Social

Grève au Quotidien : Saisie de la Commission Régionale de Conciliation

Cet après midi se tenait une conférence de presse organisée par l'intersyndicale (CGTR / SNJ / CFDT / CFE CGC) pour faire un point sur le mouvement de grève qui touche le journal le Quotidien depuis maintenant treize jours. Cette conférence faisait suite à l'échec de la médiation entre la direction et l'intersyndicale qui s'est tenue hier soir à l'inspection du travail. Suite à cet échec, l'intersyndicale a décidé de saisir la Commission Régionale de Conciliation qui devrait s'ouvrir à partir de mercredi prochain.









Hier s'est tenue une nouvelle journée de médiation à l'inspection du travail qui a abouti sur un échec. Pour l'intersyndicale, le journée de vendredi "aurait pu être celle de la sortie de crise car de réelles avancées avait été faites de chaque côté" explique Yannick Bernardeau, porte parole de l'intersyndicale, "sur des bases de calculs enfin partagées, et donc vérifiables, de réelles négociations auraient pu être menées". Les médiateurs de l'inspection ont tenté jusqu'au dernier moment de mener à bien les négociations, mais pour l'intersyndicale "la direction n'avait pas la volonté d'arriver à un compromis acceptable par tous".

Des négociations dans l'impasse ?

L'intersyndicale était venue à la table des négociations avec plusieurs revendications, une augmentation de 140€ des salaires entre 1 et 1,4 Smic et une prime exceptionnelle pour les hauts salaires de 1300€ net pour un montant total chiffré de 205.000€. La Direction quant à elle était arrivée avec une proposition chiffrée à 55.000€, comprenant une augmentation indiciaire de 1,5% pour les plus bas salaires et 0,7% d'augmentation pour les autres salaires accompagnée d'une prime exceptionnelle de 500€.

Après plusieurs heures de négociations, les deux parties s'étaient mises d'accord sur une enveloppe médiane de 130.000€, restant à trouver la répartition. L'intersyndicale avait choisi, en assemblée générale, de faire des "efforts et des concessions" pour trouver une issue à cette crise.

Qui tire les ficelles ?

Selon l'intersyndicale, la direction a fait "mine" d'accepter les propositions mais "la suite des événements a montré qu'elle ne servait que de relais à un interlocuteur resté à distance". Chiffre à l'appui, la proposition de la direction était en fait de 111.000€, faisant comprendre aux salariés du Quotidien "qu'il fallait modérer leurs prétentions car elles seraient forcément étendues aux deux autres sociétés qui sont Run Press et la Safi". Malgré l'acceptation de l'intersyndicale sur ce point, celle-ci a soulevé le fait que "si les bénéfices du conflit devaient être étendus à ceux qui n'ont pas fait grève, ceux qui l'ont faite ne peuvent pas recevoir moins qu'eux, donc tous les jours de grève doivent être payés." et c'est à ce moment, selon l'intersyndicale que "le masque est tombé, une situation inacceptable pour le Medef". Selon l'intersyndicale, "le conflit a pris une tournure idéologique, celle de ne pas plier face aux syndicats".

Malgré de nouvelles propositions de sorties de crise de la part des grévistes, la direction a répondu par la négative en rappelant que "c'était la proposition patronale ou rien". Résultat, le journal ne paraît pas pour la treizième journée consécutive et cela devrait durer au moins jusqu'à mercredi, jour où la Commission Régionale de Conciliation doit se réunir pour trouver une sortie de crise à ce conflit qui s'enlise de plus en plus chaque jour.

A noter ce soir l'organisation d'un kabar sur le barachois organisé par les grévistes pour expliquer le bien fondé de leur action au public réunionnais. L'occasion pour l'intersyndicale de diffuser un journal petit format au nom du Kotidien qui retrace la création du journal et explique le mouvement de grève, une pétition ainsi qu'une souscription, en créant un fond d'aide, pour venir en aide aux salariés les plus modestes.
Samedi 24 Juillet 2010 - 19:01
Julien Delarue
Lu 1770 fois




1.Posté par pasdupe le 24/07/2010 19:46
Si la gréve continue, c'est la faute du patron.......seul responsable bien sur, c'est pas moi qui le dit, mais le porte parole de l'intersyndicale, ce que signifie en conséquence que l'intersyndicale est irresponsable.

Comme quoi, il faut faire attention lorsque l'on parle, même quand on est journaliste.

Les gens se proposent pour une souscription... les politiques ( de gauche) se proposent en soutient...
les artistes se proposent pour un kabar..... ... et les journalistes en grève, ne les sollicitent pas contre des articles évidement bienveillant ou promotionnels dans le futur...
La liberté de la presse, l'indépendance des journalistes, je trouve cela très beau
Pas vous?

2.Posté par Dufour Guy le 24/07/2010 19:47
Et les pigistes ? On fait un Kabar ?

3.Posté par pasdupe le 24/07/2010 19:50
Allez, plus sérieusement, quand j'entends la différence entre la demande des syndicats et de la direction, il y a surement la possibilité de regler ce problème avant mercredi,
dépêchez vous, le quotidien nous manque!!!!!

4.Posté par dardevil le 25/07/2010 01:53
Pourquoi pasdupe ne signe t-il pas de son prénom au moins une fois, Thierry ou Richard, les paris sont pris? Un pur produit de la direction en tout cas.

5.Posté par Paul JUNOT le 25/07/2010 13:44
Pour notre part si nous apportons notre soutien aux salariés du Quotidien, c'est tout simplement parce que le combat qu'ils mènent aujourd'hui est le combat de tout temps de tousles salariés: une juste répartition des richesses produites, la juste contrepartie du travail.
Peut-on considerer comme juste que certains s'enrichissent pendant que ceux qui travaillent à leur enrichisement s'appauvrissent dans le même temps?
C'est un combat vieux comme le monde et qui concerne tous les travailleurs.
Les polémiques ici et là sont de nature à diviser le camp des travailleurs et surtout renforcer de façon outrancière le pouvoir de ceux qui détiennent les rênes de l'économie locale.

6.Posté par Tcherno-Bill le 25/07/2010 20:57
Vous avez créé le " kotidien " ! Continuez ! Si vous avez les " cojones " sortez nous un journal d'infos gratuit , vous ferez une oeuvre sociale sans précédent ! Votre patron s'en fout totalement de ce canard !

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales