Santé

"Il faut que le consommateur soit mieux informé de la présence de pesticides"

Concilier alimentation rapide et prévention de maladies liées à cette même alimentation, voilà ce qui a guidé les recherches de Mariette Gerber, docteur en médecine de la Faculté de médecine de Toulouse et docteur en sciences de l'Université de Montpellier. La chercheuse fait partie des intervenants aux 5ème rencontres "Qualitropic" qui se sont tenues hier à Sainte-Marie.


"Il faut que le consommateur soit mieux informé de la présence de pesticides"

Dans nos sociétés occidentales, il est de plus en plus difficile de prendre le temps de vérifier les composants qui constituent nos plats favoris ou nos produits habituels du supermarché ou du marché forain. Hier, se tenaient les 5ème rencontres "Qualitropic" sur le site du Village Bienvenue de Sainte-Marie. L'association "Qualitropic" devenue pôle de compétitivité en 2005, dont le but est de fédérer le monde de la production locale et de la recherche autour de la question alimentaire à la Réunion, a axé son édition 2010 sur le thème de la santé alimentaire.

Parmi les invités à cette réunion de "qualité", une spécialiste de la recherche alimentaire, le docteur en médecine et chercheur à l'INSERM (Institut national de la santé et de la recherche médicale) Mariette Gerber.

La combinaison des différents pesticides comme point d'interrogation


La chercheuse évoque la situation : "5 à 6 % des aliments que nous mangeons possèdent un taux de résidus chimiques au-delà du seuil toléré". Si ce chiffre peut paraître minime, les inquiétudes du monde scientifique se focalisent sur la combinaison des différents pesticides qui, cumulés par exemple sur un même fruit ou légume, peuvent faire dépasser le seuil autorisé.

Réagissant à l'actualité, Mariette Gerber confirme que l'alimentation de type occidental favorise l'avancement de l'âge de la puberté. "Les risques sur les organes génitaux, les perturbations endocriniennes sont malheureusement connus", rappelle-t-elle.

Les bien-faits de l'alimentation méditerranéenne ne sont pas un mythe


Devant ce tableau préoccupant, la scientifique qu'elle est rappelle tout de même que devant les phrases toutes faites comme "l'alimentation d'aujourd'hui favorise les cancers", elle tient à rappeler que les décès par cancers diminuent mais que les incidences du cancer, elles, augmentent effectivement. Autrement dit, le cancer est de mieux en mieux guérit même s'il touche plus d'individus.

Dans ce cas, comment tenter de se donner toutes les chances d'avoir une alimentation la plus saine possible ? Pour Mariette Gerber, l'alimentation méditerranéenne semble être le bon exemple d'une alimentation équilibrée. "Ce n'est pas qu'un mythe", en sourit-elle. "C'est clairement une alimentation qui fait baisser les risques de maladies chroniques dégénératives comme la dégénérescence oculaire par exemple. Une alimentation qui ralentirait aussi le rythme du vieillissement", selon les études menées.

Un début de prise en compte grâce à Reach

Si la fin des traitements aux pesticides n'est pas pour maintenant, Mariette Gerber milite assurément pour un meilleur étiquetage nutritionnel des produits vendus : "on ne choisit plus son produit. Il faut que le consommateur soit mieux informé". Un premier pas a été fait selon elle grâce au cadre réglementaire que constitue le projet Reach* de l'Union Européenne.

Règlement européen qui tente d'établir, pour faire court, la liste des pesticides utilisés dans le traitement des fruits et des légumes. A ce titre, Mariette Gerber nous avance que les fraises et les poivrons sont sans doute en tête des produits les plus dévoreurs de pesticides.

----------
* L'objectif de Reach (acronyme, en anglais, d'"enregistrement, évaluation et autorisation des substances chimiques") est d'instaurer, sur 11 ans, une base d'enregistrement de 30.000 substances chimiques fabriquées ou importées dans l'Union européenne et diffusées à hauteur d'au moins une tonne par an. Aussi, le système Reach se donne pour objectif de renforcer les connaissances sur les substances chimiques et de permettre ainsi une meilleure gestion des risques liés à leur production et leur utilisation.

Mariette Gerber, Santé et alimentation méditerranéenne au quotidien, Edisud, 2004.
Vendredi 3 Décembre 2010 - 14:59
Ludovic Grondin
Lu 1540 fois




1.Posté par Ded le 03/12/2010 21:04
Ne serait-ce pas encore mieux si on n'avait plus besoin d'être informé tout simplement parce que ( rêvons!!) les industriels de la chimie et de l'agriculture auraient décidé d'arrêter de nous empoisonner en connaissance de cause comme ils le font depuis 30 ans

2.Posté par le zoreille le 04/12/2010 08:01
ces chercheurs,comme les écolos,sont pleins de bonnes idées mais dans la pratique il n'y a rien de changé.C'est comme manger 5 fruits ou légumes par jour,çà concerne qui?Tous ces braves gens ont perdu le sens de la réalité,allez dire aux familles qui ont entre500 et 1000 euros par mois de manger bio,de payer leur factures etc...elles vont vous dire le reste.Quand aux fabricants de poisons,ils se moquent bien de notre santé comme ceux qui fabriquaient l'amiante en toutes connaissance de causes.

3.Posté par citoyen le 04/12/2010 08:10
1.Posté par Ded le 03/12/2010 21:04

Hélas, monde idéal.

On en est bien loin:

"Si la fin des traitements aux pesticides n'est pas pour maintenant, Mariette Gerber milite assurément pour un meilleur étiquetage nutritionnel des produits vendus : "on ne choisit plus son produit. Il faut que le consommateur soit mieux informé". Un premier pas a été fait selon elle grâce au cadre réglementaire que constitue le projet Reach* de l'Union Européenne. "

=> Donc sur la question des pesticides, c'est peanuts, pour l'instant!


En fait, la politique de santé actuelle n'est-elle pas pure hypocrisie ménageant les puissants intérêts nationaux industriels et agricoles?

Car le gouvernement prône 5 fruits et légumes / jour (http://www.sante-sports.gouv.fr/bien-manger-et-bien-bouger-c-est-possible-au-quotidien,202.html. D'accord, mais :

=> Cela signifie 5 doses de pesticides et autres insecticides, engrais.... de plus / jour? (à la Réunion, c'est peut-être ou probablement encore plus?)

=> Et donc 5 fois plus (ici > 5) de risque de cancer(s)?

Quelqu'un peut-il m'expliquer comment surmonter cette contradiction ou ce risque ?

4.Posté par citoyen le 04/12/2010 10:16
2.Posté par le zoreille le 04/12/2010 08:01

Je ne suis pas d'accord pour caricaturer en disant que cela ne concerne que les "riches", les gens aisés, les écolos, etc... et réduire cette question de bioconsommation à un unique problème de revenus mensuels car il y a d'autres aspects à considérer du point de vue de chaque personne. Car c'est aussi une question d'information, de choix de vie et d'alimentation et de responsabilité de tous, toutes.

D'ailleurs, combien de familles ont un bout de terrain sur lequel elles peuvent ou pourraient faire pousser quelques légumes, quand ce ne sont pas quelques pieds de mangues, ....? Ou leur famille? Et je rappelle que les légumes incluent aussi les légumes secs.

Même si je suis bien d'accord que pour un certain nombre de familles les fins de mois sont dures. Et que pour elles, suivre ce type de conseil est certainement difficile. Mais il ne faut pas simplifier, mettre tout le monde dans le même panier et faire croire que rien n'est possible.

Aussi, il faudrait arrêter ce sempiternel discours simpliste déresponsabilisant qui réduit tout à une question de revenus et renvoie le débat sur "les autres", la société....

Chacun(e) doit assumer ses choix et prendre aussi ses responsabilités (s'informer, mieux choisir, consommer plus intelligent et certainement moins, ...).

Quand on veut, on trouve ou finit par trouver des solutions. Mais quand on ne veut pas ou qu'on s'en fiche, c'est plus simple d'invoquer les maux de la société.

5.Posté par anti-social le 04/12/2010 12:14
mais on s'en fout ! tu bouffes tu bouffes pas....tu crèves quand même ! alors ?
faut aussi arrêter de respirer , non ?

6.Posté par citoyen le 05/12/2010 08:28
5.Posté par anti-social le 04/12/2010 12:14

Pour ne rien dire, on peut aussi la boucler et ne rien poster, c'est mieux!

7.Posté par Aïo pitoyen ! le 05/12/2010 14:58
post 6 mon pauvre pitoyen , t'as vu ton post 4 ?....ce baratin fumeux et pénible pour dire quoi ? du pipeau !
et tu viens dire aux autres de ne pas poster pour....ne rien dire ?
t'en rates pas une mon pauvre pitoyen !

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales