Politique

Ibrahim Dindar et l'affaire du petit Mohamed...


La photo du petit Mohamed, diffusée par la police
La photo du petit Mohamed, diffusée par la police
Souvenez-vous. C'était en septembre 2005. Ibrahim Dindar debout dans le hall du Conseil général, entouré par une foule de manifestants en colère, essentiellement Comoriens et Mahorais qui en étaient arrivés à lui arracher sa chemise dans la bousculade.

Ils lui reprochaient d'avoir proposé l'instauration de tests ADN sur les enfants nés de mère comorienne à Mayotte ou à La Réunion afin de prouver leur paternité française, et d’endiguer ainsi "les flux d’immigration clandestine".

Selon les propos d'Ibrahim Dindar à l'époque, il aurait existé un trafic de paternité à La Réunion et à Mayotte. Selon lui, des mères de familles comoriennes viendraient accoucher dans l’une de ces deux îles et demanderaient ensuite à des pères fictifs, Réunionnais ou Mahorais, de reconnaître leurs enfants qui sont ainsi Français par droit du sol et droit du sang.

Trois ans plus tard, force est de faire la relation avec l'aventure vécue par le petit Mohamed, qui a ému la France entière.

Il s'agit d'un petit garçon de trois ans qui avait erré seul, abandonné, dans une cité du 6ème arrondissement de Marseille. Recueilli par la population, la police avait lancé un avis de recherches, sans résultats.

Deux semaines plus tard, une femme qui prétend être sa mère, donne de ses nouvelles depuis l'Algérie où elle se trouve, affirmant que Mohamed est son fils, et qu'elle va le récupérer dès son retour.

Problème: à son arrivée, les policiers effectuent un test ADN et ont la surprise de découvrir qu'elle n'est pas la mère biologique de l'enfant.

La jeune femme révèle alors qu'elle a "adopté" Mohamed en Algérie auprès d'une jeune femme qui ne voulait pas garder l'enfant, une pratique légale en Algérie dénommé "kafala", mais non reconnue en France.

Aussitôt, la mère est soupçonnée d'avoir "adopté" Mohamed afin de toucher les allocations familiales pour lui, en plus de celles qu'elle touche déjà pour ses quatre autres enfants. Ce qu'elle nie farouchement, affirmant ne pas toucher d'allocations pour Mohamed.

Enfant "adopté" pour toucher des allocations, test ADN, il n'en fallait pas plus pour que certains se remémorent les propos tenus par Ibrahim Dindar sur le même sujet, il y a très exactement trois ans.

Aujourd'hui, il souhaite jouer la discrétion et ne répond pas aux sollicitations pour une interview. On peut le comprendre...
Lundi 8 Septembre 2008 - 16:11
Pierrot Dupuy
Lu 2522 fois




1.Posté par mél le 08/09/2008 17:25
il est des sujets à la Réunion qu'il ne faut surtout aborder, on l'a vu avec M.DINDAR récemment M.FROMENS président de Droit au Logement qui a dû démissionner car taxé de raciste, on l'a avec cette association de policiers métros qui refusent de repartir en métropole et qui en saisissant la HALDE parle de discrimination en faveur des créoles. A la Réunion il ne faut surtout rien dire de la communauté métro et mahoraise sous peine de se voir étiquetter "RACISTE" sur le front. Ici il faut montrer l'image d'une île où tout le monde il est beau il est gentil, où tout la diversité ethnique et culturelle se passe excellemment bien, une île une prône la tolérance, le respect de chacun, où il fait bon vivre entre voisins créoles, zoreils, mahorais, comoriens....
Alors: chut!! et vive notre belle île où tout le monde vit dans la paix, la joie, et l'amour!

2.Posté par Trouillomètre au maximum le 08/09/2008 19:00
A moi, on peut me faire tous les tests qu'ils veulent et même me tatouer un code barre sur la nuque. J'en ai rien à faire parce que je crains pas l'usage qui pourrait en être fait.
D'autres ont peur ...
Pourquoi ?
Je crois avoir une vague idée de leurs craintes.

3.Posté par Trouillomètre au maximum le 08/09/2008 19:01
Pauvre marmaille ...

4.Posté par papapio le 08/09/2008 20:03

Loin de moi l'idée de vouloir donner raison à ce Monsieur, surtout si l'idée est de retrouver du crédit en 'A-palissant' sur l'INHUMANITE et du 'MINABILISME' de ceux qui se servent des Enfants pour vivre. Reste que le marché TRES LUCRATIF fait des Enfants et des avantages qu'ils procurent est INDENIABLE, connu de tous (y compris détournement de fonds publics finançant de la Monoparentalité par l'aide Juridictionnel). Des Avocat(e)s spécialisés COURAGEUX(ses) pourraient vous le confirmer, s'il en était pour mettre en danger leur chiffre d'affaire... Scandale des Enfants de la Creuse, celui de l'abus de confiance subit par les Pères devant les Tribunaux permettant de rétribuer sous forme de prestations sociales de foyers sans salaire, celui du chiffre d'affaire qu'il represente au Civil, permettant de maintenir artificiellement des TGI en place, celui du NOMBRE DE SERVICES SOCIAUX EXORBITANT qui en dépendent et en vivent à la Réunion, celui du 'prioritarisme' d'acces au logement et aux soins qu'il procure, etc...etc...etc... ASSEZ.... ce sont d'ENFANTS INNOCENTS DONT NOUS PARLONS, d'Enfants auxquels on enlève l'essenciel: Le REVE, le JEU, l'AMOUR des leurs Parents,
sont INTERET SUPERIEUR...
Nos Enfants ne peuvent plus ETRE DETENUS OTAGES DES STATUTS ET SALAIRES VERSES
IL FAUT TROUVER D'AUTRES DEBOUCHES ECONOMIQUES contre la précarité.

5.Posté par Grachus le 08/09/2008 21:05
Juste des précisions :
- on dit "kafala" et pas "kalafa"
- il ne s'agit pas d'une adoption, même en Algérie. L'enfant garde ses liens avec sa famille d'origine, mais est "confié" par des magistrats à un accueillant. Ce serait donc plutot l'équivalent d'un placement (qui d'ailleurs cesse à la majorité de l'enfant). Le droit français s'est toujours refusé à assimiler la kafala à l'adoption (puisque la loi algérienne l'exclut d'ailleurs). Et donc, si cette dame s'est effectivement prévalue de la kafala pour garder l'enfant en son foyer en France, elle dit vrai quand elle dit ne pas avoir d'allocs pour lui...

6.Posté par Pierrot Dupuy le 08/09/2008 21:40
Grachus, l'avantage d'internet c'est qu'on peut corriger une erreur.
C'est chose faite...

7.Posté par GRENADE974 le 09/09/2008 09:19
Pour information, GRACCHUS prend 2 c...(2 frères tribuns de la plèbe romaine)

8.Posté par Djelal le 09/09/2008 10:31
Je suis d'accord avec le premier Monsieur "mél". C'est vrai qu'à la Réunion il ne faut pas parler du racisme constant des "BONS CREOLES". C'est vrai que cette "préférence régionnale" est exaspérante, surtout pour un territoire comme la Réunion qui "NE PEUT PAS SE PASSER DE L'IMPORT EXTERIEUR". A la fin le BON CREOLE pleure sur lui même accusant les autres de tous ses maux.
Mahorais, malgaches, zoreils, mauriciens (moins car il y a beaucoup de familles là bas) sont visés par ce rejet. Mais aussi entre communautés, certaines n'hésitant pas à faire valoir leur présence majoritaire pour dicter des règles et comportements, dans ces derniers cas c'est réellement du racisme par considération d'infériorité de ceux qui n'appartiennent pas à la communauté.

La Réunion est malade de racisme mais, chuut on vit en paix !!!! Et puis M Vergès, instigateur de la préférence locale, dit lui même que la Réunion est un modèle pour le Monde (zut on est foutu !!!)

9.Posté par Grachus le 09/09/2008 13:14
Je sais, GRENADE974, mais la "faute" est complètement volontaire. Les anciens du blog le savent, je m'en suis déjà expliqué (hommage à un de mes profs, qui m'a fait découvrir le babouvisme et qui écrivait mal "Gracchus" Babeuf)...

10.Posté par mél le 09/09/2008 17:35
pour Djelal: c'est mademoiselle :) il n'y a pas que des mecs sur ce blog (beaucoup il est vrai mais pas uniquement), d'ailleurs ici la parité n'est pas encore à l'ordre du jour!!!

11.Posté par condorcet le 11/09/2008 21:44

Tais toi Djelal où tu risques d'être victime de la 'charia laïque '(sic). Non, le laïque (du grec laikos, qui appartient au peuple et non à la classe privilégiée des clercs) donc le laÏque que je suis, ne se fait pas d'illusion sur le vivre ensemble à la Réunion tel que le définit le groupe de dialogue interreligieux qui veut faire illusion et qui considère que ce communautarisme religieux est le modèle de laïcité à la réunionnaise que le monde nous envie depuis que cela a été déclaré au Sénat en octobre 2007 lors d'un 'colloque sur la laïcité organisé par le dit groupe inter religieux. Evénement qui n'a fait rire personne; ce qui n'était peut être pas le but.

12.Posté par anonyme le 12/09/2008 06:30
Ce colloque au Sénat en octobre 2007 n'a été qu'une démonstration de plus de la collusion existant entre les politiques et les religieux, qui ont toujours eu deux objectifs en commun : le pouvoir et l'argent. Jadis, nous avons vécu cette situation sous le régime de l'esclavagisme, aujourd'hui, nous la subissons encore, au travers de la spoliation des moyens économiques.

Il y a beaucoup trop d'intérêts en jeu pour qu'ils autorisent les citoyens, avec la laïcité notamment, mais aussi la démocratie participative, ou des pétitions (cf. les billets d'avion), à se re-définir une nouvelle distribution des cartes : ils préférent qualifier leurs opposants d'intégristes, pour mieux préserver leurs chasses gardées, et entretenir des illusions collectives, pour abuser une majorité de la population.

Et malheureusement, pour l'instant...ça fonctionne...les potentats sont en place, les vassaux sont muselés, les medias un peu déboussolés, et ceux qui se lévent, discrédités avant même d'avoir pu émettre la moindre réflexion.

Le pire, c'est de réaliser que même des élections ne pourraient pas changer les choses : c'est cela qui est dramatique. Et peut être même dangereux pour nos équilibres démocratiques.





13.Posté par Boyer le 26/09/2008 14:09
6366 euros d'Assedic pendant 23 mois pour un jour de travail !

Une « combine » permet aux traders français de Londres récemment licenciés de revenir en France et de toucher, en ayant travaillé une seule journée dans l’Hexagone, des indemnités allant jusqu’à 6 366 euros.

http://www.rmc.fr/edito/info/61003/6000-euros-dassedic-pour-un-jour-de-travail/


Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales