Faits-divers

Il a fait de réels efforts : Un délinquant chevronné peut s’amender !

Correctionnelle Sud – Jeudi 20/08/2015


Une histoire triste mais simple qui, en soi, n’a rien pour défrayer la chronique, mais que je vais quand même vous raconter, quitte à conforter mon image d’éternel naïf que vous supposez. Et vous avez raison.

Le 12 juillet dernier au Tampon, Amina (prénom d’emprunt) appelle les gendarmes, de la salle de bains où elle s’est réfugiée pour échapper à la violence de son compagnon, Lilian (autre prénom d’emprunt). Une fois de plus, rentré pété comme un coing, il s’en est pris à elle. L’éthylotest affiche effectivement 0,87 gr d’alcool (le double dans le sang).

Ce n’est pas la première fois et Amina a déjà porté plainte pour des violences du même tonneau contre son compagnon.

L’alcool le transforme en bête !

Lilian n’est pas un inconnu pour les personnels de l’Ordre et de la Justice. Son curriculum vitae est plus que fourni avec 11 mentions. Cela a commencé, pour cet homme de 23 ans (!), au Tribunal pour enfants. Violences, vols, vols aggravés, menaces de mort, outrages à agents, détention de zamal, violences envers agents dépositaires de l’autorité. Cela s’est poursuivi en correctionnelle : dégradations diverses et variées, violations de domiciles, etc.

L’image parfaite, totale, irrécupérable du délinquant chevronné. Pourtant… pourtant… Cet homme, « attentionné, généreux, sensible », selon sa propre compagne, n’est violent que sous l’effet de l’alcool, un alcool qui le transforme en bête sauvage et il l’a semble-t-il compris !

Calme, modeste à la barre, il reconnaît, admet, approuve tout ce qu’on lui reproche. Il a d’ailleurs déjà donné des preuves de sa volonté de s’amender.

Il suit à la lettre les injonctions lui interdisant de s’approcher de ses victimes. Il se rend très régulièrement aux convocations des juges qui le suivent du coin de l’œil. Il est assidu aux rencontres au Centre de lutte contre les addictions, charrette et dodo en tête. Ces mesures, qu’il semble respecter à la lettre, paraissent avoir leurs effets.

L’espoir est toujours à la porte !

Qui plus est, il travaille, régulièrement, ce que n’a eu aucune peine à souligner Me Ferrante. Notre homme, effectivement, n’est jamais au chômdu et semble vouloir sincèrement s’en sortir. Selon ses emplois, il touche entre 600 et 2200 euros ; surprenant non ?
Bonhomme semble mieux comprendre aujourd’hui les impératifs des mises en garde judiciaires. Il va aux convocations, prend régulièrement ses médicaments de désaccoutumance, bosse comme un dur et veut retrouver une vie normale.

« Surtout à cause mes enfants ! »

Le substitut Saunier s’est déclaré satisfait de la sincérité du prévenu et de ses efforts réels. Mais il y a ce parcours judiciaire… L’accusé faisant semble-t-il des efforts démesurés pour travailler, pour se soigner, la Cour l’a condamné à une peine portant réinsertion en filigrane.

Six mois de prison, aménageables puisque l’homme travaille et s’est amendé, obligation de soins. Souhaitons que son exemple soit suivi par bien d’autres. En tout cas, c’était, ce matin, un motif de non-désespérance.
 
Jeudi 20 Août 2015 - 16:48
Jules Bénard
Lu 1687 fois




1.Posté par noe le 20/08/2015 17:13
S'il peut être dressé en geôle , pourquoi pas !
Mais on aime la rack lé bon mêm ... il faut choisir du champagne !

2.Posté par faignace le 20/08/2015 19:46
bah c'est le quotidiende la majorité de l'ile....plutot le ramener a l'ecole....

3.Posté par KLD le 20/08/2015 21:43
oui la rédemption existe , hi, hi .

4.Posté par Jules Bénard le 21/08/2015 10:30
à KLD : toujours ravi de te lire, très cher.
Selon le Larousse, la rédemption est l'action de ramener quelqu'un au bien, ou l'action de se racheter. Je prendrai ta réflexion dans le second sens donc car cet homme, au casier pourtant chargé, a compris, c'était visible à l'audience, le mal qu'il se faisait à lui-même tout en le faisant aux autres... qui l'aiment aussi quand il n'est pas pété.
Il n'est pas courant de voir de réelles réinsertions. En Correctionnelle, malheureusement, je vois trop de cas irrécupérables.
Alors, quand je rencontre un accusé qui se met lui-même sur la bonne voie, c'est un réconfort, une étincelle dans ce monde de brutes. Je m'empresse alors de le souligner : ça donnera peut-être des idées à d'autres, qui sait ?
Ma façon d'ajouter un petit ruisseau aux grandes rivières. Non ?

5.Posté par lilian le 30/09/2015 09:59 (depuis mobile)
Noe vien dresse a moin en geole ou

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Mardi 6 Décembre 2016 - 09:56 Un homme chute en bas de la Rivière des Remparts

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales