Faits-divers

Hypocrite, lâche, dangereux, James Burgo n’aime que les proies faciles

Correctionnelle Sud – Jeudi 18 février 2016 :


Photo d'archives
Photo d'archives
Pourquoi prendre des risques inutiles quand on peut faire autrement ? C’est ce que s’est dit James William Burgo, le 15 septembre dernier au Tampon.

Quand on a 31 ans, qu’on est grand, baraqué, pétant de santé ; et que la bonne fée Carabosse vous présente un pauvre hère chétif, maladif, « plus inoffensif qu’un mouton mort », disent les Anglais, hésiter serait criminel.
Précisément, la victime vient de percevoir ses allocations.

Ce bonhomme vit dans ce qui est plus un taudis qu’une maison. La présidente Peinaud ne s’est pas fait faute de brandir bien haut les photos de ce souk où (sur)vit un être humain.

Et un bourbognac, un !

Burgo et un mineur déjà bien connu des services de police, font croire à B. qu’ils sont les meilleurs potes de la planète. Alors qu’il les connaît à peine. Qu’à cela ne tienne, les deux malandrins se font « accompagner » ( !) chez B. où ils assèchent en commun sa bouteille de bourbognac.

Puis, à court de liquide (au propre et au figuré), ils insistent pour que B. aille en chercher une seconde chez l’épicier pas loin. A ses frais. Aussitôt dit…

La seconde fiole subit le même sort que sa sœur aînée, ensuite de quoi Burgo et son pote mineur décident de faire main basse sur ce qui peut avoir une valeur quelconque : la vieille télé et quelques babioles.

Là, Burgo, jamais à court d’une lâcheté, prétend que c’est le mineur qui l’aurait obligé à malmener la victime. Pendant que lui-même prendrait ce qu’il y a de bon à emporter. Ce qui ne tient pas la route l’ombre de la silhouette d’une seconde.

Le butin à la ravine

Burgo couche sa victime au sol et l’assaisonne de coups de poing et de pied sur tout le corps. Il lui applique sur la gorge une lame effilée de 20 cm de long. Le pauvre bougre croit bien sa dernière heure arrivée.

Puis les deux sagouins s’en vont et planquent le misérable butin dans une ravine non loin de chez Burgo. Ce dernier tente tout et le reste pour enfumer les enquêteurs d’abord, puis le tribunal ce matin. Mais il a un handicap pas piqué des hannetons, son CV, plus long que la nuit polaire !

Abus sexuels, violences en tous genres, outrages divers et variés, violences sur son propre enfant de 5 ans, conduite en état de siphonnage total pour additionner le tout. Bref, un tendre qui s’ignore et, comme dit gramoune, « qui fé son ti pitié devant ou ». Un tendre qui accumule déjà du sursis à revendre sur sa tête. Ce qui lui a valu l’addition king size.

Une défense en demi-teinte

La substitut Tanguy n’a eu aucun mal à appuyer sur l’accélérateur et mettre en lumière l’extrême dangerosité de l’homme. Plus surprenant, Me Ahmed, pour la défense, dans le souci louable de compatir aux malheurs de la victime, a quasiment dressé un réquisitoire-bis plus sévère que celui de la substitut Tanguy. Avant de solliciter la clémence et mettant en doute la récidive légale et alléguant que les dommages-intérêts sollicités étaient trop chers !

Burgo écope de 12 mois ferme et devra verser 1000 euros à sa victime. Laquelle avait déjà eu droit à 1000 autres euros lorsque le complice mineur avait été enchristé par le tribunal des mineurs.
Vendredi 19 Février 2016 - 07:10
Jules Bénard
Lu 2992 fois




1.Posté par Thierry le 19/02/2016 07:36
... c'est au moins ça de fait, 2 000,00 euros d'empocher ... Jules ou sé in vré poète ... quand on commence à lire, on n'a pas envie de lâcher le fil.

Que ce gramoune fasse désormais attention à ses fréquentations d'un jour, surtout que tout le sait qu'il a des sous en plus.

2.Posté par Jules Bénard le 19/02/2016 11:58
Bé non, Thierry, justement, il n'en a pas. Ils l'attendent au tournant quand il touche sa maigre pension.
Tous les salauds de l'île et d'ailleurs agissent comme ça. C'est une victime toute désignée : in mâle moustique i coq à lu !

3.Posté par Caffreman le 19/02/2016 16:25
ignoble ces gens là.

4.Posté par Thierry le 19/02/2016 22:09
Jules, bé non, je n'ai pas dit ça ... que lu té risse.

Lu sava gagne 1 000 € + 1 000 €, lé ékri partout. ... et bien là, tous les salauds de l'île et d'ailleurs vont devenir son amis d'un jour ...

C'est cela le zafèr, dans son p'ti boucan de case qui sa i sav portèze a li astèr ?

5.Posté par Y'a quelque chose qui tourne pas rond... le 20/02/2016 00:35
"Abus sexuels, violences en tous genres, outrages divers et variés, violences sur son propre enfant de 5 ans, conduite en état de siphonnage total pour additionner le tout. Bref, un tendre qui s’ignore et, comme dit gramoune, « qui fé son ti pitié devant ou ». Un tendre qui accumule déjà du sursis à revendre sur sa tête. Ce qui lui a valu l’addition king size."

Triste système où un malfaisant parasite se promène dans les rues et écope ici d'un an ferme.

C'est ça "votre" 'addition "king size"?


1.Posté par Thierry le 19/02/2016 07:36

Il les récupère comment, concrètement, ses 1 000 €+ 1 000 €?

Vous êtes au courant?
Tsssss

6.Posté par Jules Bénard le 20/02/2016 09:41
à posté 4 : okay, j'ai saisi la nuance, mille excuses.

à posté 5 : rassurez-vous, la présidente lui a bien conseillé de se rapprocher de l'Arajufa, qui est apte à le conseiller et a plus que l'habitude de ce type de problème. Il les aura, ses 1000 + 1000. Merci quand même de vous en inquiéter, ce qui prouve que vous n'avez pas atteint le stade (trop fréquent) de l'insensibilité.

7.Posté par Thierry le 20/02/2016 21:46
@ Jules, ... il me manque 1000 d'excuses pour faire le compte o_O ...

et 2000 merci ... pour la réponse à Tssss du post 5. Je n'aurais pas mieux fait que vous ... Si le tribunal condamne, c'est bien parce qu'il donnera les moyens de récupérer les sous... même 1 € par 1 € ...

Bon weeek-end à Jules et à Tssss.

A la semaine prochaine pour de nouvelles lectures ... et des mots placés dans des tournures de phrase ... bien tournées, pour le plaisir du lecteur de lire une séquence d'audience de tribunal ... traditionnellement barbante.

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales