Politique

Guillaume de Bricourt : De Maurice il brigue la 10 ème circonscription des Français de l’étranger

Mercredi 17 Mai 2017 - 11:37

Installé à l’île Maurice depuis 9 ans, Guillaume de Bricourt vient de se lancer un défi un peu fou : briguer la 10 ème circonscription des Français de l’étranger sous l’étiquette 577 pour La France... 100 000 votants potentiels répartis dans 49 pays sur une zone immense de l’Océan Indien, d’Afrique (à l’exclusion des ex colonies françaises) et du Moyen-Orient.…

A 49 ans, ce père de quatre enfants dirige dans l’île sœur une entreprise dans le secteur du tourisme, une PME de 20 personnes. Durant l’été austral, début mars plus précisément, une rencontre a été pour lui décisive : celle de Jean-Christophe Fromantin (ndlr : le fameux entrepreneur qui en 2008 s’est présenté à la mairie de Neuilly, chasse gardé du sarkozysme ,sans aucune étiquette et a réussi à l’emporter). Il deviendra ensuite député en 2012…

Fromantin lui a parlé de son initiative qu’il porte " 577 les Indépendants de la Droite et du Centre ". (ndlr: rejoint depuis peu par le mouvement Nous Citoyens). 577 représente tout simplement le nombre de députés siégeant à l’assemblée nationale élus de Métropole et de l’Outre mer, 12 sièges étant réservés aux représentants des Français de l’étranger.

"Rebâtir une France basée sur la société civile"

Un baptême du feu pour ce Rennais d’origine qui n’avait jamais fait de politique jusque là… Pourquoi donc se lancer de Maurice dans un telle aventure ? Il présente ainsi les choses : " Quel est mon objectif ? Si je le savais… J’ai lu le bouquin de Fromantin "Et si c’était vous". Une évidence m’est apparue. Il est temps que les talents que nous avons dans les territoires français aient le droit de compter et de parler dans le jeu politique. Ça suffit de laisser la politique à des politiciens professionnels qui ne travaillent qu’à leur réélection. L’idée de 577 pour la France, mouvement crée il y a un an, est de rebâtir une France basée sur ses territoires et sur les talents de la société civile qui les habitent ". 

Fromantin ? Guillaume de Bricourt voit en lui " un homme intègre et clair avec un programme plein bon sens " . 577 prône la réforme des territoires avec une simplification qui permettrait de ne garder que 8 grandes régions françaises et 450 territoires. "  Nous disons stop aux départements et conseillers généraux. Des économies de dingue seraient réalisées en gardant ne gardant que 450 députés et en remplaçant les sénateurs par les présidents de ces 450 territoires. En passant de 22 à 15 régions sous Hollande aucune économie n’a été faite et cela a même généré des coûts supplémentaires ! ".

Une centaine de candidats porteront cette étiquette aux prochaines législatives. Il poursuit sa démonstration : "  A 49 ans, jamais je ne m’étais engagé en politique. Je suis entrepreneur de longue date, je connais tous les problèmes de compétitivité économique et  je me plains et râle sur le système. Aujourd’hui je m’engage pour faire bouger les lignes. Je me suis senti concerné. "

La suite ? Ayant postulé, Guillaume de Bricourt a été investi ayant obtenu les 100 soutiens nécessaires et ayant pu rassembler les 4 000 euros provenant uniquement de dons.
 
Quelles sont ses difficultés ? " Au début ma campagne était quasi invisible. Ça en a fait sourire plus d’un. Tant que je n’étais pas candidat officiel, je ne pouvais avoir la liste des inscrits. Je n’ai fait que du marketing digital dans un premier temps, j'ai bricolé mais avec une foi incroyable. Avec un accès plus large ça va plus vite ".
En face de lui se présentent des candidats investis par de très gros partis, plus de 10 candidats. Les votes pour les Français de l’étranger se feront le 4 et 18 juin en décalage par rapport à la Métropole.

Quelles seront ses priorités et la colonne vertébrale de son programme ?

Selon lui, les problèmes rencontrés par les Français de l’étranger sont récurrents et concernent l’équité sociale et fiscale. Certains certes sont moins communs comme ce qui touche à la sécurité ou à la qualité de l’enseignement. " J’essaye de m’exprimer sur les deux pans de ce mandat : en tant que potentiel député des Français de l’étranger mais aussi de député français. L’image que donne la France à l’étranger en prend un sacré coup depuis plusieurs années. Je me bats pour un programme où la France retrouverait son rayonnement purement politique basé sur un vrai programme économique. Il y en a marre que des candidats venus du système soient parachutés sur des circonscriptions qu’ils méconnaissent ! "

De façon opérationnelle le candidat s’est entouré d’un directeur de campagne et d’un administrateur financier ainsi que d’un assistant. Impossible pour lui, autant matériellement que financièrement, de se déplacer dans les 49 pays que comptent sa circonscription. L’idée a été pour la petite équipe de trouver des relais dans chaque pays.

Guillaume de Bricourt est clair :  " Je crois beaucoup plus en ces relais qu’aux voyages. Ça serait anti productif. Si je suis au second tour j’aurai 15 jours et si je dois bouger cela sera vers les plus gros réservoirs de voix que sont le Liban, les Emirats Arabes Unis, Madagascar, le Gabon et ici à Maurice ".

Après ce baptême du feu en politique sa décision est déjà prise… Quoi qu’il advienne il restera en politique, dans l’action et se représentera dans 5 ans. 
Catherine RONIN
Lu 3818 fois



1.Posté par kelintérè le 17/05/2017 13:26

Kel intérè de parler dece kandida?
On poura pa voté pou li!?
Enkor du kopinaz?

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Samedi 21 Octobre 2017 - 11:13 Nassimah Dindar évoque une "théorie du complot"