Politique

Guadeloupe : un accord partiel sans le Medef et la CGPME

Un accord partiel concernant 15 à 17.000 salariés sur 80.000 a été signé en Guadeloupe malgré l'absence du Medef et de la CGPME. Selon les représentants de ces deux organisations, c'est un "climat d'intimidation et de violence qui règne dans les réunions"...


Elie Domota
Elie Domota
Après avoir repris vers 16h30 en Guadeloupe (00h30, heure de la Réunion), les négociations ont abouti à un accord partiel entre le LKP, les médiateurs, le préfet et deux organisations patronales minoritaires (Union des chefs d'entreprise de Guadeloupe et le Collectif des entrepreneurs). Quinze à 17.000 salariés sur 80.000 seraient concernés par cet "accord bancale". Ces derniers verront, de facto, leur salaire augmenter de 200 € grâce à un montage entre l'Etat, le patronat et les collectivités locales.

Les représentants du Medef et de la CGPME et d'autres organisations patronales (PMI Fédération du BTP) ont décidé de ne pas participer à ces discussions et de ne pas parapher cet accord en raison de "l'insécurité récurrente" qui a régné lors de la précédente réunion de mercredi.
Le président du Medef, Willy Angèle, a déclaré qu'il avait été directement menacé par Elie Domota lors des discussions de mercredi soir. Selon le Medef Guadeloupe, ce dernier aurait sauté par dessus la table des négociations pour venir agresser physiquement Willy Angèle.
Sans démentir les propos du premier représentant du Medef, Elie Domota a déclaré que les choses n'étaient pas si graves : "M. Angèle dit ce qu'il veut, il fait ce qu'il veut".

Les médiateurs, les différents syndicats ainsi que le patronat avaient négocié pendant près de 11 heures mercredi. Hier, c'est un processus financier permettant d'accéder aux revendications salariales qui devait être trouvé. La mobilisation se poursuit...

Toujours en Guadeloupe, les locaux de RFO ont été envahis par des manifestants hier après-midi. Le gouvernement, en la personne de Michelle Alliot-Marie, a fermement condamné cette action et promet des poursuites judiciaires à l'encontre des individus concernés.
Vendredi 27 Février 2009 - 10:00
Ludovic Robert
Lu 984 fois




1.Posté par david le 27/02/2009 10:32
Après les menaces de mort qu'on a pu voir la dernière fois, ça ne m'étonne pas que Domota se comporte comme un kaniar et agresse physiquement ses interlocuteurs. J'espère qu'à la Réunion nos syndicalistes-amex péi se comporteront un peu mieux.

2.Posté par boyer le 27/02/2009 11:31
un accord proprement scandaleux inspiré directement de la pratique syndicale des pays scandinaves à laquelle l'ump lorgnait depuis logtemps : "subtituer les accords d'entreprises à la loi". Gerard Filoche avait deja denoncé cela il y a qq temps.

C'est a dire introduire des inégalités supplementaires entre les salariés, ceux pour qui l'accord s'apliquerait ceux pour qui il ne s'appliquerait pas. En fait ce genre de pratique faisait parti des arrangement entre l'UMP et les syndicats pour negocier la "reforme de la representativité" syndicale:

- le patronnat y trouve l'avantage d'eviter les lois
- les syndicats trouve l'avantage d'augmenter le nombre de leurs adherents et de se remettre a flot


Bien sur ça serait tentant de dire que ceux qui ne font pas grève, ceux qui ne se syndiquent pas ne mériteraient pas de profiter des victoires syndicales, mais au delà, cela revient à remplacer la force de la république par celle des corporatismes.

3.Posté par William le 27/02/2009 11:54
Bref le LKP a signé un accord avec lui même ! Bravo !!!

Impuissant devant l'impossibilité de voir se réaliser ses revendications, comment le LKP va pouvoir se sortir de l'impasse ? Comment les PME vont pouvoir se relever ?

4.Posté par franck974 le 27/02/2009 18:09
pas si grave
moi je trouve que la situation est plutôt grave en Guadeloupe
l'ile n'est pas prête de s'en remettre, après la crise du tourisme de 2005/2006

5.Posté par Albert Ebasque le 27/02/2009 22:35
Il a quand même changer de polo....jaune pour les menaces de mort, rouge pour..............

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales