Justice

Il la viole, les voilà heureux ensemble aujourd’hui

Vendredi 13 Octobre 2017 - 17:00

Un homme comparaissait pour agression sexuelle ce vendredi devant le tribunal correctionnel de Champ Fleuri. Une agression sexuelle qui s'était produite sur sa femme.


23 ans de relation, trois enfants, une vie conjugale on ne peut plus normale et un conjoint aimant. Mais un jour, il la viole. Le voilà ce vendredi devant le tribunal correctionnel de Champ Fleuri pour agression sexuelle.
 
Cet homme de 52 ans est éperdument amoureux de sa femme. Il a aussi une fragilité narcissique et est dépendant, timide, introverti et immature. C’est ce que révèle l’expertise psychologique. Il n’a jamais connu d’autre femme qu’elle. Une première rupture en 2012, puis une autre en 2015, qu’il ne supportera pas.
 
Il l’attend donc dans sa voiture devant son domicile un matin en février 2015. Son ex-conjointe – une ex depuis quelques semaines seulement – doit prendre le bus pour se rendre au travail. Il lui demande de monter dans la voiture pour discuter. Elle préfère remettre la conversation au soir même. Il insiste, sort de la voiture, lui vole son téléphone et lui demande à nouveau de monter dans le véhicule si elle veut le récupérer. Elle s’exécute. Il roule vite ; si vite qu’elle a "peur qu’il jette le véhicule dans le vide". Mais il se gare dans un chemin à l’écart de la route.
 
"J’ai lâché mon corps, fermé les yeux et pensé à mes enfants"
 
Et là il veut un rapport sexuel. Elle dit non, plusieurs fois, lui, appuie contre sa poitrine et enlève son pantalon. Il lui aurait dit : "Tu lui donnes, alors tu dois me donner aussi". Après l’avoir supplié d’arrêter, elle se résigne et se laisse faire, "pour moins souffrir". "J’ai lâché mon corps, fermé les yeux et pensé à mes enfants", racontait-elle en garde à vue.
 
Mais la voilà dans la salle d’audience, refusant de se porter partie civile car elle ne veut pas qu’il aille en prison. Depuis les faits, ils se sont remis ensemble et ont même eu un quatrième enfant. Elle a pourtant déposé plainte, en larmes, au commissariat juste après les faits.
 
Mais aujourd’hui, "elle comprend son geste", assure l’avocat du prévenu, Me Julien Barraco. "Vous devez le prendre en considération, affirme-t-il en s’adressant au tribunal, il faut replacer les choses dans son contexte. Ils vont repartir ensemble avec leurs enfants, mais monsieur sera en prison. (...) Il reconnaît les faits a minima à auteur de ses capacités, car il a été prouvé qu'il est immature. Est-ce que la justice peut le pousser à faire mieux?".
 
Car la procureure a demandé quatre ans de prison dont deux avec sursis assortis de soins psychologiques.
 
Pour lui, "un viol c’est pas ça". C’est plutôt de la violence, des habits déchirés. La procureure lui demande donc : "Vous qualifiez ça de quoi ? De beau, de nul ?"
"De nul, répond-il.
- Et c’est interdit ?
- Oui
- Et ça s’appelle comment ?"


Après un long silence il répond : "Un peu forcé". Il est évident qu'il ne s'agit pas d'un pervers ni un déviant sexuel. Lorsque le président du tribunal évoque la considération de sa femme comme un "objet". Le prévenu tient à préciser : "Elle n’a jamais été un objet pour moi".

Le prévenu, au casier judiciaire vierge et qui "ne présente aucun risque de récidive ni dangerosité", rappelle son avocat, a donc été condamné à suivre quatre ans de soins psychologiques.
SH
Lu 22349 fois



1.Posté par cmoinn le 13/10/2017 17:18

Pas de viol,pas de condamnation.

2.Posté par André Glaourf le 13/10/2017 18:25

un titre raccoleur et scandaleux !quel message osez vous donner aux simples d esprit qui ne lisent que le titre!

3.Posté par Isis le 13/10/2017 19:20

@ 2 Tout à fait d'accord avec vous.

4.Posté par ti kreol mange manioc et boit son rhum le 13/10/2017 22:24

"Il a aussi une fragilité narcissique et est dépendant, timide, introverti et immature. C’est ce que révèle l’expertise psychologique."

MDR les experts à deux balles. Les mêmes qui pendant le procès Outreau avait décrit toutes les personnes de la même manière alors qu'elle n avait commis aucun crime.

Juste comique les experts psychologique.

5.Posté par c'est grave le 13/10/2017 23:10

Ils sont malades tous les deux. Des soins psychiatriques pour les deux! Ce sont des femmes comme celle-là qui discréditent toutes les autres! Quand on est violé, on ne recourt pas chez l'agresseur, à moins d'être zing-zing

6.Posté par Moi président le 14/10/2017 00:27

"On ira
Où tu voudras, quand tu voudras
Et l'on s'aimera encore
Lorsque l'amour sera mort"

L'été indien (Vito Pallavicini, Graham Stuart Johnson, Salvatore Cutugno, Pasquale Losito)

7.Posté par margouillat974 le 14/10/2017 02:39

C'est seulement un pervers narcissique qui manipule une femme avec peu de repaire, c'est monnaie courante de nos jours. Le plus triste, c'est que demain, on verra à la une des journaux ; Mr x ( ou me x) a tué son compagnon pour on ne sait quelle raison.Parce que ce genre de de situation n'a d'issue que le drame.

8.Posté par pipo le 14/10/2017 03:03

il y a la derrière une vrais histoire d'amour avec des larmes des rires et des enfants!
et effectivement un péage de plomb de l'un comme de l'autre mais de la a se retrouver devant un juge encore une fois je pige pas tout....
le titre de votre article est aussi bidon que les deux ans de prison de la procureure!

9.Posté par pfffffffff le 14/10/2017 07:10

il y en a qui cherche des coups....aujourd'hui c'est çà et demain????? une marche blanche???

10.Posté par Fidol Castre le 14/10/2017 08:36

4.Posté par ti kreol mange manioc et boit son rhum le 13/10/2017 22:24

...
MDR les experts à deux balles. Les mêmes qui pendant le procès Outreau avait décrit toutes les personnes de la même manière alors qu'elle n avait commis aucun crime.
...


A Outreau, 12 enfants ont été reconnus victimes. Mais personne n'a été reconnu coupable. Nuance.

D'ailleurs, parmi les blancs moutons, certains n'arrêtent pas de fréquenter les tribunaux pour toutes sortes d'infractions à caractère sexuel.

Et maintenant, depuis Outreau, les pédocriminels peuvent dormir tranquilles. La dernière affaire qui défraye la chronique est celle d'une enfant de 11 ans, violée par un mec de 28 ans, mais qui a été reconnue "consentante" par les magistrats. Même l'immonde revue Marianne (celle qui justifiait le comportement de DSK par la tradition du "troussage de bonne") a été choquée par l'affaire. C'est dire comment la ripoublique pédocriminelle avance ses pions petit à petit.

11.Posté par Sandy Dove le 14/10/2017 09:15 (depuis mobile)

Éducation à refaire chez l''homme comme chez la femme, ESTIME DE SOI, RESPECT DE SOI ET DE L''AUTRE.. ça vous parle ?
DÉFINITION DE L''AMOUR à revoir, je t''aime cela enveloppe le respect !!! Est ce un geste de RESPECT madame, monsieur ???

12.Posté par Marie A. le 14/10/2017 18:18

Ce sont des affaires de couple, entre eux. Qu'ils lavent leur linge sale en famille !!

Il faudrait davantage s'occuper des pervers narcissiques ou des femmes REELLEMENT violées par leur conjoint à tout bout de champ.

13.Posté par colibri le 15/10/2017 20:22

aussi tarrés l un que l autre ppffffff

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >