Social

Grève au Port : Le président de la SGM évalue les répercussions du conflit

Une réunion cruciale se joue en ce moment même dans les murs de l'inspection du travail à Saint-Denis, entre les syndicats de la Société Georges Michel Manutention du Port et des représentants de la direction. Une médiation qui se joue sans le président de la société, Jean de la Perrière, qui nous livre les tous derniers éléments concernant le ravitaillement des supermarchés et industriels de l'île.


Grève au Port : Le président de la SGM évalue les répercussions du conflit
Cela fait exactement une semaine que le conflit perdure du côté des quais du Port Est. Les négociations annuelles obligatoires ont tourné au vinaigre. "Nous proposions une revalorisation salariale à hauteur de 2,85% là où les syndicats demandent toujours 4,5%", explique Jean de la Perrière.

A l'heure où est écrit cet article, la "médiation" réunit les agents de l'inspection du travail, les négociateurs mandatés par la direction ainsi que les syndicats représentés majoritairement par la CGTR ports et docks. "Il est normal que je n'apparaisse pas dans cette médiation", appuie le président du groupe de manutention.

Pour bien comprendre l'enjeu de cette réunion, Jean de la Perrière fait un point sur la situation depuis la fin du week-end: "Nous avons deux gros bateaux qui sont partis en direction de l'île Maurice, trois de moyenne capacité de la Mauritius shipping corporation qui attendent et enfin un dernier bateau de voitures."

Si pour ce dernier convoi l'urgence ne prévaut pas, quoique, les inquiétudes vont à juste titre vers les autres chargements qui sont "de tout type : alimentaire, non alimentaire, matières premières", résume-t-il.

"Préjudice porté aux industriels"

"Il faut comprendre que l'activité d'aconage consiste à décharger les containers du bateau au quai certes, mais aussi de déplacer les containers sur un terre-plein au sein de l'enceinte portuaire pour que d'autres transporteurs viennent les y récupérer", explique-t-il. En clair, même les containers déchargés des navires avant le lundi 11 juin "stationnent" toujours sur les quais du Port Est depuis cette date. "Nous ne livrons plus depuis lundi dernier", complète le président.

Pire, la SGM compte parmi ces containers des produits dit "sous régime de froid", c'est-à-dire maintenus à très basse température dans des containers réfrigérés.

Même si la péremption de ces produits congelés n'est pas directement impactée, le patron de la SGM pense "au très grave préjudice subi par les industriels de la Réunion". Ceux-là même qui sont pénalisés, toujours en attente de leurs livraisons, objet de toutes les inquiétudes du préfet Michel Lalande.

Sur le débouché de cette médiation à l'inspection du travail, Jean de la Perrière avoue en souriant qu'il est "de nature optimiste".
Lundi 18 Juin 2012 - 17:55
ludovic.grondin@zinfos974.com
Lu 1120 fois



Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales