Politique

Hamilcaro, Picardo… Coups de balai au Tampon


Hamilcaro, Picardo…  Coups de balai au Tampon
Que ce soit dans les communes ou les communautés de communes, chaque changement de majorité apporte son lot de coups de balais.
 
Malgré les grandes déclarations à maquillage démocratique, la main sur le cœur, on vire, on mute, on fait le ménage. On y est tellement habitué depuis des lustres que la chose semble aller de soi. Et ne choque pas grand monde, surtout pas dans le landerneau politique.
 
Encore plus curieux : habituellement, les "victimes" de ces avatars publics râlent comme des putois. Or là, en l’espèce, personne ne dit rien. On a l’impression que les virés jugent la chose comme allant de soi.
 
Au Tampon par exemple.
 
Cyrille Hamilcaro a vidé ses tiroirs de la CaSud vite fait (à peine deux jours après les élections) après l’arrivée de TAK aux commandes de l’organisme communautaire. Il fallait s’y attendre, les deux hommes n’étant pas franchement les meilleurs dalons de la planète.
 
Sauf qu’on n’a pas lourdé le maire de Saint-Louis : plutôt que de se faire virer comme un malpropre, le bonhomme a choisi de s’exiler. Oh ! il n’a pas eu à aller loin. Des locaux de la CaSud à Trois-Mares, Cyrille Hamilcaro n’a eu que quelques kilomètres et 15 minutes de route à faire pour débarquer dans les locaux de la Civis à Pierrefonds. Où l’attendait déjà un bureau cousu main, avec un salaire qui donne le tournis.
 
Un autre a vu les choses tourner moins bien, Dominique-Louis Picardo, ancien du staf dirigeant de l’Arast, recyclé au service communication du Tampon. Son tort, avoir pris fait et cause pour Paulet Payet.
 
On lui a poliment signifié son exclusion des nouveaux organes de communication et voici notre homme courant les possibilités d’emploi. Soir après soir, "quand la nuit s’avance" (*), "DL" rumine les vanités de ce bas-monde.
 
 
(*) "Quand la nuit s’avance", une des meilleures émissions radiophoniques jamais créées sur Réunion 1è avec celles d’André-Maurice et du regretté Henri Lamour. C’était à partir de 20 heures, musiques de qualité, commentaires à haute teneur intellectuelle, culture, invités triés sur le volet. Avec parfois des oups ! amusants, comme le jour où "DL", maître d’œuvre de l’émission, a failli mettre son poing dans la gueule à Joey Star, alias "le sinistre". Jouissif !
Mardi 6 Mai 2014 - 10:49
Jules Bénard
Lu 3600 fois




1.Posté par Paul le 06/05/2014 12:19 (depuis mobile)
Hamilcaro maire de St Louis peut-il être employé par la Civis?

2.Posté par bouboul974 le 06/05/2014 12:34
@Poste 1 tout comme Olivier Rivière au Tampon de la CASUD

3.Posté par ZembroKaf le 06/05/2014 12:41
dans les locaux de la Civis à Pierrefonds. Où l’attendait déjà un bureau cousu main, avec un salaire qui donne le tournis.

Pour Hamilcaro y a pas un problème de conflit d’intérêt !!!

4.Posté par Jules Bénard le 06/05/2014 12:57
à posté 1 : c'est une bonne question et je vous remercie de me l'avoir posée. Clop ! Je n'en sais rien et me meurs d'angoisse devant cette interrogation douloureusement existentielle: peut-on être juge et partie ? Peut-on être payeur et se payer ? (sur des fonds dits publics) Car Saint-Louis, membre de la Civis, paye déjà Cyrille comme maire et casque une seconde fois comme employeur territorial. Cherchez l'erreur... quand il y a tant de gens au chomdu. J'vais encore me faire des potes, là, je le sens.

5.Posté par citoyen le 06/05/2014 13:14
CIVIS repaire des élus condamnés cela va de soit...

6.Posté par brosse à reluire. le 06/05/2014 14:05
ou est contribuables 97.4.??

7.Posté par ALPHONSINE le 06/05/2014 14:29
C ' est bizarre Cyril etait encore employé à la Casud ce matin
Alors depuis quand et qui l'a viré?

8.Posté par Dominique Louis le 06/05/2014 15:48
Merci Jules de ton suivi attentif des "après". Je commenterai peu la partie professionnelle, j'étais collaborateur de cabinet, directeur de la communication, et je savais que cela faisait partie du jeu. Du premier au dernier jour, j'ai considéré cette fonction comme un métier et - si j'en ai encore l'occasion - je continuerai à me battre pour le prouver!
Quand à "Quand la nuit s'avance…", merci pour le compliment!
Sans prétention aucune, nous avons vécu quelques beaux moments en dix ans d'antenne - quand le service public se piquait de culture - où plaisir, émotion et enrichissement (culturel) personnel se mêlaient pour des moments magiques auxquels, peut-être nos verres (avec modération ou pas, d'ailleurs), rajoutaient peut-être du brillant!
Eric Triton y a fait sa première radio, tout comme Olivier K/Ourio d'ailleurs, Davy Sicard et Didier K/Grain étaient encore College Brothers, Fugain, Lama ou Devos nous ont fait l'honneur de leur présence et Manu Dibango y avait ses quartiers. Des souvenirs, je pourrai en dérouler des centaines, comme cela. Chaque vendredi soir, grâce à la "dream team" des techniciens de RFO, nous nous offrions deux heures de live intégral, notre "taratata" radio local et nous en avons vu défiler des artistes qui, valeurs montantes de l'époque, sont aujourd'hui des valeurs plus que confirmées du paysage musical local. C'était l'époque où "écouter (et faire découvrir) la différence" avait encore un sens pour le service public et où la devise, en matière de programmation, n'était pas le suivisme : "Puisque nous avons les manettes, suivons les!" Autres temps, autres moeurs, mais mon vieux Jules nous jouons les anciens combattants!
La vraie radio avec une ligne directrice, une "couleur", une signature viendra du Net, quand tous les autoradios pourront recevoir en streaming et que la prégnance du pognon ne sera plus aussi forte. En tout cas, c'est mon utopie!

9.Posté par noe le 06/05/2014 17:04
Quand on gagne une municipalité , un bon coup de balai s'impose à tout nouveau maire ...il faut enlever les mauvaises herbes plantées par l'ancien équipe ..On emploie à plein régime des M. Propre et on met les crasseux au placard ou changement d'endroit de boulot !
La valse des gens est nécessaire pour avancer vers d'autres horizons !

10.Posté par le neveu de noe et sonia le 06/05/2014 18:13
... et bientôt les maires mettront un bon coup de balai dans les écoles !

11.Posté par dadou le 06/05/2014 22:05
une chose est sure ,tous les dirigeants de l'ARAST ont été reclassés sans sprobleme dans plusieurs municipalites et pas a n'importe quel poste!!picardo ,service communication!!!ya mieux!on a vu ses competences lors de la fermeture des creches au tampon!!mais je ne m'inquiete pas pour les vires de TAK,d'autres postes les attendent ds d'autres mairies!

12.Posté par sophie le 08/05/2014 20:01
POSTE 9 oui mais.
Au Tampon DL proche G Anette s'en va.
Pour le remplacer : A Saliou proche de DR.

Y a un vraie problème dans cette com au tampon. non?

13.Posté par Dignité le 09/05/2014 09:58
Dans une Collectivité locale il y a :
-des emplois statutaires (Attachés territoriaux, Ingénieurs, Rédacteurs etc...) au service des intérêts de la Collectivité
- et des emplois fonctionnels (DGS, DGA, employés à la Communication etc...) au service des intérêts du Maire ou du Président.

Les premiers bénéficient de la sécurité de l'emploi, ont un salaire qui relève du droit commun de la fonction publique et n'ont pas vocation à être virés.
Les deuxièmes ont un statut plus précaire compensé par un salaire plus élevé auquel s'ajoutent souvent des avantages en nature (maison de fonction, voiture de fonction, primes diverses etc..). Ces emplois relèvent du "spoil system" en vigueur aux USA et ont ainsi vocation à disparaître en cas de changement de majorité.
Le problème c'est que certains agents s'arrangent pour avoir les avantages des deux systèmes en refusant leurs inconvénients.
C'est ainsi que dans certaines collectivités des agents titulaires se font nommer sur des emplois fonctionnels et quand le vent se tourne ils retournent sur leur emploi statutaire. Ils veulent ainsi le beurre et l'argent du beurre.
Le système est ainsi dévoyé avec la complaisance d'élus qui en jouent également comme Hamilcaro (qui n'est pas tout seul).

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales