Société

Hommage à Nelson Mandela à Bois Madame


Une journée-hommage à l'ancien président et Prix Nobel de la Paix sud-africain, Nelson Mandela, avait eu lieu hier au Parc de Bois-Madame à Sainte-Marie. Localement, Le Collectif Réunionnais pour l’Hommage à Nelson Mandela souhaite que La Réunion "n’oublie pas cet homme d’État sud-africain, icône de la lutte anti-apartheid et symbole mondial de la réconciliation et de la cohabitation fraternelle".
 





Dimanche 24 Janvier 2016 - 08:34
Lu 1089 fois




1.Posté par Hommage le 24/01/2016 10:00
Bel hommage à un grand homme !
J'y étais !

Nelson Rolihlahla Mandela, dont le nom du clan tribal est « Madiba », né le 18 juillet 1918 à Mvezo (Union d'Afrique du Sud) est un homme politique sud-africain ; il a été l'un des dirigeants historiques de la lutte contre le système politique d'apartheid avant de devenir président de la République d'Afrique du Sud de 1994 à 1999, à la suite des premières élections nationales non raciales de l'histoire du pays.

Il faut revenir en détail sur l'influence décisive de la prison sur Nelson Mandela : militant radical, entêté et audacieux au début de son incarcération, il y acquerra la stature de dirigeant mûr et déterminé.
À Robben Island, il devint maître de son propre emprisonnement.
Par son intelligence, son charme et son attitude de défi teintée de fierté, il réussit à s'attirer les grâces des employés de prison les plus brutaux.
Cette période fut pour lui une leçon cruciale, témoigne Richard Stengel, co-auteur de ses mémoires :
" Il comprit que ses rapports avec les gardiens afrikaans symbolisaient la situation en Afrique du Sud. S'il parvenait à trouver un modus vivendi avec eux, il lui serait peut-être possible de faire de l'Afrique du Sud la terre promise dont il rêvait. "

Quel héritage laisse derrière lui Nelson Mandela, passé de la lutte armée à une politique du pardon et de la réconciliation ?
À sa mort en décembre 2013, Nelson Mandela a été unanimement salué pour la lutte qu’il mena contre l’apartheid, depuis ses années de combat au sein de l’ANC jusqu’à sa libération triomphale en 1990 après vingt-sept ans de prison, puis son élection en 1994 à la présidence de la république après une difficile transition démocratique.
Pourtant, son parcours ne cesse d’intriguer : à sa libération, où est passée la colère de Madiba ? Sa propension à pardonner aux acteurs de l’apartheid aurait-elle fait plus de mal que de bien à son pays ?
Quel héritage laisse derrière lui Madiba, figure symbolique d’une lutte collective qu’il a lui-même fini par dépasser ?
Au prétexte que Mandela a "libéré" son peuple, le combat pour l’égalité politique et contre la pauvreté risque hélas d’être mis de côté. Pour le peuple sud-africain, comment accepter la réconciliation qu’il prônait alors que les bourreaux n’ont aucun remords et qu’aujourd’hui encore, les inégalités entre Blancs et Noirs restent prégnantes ?

2.Posté par madibastard le 24/01/2016 10:30
Une minute de silence par respect pour les victimes (afrikaners) du génocide qui se déroule à Madibaland en ce moment ?


Une condamnation solennelle de Madiba, pour avoir menti effrontément à la planète entière en niant toute appartenance au Parti Communiste Sud af....maintenant qu'il est mort et qu'on sait qu'il dirigeait ce parti en cachette ?


Non bien sur....il faut que continue la légende du bon papa madiba.

3.Posté par bande d'aveugles le 24/01/2016 11:35
Madiba vous a tous vendus comme le pire des esclavagistes et vous le vénérez comme un dieu.....

4.Posté par kld le 24/01/2016 13:16
a part les révisionnistes habituels .................... viva Madiba , Mme Bello , à l'époque de l'apartheid afrikaner , honte à ce régime , manifestait devant le consulat local de ce régime raciste , pendant que d'autres louait et s'enrichissait sur ce meme régime , pas nécessaire de les nommer , leur "karma" s'en chargera , ici ou ailleurs .

5.Posté par madibastard le 24/01/2016 14:28
Pour en savoir plus sur l’escroquerie mandela, lien en anglais malheureusement mais bien fait.


http://humanevents.com/2013/12/11/mandela-why-anti-communists-feared-him/

6.Posté par Bruuuh! le 24/01/2016 14:34
@post.2

Si ça vous tient tant à coeur, qu'attendez-vous pour vous manifester sur la place publique - devant la préfecture, ça serait pas mal - et témoigner du "génocide en cours" des populations blanches d'Afrique du Sud ?

7.Posté par Joe l''''Indien le 24/01/2016 16:49
Moi aussi je rends hommage pour ce grand homme.. Qui par son courage et son esprit révolutionnaire à fait libérer quelques chaînes à des noirs considérer comme des sous-hommes par un Afrique du sud blanc...
Et un grand bravo pour avoir combattu la méchanceté de l'homme blanc qui se croit toujours supérieur à l'homme noir depuis la nuit des temps



Un long chemin vers la liberté


« J’ai toujours su qu’au plus profond du cœur de l’homme résidaient la miséricorde et la générosité. Personne ne
naît haïssant une autre personne à cause de la couleur de sa peau, ou de son passé, ou de sa religion.
Les gens doivent apprendre à haïr, et s’ils peuvent apprendre à haïr, on peut leur enseigner aussi à aimer, car
l’amour naît plus naturellement dans le cœur de l’homme que son contraire.
Même aux pires moments de la prison, quand mes camarades et moi étions à bout, j’ai toujours aperçu une lueur
d’humanité chez un des gardiens, pendant une seconde peut-être, mais cela suffisait à me rassurer et à me
permettre de continuer.
La bonté de l’homme est une flamme qu’on peut cacher, mais qu’on ne peut jamais éteindre. Un homme qui prive
un autre homme de sa liberté est prisonnier de la haine, il est enfermé derrière les barreaux des préjugés et de
l’étroitesse d’esprit. Je ne suis pas vraiment libre si je prive quelqu’un d’autre de sa liberté, tout comme je ne suis
pas libre si l’on me prive de ma liberté.
L’opprimé et l’oppresseur sont tous deux dépossédés de leur humanité. Quand j’ai franchi les portes de la prison,
telle était ma mission : libérer à la fois l’opprimé et l’oppresseur. Certains disent que ce but est atteint. Mais je sais
que ce n’est pas le cas. La vérité, c’est que nous ne sommes pas encore libres ; nous avons seulement atteint la
liberté d’être libres, le droit de ne pas être opprimés.
Nous n’avons pas encore fait le dernier pas de notre voyage, nous n’avons fait que le premier sur une route plus
longue et difficile. Car être libre ce n’est pas seulement se débarrasser de ses chaînes ; c’est vivre d’une façon qui
respecte et renforce la liberté des autres. La véritable épreuve pour notre attachement à la liberté vient de
commencer ».

(Nelson Mandela)

8.Posté par babar run le 25/01/2016 15:24
RACINE i écrit comme ça alors......"s" i fait le son "ce" ça lé gars?????

envoye zot marmailles l’école plutôt don.......


Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales