Social

Guadeloupe: et de dix !

Alors que le secrétaire d’Etat à l’Outre-mer continue sa visite officielle à la Réunion, à des milliers de kilomètres de là, les Guadeloupéens attendent une position claire d’Yves Jego et entament leur dixième journée de grève.


wwww.agoravox.fr
wwww.agoravox.fr
La Guadeloupe connaît la dixième journée de grève générale "contre la vie chère". Historique.
Les images diffusées par la presse le montrent, le spectacle est impressionnant: les routes sont désertes, les stations essences réquisitionnées prises d’assaut par les automobilistes prêts à faire des heures de queue pour quelques gouttes d’essence, certains magasins sont fermés et les manifestants continuent de grogner.
Débutée le 20 janvier dernier, la grève se prolonge.
Difficile pour le moment d’entrevoir le moindre signal d’issue au conflit. Sauf, peut-être, avec la déclaration d’Yves Jégo, secrétaire d’Etat à l’Outre-mer, qui a dit être "disposé à entamer des discussions"…
Le secrétaire d'Etat a toutefois précisé que ce cycle de discussions "n'est possible que dans un climat apaisé où chacun respecte l'autre et où l'activité reprend son cours normal" dans l'île antillaise, a relayé l’AFP.
Jeudi 29 Janvier 2009 - 16:14
Melanie Roddier
Lu 1177 fois




1.Posté par Trouillomètre au maximum le 29/01/2009 23:26
Il faut donner l'indépendance à la Gwadloup !

2.Posté par nicolas de launay de la perriere le 30/01/2009 00:19
t'es lourd trouillo avec tes commentaire sur l'indépendance de la gwada...

3.Posté par fifi le 30/01/2009 00:24
la guadeloupe est une ile d'enfants gatés et un peu irresponsables donnont leur l'independance
et en moins de 10 ans se sera haiti ou madagascar ( j'ai eu une entreprise sur place je sais de quoi je parle)et pour ceux qui ne manquerons pas d'être choqués j'exprime ici une opinion souvent exprimée par des guadeloupéens de la bas , c'est helas la réalitée et cela durera tant que la metropole acceptera de conserver ce bout de terre caraibe à tout prix (et quel prix) chiche donnont leur l'independance

4.Posté par les ino 100 DALTONS le 30/01/2009 02:49
il faut lutter contre la corruption au plus haut niveau du temps de Chevry surtout a maintenant sans oublié surtout la chambre de commerce Colette Koury car elle un bon interrogatoire elle crache tout.

Alors nous les petit entrepreneur De BTP les minables car voilà la qualification de ces gens nous somme pas de pompe pour les elction alors on nous boude nos dossiers d'appel d'offre .
Sans parler encore des mairies donneur d'ordre particulièrement qui facilite plus souvent les copains que la véritable qualité a des prix justement rationnel non celle qui dois couvrir les membres de sa familles .
Alors pour cela je suis prêt a offrir 100mille euros pour que l'état ce donne les véritable moyen de faire la lutte contre cela dans la Guadeloupe au détriment de la jeunesse Guadeloupeen ainsi a ce qui souhaite travaillé honnêtement dans le soucie de la qualité non dans l'esprit de regarder alors la génération futurs devenir sauvage par notre ignorance et nos erreur et surtout de ces irresponsable qui cherche encore a prouvez a la guadeloupe le bon fondé de leur action devant les caméras alors allez vous guadeloupeen glorieux dans votre combat allez dite montrer le veritable sens de votre action pour vos père pour aussi votre histoires

5.Posté par les ino 100 DALTONS le 30/01/2009 02:58
allez bouger vous le cul les daltons continu de pillé la Guadeloupe .

IL faut vraiment un services contre la lutte anti-corruption

Ensuite

Que Hayot et Loret ce retire de la Guadeloupe,on ai aussi capable de faire sans eux exactement
Il y à des Enseigne européen capable de faire aussi bien que ces gens la en Guadeloupe pour beaucoup moins chère alors pourquoi accepte cela boycoot de leur enseigne voilà une vrai action
Ensuite condamnée des entreprises de B T P comme dans tout le domaines du commerces ainsi les responsables ancien (ne). comme les actuelle à de la prison ferme pour corruption active


ALLEZ L''ÉTAT PREND TON DROIT SINON ON VA LE FAIRE POUR TOI


6.Posté par darkalliance le 30/01/2009 08:16
Solidarité

7.Posté par Vaillant le 30/01/2009 08:50
les commentaires de "Trouillo" sont toujours très fins et mesurés... c'est pas en crachant sa bile pérpétuellement sur des forums du web qu'on fait avancer le débat.

8.Posté par reunion/gwada le 30/01/2009 10:06
Je suis de la reunion, (avec des origines bretonne,normande) a vécu la bas,
en métropole par la suite et actuellement en guadeloupe, et je peux vous dire aujourd'hui que les pb des guadeloupéens sont les pbs de tous les français quelque soit son origine. j'ai suivi le débat médiatisé sur 5 jours regroupant les syndicalistes, l'état,les patrons, les associations etc. et que le peuple ici a pu découvrir toutes les faces cachées, les magouilles réelles, les vérités, preuves, chiffres, noms etc, à l'appui de ceux qui sont au pouvoir, j'ai vu là un peuple uni, solidaire menant un combat contre l'illégalité, les dessous sombres qu'on nous cache, l'injustice des richesses malréparties, le pouvoir d'achat, la pauvreté,je suis salarié ici, je vois la misère autour de moi quotidiennement, j'ai manifesté pour la 1er fois de ma vie, je n'ai pas vu que des guadeloupéens dans la rue, des gens pures souches de métropole aussi y compris des patrons, nous savons comment fonctionne le pays, et en métropole les gens se battent pour les memes raisons. Les guadeloupéens ne se plaignent pas de cette greve, ils étaient bien préparés, ce que montrent les médias ne sont pas toujours exactes. En tout cas j'aurais souhaité la meme chose pour tous les départements car tous sommes concernés par les memes revendications que demande la guadeloupe. Cela n'a rien avoir avec l'indépendance, avions nous oubliés les émeutes et les pillages du chaudron dans les années 90 (lorsqu'on à brulé le geant score du chaudron). Cela n'avait rien avoir avec l'indépendance, quand un peuple souffre, revendique des choses justes, n'accepte pas la pauvreté et l'injustice quel est le rapport avec l'indépendance ? Si c'est le cas par ex. avec la Bretagne faudrait rendre ce dernier son indépendance? Ici c'est un département francais détaché peut etre mais avant tout département, et quand des pbs persistent, il faut le dire haut et fort, aujourd'hui le combat que mène ce département c'est un combat pour la martinique, la guyane la reunion et la france métropolitaine etc. Fière de tout les francais qui se batte pour une justice meilleure. N'a-t'on pas coupé jadis les têtes des rois à cause de l'injustice ? Aujourd'hui heusement que cela n'existe plus en France, Je suis antiviolence mais cependant nos ancêtres l'ont fait. désolé pour fifi qui a vécu une mauvaise expérience, ceci dit j'ai cotoyés des chefs d'entreprises qui ne cachaient pas non plus leurs abus et qui s'en vantaient meme.

9.Posté par Ulysse le 30/01/2009 10:35
à Pierrot Dupuy :
Je pense qu'il serait intéressant de savoir si Zinfos974 est lu aux Antilles (et aussi ailleurs dans le monde), tu dois savoir sans doute.
Les évènements actuels vont sans doute t'amener de nouveaux "lecteurs" de chacun des DOM.
Ce serait intéressant selon moi qu'on en ait une vision nous aussi.

C'est possible : il existe un logiciel qui affiche sur le site une petite carte de la planète avec des points représentant le pays et le nombre d'internautes connectés.


10.Posté par Aero Freins le 30/01/2009 11:31
Intéressante l'intervention de réunion/gwada qui permet que d'autres appréciations soient apportées par rapport à ce qui se passe en Guadeloupe. Trop souvent, les plus "inspirés" réagissent à chaud, et ne se basent que sur des clichés. CAr sous prétexte d'une économie peu florissante, d'autres abbérations doivent être admises, tolérées... " De quoi tu te plains l'assisté ? "

Ce n'est pas la crise pour tout le monde... certains secteurs..ou certains tout courts sont particulièrement en train de s'enrichir en ce moment... et s'il s'agit de remettre les choses à plat, aller vers une plus grande indépendance par exemple, je parle de développement ou de balance économique je le précise, cela signifie que "certaines pratiques"...doivent cesser.

Et c'est, je crois, ce que demande la Guadeloupe. Mais vu au travers d'appareil de mesure, c'est à dire de loin, et parce que le mouvement apparait comme "violent", indiscipliné, animal (??!) certains ne réfléchissent pas davantage et fustigent, ...à tort et en travers...

Plus que de la pétoche, c'est un manque évident ...de solidarité ..et de fraternité.

Pour ce qui est de la Liberté, d'autres y travaillent...

11.Posté par boyer le 30/01/2009 14:41
la guadeloupe revendique entre autre:


1- NIVEAU ET CONDITIONS DE VIE

- Un relèvement immédiat et conséquent d’au moins 200 €, des bas salaires, des retraites et des minima sociaux afin de relancer le pouvoir d’achat, de soutenir la consommation des produits guadeloupéens et plus généralement la demande.
- Le relèvement immédiat du SMIC, des salaires du secteur privé, des traitements de la fonction publique, du minimum vieillesse, des minima sociaux.
- Un salaire minimum guadeloupéen calculé sur le coût réel de la vie en Guadeloupe.
- Création d’un bureau d’études ouvrières, chargé de calculer l’évolution des prix des produits réellement consommés par les travailleurs.
- Réductions d’impôts fondées sur la justice fiscale.
- Baisse significative de toutes les taxes et marges sur les produits de première nécessité et sur les transports.
- Baisse des taux de la taxe sur les carburants.
- Suppression de la taxation des produits locaux

Logements

- Gel des loyers pour une période indéterminée et pour l’année 2009 l’annulation de l’augmentation de 2,98%
- L’arrêt des saisies immobilières des propriétés des guadeloupéens et restitution des biens
- Un plan quinquennal pour résorber l’habitat insalubre
- Un vaste programme de construction de logements sociaux et intermédiaires.

Environnement

Contamination des terres par la chlordécone :
- Définition de mesures sanitaires pour protéger les populations des zones contaminées ;
- Indemnisation des victimes professionnelles et civiles.

Transports

- Mise en place d ‘un véritable service de transport des usagers.
- Engagement d’un audit indépendant sur les modalités de constitution des Groupements et d’attribution des marchés ;
- Révision des conditions d’exécution des marchés envers les usagers (abris bus, arrêts matérialisés, gares routières, poteaux d’indications des horaires de passage des bus)
- Réhabilitation et indemnisation des Transporteurs déclarés ‘’clandestins’’
- Révision des conditions d’exécution des marchés par les groupements vis-à-vis des transporteurs (mise en fonction de la billetterie, fixation du prix à verser par chaque sous-traitant en fin de mois)


2 - EDUCATION

- Mise en place dans l’immédiat d’un moratoire de 4 ans en ce qui concerne la réforme du recrutement des enseignants, le temps de permettre la mise en place par l’U.A.G. des masters de professionnalisation et les sorties des premières promotions.
- Acter dans ce cadre un plan de titularisation des contractuels pour palier les besoins de recrutement.
- Maîtrise de la gestion des postes et des personnels en Guadeloupe pour mettre en place une politique de l’emploi et de la formation conforme à nos besoins.
- Disposer d’un pouvoir décisionnel en matière de programmes, d’orientation, d’éducation de gestion des ressources, de la mise en place d’un plan de titularisation des personnels contractuels et des contrats aidés.


3 - FORMATION PROFESSIONNELLE

- Création d’une structure assurant un véritable service public de la formation professionnelle : le CRFP ne constituant pas une réponse à la hauteur des enjeux.
- Augmentation des fonds alloués à la formation professionnelle - Minimum 100 millions d’euros.
- Création de filières de formation professionnelle liées à tous les secteurs stratégiques pour le développement de la Guadeloupe et adaptées à nos réalités avec production de référentiels spécifiques (Agriculture, Environnement, Energies renouvelables,…)
- Plan de formation obligatoire dans toutes les entreprises et particulièrement dans les entreprises de moins de 10 salariés.
- Mise en place d’un dispositif d’accompagnement et de formation pour un chômeur ou un travailleur dans le cadre de la création d’activité.
- Création d’un Fonds d’urgence pour la formation professionnelle alimenté par les remboursements des trop perçus de la SARA.


4 - EMPLOI

- Priorité d’embauche pour les Guadeloupéens.
- Embauche obligatoire de Guadeloupéens dans toutes les entreprises qui bénéficient d’aide publique.
- Mise en place d’un avenant régional à la prochaine convention Unedic en vue d’améliorer et d’élargir les conditions d’indemnisation du chômage en Guadeloupe : revalorisation des allocations de chômage en montant et en durée (moins du ¼ des chômeurs de Guadeloupe ont droit à ce jour à l’ARE).
- Respect de l’obligation de recrutement des Travailleurs Handicapés
- Arrêt de la déprogrammation des fonds de la formation professionnelle
- Ouverture des financements de la formation professionnelle à tous les chômeurs et non plus uniquement aux seuls indemnisés au titre de l’ARE & instauration d’un crédit annuel de formation pour chaque chômeur.
- REHABILITATION DU FONDS SOCIAL de l’ex ASSEDIC pour les situations individuelles.
- Limitation du CDD à 6 mois renouvelable une fois, à l’issue du renouvellement, embauche du salarié.
- Limitation du recours aux sociétés d’intérim à 5% des contrats du secteur marchand.
- Embauche prioritaire à l’issue d’un contrat en alternance.
- Obligation d’embauche des travailleurs handicapés au lieu du paiement de la pénalité prévue par la loi.

Contre les LICENCIEMENTS
- Participation des représentants des salariés dans les instances dirigeantes de l’entreprise avec voix délibératives.
- Plan social, reclassement et formation obligatoire quel que soit le nombre de licenciés et l’effectif salarié de l’entreprise.
- Réintégration de droit des licenciés pour faute, suite à la décision de justice ne confirmant pas la faute et systématisation du droit à la réparation.
- Remboursement par l’entreprise des aides publiques perçues en cas de licenciement économique.


5 - DROITS SYNDICAUX ET LIBERTES SYNDICALES

- Obligation d’un Accord de Branche ou d’Entreprise avant toute autorisation de travail le dimanche.
- Mise à disposition d’une Maison des Syndicats à Jarry.
- Négociation d’un Accord de Branche et Interprofessionnel sur l’exercice du droit syndical, la représentativité, la représentation de Branche, l’emploi.
- Régularisation des travailleurs en situation irrégulière.
- Négociation de Convention Collective dans tous les secteurs.
- Renforcement de moyens des Inspecteurs et Contrôleurs du travail.
- Mise en place et respect du comité d’hygiène, de sécurité et de conditions de travail dans toutes les entreprises.
- Mise en place de délégué du personnel dans toutes les entreprises d’au moins 5 salariés.
- Représentation des syndicats de Guadeloupe dans les entreprises et les organismes paritaires, (ASSEDIC-Sécurité Sociale-CAF- AGEFOS-PME-FONGECIF…).
- Liberté de participation de syndicalistes extérieurs au Comité d’Entreprise et aux Négociations Annuelles Obligatoires
- Extension systématique des Accords Collectives de Guadeloupe à l’ensemble de l’archipel,
- Reconnaissance du 27 Mé, jour férié, chômé et payé.
- Droit à l’organisation de formation syndicale ouverte à toutes les organisations syndicales de Guadeloupe.
- Budget formation alloué aux syndicats dans le cadre de la formation syndicale.
- Annulation et Arrêt des poursuites pénales en matière d’action syndicale.
6 - SERVICES PUBLICS

Création et préservation de véritables services publics dans les secteurs stratégiques (eau, transport, énergie électrique et fossiles, traitement des déchets, prévention et sécurité civile, crédit...) au service de la population et des besoins économiques du pays, comprenant au sein des instances dirigeantes des représentants des usagers et des travailleurs.

- TRANSPARENCE sur la fixation des prix de l’eau, des transports, des carburants, des loyers, du gaz, de l’électricité, des nouvelles technologies de l’information et de communication
- Baisse immédiate de 50 centimes du prix des carburants
- Baisse du prix de l’eau, du prix de transport de passagers, du prix des communications.

EAU

- Distribution de l’eau en qualité et en quantité sur l’ensemble du territoire.
- Fixation d’un prix unique sur l’ensemble du territoire.
- Facturation en fonction de la quantité réellement consommée.
- Remplacement du réseau vétuste (plus de 50 ans).
- Révision du mode de calcul de l’assainissement des eaux usées.
- Suppression de la majoration de 12 € pour retard de paiement.

SANTÉ

- Ouverture des négociations portant sur l’équilibre de l’offre de soins entre le Public et le Privé, entre Etablissements Privés et sur l’ensemble du territoire ;
- Résorption des déficits structurels des Hôpitaux ;
- Engagement des procédures pour la reconstruction du CHU ;
- Révision du système d’évaluation des budgets dans le public et le privé.


7 - PRODUCTION

Volet Agricole

- Maintien et aménagement du foncier agricole (eau d’irrigation, voiries, téléphone, électricité) afin de créer des entités de production viables et en constante recherche d’autonomie.
- Finalisation de la mise à disposition des 32 hectares de terre pour la réalisation du projet porté par « Kè a Kanpech ».
- Maintien du traitement des dossiers collectifs par les SICA et Groupements de producteurs.
- Exonération de la taxe foncière au profit des exploitants agricoles sur l’ensemble du territoire.
- Suppression des taxes sur les engrais, désherbants, semences, aliments de bétail et gasoil etc.., destinés à la production agricole.
- Paiement des aides aux agriculteurs.
- Prise en compte de la valorisation de tous les co-produits issus de l’agriculture comme partie intégrante de la richesse produite par l’exploitation agricole (ex : bagasse pour l’énergie etc..).
- Mise en place de mécanismes fiscaux et douaniers pour développer la préférence guadeloupéenne.

Volet Pêche

- Suppression immédiate de toutes les taxes perçues sur les matériels, révision du coût des intrants.
- Révision immédiate du texte concernant les exonérations au titre de l’URSSAF pour les marins pêcheurs embarqués seuls.
- Mise en place d’un plan de formation des professionnels et des jeunes aux différentes activités de la pêche, aux acquisitions des techniques de capture nouvelles, aux utilisations de matériel électronique embarqué, aux techniques de conservation et de vente.
- Traiter les problématiques, conditions de vente en gros et au détail réalisé par les marins pêcheurs, produits d’importation, groupements d’intérêt économique, organisation des producteurs.
- Traiter les problématiques d’aménagement portuaire, points d’avitaillement, zone d’entretien des navires, zone de stockage des matériels.
- Mise en place d’une plate-forme de rencontres et d’échange avec les professionnels de la Caraïbe.


8 - AMÉNAGEMENT DU TERRITOIRE ET INFRASTRUCTURES

La maîtrise foncière

- Fixer à 50 000 ha la surface agricole incompressible sous forme de ZAP (Zone Agricole Protégée) et mise en place d’une commission d’évaluation et de contrôle annuel.
- Favoriser l’installation des jeunes diplômés sur des exploitations viabilisées (350 dossiers en attente).
- Protection du patrimoine écologique de la Guadeloupe (forêt, mangrove,…).
- Arrêt de toutes spéculations immobilières et de la discrimination privant les Guadeloupéens du droit à l’accession à la propriété dans leur pays.
- Arrêt d’implantation de nouvelles stations services.
- Arrêt de l’implantation et de l’extension des grandes surfaces
- Arrêt définitif du projet d’implantation d’un circuit automobile « Vigie Gate » à Anse Bertrand.
- Publication de tous les baux passés par les collectivités locales avec des particuliers et/ou des structures privées, à propos de la mise à disposition des terres achetées par ces dites collectivités.

Un développement équilibré du territoire

- Rééquilibrage des territoires pour harmoniser l’organisation, la complémentarité et la répartition des activités sur l’ensemble du pays.
- Renforcement de pôles secondaires complémentaires aux pôles principaux (Région Pointoise et Basse Terre).
- Redynamisation des bassins de vie par le développement économique d’activités de terroir (exemples : agro-transformation, pêche…).
- Dynamiser et valoriser les îles en s’appuyant sur leur identité culturelle.
- Redynamiser les quartiers et les bourgs susceptibles de développer l’emploi de proximité.

Les infrastructures

- Dynamiser l’habitat social au travers d’un recensement des besoins égalitaire et concerté (Région – Etat- Mairie).
- Réaliser un recensement des besoins en logements, établissements scolaires, crèches, équipements sportifs, maisons de quartier afin d’y pourvoir par-delà toute prétention politicienne et électoraliste.
- La création d’une pépinière artisanale et agricole qui serait la vitrine de nos produits du terroir.
- Le développement urgent de réseaux de transport secondaires : maritime, inter-iles, intercôtiers..
- Mise aux normes parasismiques de tous les établissements et infrastructures publics (écoles, hôpitaux, ponts…).
- Arrêt du projet d’implantation du port en eaux profondes.

9 - KILTI

- Prise en compte dans la programmation des medias de la langue et de la culture guadeloupéenne par la présence de représentants des associations culturelles dans les conseils d’administration.
- Favoriser le développement d’entreprises et associations d’insertion culturelle.
- Réhabilitation des lieux de mémoire populaire par l’adressage (non a lari).
- Création d’un institut culturel « Papa Yaya » à Capesterre Belle Eau.


10 - ARÉTÉ PWOFITASYON

- Rachat par les Collectivités du patrimoine foncier de Kalenda en vue de la création d’une unité hôtelière de luxe et du reclassement des salariés licenciés d’Anchorage et Kalenda.
- Restitution du patrimoine (financier, mobilier et immobilier) des mutuelles liquidées en Guadeloupe.
- Dessaisissement de l’administrateur provisoire (M.BORGAT) du dossier des mutuelles.
- Domiciliation des paiements de France Télécom, EDF…, dans les banques installées en Guadeloupe.
- Poursuites pénales pour les infractions relevant d’abus de position dominante, d’entente illicite et de publicité mensongère.
- Poursuite contre les Responsables des massacres de mai 67 à Pointe à Pitre et réparation des préjudices aux victimes et ayant-droits.
- Transparence et baisse des coûts des services et des taux pratiqués par les banques et par les établissements de crédit.
- Priorité et facilité d’accès au marché et aux aides publiques pour les entreprises Guadeloupéennes.
- Arrêt des abominations à l’encontre des travailleurs étrangers.
- Résolution de tous les conflits en cours.

ADIM - AFOC – AGPIHM - AKIYO – AN BOUT’AY - ANG - ANKA – ASSE - ASS.AGRICULTEURS DU NORD BASSE-TERRE – ASS.LIBERTE EGALITE JUSTICE - CFTC - CGTG – CNL - COMBAT OUVRIER – COMITE DE L’EAU - CONVENTION POUR UNE GUADELOUPE NOUVELLE – COPAGUA – CSFG - CTU – ESPERANCE ENVIRONNEMENT – FAEN SNCL - FO – FSU – GIE SBT - KAMODJAKA - KAP Gwadloup - LES VERTS - MADICE – MAS KA KLE - MOUVMAN NONM - PCG – SGEP/SNEC/CFTC - SOS B/Terre ENVIRONNEMENT - SPEG - SUD PTT GWA – SUNICAG - SYMPA CFDT - TRAVAYE é PEYIZAN - UDCLCV - UIR CFDT – UNSA - UGTG - UPG - UPLG - UMPG – VOUKOUM.

http://ugtg.org/article_700.html

12.Posté par denis le 30/01/2009 18:28
Tiens, c'est rare, mais pour une fois, je suis d'accord : "une greve contre la vie chere" les distributeurs voleurs-abuseurs font la culbute sur les prix !
Ont-ils le droit?
Si oui, pourquoi n'y a il pas des distributeurs qui prennent moins de marge pour gagner des clients????

Post 3 : Fifi, tu as raison, mais je maintiens mon commentaire, valable pour ici itou, je le repete.

Post 11 : Boyer, tu te repetes, et je te reponds la meme chose : ce texte est trop theorique par rapport à ce qui se passe sur le terrain !

13.Posté par reunion/gwada le 30/01/2009 18:31
aujourdh'ui, à partir de 9 h tous les guadeloupeens descendent dans la rue malgré le manque d'essence (grace au covoiturage et autres solutions, j'y serais encore, seront là aussi les politiques qui "gueulent" à l'assemblée et qui ne sont pas toujours entendus, du ps entre autre; les maires, le president du conseil regional, général, (gillot, lurel...) les sociaux prof. et autres. pour soutenir les revendications citées chez boyer. les files d'attentes dans les stations ouvertes sont juste les prof. de santé qui sont priopritaires. Ce que je trouve formidable c'est que tous les gwada sont tous majoritairement d'accord avec le mouvement, bpc ont pris conscience qu'il fallait faire vivre plus le petit patron d'à coté que les gros capitalistes qui ont le monopole et qui controle tout (on est obligé d'acheter la voiture, les denrées et tout le reste chez celui qui détient le monopole, alors bien entendu nous ne pouvons faire jouer la concurrence). les images de la guadeloupe avec les poubelles brulées et détritus qui trainent sont l'oeuvre de quelques marginaux, délinquants qui profitent, comme partout en france d'une situation de greve pour se faire remarquer, une manière à eux de montrer leur ras le bol de la part d'une société qui les ont oubliés. les agriculteurs ici ont ouverts leurs champs pour qu'on viennent leur acheter directement leurs produits à un prix moindre au lieu de les jeter ou de les perdre, 1 mois avant la greve, le collectif des syndicats ont appellés la population à s'organiser, à stocker afin de se préparer à un long combat tout comme on se prépare lorsque qu'un cyclone pénalise un pays. Nous n'avons pas eu de cyclone pdt 2 ans pour pénaliser le pays, ce n'est pas une mobilisation de 10 jours qui va tuer gwada, on ne peut que sortir gagnant car la cause est juste.

14.Posté par les ino 100 DALTONS le 31/01/2009 16:29
j'assume mes propos, il le faut vraiment cet outil de controle europeen car maintenant l'europe se doit aussi de repondre dans cette ile car à croire qu'elle cautionne des irresponsables a qui elle donne la gestion de l'ile alors qu' eux memes ne regardent que leur nombril, je precise du temps de Michaux chevry a maintenant .
je suis entrepreneur dans l'ile dans le domaine de la construction ,j'ai honte a l'idée que pour moi tout roule bien mais mon intégrité envers les gens ne me laisse pas ignorant d'une telle situtation, les gens sont prets a prendre meme un temps partiel dans mon activité a partir du moment qu'ils ont un petit salaire fixe tous les mois .
Mais hélas je suis le premier a dire que les charges sociales dans l'ile sont un faux problême car la plupart des entreprises ne paient même pas leurs cotistations sociales .
et ce pretendent de repondre a des appels d'offres publics sans même avoir obtenu avec une combine le document qui ce doit pour répondre .

La situation actuelle est de la responsablité des entrepreneurs irresponsables d'une fontion économique de l'ile cahotique avec la bénédiction des anciens ou actuels élus pour intervenir dans les dossiers .

Exemple LA 2 fois de Voie de Houelbourg faites avec une méthode locale avec la complicité locale demandez pourquoi le maire de BAIE MAHAULT lu dans un article : avec une lampe de poche regardez l'état du bitume sur la chaussés la nuit afin de ne pas être apercu par les usagers de comprendre ce qui ce passe exactement sous vos pieds.

Bravo on nous prend vraiment pour des demeurés franchement !

Je précise mes dires, je suis pret a financer sincèrement une étude indépendante sous tutelle de l'états ainsi des syndicats sur les prix appliqués sur la guadeloupe rendu public au citoyen Guadeloupeen sur la vie courante .
Inclus les prix appliqués pour les petits entrepreneurs sur la Guadeloupe afin de leur nuire tous simplement afin de ne pas pouvoir prétendre a tout indépendance ou concurrence de prix sur les entrepreneurs locaux .alors a vous de juger
que les prix dans les bitumes que pratique les entrepreneur locaux sont totalement injustifiés car il y avune entente de manière à répondre sur le même critère de marchés garder les prix a la hausse .
Voila le résultat tout ceci et vraiment de la foutesse pour la génération future.



ALLEZ A VOUS DE JUGER DE CETTE SITUATION

15.Posté par les ino 100 DALTONS le 31/01/2009 16:41
Le pire : c'est de REIN FAIRE....

quelques pensées, en vrac qui me trottent dans la tête depuis que ce mouvement s’est amorcé. Si le message te parle, Tu peux le diffuser dans ton cercle et au-delà.
(Traduction en italique pour que tous comprennent mon propos).

A tous les dirigeants & militants syndicaux du Lyannaj kont pwofitasyon,

Vous êtes contradictoires dans vos propos, dans votre essence. 1) Vous militez pour la liberté de votre peuple, mais vous en reniez une, fondamentale. Le LIBRE ARBITRE. Dieu lui-même (pour ceux qui y croient) a laissé le libre arbitre à l’homme dans le jardin d’Eden.

Pour qui vous prenez-vous donc ?

Zo ka di patwon ka pran anployé pou timoun, é zot, ka zo ka fè, lè zo ka fè mwen soti an travay an mwen ? a pa pran mwen pou on timoun sa ???

(Vous dites que les patrons prennent les employés pour les enfants, mais vous, que faites-vous, quand vous me faites quitter mon lieu de travail ? n’est-ce pas me traiter comme un enfant ?)

Respectez le droit de la libre circulation, libre entreprise, et simplement le droit à la liberté.

Je ne VEUX PAS faire grève. Je VEUX aller travailler. Vous n’avez pas le DROIT de m’en EMPECHER.

La liberté des uns, commence, où s’arrête celle des autres.

Pourquoi me faire sortir de mon entreprise, quand J’AI DECIDE de ne pas soutenir un mouvement de grève qui ne me parle pas. Je n’ai jamais été consultée pour savoir si j’approuvais une seule des 123 revendications.

2) Vous reniez le gouvernement que vous avez mis en place, vous reniez votre appartenance à une société colonialiste, capitaliste.

Mais vous leur demandez plus d’aides, 100 millions d’euros ???????

‘zo pa enmé améyikin la, mé zo enmé biswi ay.’.

(‘Vous n’aimez pas l’américain, mais vous aimez ses biscuits’ – proverbe de chez nous)

3) Une société en crise, réduit sa consommation. Ce qui n’est pas le cas chez nous.

Zo vé bel lari, bel loto, bel kaz, bel, lenj, bel soulyé, bel tout’ bitin. Zo ka bwè chanpagn’, wisky, zo ka finn tout’ lajan a zot pou fété nwel. É on mwa apré, zo ka pléré ba la nasyon pou le POUVOIR D’ACHAT.

(Vous voulez de belles routes, de belles voitures, de belles maisons, de belles chaussures, de beaux vêtements, toute sorte de belles choses. Vous buvez du champagne, du whisky, vous vous endettez pour fêter noël. Et un mois plus tard, vous vous plaignez à l’État de votre faible POUVOIR D’ACHAT)

Soyez crédibles dans vos propos.

Décembre 2008, est je crois, la période de fin d’année où j’ai vu le plus de voitures à Jarry, dans les centres commerciaux.

Des caddies pleins à ras bord, une consommation à outrance, poussée à l’excès. Tellement mes compatriotes ont dépensé à Noël, ils n’avaient plus d’argent pour faire les soldes qui ont commencé le 3 janvier.

Manjé zyanm, pwa di bwa, viann kochon lokal, bwè ji gwozèy é ronm an nou, chanté kantik, ay vizité lévwaz…

Pa bizen wob a konmen lajan ni ay o kwafè pou ay vwè la fanmi.

(Mangez des ignames, des pois d’angole, du cochon local, buvez du jus de groseille, du rhum de chez nous, chantez les cantiques, allez chez les voisins…. Pas besoin de robes hors de prix ni d’aller chez le coiffeur pour visiter la famille).

Apprenons à vivre simplement, et là, nous pourrons parler de pouvoir d’achat.

Zo ka dépansé komen lajan adan mas’.

(Vous dépensez des sommes folles dans le Carnaval).

Lè i pa ni lajan, prémyé bitin ou ka woté, sé le SUPERFLU

(Quand il n’y a pas d’argent, la première chose qui saute, c’est le superflu)

A pa Gwada.

(Sauf en Guadeloupe).

4) Je me suis cassé le derrière à l’école. J’ai appris, aujourd’hui, j’occupe le poste que je MERITE.

A pa pon sendika, ni pon rèvandikasyon ki mété mwen la an yé la.

(Je ne le dois à aucun syndicat, ni à aucune revendication).

J’ai appris des langues étrangères, au collège, au lycée, comme tout le monde qui va à l’école en Guadeloupe. Mais je n’ai pas considéré ça comme une perte de temps.

C’est ma ténacité, mon envie de progresser qui m’ont mise là où je suis aujourd’hui. Tout le monde part avec les mêmes cartes dans la vie. Un enfant, c’est une page blanche. (je ne sais plus qui a dit ça).

Après, il faut avoir envie de faire quelque chose, et s’en donner les moyens. Yes we can, right ?Régulariser les transporteurs clandestins ???

J’ai sué, j’ai utilisé mon intelligence, mes compétences pour obtenir la capacité de transport. Pourquoi régulariser les personnes qui ne l’ont pas ?

Dans ce cas, que tout le monde gagne 5000 euros par mois qu’ils aient fait des études ou non, qu’ils aient des compétences ou non, qu’ils soient cadres ou caissières.

Simplement, La vie, c’est pas ça.

5) Vous vous ridiculisez aux yeux des ‘blancs’ que vous méprisez tant. Yo ka vinn palé ba zot, yo konnèt sa yo kay di, san li san ayen.

(Quand ils s’adressent à vous, ils maîtrisent leur sujet, sans avoir les yeux rivés sur une feuille).

Zo pa fouti fè on diskou san li on papyé.

(Vous n’êtes pas capable de faire un discours sans LIRE).

Lè on pawol ka soti an fon a kè, ou pa bizen papyé.

(Quand des mots viennent du cœur, on n’a pas besoin de LIRE).

Zo pa krédib. (Vous n’êtes pas crédibles).

6) Vous militez contre le racisme, mais vous le pratiquez et le revendiquez ouvertement.

Embauche prioritaire aux Guadeloupéens ?

Entre un Blanc ou un Asiatique qui a exactement le profil que je recherche et un Guadeloupéen qui n’est pas compétent ?

Je choisis sans hésiter ‘l’étranger’ qui travaille bien’.

Je ne suis pas ‘nèg a tou pri’.

Je suis noire et fière de l’être mais je reconnais la valeur des gens, comme l’a voulu Martin Luther King, que vous mentionnez si souvent, dans son fameux discours, I have a Dream,

“I have a dream that one day, my children will be judged, not by the color of their skin, but the content of their character”.

(« J’ai l’espoir qu’un jour, mes enfants seront jugés, non sur la couleur de leur peau, mais sur leur personnalité »).

Je ne me sens pas esclave pour un sou. Je ne renie pas mon passé. Je sais d’où je viens mais ce n’est pas mon moteur. Je ne ramène pas le problème de la race dans tous les aspects de ma vie.

Y’a des cons partout et c’est là le seul racisme que je m’autorise : j’aime pas les cons.

7) Vous demandez 200 euros net de plus sur les salaires. Comment un petit garagiste qui a eu le mérite de vouloir ENTREPRENDRE, pourra-t-il payer ses mécanos 200 euros de plus par mois (sans parler des charges sociales qui paient ceux qui ne foutent rien), si il n’a pas d’activité justement A CAUSE DE VOTRE GREVE.

Sa zo pa ka di moun ki ka swiv zot, sé kè jou grèv pa péyé, sof pou réprézantan sindiko. (Vous ne dîtes pas à ceux qui vous suivent, que les jours de grèves ne sont pas rémunérés, sauf pour les représentants syndicaux).

Yo ka swiv zot kon mouton mé a pa zo ké vinn péyé fakti a yo, trèt a la sogwafi ba yo. (Ils vous suivent en bons moutons de panurge, mais ce n’est pas vous qui paierez leurs factures, les traites de la Soguafi).

Prélèvman si kont a yo pa an grèv. (Les prélèvements sur leurs comptes bancaires ne font pas grève).

Prèskè tout gwo tèt à sendika gwada ka travay dan le public. (Preque tous les dirigeants des organisations syndicales de chez nous, travaillent dans le public).



A pa lédukasyon nasyonal ni la sékiyité sosyal ki ké fèmé démen. Travay a yo asiré, lajan a yo asiré. Di yo palé zot des ‘heures de délégation syndicale’. (Ce n’est pas l’Education Nationale, ni la Sécurité Sociale qui mettront la clé sous la porte demain. Leur emploi est assuré, leurs revenus sont assurés. Qu’ils vous parlent des heures de délégation syndicale).

Mé lé piti, ki tou senplèman sindiké, ki jan yo ké fè ? (Mais les petits, qui sont simplement ‘syndiqués’, comment feront-ils ?)

Je travaille dans le privé, et après 1 semaine de grève, on voit déjà les dégâts.

Avec un mouvement qui dure et perdure, nombre de petites entreprises, qui n’ont pas les reins solides, seront forcées de mettre la clé sous la porte.

Et voilà le devenir des ‘petits travailleurs’ que soi disant vous défendez.

Réfléchi ti bren. Lè zo ka fè on grèv, fèy bien. (Réfléchissez un peu. Quand vous faîtes grève, faîtes-le de façon intelligente).

Arrêtez de tuer le pays. En fait, vous ne recherchez qu’une chose, l’indépendance.

Le jour où la France en aura marre de ce tonneau des Danaïdes, un trou sans fond où se déversent aides et subventions, contributions, allocations, pour une population toujours en train de pleurnicher parce qu’elle en veut toujours plus, elle s’en ira.

Et là vous verrez ceux qui aiment vraiment la Guadeloupe, et ceux qui recherchent le pouvoir.

Nous avons l’exemple d’Haïti.

Sé nèg ki ka tchouyé nèg, nèg ki ka fè nèg vwè mizè.

(Ce sont des noirs qui s’entretuent, des noirs qui créent le malheur chez leurs ‘frères’)

Parce que tous ceux qui décident de bloquer le pays aujourd’hui, qui veulent faire la pluie et le beau temps, ce sont ceux là même qui seront nos Papa Doc, nos Aristide de demain.

Ce jour là, je vous le dis franchement, AN KA FOUKAN. (Pas besoin de traduction)J’aime mon pays, mais en ce moment, j’ai honte d’être Guadeloupéenne, à cause de certains, qui « parlent en mon nom ». A tous ceux qui pensent comme moi, faites le savoir pour revendiquer un droit élémentaire : LE LIBRE ARBITRE.



16.Posté par les ino 100 DALTONS le 01/02/2009 01:43
Je maintien ce que j'avance dans votre lecture ,ci dessous je renifle le corruptible ,alors trêve de rigolade je gagne largement bien ma vie sans avoir l'assistance de qui que ce sois et de faire mon travaille honetement ,alors de la à parler d'indépendance je ne suis pas d'accord du tout car la Guadeloupe ne recherche pas du tout cela car elle la exprimé a plusieurs reprise dans le passé alors .
Je suis disposé a financer toute les actions sur la Guadeloupe comme sur la réunion car j'ai bien vécu aussi pour avoir compris que la corruption et très active plus encore que la Guadeloupe.
Car j'ai étais témoin de t'elle pratique dans l'ile le pire je suis une personne qui dispose de mini caméras numérique qui rentre dans un paquets de cigarette pour filmé cela .
Le groupe pour lequel je travaillé a compris que je n'accepte pas cela alors il in préféré me licencié avec une entente financière que j'ai absolument refusé ,alors j'ai saisi les tribunaux pour cela toujours avec la lenteur de l'administration voula maintenant après 3an encore toujours rien .

Une honte


Intéressante l'intervention de réunion/gwada qui permet que d'autres appréciations soient apportées par rapport à ce qui se passe en Guadeloupe. Trop souvent, les plus "inspirés" réagissent à chaud, et ne se basent que sur des clichés. CAr sous prétexte d'une économie peu florissante, d'autres abbérations doivent être admises, tolérées... " De quoi tu te plains l'assisté ? "

Ce n'est pas la crise pour tout le monde... certains secteurs..ou certains tout courts sont particulièrement en train de s'enrichir en ce moment... et s'il s'agit de remettre les choses à plat, aller vers une plus grande indépendance par exemple, je parle de développement ou de balance économique je le précise, cela signifie que "certaines pratiques"...doivent cesser.

Et c'est, je crois, ce que demande la Guadeloupe. Mais vu au travers d'appareil de mesure, c'est à dire de loin, et parce que le mouvement apparait comme "violent", indiscipliné, animal (??!) certains ne réfléchissent pas davantage et fustigent, ...à tort et en travers...

Plus que de la pétoche, c'est un manque évident ...de solidarité ..et de fraternité.

Pour ce qui est de la Liberté, d'autres y travaillent...

17.Posté par reunion/gwada le 09/02/2009 10:07
je suis assez d'accord avec ino 100 dalton quand il parle des dépensent de certaines personnes, bcp je l'avoue dépensent énormément et vivent au dessus de leurs moyens, il faut revoir notre mentalité à tous face à une société capitaliste (je parle pour tout les Dom), nous savons qu'un petit groupe de personnes controle la guadeloupe et abusent des plus petits et nous les avons laissé faire. I l est temps de monter des associations contre les abus comme en métropole, l'exemple au niveau des banques qui font payer 246 euros contre 45 euros en metropole pour les memes services. dans ce pays il manque bcp de transparences sur bcp de secteurs et je suis d'accord pour que le LKP lutte contre cela, cependant les 200 euros nous pouvons aussi le trouver ailleurs, en changeant certaines de nos vieilles habitudes, arretons de faire des crédits à tort et à travers, dépenser ce qu'on a pas, de favoriser les centres de crédits qui s'enrichissent avec des taux très élevés, de freiner sur des achats inutiles, et toujours vouloirs vivre commes nos voisins qui roulent peut etre en 4/4 mais qui peut etre ont de gros crédits sur le dos mais cependant mangent des pates tout les soirs. Si les gros baissent leurs prix, il faut aussi que les petits le fassent aussi. Un exemple : des collegues dépensent presque tous les matins 5 à 6 euros pour le petit déj. et se plaignent ensuite d'etre à découvert, faites vos sandwiches vous meme, achetez vos boissons chez les grossistes et partez tout les matins avec ça, vous ferez de sacrés économies, Lorsque vous achetez une boisson à 2 euros pdt 20 jours cela vous fait 40euros, si vous achetez en gros, vous faites une économie de plus de 20 euros et cela est un exemple parmi tant d'autres. Reprenez de bonnes habitudes et vous gagnerez en pouvoir d'achat en attendant que l'état puisse faire un geste. achetez vos tomates sur les marchés au lieu de payer le double en supermarché, cela vous évitera de remplir vos caddies et d'avoir du superflues. gagner en pouvoir d'achat c'est comme les bons gestes écologiques, il faut s'autoéduquer

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales