Social

Habitat à La Réunion : Un regain d'intérêt des constructeurs pour le logement social

La crise économique actuelle a eu pour effet la baisse des loyers et un regain d'intérêt des constructeurs pour les logements sociaux pour lesquels les deux tiers des ménages réunionnais sont éligibles. Cependant la hausse des coûts due aux nouvelles normes de construction et le manque de foncier disponible constituent des freins.


Le logement social est une priorité "urgentissime" pour les pouvoirs publics à La Réunion, principalement pour deux raisons. Tout d'abord, l'île est l'une des régions de France les plus dynamiques en terme de croissance démographique, +1,55% en moyenne entre 1999 et 2006 contre 0,64% en métropole. Ensuite il faut savoir que les deux tiers des ménages réunionnais sont éligibles aux logements sociaux, soit près de 200.000 ménages, du fait de leurs revenus modestes. En France, 83% de la population est éligible au prêt locatif social (PLS).

Le parc de logement privé s'est rapidement développé depuis 2002 sous l'impulsion d'aides à la pierre, notamment les incitations fiscales, mais la hausse des prix du foncier et des coûts de construction ont par contre freiné la production de logements sociaux, soit une production annuelle de 1.066 logements entre 2005 et 2008, contre 2.451 logements par an entre 1995 et 1999.

Phénomène de décohabitation

Le phénomène de décohabitation a pour conséquence l'augmentation du nombre de ménages en attente de logements de petites tailles. En janvier 2009, le parc locatif comptait environ 52.000 logements locatif social et plus de 25.000 ménages avaient déposé une demande de logement auprès des bailleurs sociaux.

Plus de la moitié des ménages qui bénéficient déjà d'un logement social y restent, ce qui explique une faible rotation. Normal, un ménage réunionnais type (couple avec deux enfants) ne possède pas la capacité locative (333 euros/mois) nécessaire pour habiter dans un logement dont la taille correspondrait à ses besoins (T4).

L'État prévoit 204 millions d'euros pour l'IEDOM

Mais la crise économique actuelle a pour effet la baisse des prix des loyers dans le privé. Le tassement du marché libre relance l'intérêt des constructeurs pour le logement social, jugé trop peu rémunérateur avant la crise...

Environ 140 hectares sont disponibles, et l'État prévoit 204 millions d'euros pour l'IEDOM (Institut d'émission des département d'Outre mer) si les investisseurs répondent présents. Cependant, les nouvelles normes techniques (réglementation thermique et acoustique...) pèseront sur les coûts dès 2010 et à moyen terme, la poursuite d'un rythme soutenu de construction dépendra de la disponibilité de foncier aménagé.
Jeudi 3 Décembre 2009 - 07:47
Karine Maillot
Lu 1560 fois



Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales