Faits-divers

Grève à la STAR: Une centaine de salariés au tribunal, délibéré à 17 heures


Grève à la STAR: Une centaine de salariés au tribunal, délibéré à 17 heures
Plus d'une centaine de salariés grévistes de la STAR, société en charge de la collecte des déchets dans le Nord, se sont rendus au tribunal de grande instance de Saint-Denis. La raison ? La direction de la STAR a assigné en référé heure par heure la CFTC, la CGTR et Gilbert Alefe, délégué syndical de la CFTC.

Lors de l'audience, c'est une véritable bataille juridique que se sont livrés l'avocat de la STAR et celui de la CGTR. La direction a assigné les deux syndicats et Gilbert Alefe pour différents motifs. "Il y a abus dès lors qu'il y a entrave à l'encontre des salariés non grévistes, entrave à la liberté d'aller et venir sur site et agissement compromettant la sécurité du site et des personnes. Ces trois cas sont réunis. Il faut une mesure d'urgence pour mettre fin à ces troubles. Notre assignation est parfaitement recevable", explique Me Alain Antoine, avocat représentant les intérêts de la STAR. Pour appuyer ses dires, Me Alain Antoine reprend les constations d'huissier effectuées sur site plusieurs fois la semaine dernière. "Les salariés grévistes ont exercé une pression morale sur les non-grévistes. Ils ont empêché les camions d'entrer sur le site", ajoute-t-il.

Pour l'avocat de la CGTR, cette assignation est "irrecevable". "A aucun moment, les grévistes ont empêché les non-grévistes d'aller sur le site. Preuve est faite dans le constat d'huissier de mercredi dernier que 10 employés de la STAR travaillaient et avaient accès librement au site d'enfouissement de Sainte-Suzanne", explique pour sa part Me Djalil Gangate, avocat de la CGTR. Pour lui, les trois axes soulevés par l'avocat de la STAR ne sont pas réunis. De plus, ce dernier indique que l'assignation n'est pas valable au sens où l'avocat de la STAR a assigné la Confédération (CGTR) et non la fédération commerce de la CGTR. "La Confédération n'a rien à voir dans ce conflit. Il s'agit de la fédération commerce. Dans un référé d'heure par heure, la rigueur s'impose et il faut être irréprochable", ajoute-t-il.

Me Alain Antoine demande au juge "une réponse judiciaire" pour que cesse les "troubles illicites" et "l'abus de droit manifeste" de la part des syndicats et de Gilbert Alefe. "Il faut faire en sorte que la Réunion soit propre et que les salariés non-grévistes puissent travailler", précise-t-il.

Me Djalil Gangate demande simplement l'annulation de cette assignation pour "irrecevabilité" et va plus loin. "Je demande à ce que le juge de référé condamne la STAR à 15.000 euros pour toute infraction constatée si la société a recours à une société tiers pour exécuter leur marché. En outre je demande la provision de 5.000 euros au titre de la procédure abusive entamée contre la CGTR", explique Me Gangate.

Après avoir écouté les plaidoiries des deux avocats, le juge de référé a décidé de rendre son délibéré à 17 heures.
Mardi 9 Avril 2013 - 16:05
Lu 916 fois



Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales