Sport

Goumane en appelle à l'autorité du président de la FFF

Voilà deux mois que les élections pour désigner le nouveau président de la Ligue réunionnaise de football auraient dû se tenir. Deux mois de trop et un silence pesant de la part de l’administratrice provisoire de la LRF font réagir Dominique Goumane et des licenciés (ou suspendus) du foot péi. Devant le temps perdu, plus question de demander des comptes à la Ligue ou au CNOSF, le colistier de Noël Vidot, candidat contre Yves Ethève, co-signe une lettre ouverte adressée au président de la Fédération française de football. Le même courrier est arrivé au bureau de Noël le Graët ce mercredi 29 avril à Paris :


Monsieur le Président,

Nous vous interpellons afin d'attirer votre attention sur une situation peu habituelle dans le football français. La Ligue Réunionnaise, organe interne de la Fédération, entre dans son sixième mois sous Administration Provisoire.
En effet, depuis le 19 Novembre 2014, suite au Jugement du Tribunal de Grande Instance de Saint Denis qui a procédé à l'annulation des élections du Comité directeur du 04 Novembre 2012, le football réunionnais se trouve dans une impasse.

Cette situation fait suite à une Ordonnance du 21 Novembre 2014, de Madame le Vice-Président du Tribunal de Grande Instance, qui a désigné le cabinet Michel CHAVAUX et Maurice PICARD comme Administrateurs Provisoires de la Ligue Réunionnaise de Football, pour une durée de quatre mois qui pourrait être prolongée sur requête.

Les Administrateurs ont été missionnés pour gérer et administrer la Ligue avec les pouvoirs les plus étendus ,conformément aux statuts et aux dispositions légales et règlementaires en vigueur, notamment les pouvoirs conférés au Président et au Comité Directeur.

L'une de leurs missions est l'organisation de l'élection du nouveau Comité Directeur.
Vous même, Monsieur Le Président, vous avez décrété une ordonnance dite "présidentielle" le 23 Novembre2014, avec la mise à disposition d'un référant auprès des Administrateurs Provisoires pour leur apporter toute assistance pendant la durée de leur mandat.

Conformément à l'ordonnance du Tribunal, à charge aux Administrateurs Provisoires de convoquer dans les meilleurs délais une Assemblée Générale en vue de permettre l'élection d'un nouveau Comité Directeur.
L'appel à candidatures a été lancé. La date limite était fixée au 15 Janvier 2015. L'élection était programmée le 8 Février 2015.

Une Commission Régionale des Opérations Électorales, composée de sept membres conformément aux statuts, a été mise en place le 23 Décembre 2014. Cette commission se composait d'un Magistrat Honoraire, faisant fonction de Président, de cinq avocats du barreau de Saint Denis et d'un Huissier de Justice.

Lors de l'ouverture des plis, la Commission constate qu'officiellement deux listes sont déclarées.
 
Le 3 Févier 2015, après les avis respectifs de la Commission Régionale de Surveillance des Opérations Électorales et de la Fédération Française de Football, le Comité Directeur de la Ligue déclare irrecevable la Liste conduite par Monsieur Yves ETHEVE au motif suivant : si les conditions générales d'éligibilité sont conformes, les conditions particulières d'éligibilité de certains candidats ne sont pas remplies selon les dispositions de l'art 9 des statuts de la Ligue.

Deux membres de la liste ne réunissent pas les critères pour postuler dans les collèges "éducateurs" et "arbitres".

A contrario, le Comité Directeur valide les conditions générales et particulières d'éligibilité des candidats de la seconde liste en présence.
Si cette décision est logique, elle provoque un coup de tonnerre dans le monde sportif local. Si pour certains, c'est une surprise, pour nous, c'est la suite logique de toute une chaîne de dysfonctionnements que nous avons souvent portés à votre connaissance depuis plus de deux ans.

Faut-il vous rappeler Monsieur le Président, que dès Novembre 2012, nous avions engagé un recours auprès de vos services pour demander l'annulation de l'élection.

Nous avions motivé notre demande sur l'illégalité du comité directeur et pointé le fait que dans sa composition manquaient les représentants des éducateurs, du football féminin, du football diversifié. Certains étaient démissionnaires depuis plus d'une année, voire plus pour certains, sans oublier l'inéligibilité du médecin.

Nous n'avons pas été suivis. L'appel a été qualifié d’« irrecevable ». Vos services nous ont répondu que toutes les contestations relatives aux élections organisées par les Ligues et les Districts ne relèvent pas de la compétence de la Fédération Française de Football.

Début Février 2015, la liste conduite par Monsieur ETHEVE, suite à son irrecevabilité, a fait appel au Comité National Olympique et Sportif pour une conciliation.

Ironie de l'histoire, c'est cette juridiction qui, saisie par nos soins en 2013, avait proposé à Monsieur ETHEVE alors président de la Ligue, de procéder à de nouvelles élections, au motif suffisamment grave que le secret du scrutin n'avait pas été assuré.

Ignorant délibérément cet avis, il se lancera dans des déclarations intempestives tentant de décrédibiliser cette institution. A titre d'exemple, cette étonnante déclaration lancée lors de l'assemblée générale de Décembre 2013 :

- "vous avez préféré à cela intervenir à Paris où vous pensiez que de là bas on peut diriger le sport notamment en Outre Mer. C’est méconnaître le fonctionnement de nos institutions et cela dit, sans animosité particulière."

Et, c'est là-bas, à Paris, qu'aujourd'hui, il va chercher sa réhabilitation.

A ce jour, d'après les informations et de manière officieuse, le CNOSF aurait proposé au Comité Directeur de réétudier la situation, afin que cette élection se déroule avec la présence des deux listes.
 
Pour l'instant, le Comité Directeur ne communique pas. Mais nous savons pertinemment que sa réponse sera liée à celle de la Fédération.

Si d'aventure, la proposition de CNOSF est acceptée par les parties, ce serait une situation inique. Comment repêcher une liste qui n'a pas rempli toutes les conditions requises ?

L'Article 4 des statuts FFF et des Articles 8 et 9 des statuts de la Ligue sont clairs. Les candidats doivent répondre aux conditions d'éligibilité, au jour du dépôt de candidature, tant générales que particulières.

Pire encore, nous vous rappelons que le refus de candidature a été validé sur l'avis de trois organes distincts :

- L'avis de la Commission Régionale de Surveillance des Opérations Électorales, qui est chargé de veiller au respect des dispositions prévues par les statuts, relatives à l’organisation et au déroulement des élections des membres du Comité de Direction

- L'avis de la Fédération Française de Football

- L'avis du Comité Directeur de la Ligue

L'acceptation de la proposition du conciliateur sera lourde de conséquences. Ce passe-droit n'a pas de sens. Il en va de soi que la Ligue Réunionnaise de Football ne peut retrouver la sérénité.

Monsieur le Président, ne nous laissez pas croire que la loi et les règlements appliqués sur le territoire national ne sont pas applicables ici à 10.000 km ! Même si nous déplorons le peu d'intérêt que les instances nationales portent à cette situation actuelle.

A titre d'exemple, d'autres disciplines locales confrontées à des problèmes similaires, voire de gouvernance, se sont vu dépêcher un représentant national quand ce n'était pas la présidence elle-même.

Le combat que nous avons engagé depuis plus de deux ans a pour seul but de faire respecter par tous l'application des statuts et des règlements de notre discipline, ici à la Réunion.
L'histoire du football réunionnais nous apprend qu’en trente trois ans, il n'y a jamais eu d'alternative.

Plus révélateur encore est la présence d'une seule liste à chaque élection depuis toutes ces années, sauf en deux occasions, dont l'élection de 2012.

La présence d'une liste d'opposition lors d'une élection peut sembler légitime, mais pas chez nous, C'est une offense, et nous l'avons payé chèrement. Sinon, comment expliquez-vous qu'une liste de candidats aux dernières élections puisse faire l'objet d'une sanction collective ?

Que certains puissent être sanctionnés : quatre ans, trois ans, et deux ans de suspensions, au motif :
- "Les sanctions disciplinaires sont venues sanctionner une politique de dénigrement très agressive à l'égard des membres du comité directeur portant atteinte à l'honorabilité des membres du comité directeur."
 
N'est-ce pas disproportionné à l'égard des barèmes de sanctions appliquées au niveau national ? Surtout quand on sait aujourd'hui que l'annulation de l'élection est basée en partie sur les motifs que nous dénoncions à juste raison.

Que dire, Monsieur le Président, de cette situation irréelle où des personnes non licenciées en 2013, faute de clubs, purgent à ce jour une peine de suspension.

Vos services interpellés par le CNOSF devant la complexité des dossiers ont répondu laconiquement : "Elles ne sont plus licenciées depuis le 1er janvier 2014".

Il est malheureux que la Fédération n'ait pas cru judicieux de préciser qu'une personne qui n'est pas licenciée ne puisse être sanctionnée par un de ses organes déconcentrés.

La Ligue de la Réunion a inventé une sanction disciplinaire qui est "la suspension virtuelle".
Nous attirons aussi votre attention sur un fait majeur. L'année dernière, un rapport de mission d'évaluation de la situation du football à la Réunion par délégation FIFA avec la présence d'une représentante de la Fédération, a été mis sur la place publique. Ce rapport est contesté il est vrai par la Ligue. Son contenu met en évidence certaines réalités. L'expertise est accablante. La gestion de l'ancien président est pointée du doigt.

Que pensez-vous de l'attitude de personnes influentes incitant au boycott des actions menées par les Administrateurs Provisoires en place ?

Le plus important est à ce jour de stabiliser notre football, de le rebâtir avec de nouvelles valeurs et orientations.

Le football réunionnais appartient à l'ensemble de ses composantes et aux licenciés qui doivent élaborer un projet commun basé sur l'exigence, la tolérance, le respect et les différences.
La Fédération ne peut rester insensible à cette situation et à notre désarroi. Elle doit être le garant d'une morale et d'une éthique.
Monsieur le Président, nous arrivons à un tournant important pour le football réunionnais. L'heure n'est plus aux tergiversations. Le problème n'est pas de prendre partie pour telle ou telle liste, tel ou tel candidat, mais de veiller aux stricts respects des statuts et des règlements, dont vous êtes le garant.

Marie Thérèse Sinama Valliamée (licenciée), Marie Dany Dupuy Honorine (Pas licenciée mais suspendue 2 ans), Jean Philippe Payet (licencié), Dominique Goumane (licencié–Ex-tête de liste 2012)
 
Jeudi 30 Avril 2015 - 18:37
Lu 2848 fois




1.Posté par Pierrot2 le 30/04/2015 20:15
Il était temps de réveiller les instances de Métropole car je pense qu'ils ne savent plus où se situe la Reunion.
Effectivement etheve est toujours agacé aussitôt qu'un club local se déplace en métropole pour se défendre soit d'une sanction de la LRF ou sinon une mauvaise application des règlements.
On attend avec impatience cette date fatidique pour botter ce cher monsieur.

2.Posté par tradition le 30/04/2015 20:43
goumane t'as la téte de l'emploi suelement dans le foot français on cours après le ballon plus que les subventions.....

3.Posté par Saint-Bernard le 30/04/2015 21:04
N'oublie pas que Eteve a fait de toi une figure dirigeant e la LRF , tu à été son fils spirituelle
arête acharnement contre celui qui peut être ton père celui qui à guider le foot vers le haut
avec ses amis il à fait pour le foot il à une palmarès et vous rien même pas en qualité de joueur
reviens vers le président Eteve il vous fera de vous un vrais dirigeants car il s'est pardonner

4.Posté par Ancien joueur sélection 974 le 30/04/2015 22:19
Oté Goumane tout ce que Ethève la fait pou ou le foot la mette a ou en l'air sous la houlette d'Ethève surtout en sélection ou la voyage avec lu et aujourd'hui ou casse a lu. Comment i fé et ote camarade Vidot c'est Ethève la remette a lu en l'air après notre victoire aux jeux des iles, oté oublie beaucoup de choses. Moin la impression que zote la peur d'Ethève si n'aura 2 listes et inquiète pas ou n'aura 2 listes, le Président la 3 FFF ne peut rien faire puisque déjà lu préfère mettre en place des présidents d'expérience, disponible et de confiance. Désolé pou ou moin la joué avec ou mais moin la plus confiance avec Ethève que ton l'équipe.

5.Posté par Zavocat le 01/05/2015 00:27
Belle note de synthèse. Madame l administratrice ne pourra faire fi du règlement. La décision contraire enliserait la situation et ne tiendrait pas debout devant une juridiction.

6.Posté par Geronimo le 01/05/2015 00:32
Quelqu un à t il des nouvelles de la procédure a l encontre de monsieur ETheve ? Celle où des mentions ont par enchantement été enlevées du procès verbal du vote de 2012 ?

7.Posté par Ti piment le 01/05/2015 09:05 (depuis mobile)
N''a 2 posts y fait rire: Faut remercier Etheve? 30 ans lu la pas respect de monde et la faut remercie à lu? Le temps band colonie la fini. À nous la jeunesse, nous veut pu de lu.

8.Posté par ibra le 01/05/2015 10:08
A tradition de 20 h 43. Oui effectivement " dans le foot français on court après le ballon plus que les subventions....." Sinon comment expliquer que certains s'accrochent à cette place. Oui, il y a des distributions de billets d'avion. Tandis que les DOM TOM sont représentés par un voire deux représentants aux réunions fédérales, la Réunion, elle dispose de deux,trois voire quatre persornes.
Que dire quand on se targue de dire qu'on est "des bénévoles" à 100% et qu'il se dit quel'on se fait rembourser ses frais " des pertes d'exploitations " équivalent à un salaire non négligeable.
Monsieur ETHEVE s'est grillé lui-même. En homme d'expérience qu'il se dit il aurait dû contrôler sa liste. Il est disqualifié pour la finale. S'il revient dans le jeu, en football cette faute s'appelle "tricherie" ou "magouille". Lui, qui a souvent sanctionné les acteurs du football, comment peut-il s'asseoir son autorité sur de la duperie. Comment pourrait-il demander aux licenciés de respecter les règles ? Vous allez me dire : Ce Monsieur et son équipe ont-ils toujours été respectueux des règles ? De toute façon, une chose est sûre, avec cette lettre ouverte adressée au Président de la Fédération, un bras de fer risque de s'installer dans la sphère du football ici. Nous, qui avions par le passé, critiquer voir s' ériger en "donneur de leçons" aux pays avoisinantes, nous y voilà cette fois

9.Posté par Journaliste averti le 01/05/2015 10:23
Très belle lettre ouverte car elle synthétise parfaitement la situation de notre football.La fédération se cache mais ,il y a aussi les instances régionales telles que le CROS ou la Jeunesse et sports qui jouent l'autruche alors que l'on sait pertinemment que leur souci premier reste les jeux des îles et qu'ils travaillent en dessous pour réhabiliter l'EX.
Pour les JDI, rien n'empêche à ce jour à la DTR de mettre en place un programme de préparation. Les coupes nationales garçons et filles en sont l' exemple type. Si JPB qui disque de pouvoir se consacrer totalement car sa situation à la JSSP est très compromise ,sinon ,nous avons Barrabé qui avec son expérience malgache est tout désigné.

10.Posté par tradition le 01/05/2015 11:45
FFF c'est fédération faignant foot?

11.Posté par Choupette le 01/05/2015 12:17
3.Posté par Saint-Bernard

" ... tu à été son fils spirituelle ..."
C'est sans doute qu'il ne voulait pas de cette spiritualité tronquée, qu'il dénonce tout ça.
Et puis "fils" masculin "spiritueL" masculin également.

Arrêtez de courir derrière un ballon (votre cerveau) et ouvrez un livre de lecture ... .

Bravo M. Goumane, continuez !

12.Posté par Zétoil Rose le 01/05/2015 13:36
Ethève aura le soutien de son avocat du sud sauvage car il est dit que cette année son club préféré sera champion coûte que coûte.

13.Posté par ZembroKaf le 02/05/2015 11:00
le cabinet Michel CHAVAUX et Maurice PICARD comme Administrateurs Provisoires de la Ligue Réunionnaise de Football,

peut être un "provisoire-définitif" les administrateurs provisoires se plaisent à ce poste lol

14.Posté par La vache qui rit le 02/05/2015 11:14
3 posté par Saint Bernard:

"ETHEVE s'est pardonné" ...très grosse faute...on dit "ETHEVE "sait pardonner" du verbe savoir et non le verbe être. C'est très révélateur du niveau intellectuel des idiots qui entourent ce bouffon et qui le défendent. Continuez à embrasser les pieds d'ETHEVE, c'est votre dieu, sans lui vous n'existez pas, vous n'êtes rien !
Quand cochon vole, c'est la vache qui rit.....

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Lundi 5 Décembre 2016 - 15:32 Surf: Johanne Defay est 5e mondiale

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales