05/11/2008 18:07
http://www.france-info.com/spip.php?article198941&theme=9&sous_theme=43

FRANCE INFO a fait un dossier documenté sur les rased

16.Posté par bertel le 05/11/2008 19:46
14. Posté par Bill Vesée le 05/11/2008 17:35
Lassy Laos, vous croyez vraiment à la théorie du complot : "Darcos et le patronat souhaitent, laisser les jeunes des couches sociales défavorisées avec leurs difficultés. Ils alimenteront la main d'oeuvre bon marché". Je ne vous suivrais pas sur cette voie là. ... dit Bill

Réveillez-vous Bill !!!! Mais il en est qui aiment être bercés d'illusions....

La moindre tentative de réorganisation, c'est-à-dire de remise en cause d'un système qui ne donne pas entière satisfaction..., ... dit Bill

Savez-vous que depuis de nombreuses années, dizaines d'années, l'école n'a jamais fonctionné comme c'était écrit dans les textes .... ... non pas parce que les enseignants étaient incompétents mais parce que l'intendance n'a jamais suivi, surtout dans le premier degré !

... est systèmatiquement paralysée par des opposants à toutes réformes, surtout qu'ils considérent représenter 100% de leurs collègues, .... .... dit Bill

Certainement pas 100% mais nous sommes dans une société de communication où il serait illusoire de croire qu'il suffit de compter ceux qui défilent pour avoir le nombre de ceux qui sont mécontents, élèves, parents et enseignants confondus.

ce qui est loin d'être le cas, car il y a des enseignants qui pour sont pour des réformes structurelles, vous devriez prendre aussi cela en compte. ... dit Bill

Qu'ils écrivent ici et nous disent comment ils vont gérer le problème, sans les membres du RASED, pour la réussite de tous leurs élèves !

17.Posté par bertel le 05/11/2008 19:53
5. Posté par denis le 05/11/2008 10:21
Les solutions pour les élèves en difficulté ne sont pas miracles, Bill, et mon cher baron Bertel : il faut engager des "super-nanny" pour les écoles, et des "grands frères" pour les collèges et lycées.
Il y a aussi la "psy-boxe" qui me plait assez (reportage sur la 6, récemment ).
Voila, monsieur le ministre, monsieur le recteur, vous qui ne me lisez pas, ce que je vous propose.


Oté ! Denis la malice...

Les solutions pour les élèves en difficulté n'ont jamais fait miracle, je vous le concède sinon cela se saurait. Les enlever, par contre, ces solutions, est signe d'une catastrophe sans précédent dans le milieu scolaire, d'un enterrement de première classe pour notre système éducatif public.

18.Posté par Anonyme le 05/11/2008 20:47
bertel, j'attendais plus une réaction sur : "Réfléchir sur des moyens destinés à satisfaire les besoins des uns et des autres, cela me semble plus constructif et n'a rien à voir avec les grandes écoles et les universités."

Comme vous, je déplore certaines mesures concernant les RASED et les SEGPA, alors essayons de proposer une solution alternative en tenant compte des impératifs budgétaires, on a laissé une situation se dégrader pour ne réagir que par l'opposition à des dispositions discutables, C'était un sujet qui est depuis tellement longtemps controversé au ministère.

19.Posté par Anonyme le 05/11/2008 21:05
Suite. Je crains que nous n'entrions dans des discours fumeux où chacun défend sa chapelle, le pragmatisme serait nécessaire..

Les outils adaptés (qui n'existent pas vraiment) + des tuteurs formés pourraient apporter un début de solution.

20.Posté par denis le 05/11/2008 21:05
Mon cher Bertel, vous savez comme moi que les profs ne sont pas formés POUR LA DIVULGATION DES CONTENUS (la pédagogie), (1) mais ne sont formés que pour absorber eux meme les contenus, leurs sacro-saints programmes.
Mr Darcos, un petit effort sur la matiere pédagogique, mille millions de tonnerre de Brest !

(1) sauf un peu en EPS.

21.Posté par bertel le 06/11/2008 20:05
18. Posté par Anonyme le 05/11/2008 20:47

Il faut arrêter de délirer sur ce qui pourrait être fait !


"Réfléchir sur des moyens destinés à satisfaire les besoins des uns et des autres"
... dites-vous !

Cette réflexion a été conduite depuis longtemps par des gens responsables. Ils ont pris en compte les différences des élèves scolarisés, la nécessité de faire que tous puissent aller le plus loin possible dans ce qui leur était possible. Ces gens responsables ont créé, entre autres, les RASED.

Plus tard, d'autres gens responsables, pour qui l' Education Publique était une priorité, ont "inventé" les emplois-jeunes et autres assistants d' éducation.

Tout ce qui pouvait être fait a été fait et cela avait forcément un coût ! C'était celui de la formation et de l' Education de ceux qui sont amenés à nous remplacer, du plus bas au plus haut de l'échelle sociale, chacun dignement à sa place.

Depuis, des marchands ont été élus et ont transformé notre Ecole Républicaine en un commerce à rentabilité immédiate. C'est pour dire non à cela que des enseignants comme ceux du RASED luttent encore aujourd'hui, avec l'énergie du désespoir.

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales