Social

GHSR : Le tribunal administratif confirme les licenciements des 58 stagiaires

Les 58 stagiaires du GHSR (Groupe Hospitalier Sud Réunion) qui avaient déposé un recours devant le tribunal administratif de Saint-Denis ont vu leur licenciement être confirmés hier.


GHSR : Le tribunal administratif confirme les licenciements des 58 stagiaires
Le tribunal administratif du chef-lieu a rendu son délibéré concernant l'affaire des licenciements du GHSR. Evincés à la fin de leur stage le 22 janvier dernier, les ex-stagiaires espéraient une réponse claire de la part de l'instance compétente en droit du travail. C'est chose faite depuis hier...

Le 3 mars dernier, le rapporteur public avait rejeté la requête des ex-stagiaires concernant l'annulation de la commission paritaire qui ne les avait pas titularisé. Pour ce dernier, les non-titularisations de ces 58 personnes étaient en accord avec les mesures préconisées par l'Inspection générale des affaires sanitaires et sociales (IGASS).
La mission de l'IGASS avait, en effet, mis à jour un état désastreux des finances de l'établissement hospitalier avec un déficit de 9.000.000 d'euros. Le rapporteur public Geneviève Faure, avait alors signalé que l'état catastrophique des finances du GHSR ne permettait pas de titulariser ces stagiaires : "Ce n'est pas un droit... La non-titularisation des stagiaires est une procédure des plus régulières (...)"

Il reste dorénavant deux mois aux ex-stagiaires pour faire appel de ce délibéré devant la cour administrative d'appel de Bordeaux...
Mercredi 18 Mars 2009 - 09:00
Ludovic Robert
Lu 2859 fois




1.Posté par nicolas de launay de la perriere le 18/03/2009 11:44
que l'on se réfère aux accords obtenus aux antilles, où il est notamment question d'intégration des cdd dans les hôpitaux..sachant la situation financière des structures hospitalières publiques aux Antilles, devinez quoi ..? l'Etat a signé les yeux fermés... c'est pas beau ça ? Réunionnais, nous sommes vraiment trop....souples et malléables..!

et puis, la non titularisation ne repose pas sur une incompétence des stagiaires. la direction du GHSR aurait dû négocier la titularisation contre une mutation accompagnée... mais bon, direction d'hôpital et compétence sont parfois difficile à concilier.. voire le second est parfois absent du premier..

il est de notoriété publique, que les hôpitaux en île de france, souffre de la pénurie de personnels soignants...que le journalistes se rapprochent des directions de certains de ses hôpitaux pour confirmer mes propos !!

2.Posté par Gérard Maillot le 18/03/2009 14:52
GHSR : Le tribunal administratif confirme les licenciements des 58 stagiaires "
Ils ont des diplômes? Non...Qu'ils aillent tous pointer au pôle !

3.Posté par igas le 18/03/2009 17:44
Il est agacant nicolas, parcequ'on a l impression qu'il ne connait pas la problèmatique du GHSR et qu'il compare sans arret avec les antilles... ou alors il fait semblant! Juste quelques rappels de l'IGAS (merci de ne pas censurer pierrot):
- Parmi ces licenciements, il n'y a aucun soignant, je dis bien zéro soignants! donc si justement les hopitaux souffrent de pénurie de soignant (ce qui est vrai) , en 2009 les concours pour les soignants
et médico techniques (infirmiers, aide soignants,préparateur etc...) ont repris.Ce sont des concours sur titres donc avec condition de diplomes.Ce qui me permet de rappeller que tous les licenciés ont été recrutés sans conditions de diplomes en catégorie C... meme si y en a qui sont diplomés,pour tous
aucun poste n'était budgété! d'ou l illégalité, et on sait maintenant (l'enquete suite à la plainte de l'ARH le confirmera) que le critère premier fut le lien de parenté avec l'ex DRH, le syndicat chrétien et les quelques chefs administratifs amis de l'ex drh, ce qui peut déboucher sur le délit de prise illégal d'intérèt (comme pour le maire de Cilaos).
Nicolas, tu sais aussi que chaque établissement est autonome et gere son déficit,la plupart des licenciés avaient un boulot dans le privé et ont sauté sur l'occasion de devenir fonctionnaire (on peut comprendre) mais comme les postes n'étaient pas budgétés (pour cause les budgets etaient donnés
pour le personnel soignant! faut il le rappeller?) le tribunal donne donc raison au Directeur qui ne fait que suivre les recommandations de l'IGAS et le Plan de retour à l'Equilibre voté par le Didier ROBERT, en mai 2008 par 15 voix contre 5 faut il le rappeller aussi?
Rien n'est règlé pour autant, 1an de perdu, 6 millions de déficit prévus en 2009, et des conditions de soins déplorables...il faut embaucher encore des soignants et ameliorer FORTEMENT le management de terrain...et rester vigilant sur les procédures de recrutements...

4.Posté par nicolas de launay de la perrière le 18/03/2009 20:39
igas, la notion de postes budgétés, avec l'introduction de la T2A, a perdu tout son sens.. par ailleurs, tu dois savoir que la T2A est remise en cause et que "l'on" songe à réintroduire un mode de financement mixte..Est ce le retour de la DAC..? nous verrons bien.

Je rajoute concernant ton affirmation de la gestion autonome des déficits dans les hôpitaux, que la plupart des hôpitaux déficitaires bénéficient de subventions spécifiques afin de corriger ou atténuer la réalité des déficits d'exploitation...

D'autre part, concernant le GHSR, j'ai cru lire ici ou là, qu'il y avait un boycott du codage par le corps médical... comment fait donc cet établissement pour financer son activité...? toi qui a l'air bien placé (au vu de ton pseudo), pourrais tu nous dire comment fait cet établissement puisqu'il ne génère aucune recette en raison du boycott du codage des actes puisque c'est justement ce codage, qui est à l'origine des recettes d'exploitation d'un hôpital.. l'Assurance Maladie financerait elle sur la base de l'activité de l'exercice comptable précédent...?

Et puis, désolé, mais je ne compare pas sans arrêt aux antilles ...
et pour en remettre une couche, s'il s'avère effectivement qu'au regard de la loi, le recrutement d'un membre de sa famille s'apparente à une prise illégale d'intérêt pour les ordonnateurs, alors il serait plus qu'opportun pour le parquet de s'auto saisir afin que la veuve, l'orphelin et le budget national soient saufs, et d'investiguer dans toutes les collectivités locales et établissements publics réunionnais car d'un point de vue génétique, un nombre important de réunionnais sont tous cousins proches ou éloignés... et j'invite également les parquets de france, de navarre et de Corse, à faire la même chose...

comme je le disais, nous sommes, nous réunionnais, hautement malléables et acceptons beaucoup trop de choses de la part de l'administration, dont on dit ici ou là (mais surtout ici), que certains hauts fonctionnaires ne sont d'autant mieux à la Réunion qu'ils sont loin, très loin de Paris et du microcosme gouvernementale, qui nomment ceux qu'il ne souhaite pas voir autre part que dans loin , très loin de Paris.. Serait ce la même chose pour les fonctionnaires moins hauts placés dans la hiérar-chie....?

5.Posté par Laurent le 18/03/2009 20:55
Bravo Monsieur le Député Maire pour votre recrutement et vos promesse électorales. Continuez !!!

6.Posté par Yab chouchou le 19/03/2009 22:26
Igas, tu as l'air de maitriser ton sujet. Un pronostique, retour à l'équilibre dans quel délai au GHSR? On est à 9 000 000 de déficit, on a licencié environ une trentaine d'agents (les autres ont été reclassé en tant que contractuel). La direction (l'Igas aussi vraissemblablement) avait comme argument que les 88 stagiaires administratifs et techniques représentaient environ 2 500 000 euros annuel. Donc réellement, le dirlo ferait une "économie" d'environ 1 000 000 euros annuel. Comme dit le COSPAR, le compte n'y est pas, d'autant plus qu'avec la grève du codage les recettes ont pris un coup de pompe à Saint-Pierre. Qui peut me sortir encore une formule magique avec encore un peu de mauvilac. Non la solution si on en croit ces chères goyaves c'est la mise sous tutelle. Conclusion, retour à la case départ, quoique les frustrés au moins auront trouver l'orgasme avec ces licenciements. Kréol, nout péi bato fou oussa banna i rale a nou

7.Posté par nicolas de launay de la perriere le 20/03/2009 00:06
la mise sous tutelle ne serait pas une mauvaise chose..vu l'impossibilité de licencier de la fonction hospitalière... que l'Etat via des administrateurs reprennent la main sur des établissements dans lesquelles les conseils d'administration et leurs administrateurs n'ont pas servi à grand chose, où est le drame ? on verra bien d'ailleurs, si les administrateurs arrivent à faire mieux que l'équipe en place.. ce qui me semble un peu difficile par ailleurs mais bon... nul n'est devin !

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales