Société

Garantie jeune : "La Réunion est le premier territoire en terme de places"


Garantie jeune : "La Réunion est le premier territoire en terme de places"
La Réunion a été choisie en novembre 2013 pour être un des territoires (10 au total) pilotes pour l'expérimentation de la garantie jeunes. Ce matin, le préfet de la Réunion, Jean-Luc Marx, a accueilli la 6ème promotion du dispositif garantie jeune à la préfecture. Une dizaine de jeunes formés dont l'objectif principal est l'insertion dans le monde professionnel.

Depuis l'année dernière, ils sont plus de 300 à être passés par une des missions locales (en charge de la bonne application de la garantie jeune). "C'est la 6ème promotion que nous accueillons aujourd'hui. 300 jeunes sur les 1.839 places de la garantie jeune ont profité du dispositif. La Réunion est le premier territoire en terme de places devant Marseille", rappelle le préfet, Jean-Luc Marx.

La Réunion est le seul territoire d'outre-mer a avoir été retenu. "Nous sommes très heureux d'avoir été retenus pour cette expérimentation parfaitement adaptée à ici. On veut pouvoir offrir à ces jeunes un avenir durable", explique Jacques Lowinsky, président de l'ARML (Association régionale des missions locales de la Réunion).

La garantie jeune s'adresse aux jeunes de 18 à 25 ans sans emploi, sans diplôme, sans formation et se trouvant en grande situation de précarité. Pour le président de la Mission locale Nord, Dominique Sery, le dispositif marche si les jeunes sont volontaires. "Les outils ne servent à rien s'il n'y a pas d'envie de s'en sortir et de se projeter dans l'avenir", souligne-t-il. Un contrat d'engagements réciproques est signé.

En tout, 94 jeunes sont suivis par la Mission locale Nord. Après une formation de quatre semaines, les jeunes sont suivis par un conseiller. L'objectif est de les amener durablement vers le chemin de l'insertion professionnelle.

Parmi la dizaine de jeunes présents à la préfecture, tous sont unanimes pour souligner le bon fonctionnement du dispositif. Nombreux sont ceux à avoir déjà trouvé un stage dans une entreprise. "Onze d'entre eux ont déjà trouvé une entreprise pour leur immersion professionnelle", poursuit Dominique Sery. Seul un jeune, d'une promotion précédente, n'a pas correctement suivi le dispositif et s'est vu infliger une suspension de sa garantie, avec à la clé une suspension du versement de l'allocation mensuelle de 450 euros pendant trois jours.

A la clé pour ces jeunes, la promesse future d'un emploi si le stage est concluant.

Mercredi 23 Avril 2014 - 13:26
JD
Lu 1178 fois




1.Posté par audrey le 23/04/2014 22:47
pour les jeunes sans diplomes? et cette la parti lécole po apprendre i existe pas?

2.Posté par Antipode le 24/04/2014 08:24
Plan sans ambition, même pas un pansement tellement c'est petit ; des conditions tellement farfelues que ça met des mois à prendre place, quant il s'agit de manger tous les jours et d'avoir des activités :s

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales