Economie

Iedom : L'économie réunionnaise reste fragilisée


Les principaux indicateurs économiques réunionnais peinent à se redresser. On note que les importations progressent de 12% en 2011, notamment avec le renouvellement de la flotte d'Air Austral. L'augmentation du prix des produits pétroliers vient aussi gonfler ce chiffre. Un bémol pour l'exportation qui connaît une hausse de 3,5% seulement, l'exportation de sucre après deux années de forte croissance recule notamment de 22,3%.

Le secteur du BTP, indicateur significatif de l'état de la conjoncture, maintient difficilement son activité avec la construction de logements sociaux comme bouée de sauvetage. Selon les chiffres de l'Iedom, le chiffre d'affaire du BTP progresse de 3,1% et s'établit à 1,35 milliard d'euros, un niveau équivalent à 2005. En 2011, la construction de logements sociaux neufs est en hausse de 13,3% alors que la commande publique elle, ne progresse que de 4,3%.

Le financement de l'économie par le système bancaire local n'a pas été florissant. L'encours des financements consentis aux entreprises et collectivités déclaré au SCR (Service central des risques), hors engagement et hors bilan, s'établit à 9,8 milliards fin 2011. Certes, une hausse de 5% par rapport à fin 2010, mais qui ne fut pas à la hauteur des attentes des entrepreneurs locaux. Et pourtant, "la dégradation des notations successives de certains Etats européens et le renchérissement des taux d'emprunts qui en a résulté n'ont pas directement impacté le système financier local", rappelle l'Iedom dans son rapport. La collecte d'épargne demeure aux alentours de 300 millions d'euros.

L'encours total des crédits consentis progresse légèrement en 2011, avec une légère hausse de 2,3% soit 17 milliards d'euros en fin d'année. Les créances douteuses restent stables et représentent tout de même près d'un milliard d'euros, soit 5,8% des crédits consentis fin 2011.

Le produit net bancaire des quatre banques réunionnaises est en hausse de 4,5%, contre +1% en 2010, et s'explique par la reconstruction par les banques de leurs marges d'intermédiation financière (marges sur les activités de prêt). "Elles ont besoin de reconstituer leurs fonds propres en ces temps de crise financière globale", indique Matthieu Morando, chef du suivi études et suivi des établissements de crédit. La baisse des commissions est la seconde explication selon l'Iedom. "On a une clientèle de plus en plus vigilante sur cet aspect là, notamment l'observatoire des tarifs bancaires", conclut-il.
Mardi 19 Juin 2012 - 15:59
Lu 1269 fois




1.Posté par noe1er le 19/06/2012 17:25
J'espère que notre Président va injecter quelques sous dans notre économie pour la booster ...La Réunion en a tellement besoin !

2.Posté par Caton2 le 19/06/2012 20:09
30% de chômeurs (59,8 % chez les jeunes), un ménage sur 3 au RSA. Seulement 1500 emplois de créés ... et la population qui augmente avec 14 000 naissances enregistrées en 2011.
Des importations qui augmentent de 12% du seul effet de l’achat d’avions par Air Austral, société au bord de la faillite!
Des exportations qui stagnent y compris dans le domaine sucrier. Et devinez qui détrône l’Espagne comme premier pays destinataire de nos exportations?
Les îles Vierges britanniques à qui on a vendu pour 23M d’euros de légine congelée!
Bato fou!

3.Posté par kiki le 19/06/2012 22:18
L'économie souterraine est par définition une activité qui échappe au contrôle de l'état. (synonymes: économie parallèle, informelle).


Celle-ci englobe tous les échanges de biens et services, les agents qui échangent ne paieront pas d'impots sur leurs gains du fait de son illégalité

champion à la Réunion

4.Posté par Caton2 le 19/06/2012 22:51
3. On peut combattre cette économie souterraine en faisant la preuve, pour ceux qui en profitent, qu’ils ont un train de vie qui n’est pas en rapport avec leurs revenus officiels. C’est ce que l’administration fiscale grecque est en train de faire. Les grecs n’ont pas eu le choix... Ici le laxisme est encore la règle. Jusqu’à la faillite!

5.Posté par Baswa le 20/06/2012 06:35
Notre économie reste fragilisée. Ce n'est pas en augmentant l'importation, (12%), que celle-ci va progresser. L'exportation, génératrice d'emplois n'est pas la priorité. Les importateurs peuvent continuer à augmenter leurs profits au détruiment des Réunionnais touchés par le chômage ou contraints à l'exil.
Désigner le taux de naissances comme l'un des facteurs du chômage alors que de plus en plus de non résidents s'installent et trouvent des postes peut déboucher sur un climat d'injustice, voire raciste, qui s'appuie sur un système colonial. Aucune région métropolitaine accepterait ce que les Réunionnais subissent. Cet état pourrait déclencher des violences et des victimes innocentes.
Il existe des solutions afin d'inverser la tendance: diminuer l'importation au profit de l'exportation.
Former notre jeunesse en fonction des besoins des nouvelles entreprises.
Revoir la politique agricole et le foncier qui sont axés que sur la production de la canne et des intérêts des usiniers et des gros propriétaires terriens, dont leurs profits sont issus uniquement des aides européennes et nationales.
L'absence de volonté politique de changer ce système, est aussi responsable.

6.Posté par Caton2 le 20/06/2012 13:05
« Désigner le taux de naissances comme l'un des facteurs du chômage alors que de plus en plus de non résidents s'installent et trouvent des postes peut déboucher sur un climat d'injustice, voire raciste, qui s'appuie sur un système colonial. Aucune région métropolitaine accepterait ce que les Réunionnais subissent. »
Vous aimeriez bien que ça soit vrai mais c’est faux! Voici ce qu’on peut lire dans le rapport:

Sur le taux de fécondité: « En 2009, l’indicateur conjoncturel de fécondité s’établit à 2,38 enfants par femme, soit un niveau toujours très supérieur à celui de la France métropolitaine (2,0 enfants par femme) et au seuil théorique de remplacement des générations (2,1 enfants par femme). Il continue cependant à baisser, perdant 0,1 point par rapport à 2008. Parmi les régions françaises, seules Mayotte et la Guyane présentent des indicateurs conjoncturels de fécondité supérieurs. »

Sur l’accroissement de la population: « Avec 333 habitants au km2 en 2009 (contre 282 dix ans auparavant), La Réunion est la troisième région la plus densément peuplée de France, juste devant le Nord Pas-de-Calais, mais derrière l’Ile de France (972 habitants au km2) et la Martinique (358 habitants au km2). En raison de son relief montagneux, qui amplifie les contraintes de peuplement et de circulation, la population se concentre principalement sur les zones littorales.
Un accroissement naturel toujours important
Même s’il continue à baisser en 2010, l’accroissement naturel reste le principal contributeur à la croissance de la population réunionnaise. Il explique à lui seul près de 95 % de l’augmentation de la population depuis 1999. La variation de population due au solde migratoire, importante durant la décennie 1990, a fortement diminué depuis. »

Il faut revoir vos théories... J’ajoute que ce rapport fait état d’un chiffre toujours alarmant: « le nombre de mères encore mineures au moment de l’accouchement est conséquent, même s’il diminue progressivement (529 naissances de mères mineures en 2010, chiffre stable par rapport à 2009) »



7.Posté par Baswa le 20/06/2012 15:41
C'est vous, Caton2, qui faites état du taux de naissance en intervenant sur le sujet de l'économie réunionnaise fragilisée. Cet argument est souvent employé par des individus de passage soucieux de garder un système qui les arrange et qui n'ont rien à faire de la détresse des Réunionnais, soit 52% de la population vivant sous le seuil de pauvreté, de ceux qui attendent désespérément un retour au pays, chez eux, chez leurs parents, familles et amis. J'espère que vous n'êtes pas concerné par l'utilisation de ce triste argument. Car l'intérêt de mon intrevention était surtout de porter la responsabilité de notre économie sur le monopole de l'importation et de ses conséquences.

8.Posté par Caton2 le 20/06/2012 16:23
7. 52% de la population vivant sous le seuil de pauvreté? Vous le pensez vraiment? Ce chiffre se base sur les revenus déclarés. Parmi ces pauvres, combien travaillent au noir et continuent de toucher le chômage ou le RSA? tant qu’on n’aura pas fait une véritable enquête sur le train de vie de certains « pauvres », ce sera le flou artistique, si profitable aux riches politiciens, qui peuvent développer leur clientélisme, et si défavorable aux vrais pauvres, les laissés pour compte d’un système corrompu.
Vous faites état du « monopole »  de l’importation. Ça ne veut rien dire. Il faut juger de l’importance des importations en fonction de l’importance des exportations, en termes financiers.
La balance commerciale de la Réunion est dramatiquement déséquilibrée car la Réunion ne produit quasiment rien à part du sucre. De plus cette production est maintenue en vie de manière totalement artificielle. La production de sucre serait inexistante si elle n’était pas subventionnée.
La Réunion n’est plus dans une économie de comptoir ou dans une économie coloniale (ce qui revient au même), mais elle a gardé le pire de cette économie, c’est à dire sa totale dépendance commerciale, industrielle, alimentaire de la métropole. Sans un réveil de la production locale (qui comprend le tourisme), cette situation ne pourra que s'aggraver.
Ce n’est pas en fermant les yeux sur l’utilisation frauduleuse des aides sociales que la Réunion sortira de ce système corrompu et corrupteur.

9.Posté par Baswa le 20/06/2012 18:19
L"exportation, c'est 6% de notre importation. S'agissant de l'industrie sucrière, je me suis prononcé en 5.
Je suis d"accord sur le principe qu'il existe des fraudes aux aides sociales, si profitables aux riches politiciens pour garder leurs pouvoirs et leurs privilèges. Tout système a des effets pervers. Mais je me garderais de stigmatiser qu'une seule catégorie de la population et occulter le monde de la finance, des corrompus et des corrupteurs poilitico-industriels. Les appels d'offres sont, pour la plupart, tronqués. Les détournements de primes, des pots de vin des fonctionnaires de catégorie A, etc.

10.Posté par polo974 le 21/06/2012 11:13
Il faudrait comparer les arnaques aux aides sociales aux arnaques aux cotisations sociales...
En métropole, les seconds gagnent d'un facteur 10, mais la chasse était (est toujours?) ouverte sur les premiers.
Ici, même avec les exo en tout genre, ça doit pas être triste non plus.

Il est certain que la prod (vraie, non subventionnée à 99%) pour exportation et limiter les importations et la fourniture de service pour clients externes (tourisme, mais pas que) devrait être la priorité.

Toute l'économie de l'île est tournée sur le commerce interne, bref une usine à consommation.
Les formations vendeurs en tout genre mise en place sont une inanité.
C'est de gens productifs qu'on a besoin (encadrement technique compris), pas de service marketing.

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales