Social

Grève à l'Université : un campus sud avec cours "en plein air"

Les enseignants-chercheurs et étudiants qui souhaitent reprendre les cours sur le campus universitaire sud risquent de devoir faire leurs cours "en plein air". Ce matin, plusieurs centaines de personnes étaient sur le parking de l'antenne sud de l"université de la réunion et ont assisté à une nouvelle Assemblée générale dirigée par Béatrice Leperlier, de l'UNEF, une association très présente sur le front depuis près de 3 semaines maintenant.


Grève à l'Université : un campus sud avec cours "en plein air"

Beaucoup espéraient plutôt une reprise des cours ce matin, mais rares sont les opposants au blocus à oser s'exprimer. Un double vote a donc eu lieu, afin de déterminer les personnes qui soutiennent ou non les revendications, d'une part, et afin de voter un blocage pour aujourd'hui ou pas d'autre part.


Dans le premier cas, tous globalement sont mécontents de la réforme en cours. Dans le second, l'ambiguïté est plus grande, et là aussi, beaucoup n'osent pas exprimer ouvertement leur refus de bloquer l'établissement et le blocus est donc reconduit pour aujourd'hui. Blocus complet qui avait commencé souvenons nous lundi dernier, les jours précédents étaient en effet des jours de perturbations de cours.

Les grévistes quant à eux envisagent une ré-ouverture du campus cette semaine, mais, "aucune salle ne sera ouverte, vous n'y ferez pas cours" insiste Béatrice Leperlier devant 200 à 300 personnes selon nos estimations.


Grève à l'Université : un campus sud avec cours "en plein air"
Dans le même temps, un enseignant-chercheur affirme qu'un blocage complet sera "sans effet à la longue" tandis que les grévistes veulent rester mobilisés.

Du coté des non grévistes, c'est l'incompréhension totale "il sera difficile d'étudier sur les pelouses du campus" selon cette étudiante restée dans la foule. Pour cette autre étudiante de seconde année de Master qui a pris le mégaphone, "on a des stages à réaliser, on ne peut pas s'organiser avec ce blocage". Son collègue de classe renchérit: "on ne peut pas non plus aller en stage sans avoir suivi tous les cours".


Les avis sont donc très partagés sur le campus sud quant à ce blocage qui perdure, bien que tout reste calme en apparence. Les discussions sont en cours pour trouver des "actions adéquates", rappelle l'UNEF.



Lundi 23 Février 2009 - 11:46
C.L
Lu 815 fois




1.Posté par GG le 23/02/2009 13:44
Encore un article qui déchire la pistache!

2.Posté par yac du sud le 23/02/2009 14:30
De toute façon Gilles et Béatrice Leperlier leurs avenirs sont tout tracés"futurs"alimentaires du PCR.Pendant ce temps ma fille à perdu plus d'une semaine de cours,ma femme et moi nous nous trimons du lundi au samedi pour un petit smic, payer 2 loyers (1pour la résidence universitaire nord et l'autre pour notre HLM dans le sud et touts les dépenses y afférentes et on a pas de voiture.LAISSEZ AU MOINS LA LIBERTE DE CHACUN DE FAIRE GREVE OU PAS.JE SUIS TRES EN COLERE CONTRE CES PERSONNES.

3.Posté par Grachus le 23/02/2009 17:25
La presse joue une rôle vraiment trouble dans cette histoire. Qu'on arrête de faire croire aux gens que cette grève "coute" aux étudiants. C'est complètement faux ! La situation n'est problématique que pour les étudiants de master qui doivent partir en stage. Et même ceux-là peuvent être l'objet de mesures particulières.

Les enseignants chercheurs ont un service annualisé. Ils se déclarent en grève et bloque la Fac, bloque toute l'administration de leurs Université, ce qui fout le bordel au ministère. Ils subissent les retenues sur salaire du fait de leur déclaration de grève. Mais ils rattraperont leurs cours une fois la contestation passée !!! Vous comprenez ce que je vous dis là ??? Ils subiront des retenues sur salaires pour des cours qu'ils feront de toute façon !!! Interrogez les au lieu d'ouvrir le café du comptoir à quelques ignares qui crachent sur cette profession !

4.Posté par JPC le 23/02/2009 18:13
Nous avons là comme en Guadeloupe de grands démocrates encensés par une presse totalement incapable, par conformisme bien pensant, de faire la part des choses.
Messieurs les journalistes quelqu'un qui empêche ceux qui ne pensent pas comme lui de travailler s'il en ont envie est une graine de dictateur même s'il est jeune et patronné par l'UNEF. De la même façon un guadeloupéen qui hurle sa haine de la France entouré de gardes du corps est un simple tonton macoute même s'il s'appelle Demota et fait semblant de lutter contre la "profitation" (excusez-moi j'ai dû oublier un W)

5.Posté par Nmd le 23/02/2009 20:06
Un blocus tout a fait ridicule de la part de l'UNEF et des STAPS! Il y a des choses tout a fait aberrantes au niveau du système universitaire français et une réforme est légitime! De plus savez vous que tous ces enseignants-chercheurs incitent et invitent à la grève tous les étudiants alors qu'ils ne se déclarent pas grévistes et donc touchent leur joli petit salaire à la fin du mois...n'est-ce pas honteux?Les étudiants quand eux mettent en péril leur semestre voire plus...mais bon ils auront à la fin des notes sans valeur car un grand nombre d'enseignants leur offriront un "semestre cocotier" :)
Have fun ;)

6.Posté par Alexa le 23/02/2009 22:58
J'ai perdu 10 JOURS DE COURS avec ces blocages de M***DE !!!!
Je suis contre la réforme proposée mais ils nous enfoncent encore plus avec leur greves!!
Comment on va faire pour rattraper tous ces cours??? Surtout quand la moitié des cours sont donnés par des profs de métropole!!
Ils nous ont déjà prevenus SI ils font des rattrapages de cours, c'est le week end ou le soir !!!! Merci bien!!! pas tout le monde habite a proximité de l'université!!
Et gréve ou pas la DEGRADATION de la fac Merci mais c'était pas la peine!! On a eu des reverbers completement cassés a même le sol, sans parler des déchets que les grévistes ont laissé un peu partout dans l'université (bouteilles en tout genre = cannettes, bieres..., de la bouffe moisis devant l'amphi Cadet, et les tonnes de cartons , de cire à bougie!!)
Vous avez le droit de faire gréve mais sérieu ceux qui ont le plus a perdre avec cette greve ce sont les étudiants, l'état se fiche bien de laisser un jour ou 15 jours de blocage, les étudiants eux NON!!!
RAS LE BOL de bosser jusqu'a pas d'heures pour rattraper le retard, de se lever aux aurores, et de constater que des étudiants interdisent l'accés à l'université!!! et même à la B.U.!!
....

7.Posté par storm le 24/02/2009 09:54
Bonjour je comprend la revendication des étudiants gréviste surtout le combat contre la masterisation des concours de l'enseignement du second degrés. Cependant je ne comprend pas que l'ont puissent se battre pour des enseignants qui en règle générale n'ont rien à "foutre" de l'avenir de leurs étudiants. Moi même je suis étudiant en sciences et j'ai pu constater que des étudiants se font manipulés par certains enseignants afin de les incités à grever pour eux!!! "Allez manifesté ne vous inquiétez pas pour vos cours" ( pendant ce temps eux ils vont faire les courses ect ...) Ce qui est inadmissible pour moi. Pour venir sur leurs salaires je crois qu'il faut pas s'attardait sur ce sujet car en moyenne un MCF avec un peu d'ancienneté touche entre 4000 et 5000€/mois et un professeur touche selon son ancienneté entre 7000 et 9000€/mois je ne critique pas leurs rémunérations qui est justifier par rapport aux nombres d'années d'études.
Pour le blocage de l'université je suis aussi contre cette idée, ce n'est pas en bloquant l'accès aux facultés que le conflit va se débloqué. Car certains enseignants qui ne sont pas touchés par cette réforme (aucunes recherches) sont là pour assurés au moins certains cours.
Je suis étudiant en L3 et je commence à me poser vraiment des questions sur la suite du bon déroulement de mon semestre (ne dure environs 3mois) si j'étais un étudiant qui ne comprend pas les sacrifices des études à la fac je me serais lancé dans le bain de la "manif", mais je ne peux permettre un tel écart de conduite en L3. Les cours perdus seront rattrapés "qu'elle magnifique phrase" au moment ou j'écris ce message c'est 60H de cours étaler sur 3semaines que j'ai perdu moi et mes collègues de ma section. Comment faire pour rattraper ces heures perdus? Il faut savoir qu'un emplois du temps est mis en place 2mois à l'avance, l'une des solutions serait d'allonger le semestre d'un mois pour rattrapées les heures perdues? Ou bien de venir les samedi faire cours,TD et les étudiants qui vivent dans le sud ont penseraient à eux? Bien sure que non j'imagine!! Et le comble du comble c'est que maintenant le président ferme l'université quand il en à envie, aujourd'hui c'est 6H de cours qui partent en fumée. D'autant plus que je suis dans la filière la plus difficile toutes sections confondus(sciences,lettre,droit,éco). La vie d'un étudiant n'est pas facile stress,exams, peur de l'échec,grève... nui à sa santé.
Dire que l'avenir des étudiants est compromis c'est vrai, mais bloqué l'université ce n'est pas compromettre d'avantage notre avenir...
cordialement

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales