Faits-divers

Harcèlement au SDIS : Pendant le procès, Hamilcaro mouille N. Dindar et l'ancien Préfet


Harcèlement au SDIS : Pendant le procès, Hamilcaro mouille N. Dindar et l'ancien Préfet
Après avoir été condamné à deux reprises cette année, Cyrille Hamilcaro s'est de nouveau retrouvé dans le box des accusés devant le tribunal correctionnel de Saint-Denis. Poursuivi en tant qu'ancien président délégué du SDIS, il a tenté de prouver qu'il n'avait en rien harcelé moralement le colonel Jean-Marc Loubry, entre 2005 et 2006.

"Je ne lui ai jamais conseillé de quitter sa fonction", lance Cyrille Hamilcaro accablé par les diverses questions du juge sur la confiscation du gsm, l'absence de dossier, le blocage de son essence, le déménagement de ses affaires,…

Cyrille Hamilcaro, excédé, rappelle que la plainte de Jean-Marc Loubry a touché plusieurs personnes dont M.le Préfet, et la présidente du Conseil Général. "Je suis seul à la barre, j'aurais aimé les entendre", rétorque-t-il. Ce que son avocate répètera dans sa plaidoirie : "Ils ne doivent pas être les seuls à la barre. Ce ne sont pas les bonnes personnes dans le box des accusés."

Vient le tour d'interroger Roland Sihou, l'ancien directeur de cabinet de Cyrille Hamilcaro, mais il ne viendra pas apporter plus d'éléments, son intervention manque de clareté. Roland Sihou sera décrit plus tard par Jean-Marc Loubry comme un homme qui se prenait pour le patron du service, qui récupérait tous les courriers et prenait toutes les décisions.

Jean-Marc Loubry détaillera pour sa part toute la chronologie liée à la dégradation de son emploi : "C'était l'isolement, c'est ce que j'ai appelé une mise à l'écart (…) En juin 2008 j'ai porté plainte sans cibler particulièrement une personne. J'étais débordé humainement", résume-t-il.

L'audience va durer plus de 6 heures, au terme de laquelle le Procureur requiert 4 à 6 mois de prison avec sursis et 10.000 euros d'amende pour chacun. Les deux avocates de la défense demandent quant à elles la relaxe de leur client. Le délibéré est fixé au 25 février 2012.
Mardi 6 Décembre 2011 - 23:00
Lu 1940 fois




1.Posté par Juliette CARANTA- PAVARD le 07/12/2011 05:59
CHIC !, "ILS" vont se mettre -- enfin ! -- à se dénoncer les uns les autres ...

2.Posté par noe? le 07/12/2011 06:36
Harcèlement ? Pression ? Affaire commanditée ? Les auteurs ? Les boucs-émissaires ?

« Celui qui pose une question risque cinq minutes d'avoir l'air bête.
Celui qui ne pose pas de question restera bête toute sa vie » , n’est-ce pas ?

3.Posté par luky lucke le 07/12/2011 11:11
il faut que le directeur du sdis sage que beaucoup de pompier de la reunion son sous pression,son harcelé .regarde a la plaine des palmistes sa vas pété un jour .

4.Posté par jacky le 07/12/2011 17:11
comment a la plaine des palmistes??????
LO gros les un dictateur??????
ses pas la 1er fois depuis que lu lété au CODIS
la pas coupe a li
dommage pou lo sdis d'ojordui
Lo grand mam devrais voir sa do pres

5.Posté par dominique trabuton le 08/12/2011 17:21
post4
qui s'est celui la ?????

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Lundi 5 Décembre 2016 - 08:55 Quatre blessés graves en cette fin de week-end

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales