Société

Harcèlement moral: "Que viennent faire les cadres du Conseil Départemental dans la gestion du SDIS?"

Malgré une série de plaintes déposées en 2014, neuf salariés du SDIS viennent enfin d’obtenir un avis favorable sur leurs demandes de protection fonctionnelle pour des faits de harcèlement moral lors du CASDIS du 6 septembre 2016.


Photo d'archives
Photo d'archives
Neuf plaintes ont été déposées contre X il y a deux ans, pour des faits de harcèlement moral, discrimination syndicale ou diffamation à l’encontre d’un haut placé du SDIS (service départemental d'incendie et de secours de La Réunion). Depuis 2014, ces salariés ont demandé la protection fonctionnelle, qui consiste à "protéger les fonctionnaires contre les violences, menaces, injures, diffamations" et se sentant vulnérables dans l’exercice de leurs fonctions.

Les faits reprochés font état de remarques désobligeantes au quotidien, des mises de côté, des "placardisations". Un salarié a même fait une tentative de suicide suite aux dégradations de ses conditions de travail en août 2013. Or, depuis deux ans, rien n’avait vraiment bougé et pour cause : les plaignants devaient attendre que le conseil d'administration du SDIS, chose faite il y a deux jours seulement, puisqu'il faut comprendre que c’est justement cette administration qui est visée par les plaintes... L’administration a donc statué ce 6 septembre en faveur de la protection fonctionnelle mais aucune confirmation écrite ou signée n’a encore été émise.

Des courriers restés sans réponse

En parallèle de la demande de protection, une enquête administrative aurait dû être ordonnée, ce qui n’a pas été le cas jusqu'à présent. L’autorité a pourtant obligation de séparer harceleur et harcelé(s). "Nous n’avons reçu aucun soutien de l’administration ou des élus. Nous avons pourtant adressé plusieurs courriers à l’autorité territoriale, en l’occurrence le Conseil Départemental, sans réponse", déplore un informateur.

"La véritable question que nous nous posons aujourd’hui est : Qu’est-il advenu de ces courriers ? Ou de cette circulaire de l’ex-Ministre de la fonction publique, Marylise Lebranchu, adressée à la préfecture et qui aurait dû alerter l’administration du SDIS. Une administration qui pose également question. "Que viennent faire les cadres du Conseil Départemental dans la gestion du SDIS qui doit être autonome ?" soutient l’informateur.

Les neuf plaignants se sont constitués partie civile et ont porté leur plainte devant le procureur et le Tribunal de grande Instance de Champ-Fleuri. Ils sont toujours en attente d’une date d’audience, en attendant que l’enquête soit clôturée.
Jeudi 8 Septembre 2016 - 17:11
Laurence Gilibert
Lu 3845 fois




1.Posté par Gromale le 08/09/2016 17:43
Pourquoi le SDIS est toujours présidé par Nassimah Dindar, une élu condamnée à de la prison ? Je ne comprends pas

2.Posté par cmoin le 08/09/2016 18:12
Alors,on l'entend moins nassima et ses défenseurs!!

3.Posté par Michel le 08/09/2016 18:31
Enfin, les plaignants pourront se consacrer sur leur dossier. En effet, que font les cadres du conseil départemental dans ce bordel, ils n'ont pas suffisamment de travail au CG
J'espère que le nouveau DGS ex prefet ne fera pas comme les autres!
Le SDIS est autonome, les elus doivent etre respectés, ils n'ont pas besoin des cadres du CD pour leur donner un avis. JUSTICE doit passer

4.Posté par charles le 08/09/2016 19:09
Ah j’oubliais : Large bougre la Pierrot , son navire y coule
Ou peut pas , sauve a lui , alors , sauve à tooiiii

5.Posté par GIRONDIN le 08/09/2016 20:06
Après le bal des pompiers le harcèlement une vielle tradition chez les pompiers

Le dernier condamné c'était pas le 1000karo?

6.Posté par noe le 09/09/2016 05:45
Ils ont le feu quelque part au SDIS ?
Qu'ils utilisent leurs lances à incendie pour l'éteindre mais sans harceler les plus faibles !

7.Posté par Créole le 09/09/2016 08:42
Les frères se protegent entre eux....

8.Posté par JORI le 09/09/2016 10:23 (depuis mobile)
Mais où sont les sanctions à l'encontre des auteurs de ces harcèlements puisque ces derniers semblent être reconnus ???.

9.Posté par moiaussi le 09/09/2016 10:44
ce qui se passe au SDIS est une réalité et cette réalité se voit aussi dans d'autres services du conseil départemental. Certains dga ou autres responsables proche de la présidente harcèlent eux aussi des agents du conseil départemental,certains uniquement parce qu’ils ne sont pas du même bord politique .La leçon les résultats du procès au Foyer de terre Rouge ne suffisent il pas, on continue mais jusqu'à quand.... Faudrait il que d'autres personnes dénoncent tout ce qu'elles supportent. je les encourage vivement à le faire , faites le!!!!

10.Posté par JORI 2 le 09/09/2016 11:26
Que viennent faire les cadres du Conseil Départemental dans la gestion du SDIS qui doit être autonome ?" soutient l’informateur.
L'informateur qui? je pense c' est mal renseigné au SDIS 974 trop de gaspillage par certain officiers du sdis
-En budget
- En potentiel opérationnel journalier
-CMO - Congés maternité.
QUI VOTE DES BUDGETS INVESTISSEMENT ET FONCTIONNEMENT les Elus donc il ont un droit de regard, le sdis veut être autonome avec des déniers public larzen qui vous appartient pas .

11.Posté par pipo le 09/09/2016 14:04
Personnellement les femmes me harcèle souvent pour ma tune...Mais je ne porte jamais plainte contre XX

12.Posté par Alain le 09/09/2016 15:28
Quel est l'intérêt de la circulaire de l'ex ministre si les pouvoirs public n'en tiennent pas compte
Si il s'avère que les cadres du Conseil départemental jouent à la co gestion dans le SDIS, la justice doit s'en mêler
Par ailleurs qu'ont faits les autres cadres du SDIS face à ce dossier? ont ils réagit pour ne pas être complice? si oui , ils ont bien fait
Affaire à suivre avec attention

13.Posté par Question pas bette le 09/09/2016 17:46
depuis deux ans, rien n’a bougé ?

L'administration a obligation de séparer harcèleur et harcelé .....
ce qui fut fait , puisque paraît il que Madame Din'DAR a démis depuis plus d'un année de toutes les fonctions administratives au pseudo harcèleur .....

Alors ma question BETTTE ?

Pourquoi les harcelés se sentent encore harcelés ....? Après une année ? Mais qui donc harcèle ?
Étant donné qu'à 1000 le spécialiste qui agit sur commande n'est plus aux manettes du SDIS ?

A moins comme à la mairie de St Denis où on voit circuler un homme au costard et à la cigare ,il y aurait un harcèleur fantôme au 94 rue Qui harcèle jour et nuit 24/24 comme son service opérationnel qui fonctionne tres bien et heureusement pour nous

Ou la situation arrange les gratérs KI et les in CON pétants de cette maison qui brûle en permanence alors que des lances y manque à zot ?

Bon courage aux harcelés ....et harcèleur (S)

14.Posté par Félix le 09/09/2016 18:16
Omerta, dans ce gros désordre les sans-grades les petits caporaux n'avancent pas . Les hommes de terrain qui veulent TRAVAILLER.trime pour un seule BUT le service publique.Connivence de nos institutions
chacun sa place.
hosanna arrêtons avec les combines .

15.Posté par loyada le 09/09/2016 18:22
1.Posté par Gromale***mais, vous avez raison que vient elle faire dans cela
Nommé par le ministre de l’Intérieur après avis du Préfet et avec l’accord du président du Conseil d’administration du SDIS, le chef de corps , directeur départemental et chef du corps départemental veille au bon fonctionnement du SDIS dont il est responsable devant les autorités. Il prend les décisions à caractère départemental et met en œuvre les orientations globales du service déterminées par les élus. Il assure notamment, sous l’autorité du président du conseil d’administration du SDIS et du Préfet :
la direction opérationnelle du Corps départemental des sapeurs-pompiers
la direction des actions de prévention relevant du SDIS
la mise en œuvre opérationnelle de l’ensemble des moyens de secours et de lutte contre l’incendie
la direction administrative et financière de l’établissement
la direction départementale assure l'ensemble des tâches administratives et techniques indispensables au fonctionnement du Service.

Ces missions se répartissent entre les différents groupements fonctionnels et leurs services.

16.Posté par kld le 09/09/2016 18:36
"Par ailleurs qu'ont faits les autres cadres du SDIS face à ce dossier" .haha, hihi .............

17.Posté par tipic le 09/09/2016 19:30
Le problème au S.D.I.S de La Réunion, c'est que les ennemis d’aujourd’hui sont les amis d'hier .A ce titre, les bénéfices en terme de:grades, échelon,primes,voitures de services etc pleuvaient.
Idem pour les politiques siégeant au conseil d'administration:les voitures de fonction prises en location utilisées irrégulièrement, les interventions en faveur de tel ou tel pompiers de tel ou tel commune, les réunions en métropole ou leurs présence ne sont pas forcement indispensable etc..sont monnaies courante et le tout avec la bénédiction de l'encadrement supérieur.
La présidente du conseil général, présidente d’office du conseil d'administration du S.D.I.S, vraie tenante des rennes du pouvoir, du haut de son palais tire a hue et a dia son vice président délégué.
Elle ne prend jamais les décisions qui s'imposent sous prétexte que c'est le Préfet qui commande, alors que ce dernier, fin limier juridiquement, pense totalement le contraire puisque la loi place le commandement administratif , financier et technique de l’établissement public sous le contrôle du président du C.A du S.D.I.S.
Ainsi, de déni de responsabilité en respect stricte de la loi, le S.D.I.S de la Réunion, depuis de nombreuses années tourne en rond et les abus en tout genre sont constaté quotidiennement.
Elle est pas belle la vie dans les colonies?

18.Posté par môvélang le 09/09/2016 22:36
les harceleurs ont les moyens, avec cet argent, ils achètent qui ils veulent !

19.Posté par kld le 09/09/2016 22:46
ho que ouieux , elle est belleux la vie dans les ex colonies ........vive la Républiqueux . tipic++

20.Posté par Clea le 10/09/2016 05:53 (depuis mobile)
Et oui poste 14 vous avez raison ceux qui sont sur le terrain et qui font le plus gros sont toujours dans l''attente de leur dû ex court derrière pour le grade alors que ceux qui foutent rien eh bien reçoivent tout sur un plateau et dans les caserne

21.Posté par henri claude le 10/09/2016 08:37
Eh , j'ai appris , par une grosse indiscrétion , que le principal harceleur avait demandé un RDV aux élus du CASDIS pour cause d' harcèlement !!!
Il est aussi victime ????? Mais de qui ????
Peut être par son subalterne direct aussi , on ne sais jamais
Comme il y a la protection juridique pour l’ensemble du personne, aujourd'hui , sans restriction
Pourquoi , au lieu de s'en servir , il veut audience ????
Comprend pi

22.Posté par kld le 10/09/2016 16:06
mi comprend pu , koman la morue vend bon marché ..........ça un gaillard séga .

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales