Social

Grève au Quotidien... Lebreton et Fruteau interpellent le gouvernement

Les député-maires Patrick Lebreton et Jean-Claude Fruteau ont interpellé les ministres de l'Outre-mer et de la communication sur le mouvement social qui perdure au Quotidien. Pour les parlementaires socialistes, il devient urgent de lancer des dispositifs relatifs à une veille sociale dans les métiers de presse et de lutter contre "l'exclusion des salariés des avantages tirés par les entreprises qui bénéficient de la défiscalisation".


Grève au Quotidien... Lebreton et Fruteau interpellent le gouvernement
Ils sont plusieurs députés de la Réunion à être sortis de leur silence cette semaine concernant le conflit social qui paralyse le journal Le Quotidien depuis maintenant une douzaine de jours. Il y a eu d'abord Huguette Bello qui s'est rendue au chevet des journalistes puis, il y a quelques jours, Patrick Lebreton et Jean-Claude Fruteau qui demandaient l'intervention du préfet de la Réunion sur l'urgence d'une médiation. Ils demandent désormais l'intervention du gouvernement par le biais de deux questions écrites.

Dispositif de veille sociale et négociations d'accords salariaux subordonnées aux exonérations fiscales

Hier, les deux parlementaires du groupe socialiste ont interpellé les ministres de l'Outre-mer et de la culture et de la communication dans le cadre de questions écrites au gouvernement. Selon Patrick Lebreton, le Quotidien serait un "journal dont la santé économique est florissante et qui semble constituer le moteur d'un groupe plus vaste dont les activités seraient très diversifiées".

Un groupe dont la direction est critiquée pour son silence par l'élu du Sud : "Au delà de l'inflexibilité d'une direction qui rechigne à réellement entamer des négociations, ce conflit pose le problème de la condition sociale des journalistes et des salariés de presse dans les territoires enclavés" comme la Réunion. Résultat, le député-maire demande à Frédéric Mitterand quel est le type de dispositif de veille sociale qui peut être engagé dans les métiers de la presse pour que "le droit à l'information puisse être garanti pour tous les citoyens".

Deuxième sujet abordé, cette fois-ci avec la ministre de l'Outre-mer Marie-Luce Penchard, les dispositifs de défiscalisation. Dispositif dont bénéficie le Quotidien et qui permettrait à l'organe de presse de présenter une "bonne santé économique" selon les parlementaires. Pourtant, là encore le député-maire de Saint-Joseph indique que "les salariés du journal, (...), ne bénéficient que trop faiblement des fruits de leur grande implication".
En conséquence, Patrick Lebreton a interrogé la ministre sur l'éventuelle mise en place de "dispositifs qui conditionneraient l'octroi d'exonérations fiscales à l'obligation pour les employeurs de négocier régulièrement des accords salariaux".
Vendredi 23 Juillet 2010 - 08:30
Ludovic Robert
Lu 1567 fois




1.Posté par Azalee le 23/07/2010 08:38
En même temps, on ne peut pas dire que la situation des journalistes en métropole soit florissante...

2.Posté par Cambronne le 23/07/2010 09:11
Dans la série je me mêle de ce qui me regarde pas , nous retrouvons nos deux comparse Dupond / Dupont péi aprés leur initiative de colloque bidon sur les retraites , pour un ile comptant 802000 péquins affichant au compteur pôle emploi bientôt 150000 chômeurs soit presque 50% de chômage sur les actifs ,nos deux vieux critiques Statler et Waldorf au chaud dans leur loge au balcon, interpellent les ministres de l'Outre-mer et de la communication sur le mouvement social qui perdure au Quotidien.


Dites donc les deux (...)s vous remarquerez que le pôle emploi déborde de jeunes qui eux aussi aimeraient bien que l'on pense à eux parfois ...Ce n'est pas un énième dispositifs de défiscalisation bidon qui changera la donne au problème de la fiscalité française et surtout dans l'indice des prix sur les territoires coloniaux dernier confettis de l'empire .
Si se sont là les seules propositions que les gauchistes disposent en réserve dans les tiroirs, je comprend mieux les raisons qui poussent les trop rares investisseurs à quitter ce pays , d'ailleurs je citerais notamment les traditionnels problèmes franco français avec une technocratie bureaucratie, ouvrant les portes d'une corruption grandissante et l’absence d’infrastructure organique adapté . Pourtant, oser dire que la crise serait la grande responsable n'est encore qu'une invention pour se faire peur , de quelle crise parlent ils ?, à en juger par amoindrissement des investissements, la non mise en place d'une zone franche globale , tous ces mimi problèmes semblaient déjà pas vraiment ouvrir de belles perspectives affriolantes aux yeux des investisseurs.

Faut être cinglé pour venir investir dans les DomTom français m'a répondu dernièrement un cabinet d'affaire parisien ? Mais ce sont là des problèmes d’ordre global. En ce qui concerne en particulier la Réunion , à en juger par les informations sur l'ensemble de la zone Océan Indien et les problématique des Banques , les mesures prises par l'état sous une volonté politique en vue d’attirer les rares investisseurs ne sont pas un argument décisif pouvant les persuader de venir s'installer sur cette ile .
Nos politiques sont trop préoccupé par un quota d'emplois aidés , par leur prochaine élection , plutôt que de trouver une facilité de création d'activité génératrice d'emplois , que font nos politiques depuis 30 ans ? Aucune initiative d'envergure sauf gaspiller l'argent des contribuables ....
pourtant il y a des possibilités de création d'emplois durable , mais ils refusent de le faire ....
Certains problèmes restent toutefois en suspens. Les investisseurs que j'ai eu l'occasion d'approcher m' expliquent ce qu'ils craignent le plus c'est la corruption et l'opacité les non dit , les lenteurs bureaucratiques d'une administration défaillante , l’interprétation inadéquate de la législation sur les permis de construire avec des PLU contradictoire selon les interprétations de chacune des administrations concerné et cetera et cetera , l’absence d’infrastructure adapté manque hébergement hôtelier suffisant pas de centre d'affaire des congrès manque de réactivité sur le reste du monde , la qualification insuffisante du personnel et le bas niveau de confiance entre l’État la gouvernance et les hommes d’affaires ont nuit a leur désir d’investir à la Réunion les exemples rempliraient un annuaire mondain . Si ces problèmes ne sont pas éliminés et que l'on ne se dirige pas vers autre chose , il ne faudra pas compter sur un afflux nouveau d’investissements, disent les interlocuteurs que je connais .Car manifestement nos deux Statler et Waldorf ne semblent pas comprendre la situation pendant les années d’avant-crise les problèmes énumérés par les investisseurs existaient déjà, ce qui était déjà un frein pour empêcher d’investir activement sur la Réunion, je donnerais bien des exemples mais je risque d'être trop long .


Maintenant que le PDG Maximin Chan-Ki-Chune de se journal refuse tout accord libre à lui, ce ne sera pas le gouvernement qui interviendra comme Sarkozy l'a fait pour le journal le Monde dernièrement ...

3.Posté par réaliste le 23/07/2010 10:25
ces élus zélés ont activement participé au conseil général au licenciement de 1200 salariés alors que celà relevait pleinement de leur responsabilité; et là on les voit comme des supermen interpeller le gouvernement pour les entreprises privées! Pourquoi pas les tribunaux pendant qu'ils sont , ils pourraient investir leurs indemnités dans la démarche . Non messieurs; celui de st-joseph a installé un lavabo dans sa mairie ils n'ont quà bien se laver le cerveau avant de donner des leçons, surtout de droit, aux autres.N'oublions pas que l'autre dépasse les 60 ans et comme il défend la retraite à cet âge là il n'a quà prendre la sienne , celà fera de la place aux jeunes.

4.Posté par kersauson de (P.) le 23/07/2010 10:26
qu'est ce que le gouvernement a à voir la dedans? ils ont eu un rictus les députés là ?
on a des patrons qui augmentent de 20% le prix de vente
et refusent de donner 10% d'augmentation à ses salariés !
c'est de l'escroquerie, y compris sur les lecteurs !
le problème c'est que les 2 journaux ont fait pareil le même jour!
ENTENTE ILLICITE !
moi je n'achète plus ici ces 2 t....., qui piochent leurs articles de sport sur l'Equipe, et les articles de politique sur le Monde (les mêmes articles NDLR)!
seul le JIR m 'interessait du temps de Jacques et de son édito !
je regarde sur net, j 'achète juste ici le Canard Enchainé maintenant qu'il sort vite.

5.Posté par PRATS le 23/07/2010 10:34
Bonnet blanc et blanc bonnet ...
Un petit coup de pub pour les député-maires !! facile trop facile.
Ne pas oublier qu'il s'agit tout de même d'une entreprise familiale. Pas d'un service public.

6.Posté par Tcherno-Bill le 23/07/2010 18:59
2 Cambronne Le seul attrait des Doms pour des investisseurs de Métropole c'est........la Défisc !
Je ne vois pas non plus ce que viennent faire des représentants du peuple dans un tel dossier !
Kersauson , tu résumes parfaitement le bazar !

7.Posté par linquiéteur le 23/07/2010 23:15
Puisqu'il est désormais interdit de se torcher avec un drapeau, il ne restait pourtant plus que la solution du quotidien pour se torcher quotidiennement.

8.Posté par Cambronne le 24/07/2010 09:32
6.Posté par Tcherno-Bill le 23/07/2010 18:59
Personne ne vous a dit le contraire sauf que d'un autre côté l'on retrouve quoi une taxation illicite pour récupérer ce qu'ils ont donné de la main droite pour le reprendre de la gauche, dites vous pouvez nous résumer Nicolas votre vision perso sur les développements de la politique économique réunionnaise depuis ces 30 dernières années ? Et les perspectives à venir merci ...

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales