Social

Grève au Quotidien : L'intersyndicale va saisir l'inspection du travail

Cet après midi s'est tenue une conférence de presse de l'intersyndicale du Quotidien pour faire un point sur le mouvement de grève qui touche le journal depuis maintenant six jours. La société Run press, qui s'occupe de la livraison du journal, a rejoint le mouvement.





Depuis six jours le Quotidien ne parait plus dans les points de vente suite à un mouvement de grève emmené par l'intersyndicale qui réclame des hausses de salaires pour les plus bas revenus et une prime pour les revenus au dessus de 1,4 Smic. Une conférence de presse a eu lieu cet après midi afin d'expliquer au public le bien fondé de leur action. L'intersyndicale (CFDT,CFE-CGC,CGTR et SNJ) représentée par son porte parole, Yannick Bernardeau, a voulu pointer du doigt le fait que que la direction laisse pourrir la situation.

Les négociations durent depuis le mois d'avril dernier. Les représentants du personnel avaient revendiqué l'obtention d'un 14ème mois et une hausse des salaires pour compenser l'absence de participation. La réponse de la direction n'est intervenue que le 9 juillet, "une réponse par la négative, hors de question de discuter de revalorisations salariales", explique Yannick Bernardeau, "une nouvelle proposition a été faite lors de l'assemblée générale du 12 juillet, de revoir nos revendications en demandant une hausse des bas salaires et une prime exceptionnelle, de plus la grève a été votée à plus de 90% ce jour là." Depuis les négociations sont dans l'impasse. La direction a évoqué la reprise des négociations si les salariés reprennent le travail, ce que les salariés ont refusé en assemblée générale.

Le Quotidien a les moyens selon l'intersyndicale

Yannick Bernardeau rappelle que le Quotidien a réalisé depuis janvier 2005, "1,3 Millions d'€ de bénéfices et seulement 150.000 € ont été reversés aux salariés". Il dénonce le fait que la société SAS le Quotidien " facture deux groupes externes pour l'assistance juridique, la Médiafi, et l'assistance administrative et comptable, la SPR, pour un montant total de plus de 2,6 millions d'€ par an" tout en pointant certains faits troublants : "l'expert comptable, suite à une expertise, a qualifié la société de nébuleuse ou bien encore le fait qu'une des sociétés externes, la Médiafi, a consenti un avoir de 500.000€ sur sa facture et de se poser la question de savoir quel prestataire peut baisser sa facture de moitié du jour au lendemain?".

Ce soir la situation est toujours bloquée et les négociations sont toujours au point mort entre la direction et l'intersyndicale. L'intersyndicale va saisir l'inspection du travail, ce lundi matin, pour ouvrir une médiation avec la direction. Le journal, quant à lui, ne paraitra pas demain pour le septième jour consécutif.
Dimanche 18 Juillet 2010 - 19:02
Julien Delarue
Lu 2764 fois




1.Posté par laurent le 18/07/2010 20:10
et dire qu'ils augmentent les prix des journaux au moment où il est le plus vide pendant les vacances! 3 pages de faits divers, 2 pages vacances, 2 pour l'horoscope, 6 pour le PMU, 1page sport local et 4 feuilles de dépêches de lAFP et bien sur un bon paquet de pub pour boucher les trous du gruyère journalistique! cherchez l'erreur!!! ON NE NOUS DIT PAS TOUT! En même temps payer cher des journalistes pour ça!!!

2.Posté par Domhoar le 18/07/2010 21:49
Alors :
- les faits divers, ils viennent, ils vont, personne ne les commande
- les pages vacances, ça peut être intéressant pour connaître le patrimoine ou découvrir les quartiers, ce qu'on n'a pas le temps de faire hors vacances
- 2 pages pour l'horoscope ? on ne doit pas lire le même journal...
- le PMU, le sport... hé bé, les journalistes ne vont pas inventer des matchs qui n'existent pas, tout de même ?
- les dépêches AFP : eh oui ! c'est ce qui permet de s'informer sur ce qui se passe ailleurs. Tout le monde ne regarde pas forcément son nombril, à La Réunion...
Pour information : même ces pages-là, qui ne sont pas écrites ici, ont besoin de journalistes pour exister. Vous ne croyez tout de même pas que les dépêches s'auto-choisissent et vont s'installer toutes seules dans les pages ! Si ?

3.Posté par Lyto le 18/07/2010 22:32
Sans compter que si le journal est "vide" pendant les vacances c'est aussi du fait que les journalistes sont... en vacances. Ben oui, ils ont le droit, comme tout le monde :)

4.Posté par Dufour Guy le 18/07/2010 22:39
Merci et bravo post N°2 des fois il faut remettre les choses en place

5.Posté par ihih le 19/07/2010 10:14
Y fé bien les affaires du JIR ça!...ih ih

6.Posté par laurent le 19/07/2010 14:24
tous cela pour dire qu' on mérite à ce prix là de meilleur journaux : JIR et quotidien, antenne ou RFO, et autres! Qu'une partie nationale et monde plus étoffés et traités et bien d'autres encore! pour acheter les deux journaux quotidiennement , de la presse nationale, régulièrement, sans compter les chaines d'informations et les sites d'informations locales et nationales je considère que l'information peut et doit être mieux traités et même au détriment des magazines! Car ceux qui n'achète qu'un journal et regarde que les journaux télévisés locales sont indéniablement en manque d'informations et de points de vues différents sur les sujets d'actualités! Quoi qu'on dise aucun journaliste et autre ne remettra en cause que le traitement de l'information à l'heure actuelle avec les dérives économistes et autres sont un sujet centrales dans le métier de journaliste et l'existence même de la presse! Crédibilité et pertinence des infos au sensationnalisme qui par moment prévaut pour faire vendre !!! Bref là ou je voulais soulever un débat était sur comment on traite l'information aujourd'hui dans la presse de manière générale, la place du journaliste dans la société actuelle!
Mais on m'enlèvera pas non plus l'idée qu'on pouvait attendre la rentrée pour relever les prix des journaux....

7.Posté par Lyto le 19/07/2010 16:42
@Laurent : le bon vieux concept du "c'était mieux avant". On retrouve désormais ce genre de remarque partout : dans l'éducation ("plus aucun jeune ne sait lire ni écrire"), dans l'alimentaire (la bouffe d'aujourd'hui c'est de la m...)....
Il faut savoir que du côté du Quotidien, l'équipe est relativement ancienne. Les journalistes sont donc les mêmes. Après si vous avez l'impression que la qualité de l'information a diminué (si tant est que l'on puisse la quantifier), il faudrait peut-être expliquer en quoi c'est le cas. Si vous pouvez me citer un exemple de sujets terriblement bien traités il y a quelques années et que l'on ne retrouve pas aujourd'hui, il serait effectivement très intéressant de débattre du pourquoi et du comment.
Peut-être est-ce tout simplement les lecteurs qui en demandent toujours plus pour moins cher. Normal, le journal est désormais un produit de consommation, au même titre qu'une télévision ou qu'une voiture. On veut donc ce qu'il y a de mieux. Malheureusement quand l'aspect économique rentre en ligne de compte, on déchante bien vite, on est d'accord là dessus....

8.Posté par laurent le 19/07/2010 17:48
@lito
je ne parle pas d'avant, je ne connais pas avant et je ne parle pas du quotidien en particulier mais du journalisme et des médias de manière générale! et on sait bien bien que le traitement de fond des informations et des sujets était, est, et sera mais doit toujours être le leitmotive de tout un chacun dans les médias malgré les contraintes économiques et politiques!

9.Posté par Lyto le 19/07/2010 18:23
Ben la motivation des journalistes est là, crois-le ou non. Malheureusement s'il est d'abord journaliste dans son esprit, il est malheureusement aussi l'employé d'une entreprise.
Et il doit malheureusement se plier au système. Du coup, lorsqu'il veut creuser dans sa recherche d'information on lui répond bien souvent : "non on a pas le temps, il ne faut pas que le concurrent sorte l'information avant". Quand il a passé une semaine à regrouper une énorme quantité d'informations, on lui explique : "il n'y a pas la place, le papier coûte cher, va à l'essentiel". Sans compter qu'en plus des sujets d'initiative, pour lesquels ils doit passer du temps en rechercher d'infos, il doit se taper les conférences de presse de tel ou tel entreprise/association/personnalité politique.
En clair : le journaliste a toujours ce souci de maintenir la qualité de l'information. Malheureusement pour lui et pour ses lecteurs, le monde occidental a opté pour un mode de fonctionnement dit "capitaliste" avec ses avantages et ses inconvénients. Dis-toi, si ça peut te rassurer, que le journaliste est le premier à en souffrir.

10.Posté par marie le 19/07/2010 18:39
Post 2 : Si les journalistes avaient leur mot à dire dans la gestion d'un journal ça se saurait! Pensez-vous que ce ne soit qu'un problème de salaire actuellement! Vous êtes bien naïf...

11.Posté par laurent le 19/07/2010 18:40
on est bien d'accord alors! je n'en doute pas ! mais du système oui!

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales