Culture

Françoise Vergès et un collectif veulent faire de l'Hôtel de la Marine un musée de l'esclavage, de la colonisation et de l'outre-mer


Françoise Vergès et un collectif veulent faire de l'Hôtel de la Marine un musée de l'esclavage, de la colonisation et de l'outre-mer

L'Hôtel de la Marine est à vendre. Ou, plus exactement, à louer pour environ 70 ans. Dans le cadre de la vente de ses "bijoux de famille" pour renflouer les caisses, l'État a lancé dans la plus grande discrétion un appel projet pour l'Hôtel de la Marine le 27 novembre dernier. Plutôt surprenant sur le fond comme sur la forme quand on sait qu'il s'agit d'un fleuron de l'Histoire française où fut signé le décret d'abolition de l'esclavage de 1848 et conduite la politique coloniale. Depuis cette annonce, de nombreux historiens, intellectuels et acteurs culturels ont manifesté leur désapprobation à voir partir ce bâtiment historique et symbolique dans les mains d'investisseurs privés.

Alors que le plan de reprise de l'Hôtel de la Marine devait être officialisé et que c'est le jeune entrepreneur Alexandre Allard qui tenait la corde, l'appel d'offres a finalement été repoussé ou 7 février 2011. Une petite victoire pour les comités qui se sont créés et ont solennellement demandé que l'Hôtel soit transformé en musée.

L'un de ces collectifs, auquel adhère Françoise Vergès et composés majoritairement d'historiens, s'est offert une tribune libre dans le journal Le Monde daté du 19 janvier. Il propose "au futur propriétaire des lieux" que soit créé sur 8.000 des 25.000 m2 de l'hôtel "le grand 'musée de l'esclavage, de la colonisation et de l'outre-mer'".

Voici l'intégralité de cette tribune libre :


"Un des fleurons du patrimoine national, l'hôtel de la Marine, place de la Concorde, est à vendre au plus offrant. Dans ce lieu gorgé d'histoire, où fut signé le décret d'abolition de l'esclavage de 1848 et conduite notre politique coloniale, il serait judicieux d'en conserver une partie, à défaut de sa totalité, pour faire oeuvre d'histoire. Des historiens ont lancé cette semaine un appel dans Le Monde pour y installer la Maison de l'histoire de France voulue par Nicolas Sarkozy. D'autres historiens et chercheurs en appellent ici au ministre de la culture, au maire de Paris et au président de la région pour sauvegarder ce patrimoine national et faire entrer le passé colonial dans l'esprit de nos contemporains en installant place de la Concorde un "musée de l'esclavage, de la colonisation et de l'outre-mer" (Mecom).

Le 17 janvier aura été une date historique et favorable à l'indignation. Au coeur de Paris, l'hôtel de la Marine (classé monument historique) aura trouvé un "repreneur". Un appel d'offres "en urgence" a été lancé par le gouvernement avant les fêtes de fin d'année (mais il faut un mot de passe pour accéder au rapport de la Commission nationale des monuments historiques !), alors que tout le monde était en vacances, l'opération de "bail emphytéotique" a été menée tambour battant. La République vend ses meubles, et l'affaire ne serait pas grave si ce bâtiment, inauguré en 1774, était sans valeur historique. C'est un lieu d'histoire et de mémoire.

Ce fleuron de notre histoire nationale, au carrefour de l'histoire maritime, de l'histoire de l'esclavage et de l'histoire coloniale, va être transformé en supermarché du luxe par un orfèvre en la matière, Alexandre Allard. Certain de récupérer les 25 000 m2 et les 550 salons et pièces de ce palais de la République, situé place de la Concorde en face de l'Assemblée, avec le soutien de son "conseiller spécial", ancien ministre de la culture, Renaud Donnedieu de Vabres, l'heureux futur propriétaire prépare déjà une soirée pour fêter son acquisition. Cet hôtel, pour ce champion fortuné du Net, serait son coup de maître après l'achat-revente du Royal Monceau.

Boutique de luxe, salle de ventes, galeries d'art contemporain et hôtel haut de gamme sont au programme et feront partie de la proposition envoyée à France Domaine, chargé de gérer l'appel d'offres le plus expéditif de la Ve République. Qu'est-ce qui peut expliquer cette urgence du gouvernement, alors que l'état-major de la marine ne quittera le bâtiment prestigieux qu'en 2014 pour rejoindre le futur Pentagone à la française dans le 15e arrondissement de Paris ? On peut se demander en toute légitimité si l'urgence n'est pas dictée par le désir d'éviter un débat public sur ce que pourrait devenir ce bâtiment historique. L'ancien ministre de la défense Hervé Morin a rappelé que ce bâtiment "appart(enait) à l'histoire du pays" et plusieurs personnalités ont alerté le ministère de la culture de son importance majeure.

Certains ont lancé depuis des mois un appel à la sauvegarde du lieu, comme l'association Les Amis de l'hôtel de la Marine, afin qu'il demeure dans le giron du patrimoine national. Ils n'ont pas été entendus. Des historiens ont demandé, le mardi 11 janvier, dans un appel dans Le Monde, que soit installée la Maison de l'histoire de France, si chère au président de la République, dans ce bâtiment, en rappelant les grands faits historiques liés au bâtiment... mais en oubliant au passage le passé lié à l'esclavage et à la colonisation de ce lieu. Curieuse omission pour de grands historiens... Comme s'il y avait une "bonne" et une "mauvaise" histoire de France.

Néanmoins, nous partageons leur indignation, et comme eux nous sommes "révulsés" par cette vente à l'encan, mais nous envisageons une autre destination...

C'est bien un lieu d'histoire et de mémoire qui est appelé à disparaître. Là dessus nous sommes tous d'accord. C'est en effet dans ces murs que fut élaboré et signé en 1848, sous le gouvernement de la IIe République, le décret d'abolition définitive de l'esclavage dans les colonies françaises, date charnière entre deux épisodes majeurs de l'histoire nationale et de la colonisation : celle de l'esclavage et celle de la colonisation. En outre, c'est dans ce bâtiment, qui fut celui du ministère de la marine, que furent élaborées et conduites les conquêtes coloniales du Second Empire et de la République. L'hôtel de la Marine est donc bien un de ces hauts lieux qui offrent à nos contemporains une véritable "leçon" sur l'histoire.

Nous avons décidé de proposer au futur propriétaire des lieux un "partage" (à défaut de l'intégralité du bâtiment) bien compris entre intérêt personnel et intérêt général. Puisque l'affaire est quasiment faite (avec le soutien de la Caisse des dépôts et d'un fonds de pension qatari), faisons la proposition suivante au repreneur. Il va acquérir pour quelques millions d'euros et plusieurs décennies les 25 000 m2 de ces bâtiments place de la Concorde. Il en prend les deux tiers et, sur les parties les plus inestimables du patrimoine (8 000 m2), il accepte de créer, avec le soutien de la Ville de Paris, du ministère de la culture et de la région Ile-de-France, le grand "musée de l'esclavage, de la colonisation et de l'outre-mer" qui manque à la France, pays des musées, de la culture et de l'histoire.

Cinquante ans après les indépendances africaines, à la veille des commémorations de la guerre d'Algérie, alors que la France va célébrer le 80e anniversaire de son Exposition coloniale de 1931 et qu'elle va fêter les dix ans de la loi Taubira en cette Année des outremers, ce musée porté par la République et installé au coeur de la capitale serait le signe que nous sommes enfin entrés dans le temps du postcolonial en France. Les musées sur l'histoire de France sont déjà nombreux dans le pays, alors qu'il n'existe aucun musée sur notre passé colonial, un tel acte serait fondateur d'une République capable de regarder toute son histoire.

Nous avons le temps, car les lieux ne vont se libérer qu'en 2014 et les travaux d'aménagement vont prendre au moins trois ans. La création d'un consortium des trois partenaires - ville, région, Etat - donnera la possibilité de réfléchir, aux côtés des chercheurs et des structures concernées, à ce que devrait et pourrait être le Mecom : un véritable lieu de savoirs et de cultures, un espace d'histoire où pourraient aussi se croiser les mémoires, un véritable musée postcolonial dynamique et ouvert au public du monde qui vient visiter Paris et ses musées. Le Mecom offrirait une lecture croisée des récits et des diversités, inscrivant la France dans une approche comparatiste riche et complexe, révélant des échanges millénaires comme ceux induits par la colonisation et offrant un programme d'expositions dynamiques.

Monsieur le Ministre, Monsieur le Président de région, Monsieur le Maire, faites qu'en 2018 nos concitoyens puissent enfin avoir accès à ce passé dans un des hauts lieux de la République. Nous commémorerons alors le 170e anniversaire de l'abolition de l'esclavage et le 100e anniversaire de la fin de la Grande Guerre, où se sont illustrés des milliers de combattants venus des quatre coins du monde... A vous trois, en unifiant vos forces et vos volontés, vous convaincrez Alexandre Allard de consacrer un peu de son prestigieux palais à l'histoire de notre pays. Il en va de notre histoire, de notre présent et de notre futur."

Pascal Blanchard, Nicolas Bancel, Esther Benbassa, Catherine Coquery-Vidrovitch, Marcel Dorigny, Benoît Falaize, Yvan Gastaut, Gilles Manceron, Pap Ndiaye, Benjamin Stora sont historiens ;
Françoise Vergès, politologue ;
Ahmed Boubeker, sociologue.

Collectif
Lundi 24 Janvier 2011 - 12:52
Lu 4699 fois



Du plus récent au plus ancien | Du plus ancien au plus récent

75.Posté par Anti cons et connes le 04/05/2011 14:13
Pascal Blanchard, Nicolas Bancel, Esther Benbassa, Catherine Coquery-Vidrovitch, Marcel Dorigny, Benoît Falaize, Yvan Gastaut, Gilles Manceron, Pap Ndiaye, Benjamin Stora , Ahmed Boubeker, Françoise Verges, ont-ils déjà songé au montant de leurs salaires dans cette boite à subventions nommée "le grand 'musée de l'esclavage, de la colonisation et de l'outre-mer'" ?
Ils devraient ! C'est tout de même le plus important dans ce projet !!!

74.Posté par le congo chez tintin le 26/01/2011 21:24
Comment te serais tu comporté, toi, si tu avais grandi dans une cité
entouré de béton ? Un endroit où l'on parque tous les étrangers, et domiens,
fraîchement débarqués.Certains, bien-sûr, parviennent à s'en sortir, mais, pour la
pupart, c'est l'échec scolaire avec les conséquences que l'on connait.



--------------------------------------------------------------

Tu fais bien d'en parler, mais tout faux ma gauchiotte....j'ai grandi dans une cité hlm tellement pourrie (mairie coco à l'époque, tout le blé partait à Moscou !) qu'elle est devenue la première zone franche urbaine de France à coups d'émeutes et de deals de dope...alors disons que la diversité je connais et que c'est bien pour ça que le discours bisounours des bobos dans ton genre sur ces sujets me fait bien marrer !!!

Alors, tes explications mon champion de la culture de l'excuse...tu nous les avances au lieu d'insulter ???

73.Posté par Caton2 le 26/01/2011 20:27
Hamza. Je blasphème sur l'islam? De quel Islam parlez vous? Celui qui est présenté dans les mosquées "bien intégrées, bien pensantes, aux normes de l'occident" où de celui là?
(Paroles de l'ayatollah Khomeiny, extraites de son ouvrage "Tahrirolvasyleh" quatrième volume, Darol Orm, Gom, Iran, 1990):
- L'homme peut avoir un plaisir sexuel avec un enfant, de sexe féminin aussi jeune qu'un bébé. Cependant, il ne doit pas pénétrer par devant, mais le sodomiser. Si l'homme pénètre l'hymen et cause des dégâts, alors il devra être responsable de la fillette toute sa vie. Cette-ci, cependant, ne compte pas comme une de ses quatre femmes permanentes. L'homme, par contre, ne peut pas épouser sa sœur.
- Il est préférable pour une fille d'être mariée à temps pour qu’elle entame sa première menstruation dans la maison de son mari plutôt que celle de son père. Un tel père qui donne en mariage une fille aussi jeune aura une place permanente au Paradis.
- L'homme peut avoir des rapports sexuels avec des animaux tels que les moutons, les vaches, les chameaux et ainsi de suite. Cependant il doit égorger l'animal après avoir eu son orgasme. Il ne doit pas vendre la viande aux gens de son village, cependant la vente de cette viande à un village proche est acceptable.
Autre extrait, tiré du Petit livre vert, Proverbes d'Ayatollah Khomeiny, (Politique, Phylosophica, Social et Religieux, page 47) :
- Si on a commis un acte de sodomie avec une vache, une brebis, ou un chameau, leurs urines et leurs excréments deviennent impurs, et même leur lait ne peut plus être consommé. Cet animal doit être tué le plus vite possible et brûlé.

72.Posté par Hamza le 26/01/2011 19:11
Caton2 et Tintin, vous prouvez bien que ce qui vous intéresse, ce n'est pas la vérité... Ce qui vous intéresse, c'est seulement de blasphémer sur l'Islam...!!! Dans quels intérêts..? Par pures bêtises...? Ou par purs calculs idéologiques...?

71.Posté par jean le 26/01/2011 10:05
p 64
surement pas la pauvreté, contrairement à ce qu'affirment les gauchos puis que les départements de la creuse et du cantal qui comptent parmi les plus pauvres sont les moins touchés par la délinquance !
Mais je suis sur d'avoir affaire à un spécialiste de la culture de l'excuse, c'est ton avis qui prévaut jean...suis pressé de te lire...donne nous les bonnes raisons !!!

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Tu répètes tout le temps les mêmes absurdités ( gaucho; socialo, et j'en passe).
c'est à peine saoulant !!!!!!!!!!!
En même temps ça montre tes limites.
Comment te serais tu comporté, toi, si tu avais grandi dans une cité
entouré de béton ? Un endroit où l'on parque tous les étrangers, et domiens,
fraîchement débarqués.Certains, bien-sûr, parviennent à s'en sortir, mais, pour la
pupart, c'est l'échec scolaire avec les conséquences que l'on connait.


70.Posté par le congo chez tintin le 25/01/2011 17:09
Hamza pratique t'il la Taqya ???


La Taqiya
Toutes les obédiences islamiques ont recours à cette pratique qui consiste à recourir au mensonge, à la dissimulation et s’il le faut à de faux témoignages et à de faux serments quand l’intérêt de l’Islam l’exige, ou tout simplement quand un avantage personnel se présente.

Les Zaydites, une secte Chiite, se défend de recourir à cette pratique.

Les Druzes, une autre secte Chiite, ont le devoir de la véracité : celle-ci doit être absolue et sans restriction entre les adeptes de l’unitarisme druze. Avec les autres, les non-druzes, on peut tout nier : dettes contractées, dépôts reçus, participation à un délit, quand l’aveu devrait les compromettre ou simplement quand ils se trouveraient momentanément dans la gêne.

Cela pose un sérieux problème dans les discussions avec les musulmans quand il est impossible de faire la part des choses et qu’une signature n’a aucune valeur. Comment alors envisager une relation de confiance avec un musulman ? Un exemple concret : en 1952 la Turquie a signé notre « Déclaration Universelle des Droits de l’Homme » et 50 ans après, la population est à 99% islamiste avec une législation qui se trouve alignée sur la Shari’a.


69.Posté par kaloupillé le 25/01/2011 16:59
Si Françoise Vergés nous donnez la recette (comment marche l' Argent de la TERREUR !)
les esclaves pourraient comprendre pourquoi on reste toujours Pauvres , en sachant que la Toile d' Araignée Captant des Fonds dans le Monde entier et réussi à constituer des Réseaux Terroristes
du Sahel à L' Indonésie , de la Corse à la Colombie , du Pays Basque au Moyen Orient , de L' Afrique Noire à L' Asie Centrale ex Soviétique et aujourdh'ui quand ont voit la Loi de 1901 qui n'est plus adaptée au secteur moderne et le monde économique que toute personnes peuvent se cacher sous une Association Caricative qui va permettre a avoir des dons à droite et à gauche sans aucune surveillance qui va les permettre de s'enrichir , de percevoir des cotisations et des dons réputés etre à but non Lucratif sans déclarations Fiscales et facilite de nombreuses Fraudes et de Détournements et une partie de ces malversations profite au financement des Terroristes à Méditer sur les Associations de la LOI 1901 !!!

68.Posté par Caton2 le 25/01/2011 16:20
67. Bien d'accord Congo. J'aime bien voir arriver Hamza sur ce forum. son numéro de surdité intellectuelle m'amuse (un moment).
Juste pour l'agacer un peu et déclencher sa logorrhée, je lui conseille de lire les écrits d'Avicenne, qui est loin d'être contemporain du prophète!
Avicenne (980-1037) , célèbre médecin et philosophe musulman explique que Dieu, dans sa grande sagesse, avait placé dans les régions de grands froids ou de grandes chaleurs des peuples esclaves par nature et incapables de choses plus élevées “car il faut qu’il y ait des maîtres et des esclaves”. Pensée profonde que le philosophe du Xe siècle al-Farabi reprend à son compte. Dans sa liste des guerres justes, il insiste sur celles dont le but est d’asservir ceux pour qui “le statut le meilleur et le plus avantageux au monde est de servir et d’être esclave” et qui refusent néanmoins l’esclavage.
A l’époque, la grande majorité des esclaves musulmans étaient soit slaves, soit noirs.
Allez Hamza, un petit couplet!

67.Posté par le congo chez tintin le 25/01/2011 16:07
Joli numéro de caricaturiste révisionniste de la part d'hamza, comme d'habitude !


Pour ma part je laisse les zinfonautes soucieux de trier le bon grain historique de l'ivraie islamique googler "esclavage arabo-musulman", et lire tout ce qu'ils trouveront à ce sujet pour accéder à la vérité méconnue !

66.Posté par Hamza le 25/01/2011 14:26
Salut à tous...

Comme d'habitude, Caton2 et Tintin cherchent à faire l'amalgame entre la traite négrière occidentale et la soi disante traite arabo-musulmane...!!! Alors qu'ils n'ont pour source que 2 ou 3 historiens qui n'apportent aucune preuve pour étayer leurs propos, que des suppositions...!!!
Et malheureusement Caton2 et Tintin prennent ces suppositions pour argent comptant sans même aller vérifier de la véracité des écrits qu'ils lisent...!!! Allez savoir, ce sont peut être de vrais naïfs...? ou bien peut être que si ils n'ont pas besoin de faire + de recherches , c'est que cela les arrange, tout simplement, dans leurs bien-pensances...? Allez savoir...?
Toujours est-il que pour ne pas parler de l'esclavage européenne, ils opposent à tous les coups la traite européenne à la soi disante traite arabo-musulmane qui aurait fait soi disant des centaines de millions de morts au cours des siècles... Et oui rien que ça...!!! Et tout cela, en osant affirmer, sans le moindre scrupule, sans la moindre petite preuve qui pourrait, ne serait-ce , apporter un soupçon de petit crédit à leur propos...!!! Non... Rien du tout, à part nous étaler des écrits d'historiens de la 1 ère heure, qui n'ont ni queue, ni tête...!!!
Messieurs, vous n'avez donc pas d'objectivité...? Êtes-vous rationnels dans vos propos...? Bien sûr que non, ou si oui, apportez-nous des preuves...!!! Soyez objectifs...!!!
Évidemment, vous ne pourrez apporter aucunes preuves (objectif) puisqu'il n'y en a pas... Vous vous basez que sur de la spéculation et de plus vous manquez d'impartialité en adhérant sans pertinence à des théories fumeuses...!!!

Voici les propos de Mr Mouhammad Patel sur le sujet de l'esclavage en Islam:

""Il faut savoir que les esclaves existaient dans le monde bien avant la venue de l'Islam. L'esclavage était ainsi une pratique habituelle en Arabie, mais, avant l'Islam, les esclaves n'avaient aucun statut spécifique et ils n'avaient droit à aucune dignité. Le Prophète Mouhammad (sallallâhou alayhi wa sallam), avec la Révélation Divine, a été le premier à apporter de véritables révolutions à ce sujet:

* Tout d'abord, l'Islam posait comme devoir pour les croyants le bon traitement des esclaves et le respect à leur égard, en les encourageant à les traiter comme des frères. Le Prophète Mouhammad (sallâllâhou alayhi wa sallam) s'était une fois mis extrêmement en colère lorsqu'il vit un de ses Compagnons (radhia allâhou anhou) frapper son esclave. Le Compagnon (radhia allâhou anhou) , comprenant son erreur, le libéra immédiatement. Sur quoi le Prophète Mouhammad (sallallâhou alayhi wa sallam) lui annonça que s'il n'avait pas affranchit cet esclave, il aurait été durement châtié par Allah pour son geste. L'une de dernière recommandation que fit le Prophète Mouhammad (sallallâhou alayhi wa sallam) sur son lit de mort, avant de quitter ce monde, portait justement sur le bon traitement envers les esclaves. Il (sallallâhou alayhi wa sallam) avait lui-même donné l'exemple à ce sujet durant son vivant en libérant son esclave, Zeid Bin Hâritha (radhia allâhou anhou) et le prenant ensuite comme fils adoptif.

* L'esclavage en Islam n'était toléré en Islam qu'en tant que système de protection pour les prisonniers de guerre: En effet, face aux captifs après les batailles, il y avait trois attitudes possibles qui s'offraient au chef des musulmans:

* Tuer tous les prisonniers.

* Les libérer.

* En faire des esclaves.

Parmi ces trois options, l'Islam a, tout à fait logiquement, par rapport à ce qui se faisait dans le contexte à l'époque, choisi la dernière. Les libérer complètement aurait été assimilé à une garantie d'impunité pour les ennemis des musulmans. En d'autres mots, l'esclavage en Islam était considérée comme une mesure exceptionnelle.

* Mais ce qu'il est important également de souligner, c'est que la conception de l'esclavage en Islam était fondamentalement différente de ce qui se faisait alors dans le monde, mais aussi de ce qui se fera encore pendant des siècles et des siècles. Le Prophète Mouhammad (sallallâhou alayhi wa sallam) demandait par exemple aux croyants d'éduquer parfaitement leurs esclaves et des les apprendre progressivement à devenir indépendant avant de les affranchir. Il s'agissait ainsi de les préparer à leur future liberté. On comprend mieux la sagesse de ces mesures islamiques quand on voit ce qui s'était passé aux Etats-Unis au moment de l'abolition de l'esclavage. Certaines sources relatent qu'après une journée passée en liberté, de nombreux affranchis retournèrent chez leurs anciens maîtres pour leur demander de l'assistance: En effet, comme ils n'avaient jamais été confrontés aux impératifs de la vie active, ils ne pouvaient se débrouiller seuls dans le monde libre...

Face à cela, on trouve dans la civilisation musulmane une particularité remarquable: quand on étudie l'histoire de l'Islam, on trouve en effet un grand nombre de savants (comme Nâfi', l'un des narrateurs de Hadiths les plus connus et considéré comme étant l'un des plus fiables) et même des gouverneurs musulmans qui étaient des anciens esclaves. Ce qui montre bien le degré d'érudition qu'ils avaient atteint avant même d'avoir retrouvé la liberté.

* Ajoutons à cela qu'à l'époque, l'esclavage était aussi un moyen pour permettre à des non musulmans prisonniers de guerre de vivre parmi les musulmans, et de leur permettre de mieux connaître l'Islam. L'histoire nous montre que beaucoup d'esclaves se sont convertis de cette façon.

Tout ceci montre bien que l'Islam a apporté des changements positifs et radicaux par rapport au statut des esclaves. Il est cependant nécessaire de souligner que des traités et accords internationaux ont été conclu depuis pour mettre un terme à la pratique de l'esclavage, lesquels accords et traités ont été ratifiés également par les chefs d'état musulmans. (D'après le texte coranique, il apparaît clairement que le choix de garder les prisonniers de guerre comme esclaves dépend de l'avis du Amîr (chef) des musulmans...) Il ne faut pas oublier enfin que l'esclavage n'a jamais été un devoir et une pratique ordonnée en Islam.

C'est donc en se replaçant dans le contexte qui prévalait à l'époque et en étudiant ce que le Prophète Mouhammad (sallallâhou alayhi wa sallam) a enseigné que l'on peut se faire une idée de la contribution de l'Islam à ce niveau.""

65.Posté par Feroz le 25/01/2011 15:06
31 merci à Malika Sorel pour votre éclairage pertinent qui a retenu toute mon attention.
On voit et on sait que ce sont des vérités qui dérangent.

64.Posté par le congo chez tintin le 25/01/2011 14:25
au lieu de perdre ton temps à radoter toujours les mêmes conneries,
explique plutôt pourquoi on en arrive à ce constat....
Comme t'as l'air de savoir tellement de choses........


----------------------------------------------------

surement pas la pauvreté, contrairement à ce qu'affirment les gauchos puis que les départements de la creuse et du cantal qui comptent parmi les plus pauvres sont les moins touchés par la délinquance !
Mais je suis sur d'avoir affaire à un spécialiste de la culture de l'excuse, c'est ton avis qui prévaut jean...suis pressé de te lire...donne nous les bonnes raisons !!!

Radoter dis tu..., tu exagères un max puisque c'est la première fois que j'aborde le sujet !!!


Pour ce qui est du constat, il semblerait qu'il est interdit de le poser ( à moins d’être membre de ss wacisme) puisque zemmour a été traîné au tribunal par ss wacisme pour avoir dit que le ciel est bleu...alors que M Sopo ( de ss wacisme !!!) n'a pas été inquiété !!!

63.Posté par Caton2 le 25/01/2011 13:30
"Il y a déjà un tel musée en construction à Nantes pour la traite négrière, ne serait il pas pour le moins normal d'en créer un pour la traite arabo-musulmane qui fit bien plus de victimes et perdure encore ???" (Le congo chez tintin).
Exact. Un musée à Paris mais avec quel fonds? Il faut des pièces, des documents à exposer quand on fait un musée. À Nantes, au Château des Ducs, il y avait déjà un fonds (fers d'esclaves croquis, tableaux, maquettes de bateaux négriers, documents d'armateurs, etc.) Ce fonds a été enrichi par l'association "les anneaux de la mémoire".
Ce musée, si musée il y a, sera t-il le marché aux puces que proposait Françoise Vergès pour la MCUR? À deux pas du Louvre! Je m'esbaudis!
Citoyen, vous voyez du Caton partout! C'est devenu obsessionnel? En ce qui concerne votre lecture (hâtive) des positions de l'islam vis à vis de l'esclavage, un conseil: lisez le Coran. Le Coran est un livre où on trouve tout et son contraire, parfois dans le même verset. Donc on peut faire dire ce qu'on veut au Coran, ce qui est bien pratique pour les exégètes. Suivant la circonstance on retient les propos humanistes où violents.
Donc, je ne retiens que les faits. Et les faits sont bien ceux exposés par Ré-informé.

62.Posté par Père Spicace le 25/01/2011 12:50
Vox clamantis in deserto.

61.Posté par jean le 25/01/2011 12:42
P 58 “L’exemple du traitement de la surdélinquance des étrangers et des jeunes issus de l’immigration est ici éclairant. Longtemps nié en France, ce phénomène n’en était et n’en demeure pas moins réel.[…] Nier une évidence, c’est s’interdire d’en offrir une analyse.”


_______________________________________________________________________________

au lieu de perdre ton temps à radoter toujours les mêmes conneries,
explique plutôt pourquoi on en arrive à ce constat....
Comme t'as l'air de savoir tellement de choses........


60.Posté par Caton2 le 25/01/2011 12:34
Erreur camarades. Ré-informé, ce n'est pas moi. Ce qui vous prouve que je n'ai rien inventé. L'histoire, de l'esclavage la vraie, pas celle réécrite par Carpanin et Françoise, comporte bien les épisodes que décrit Ré-informé, et que j'ai eu l'occasion de rappeler plusieurs fois sur ce forum. Merci Ré-informé d''en avoir remis une couche. Il y a des gens sur ce forum, qui pensent que j'ai tout inventé, ou que j'en rajoute!

59.Posté par le congo chez tintin le 25/01/2011 11:12
A vous lire, vous et congo, on croirait presque que toute utilisation d'argent public pour aborder, sous quelque forme et quelque angle que ce soit, la question de l'esclavage et de la colonisation en France serait par nature illégitime. C'est à minima étrange, comme vision.

-------------------------------------------

Pas d'accord, donc suspect et surement raciste, je reconnais bien là les grosses ficelles de la manipulation gauchiste !

Il y a déjà un tel musée en construction à Nantes pour la traite négrière, ne serait il pas pour le moins normal d'en créer un pour la traite arabo-musulmane qui fit bien plus de victimes et perdure encore ???

Répondre oui ou pourquoi pas c'est être facho ou raciste parait il....

58.Posté par le congo chez tintin le 25/01/2011 11:00
Petits extraits d'un livre dont l'auteur n'est pas Marine ou zemmour, mais Sopo de SS wacisme....qui nous éclaire sur le pourquoi de la repentance !!!!


“Il existe en France, un antiracisme bien-pensant. Il est dangereux, car dévoyé. […] Il repose sur une relation viciée, dès le départ, entre d’”ex-colons” et d’”-ex-indigènes”. Il se nourrit principalement de cette culpabilité blanche. Il est une perpétuelle action de repentir. L’étranger ainsi canonisé, la béatitude peut suivre.” 4 éme de couverture.

” Il faut souligner que dans la conception exotique de l’antiracisme, l’Etranger est privé de sa propre définition et d’une libre détermination. Il n’est plus un sujet agissant mai un objet de compassion. ” p 14

“Le discours victimaire occupe pourtant une place loin d’être négligeable chez ceux qui se réfèrent au discours antiraciste. Il l’occupe d’autant plus qu’il est adossé à une lecture marxisante de la société : d’un côté les oppresseurs, de l’autre les opprimés.” P 22

” Pour cela, les islamistes savaient pouvoir compter en Europe sur un allié de poids : la mauvaise conscience post coloniale. Le discours antiraciste fut alors dévoyé en prenant en compte cet élément majeur. Pour échapper à toutes critiques de leurs visées réactionnaires et de leurs stratégies d’influence, ces extrémistes entreprirent, en dénaturant profondément la philosophie et les mots de l’antiracisme, de dénoncer une “islamophobie” dont la moindre critique à leur égard aurait été le signe. ” p.78




OUH lala !!!! et c'est pas fini !!!

“L’exemple du traitement de la surdélinquance des étrangers et des jeunes issus de l’immigration est ici éclairant. Longtemps nié en France, ce phénomène n’en était et n’en demeure pas moins réel.[…] Nier une évidence, c’est s’interdire d’en offrir une analyse.”


http://ovial.blog.lemonde.fr/2011/01/18/pourquoi-sos-racisme-nattaque-t-elle-pas-en-justice-lauteur-de-ces-propos/

57.Posté par nicolas de launay de la perriere le 25/01/2011 10:06
la MCUR et le tram train ont été abandonnés non pas UNIQUEMENT en raison de leur coût, mais surtout parce que ces projets n'étaient pas jugés prioritaire, et que la calendrier électoral est venu perturbé la réalisation de ces deux projets.

c'est l'équipe nouvelle qui a annulé ces projets (au fait, ça a coûté combien ? pourquoi zinfos ne l'a t il jamais précisé)

faut replacer dans le contexte junior.. une décision politique s'affranchit toujours des motifs financiers, tu devrais le savoir pourtant..

56.Posté par SERENO le 25/01/2011 09:38
L'état ne souhaite ABSOLUMENT PAS oeuvrer pour montrer ce qu'a été la periode de l'esclavage.
Il n'y a qu' a regarder tous les batiments ou monuments de cette époque pour voir dans quelle situation ces batiments se trouvent .

55.Posté par Cambronne le 25/01/2011 09:18
35.Posté par le congo chez tintin le 24/01/2011 19:40

l'on crois rêver ! les amis de Miss Verges ont-ils au moins quelques notions de l’Histoire autre que ramener tout à l'esclavage ?
Peu d’événements de l’histoire sous la révolution ont laissé davantage de cicatrices dans les consciences occidentales que le génocide franco français en exterminant des milliers de bretons Vendéens et Normand faut dire que cette carte poste donne une image plus reluisante du rôle de nos valeureux Jacobins faisant que certains encore s'opposent à ce que l'on regarde l'histoire, cicatrices encore ouvertes laissent de nombreuses frictions dans ces régions.
Se sont les contribuables parisiens qui vont être heureux d'apprendre que leur impôts vont servir à entretenir grassement une bande de bobos gauchistes bouffis de suffisance, d'arrogance, condescendance et d'insulte avec l'histoire voilà bien les quatre mamelles de la vache France bolchevik c'est hélas tout ce qu'ils peuvent offrir un tissu de mensonge et déformer l'histoire , avec cette bande récipiendaires franchement "Que la France était belle au bon vieux temps des colonies". Aujourd'hui 'hui l'on vient nous ressortir l'esclavage comme prétexte pour faire un mussée j'espère que Miss Verges a conservé les marmites moulin mais et les vieux fer à repasser en fonte , pour alimenter ses vitrines, lorsque les Jacobins ont éliminé toute trace royale ils ne s'imaginaient pas un instant que les murs parleraient un jour pour eux
je suis du même avis que Pierre Frédéric Dupuy
pour être complètement opposé à une instrumentalisation politique sur la question de l'esclavage. Je verrais donc mal, à présent, ce qui pourrait vous faire croire pour faire changer les choses si ce n'est que de faire un retour en arrière et demander des comptes au tyran Napoléon 1er
1°) réclamer un musée au nom de je ne sais quel "nombrilisme réunionnais"
2°) veuille faire le tri dans les différents types d'esclavages au nom d'un concept nébuleux "d'importance politique". sans oublier les génocides identitaire des bretons et Vendéens qui ont certainement plus souffert dans leur racines ....
l'état n'a plus les moyens d'entretenir ses Musée ce n'est certainement pas pour en ouvrir un autre , je suis d'avis que Miss Verges ouvre un Musée sur les crimes contre l'humanité des communistes rien que de parler des purges Staliniennes avec les millions de morts il doit bien y avoir matière de trouver un mausolée à Moscou ou en Corée du Nord ...
les cicatrices de l'histoire de France pourrait aussi approfondir comme Reynald Secher, "Le génocide franco-français." avec le prix du sang et des larmes du premier génocide européen , les Chouans Bretons Vendéens Normand seront victimes d’une terrible répression.
Avec l'éternelle désinformation autour des guerres de Vendée et du Génocide l'on perçoit mieux ensuite pourquoi les français vivent dans un tel marasme identitaire aujourd'hui ! faut dire qu'avec le remarquable travail des Jacobins qui ont su balayer tactiquement et habilement bien des idées reçues propagées par leur redoutable et diabolique idéologie républicaine révolutionnaire anti libérale sauf que la vérité se réapproprie ses pages d'histoire , peu à peu l'on découvre la terrifiante extermination avec les colonnes infernales pour éliminer toutes traces des Bretons et des Vendéens.
« Vae caecis ducentibus, vae caecis sequentibus !
"Malheur aux aveugles qui mènent ! Malheur aux aveugles qui suivent !"

54.Posté par vipère le 25/01/2011 07:04
à 52
vous vos cantonnez volontairement, à répondre sur l'esclavage et la dénonciation de ses origines dans un bel exercice de style,qui donne envie de dire "il ira loin ce petit"juxtaposant perfidement les argument de congo le tintin et les miens qui sont aux antipodes ,bref c'est la langue de bois.

Ce que je disais, en clair c'est que votre champion Didier Robert est incapable de mettre sur pied le moindre chantier dans quelque domaines que ce soit ,bref c'est un fantoche,il a abandonné par dogmatisme tous les projets de la précédente mandature et la Réunion est au point mort tant économiquement que culturellement (elle partait de zéro ou presque sur ce point)
Au niveau national c'est pareil a ceci prés que le démantèlement du secteur public est si grossier que le public commence à y voir clair,les scandale type servier ,loréal ne sont que les prémices de la déconfiture d'un système, mais la France n'en déplaise à Sarkozy à une culture et une histoire et devrait, ce fâcheux épisode tourné,de remonter en une vingtaine d'année,pour peu que les Français chassent ces olibrius ploutocrates du pouvoir et ne les remplace pas,ce qui est à craindre par des extrémistes de droite
à la Réunion il semblerait que seules les grandes surfaces intéressent la population c'est la société de consommation caricaturée et l'indifférence à toute chose non consomptible
En un mot c'est un fiasco tout comme au niveau national

53.Posté par citoyen le 25/01/2011 06:11
50.Posté par Monsieur Ré-informé.... le 24/01/2011 22:21

Désolé de vous avoir assimilé à Caton2 (mais Caton2 ne cesse de poste contre l'Islam, ses dangers, sa nature guerrière...) que j'ai cru que c'était lui. C'est vrai qu'il ne change pas de pseudo.

Il est aussi vrai que Caton2 a eu raison dans d'autres posts de parler de l'esclavagisme arabo-musulman.

Mais sa vision négativiste à ce propos est contestable car sur le net on a plusieurs versions et même des positives....

Mais parfaitement d'accord avec vous sur la question de la culpabilisation de l'Europe ou l'Occident par rapport à l'esclavage, et merci d'avoir rappelé ces points d'histoire très importants.

Cette question s'explique peut-être notamment par la politique: en politique, il faut trouver un thème porteur pour utiliser l'opihion publique (opinion publique = l'arme électorale qui permet de gagner le pouvoir) qui en règle générale n'est pas très informée (euphémisme) et pas forcément très futée.

Là on a l'esclavage (commerce triangulaire), c'est excellent pour la mise en valeur de pays d'Afrique, de la Caraîbes... Etc

Attention, qu'on ne me fasse pas dire ce que je n'ai pas dit: ça a existé, c'était une horreur, mais on est bien d'accord que ce n'était pas le seul fait des grands pays européens de l'époque.

Donc dans un tel projet de MECOM, une personne comme FV a-t-elle sa place, alors qu'elle n'a pas démontré son objectivité scientifique avec la MCUR ...? J'en doute. Mais je n'ai pas lu ses livres, je l'avoue. Alors, mon opinion n'est qu'une impression.

52.Posté par Pierre Frédéric Dupuy le 24/01/2011 22:56
48. L'argument économique était que la Région n'avait plus les moyens pour ce type de projets, surtout compte tenu de son coût et de ses retours financiers attendus. Dans les faits, j'avais raison puisque le tram-train a été abandonné pour les mêmes raisons.

Sur la question, en revanche, de ce qu'il y a eu à la place, vous avez raison, actuellement rien. J'avais effectivement suggéré que, si projet culturel il devait y avoir, il devait d'abord passer par une réhabilitation de l'existant. Cependant, de deux choses l'une: 1°) je n'étais pas certain qu'un projet culturel ait été nécessaire, bien que ce soit quelque chose que je veuille bien accorder et 2°) je n'ai jamais sous entendu qu'un projet de taille comparable devrait voir le jour, au contraire, vu que justement je l'estimais trop cher il était évident que ça signifiait le remplacer par quelque chose de moins coûteux.

47. Expliquez moi, juste un instant, où j'ai réclamé un musée sur la question de l'esclavage? Je me suis contenté de dire que si l'Etat et Paris voulaient se saisir de ce genre de thématique, EUX avaient les moyens financiers de le mener à bien. Cela ne visait que la stricte question budgétaire, de faisabilité. De plus, ça me semble correspondre (bien plus qu'à la Réunion) aux besoins et à la situation spécifiques de Paris et à leur stratégie. Bien entendu, ce n'est qu'une première impression.

De plus, encore une fois, vous avez dû être absent lors des débats sur la MCUR: je me suis opposé à l'instrumentalisation politique de la question de l'esclavage. Je vois donc mal, aujourd'hui, ce qui pourrait vous faire croire que je 1°) réclame un musée au nom de je ne sais quel "nombrilisme réunionnais" et 2°) veuille faire le tri dans les différents types d'esclavages au nom d'un concept nébuleux "d'importance politique".

Il est étrange d'ailleurs que vous rameniez ce problème d'un musée sur l'esclavage en France à l'esclavage moderne ailleurs... est ce vraiment le rôle d'un musée que de se saisir de questions diplomatiques contemporaines? Si vous craignez que soient passés sous silence le rôle historique des tribus africaines dans la traite, attendez au moins de voir le programme scientifique proposé...

Bref, vous projetez sur cette idée et sur moi des intentions qui n'y sont pas et des frustrations assez... surprenantes. Les questions de l'esclavage et de la colonisation ne sont pas taboues, pour peu qu'elles soient traitées exhaustivement et objectivement, et, partant de là, le rapport spécifique et historique de la France à ces deux questions est un sujet comme un autre pour un musée sous les mêmes conditions. L'important sera dans la manière de faire.

A vous lire, vous et congo, on croirait presque que toute utilisation d'argent public pour aborder, sous quelque forme et quelque angle que ce soit, la question de l'esclavage et de la colonisation en France serait par nature illégitime. C'est à minima étrange, comme vision.

51.Posté par le congo chez tintin le 24/01/2011 22:24
Ah nombrilisme "Rényoné" ! ....dictature de la "bien pensance"!


---------------------------------------

Plussoiements !!!! tu fais plaisir à lire, dommage que tu ne viennes pas plus souvent !!!

50.Posté par Monsieur Ré-informé.... le 24/01/2011 22:21
Sur ce point, Caton2 a tout à fait raison d'insister. Mais il le limite au monde musulman: et les chinois, les mongols, les romains , ...

Or, l'esclavage étant une banalité et un fait tellement généralisé pendant des siècles, quel Etat et quel peuple n'a pas réduit en esclavage un autre?.






En effet, on peut remonter ainsi à la nuit des temps.

Je me suis limité ( je ne suis pas Caton) à ce qui était contemporain de la traite négrière et qui persiste de nos jours d'une part, et à ce dont les européens ont souffert d'autre part.
J'aurais pu évoquer l'esclavage gaulois par les romains, mais il se trouve que les italiens ne nous cassent pas les couilles à construire un musée des victimes romaines de la barbarie gauloise !

De surcroît, les mongols, les romains et compagnie n'exigent pas de la France des actes contrition repentante en permanence, a contrario des africains qui furent bien plus esclavagistes que nous !


Puisque l'esclavage et l'esclavagisme furent commun pour tous les peuples, pourquoi n'évoquer sans cesse que la traite négrière (sous deux cotés du triangle curieusement, le troisième est tabou) et occulter systématiquement les autres traites dont certaines sont contemporaines ???
Voilà la vraie question !

49.Posté par Ptitcréole le 24/01/2011 21:24
Son père pourtant homme politique d expérience disposant d'un charisme certain mais qu'on aime ou qu'on aime pas, s'est trompé avec cette MCUR et le fait de vouloir y loger ses proches ( fifille et autres) dèjà à la Région puis à la MCUR. La Population n'a pas apprécié ( les socicalistes aussi n'ont pas apprécié d'ailleurs) et les résultats des élections ont été une sanction pour lui alors que son bilan était satisfaisant.

La fifille de Popol nouvellement bardée d'une nouvelle qualification de politologue, veut imposer ce musée à Paris mais avec quels moyens car elle a oublié que Papa n'était plus patron de la Région Réunion enfin elle peut toujours rêver à une promotion personnelle mais pas par une MCUR à Paris.
A Paris, la Réunion est une quantité trop petite pour influer ou influencer quoi que ce soit..........

48.Posté par vipère le 24/01/2011 21:24
à 48
sur l'argument économique vous vous êtes planté la MCUR ne s'est pas fat ie ok et qu'est ce qu'il y a eu à la place RIEN , certains se sont sans doute bien gavé sur des projets d'études de la route en corniche sans lendemain car cette route ne verra vous le savez jamais le jour

47.Posté par azur le 24/01/2011 21:16
post 46

C'est bien ce que je disais .....Paris et l'Etat "paye à nou "

Votre silence sur l'esclavage et l'esclavagisme actuels , silence de tous les Réunionnais d'ailleurs, est en outre assourdissant.....il est vrai que ces esclaves là sont sans importance "politiquement parlant"......Vergès a marqué les tetes réunionnaises pour 50 ans !
Ah nombrilisme "Rényoné" ! ....dictature de la "bien pensance"!


46.Posté par Pierre Frédéric Dupuy le 24/01/2011 20:59
38. Je crois que vous ne m'avez pas bien compris, sans doute parce que vous n'étiez pas là lors de mes prises de positions contre la mcur: l'un des arguments que j'avançais, à l'époque, était que la MCUR coûtait très cher pour une collectivité qui n'en avait plus les moyens (la Région Réunion devait déjà faire face au coût de la route des tamarins et était engagée sur le tram-train) et pour laquelle elle ne devait pas être une priorité, d'autres chantiers plus urgents l'attendant. Du coup, le modèle proposé ici se fait dans un contexte extrêmement différent, de collectivités ayant plus de moyens et des problématiques distinctes (Paris, par exemple, n'a pas notre retard économique mais doit conserver sa place culturelle qui est une part de son attractivité économique) , ce qui écarte, à mon sens, au moins partiellement la question budgétaire, pour peu qu'ils ne fassent pas des folies financières.

45.Posté par le congo chez tintin le 24/01/2011 20:58
mon pauvre con go quel rapport avec les Vergès ?

-----------------------------------------

lis tout, déjà je ne parlais que de fifille et non de la tribu des Verges au complet !

Vise le passage sur les musées et attention aux traducteurs automatiques, ils sont plein d'erreurs !!!!
Quand à fifille agent américain c'est évidemment une boutade, mais on voit que leurs intérêts se rejoignent quand il s'agit de saborder la France, malgré les bonnes intentions de façade !

44.Posté par le congo chez tintin le 24/01/2011 20:53
38.....A partir du moment où ce n'est plus de l'argent "Renyoné" qui finance le projet mais celui de tous les contribuables, notamment "zorey"......le projet est acceptable !
Quelle vision grandiose .....et dépourvue de nombrilisme !....L'Etat paye à nou !


-------------------------------------------

100 % d'accord.....dire que ce mossieu se gausse de belles études et se destine à devenir énarque....quelle pitié !!!!

43.Posté par vipère le 24/01/2011 20:35
La France souffre des conséquences lorsque ses leadesr
institutionnel ne parviennent pas à refléter la composition de son
la population.
Nous croyons que la France n'a pas bénéficié pleinement des
l'énergie,du dynamisme et des idées de ses minorités
. En dépit de quelques revendications française squi ont servies de modèle pour l'assimilation et
méritocratie, les inégalités indéniables ternissent l'ensemble de la France
image et de diminue son influence à l'étranger
. À notre avis, l'échec subi à accrot les possibilités et apporte une véritable
représentation politique de ses populations minoritaires pourraient(seules)
rendre la France plus faible et rendre le 'un pays divisé. Le
conséquences géopolitiques de la faiblesse de la France et la division
t porteront atteinte aux intérêts des États-Unis, car nous avons besoin fortement de
partenaires dans le cœur de l'Europe pour nous aider à promouvoir une société démocratique

mon pauvre con go quel rapport avec les Vergès ?

42.Posté par citoyen le 24/01/2011 20:32
Tiens, pour illustrer ce que je disais sur l'Islam et l'esclavage et contre balancer le post de Caton2:

http://www.aimer-jesus.com/reponses/esclavage_islam.php://

Extrait du plan de l'article:

Comment l'islam a libéré les esclaves

1) Première étape de la libération : la libération Morale :

L’islam : l’esclave n’est plus une chose mais un frère et une sœur :

L’islam : l’esclave n’est plus une source d’argent mais une source de devoir

L’islam : ne l’appelez pas mon esclave mais mon fils et ma fille :

L’islam :ne jamais maltraiter un esclave , ni le frapper :

Deuxième étape : la libération réelle :
L’abolition des sources de l’esclavage :

Pousser à libérer les esclaves à chaque incident :

L’appel à libérer gratuitement les esclaves pour plaire à Dieu :

Résultat de ces mesures : toute les anciens esclaves d’Arabie furent affranchis.

3) Pour en finir : un esclave qui veut sa liberté n’a qu’à demander :

4) Au de la de la libération : l’intégration :

Que fit l’occident après la libération des esclaves

Que fit l’islam des esclaves libérés


Comme quoi, attention Caton2, y'a vraiment "à boire et à manger" pour tous les goûts sur internet......

41.Posté par citoyen le 24/01/2011 20:28
D'accord aussi avec 30.Posté par Monsieur Ré-informé.... le 24/01/2011 18:31

alias Caton 2

pour y intégrer aussi l'histoire complète de l'esclavage, dont l'esclavage arabo-musulman, mais pas seulement celui-là, et non réduire le problème uniquement à l'Europe qui bien sûr a également très largement "trempé" et sali ses mains là dedans....

Sur ce point, Caton2 a tout à fait raison d'insister. Mais il le limite au monde musulman: et les chinois, les mongols, les romains , ...

Or, l'esclavage étant une banalité et un fait tellement généralisé pendant des siècles, quel Etat et quel peuple n'a pas réduit en esclavage un autre?.

De plus, nuance avec le post de Caton2: sur le net, il y a plusieurs sites sur le sujet de l'esclavage arabo-musulam avec des différences et nuances.

Faudra que je les parcoure avant d'avoir une vision plus complète de ce fait que j'ignorais en très grande partie, même si j'ai entendu parler des "razzias" (c'est pas un terme d'origine arabe?)...

40.Posté par vipère le 24/01/2011 20:25
à 37
c'est vrai que cambronne en planton serait très décoratif ,pour noé faut prévoir un arbre

39.Posté par vipère le 24/01/2011 20:23
cambronne,moi j'aime bien cette grand mère contrairement à vous elle est sincère ,quant à Cadillac je suis surpris qu'ils vous aient laissé en sortir ?
et le bras vous comptez me le casser vous même?
que la gueule je vous dis!
dommage que le travail n'ai pas été terminé sous la Révolution

38.Posté par Azur le 24/01/2011 20:18

Bravo post 18

A partir du moment où ce n'est plus de l'argent "Renyoné" qui finance le projet mais celui de tous les contribuables, notamment "zorey"......le projet est acceptable !
Quelle vision grandiose .....et dépourvue de nombrilisme !....L'Etat paye à nou !

Le seul projet contre l'esclavage qui soit prioritaire , c'est celui qui pointe l'esclavage actuel.....dans le Sahel et l'Arabie.....que l'ONU s'en occupe et fasse payer les vrais esclavagistes de ces Régions!

37.Posté par Père Spicace le 24/01/2011 20:05
Je trouve bien cette idée. On y mettrait Noë et Cambronne....les deux bouffons de Zinfos.

36.Posté par citoyen le 24/01/2011 20:03
Pour une fois, je partage presque complètement de l'avis d'Antoine Franco.

Le problème n°1 n'est pas de savoir si FV y sera ou non et si elle est politologue ou non.

C'est qu'on brade un monument historique de chez historique pour du fric, à un nouveau riche du Net et à des fonds qatari....

Et on fait ça rapidos, ultra rapidos, pendant les fêtes.....

Bientôt, on pourra aussi donner à bail l'Assemblée Nationale, Notre Dame de Paris, etc etc...

Certes, ça coûte cher et ça rapporte pas forcément un tel bâtiment (on pourrait avoir les comptes, svp? Msieur le président?), mais c'est quand même un symbole historique et patrimonial fort.... Bon sang!

Quant à l'idée d'un musée de l'esclavage, de la colonisaiton et de l'outre-mer, tout à fait d'accord sur le principe.

Mais ensuite, il faut que cela concerne tous les outre mers et non pas uniquement la Réunion et la Martinique et la Guadeloupe, 'valeurs politiques" ultra marines dominantes.

Et surtout, que cela soit managé et inspiré par des historiens sérieux, de renom, et en tous cas qui n'auront pas tendance à réécrire l'histoire à leur façon mais selon les faits et les archives.... Sans rien truquer ou cacher.

Mais a priori, si FV est dans le coin, c'est pas très bien barré le truc.... Vu ce qui se mettait en place à la MCUR....

35.Posté par le congo chez tintin le 24/01/2011 19:40
Admirez moi ce jargon, on croirait lire le projet MCUR !!!


Nous avons le temps, car les lieux ne vont se libérer qu’en 2014 et les travaux d’aménagement vont prendre au moins trois ans. La création d’un consortium des trois partenaires — Ville-Région, État — donnera la possibilité de réfléchir, aux côtés des chercheurs et des structures concernées, à ce que devrait et pourrait être le MECOM : un véritable lieu de savoirs et de cultures, un espace d’histoire où pourrait aussi se croiser les mémoires, un véritable musée postcolonial dynamique et ouvert au public du monde qui vient visiter Paris et ses musées. Le MECOM offrirait une lecture croisée des récits et des diversités, inscrivant la France dans une approche comparatiste riche et complexe, révélant des échanges millénaires comme ceux induits par la colonisation, et offrant un programme d’expositions dynamiques au grand public. Les collections existent, les publics potentiels nombreux, les mémoires en attente de reconnaissances multiples. Nous disposons au cœur de Paris d’un lieu marqué par la date historique majeure que fut l’abolition de 1848 situé au cœur stratégique de l’ensemble des grands musées parisiens (Louvre, Orsay, Branly). Le cadre est posé et il n’est pas nécessaire d’y installer une « Maison » de l’histoire de France.




Et qui financerait ce "projet républicain" ??? le Quatar !!!
au fait, ça se pratique encore de nos jours l'esclavage au Quatar ?

34.Posté par Cambronne le 24/01/2011 19:28
28.Posté par le congo chez tintin le 24/01/2011 18:09

T'inquiètes de toute façon l'hôtel de la Marine est déjà vendu l'état a trop besoin d'argent ce n'est certainement pas pour en dépenser dans un énième Musée inutile de la repentance Jacobine ...L’Etat ayant déjà vendu des dizaines d’hôtels particuliers sans faire de vague , alors ce n'est pas ce garde meuble royaliste qui va venir les déranger l'état n'ayant plus les moyens de sauvegarder les vestiges ayant contribué au rayonnement de la France , à présent ce n'est que le début de la fin qui a déjà commencé depuis quelque déjà 218 ans faisant que la France des jacobins Alzheimer a perdu depuis longtemps sa mémoire, alors elle vend les reste de son histoire ...

33.Posté par le congo chez tintin le 24/01/2011 19:27
Si j'en crois wikileaks, tout s'explique.....Fifille est un agent de l'impérialisme américain !!!!


http://46.59.1.2/cable/2010/01/10PARIS58.html



rance suffers consequences when its leading
institutions fail to reflect the composition of its
population. We believe France has not benefited fully from
the energy, drive, and ideas of its minorities. Despite some
French claims to serve as a model of assimilation and
meritocracy, undeniable inequities tarnish France's global
image and diminish its influence abroad. In our view, a
sustained failure to increase opportunity and provide genuine
political representation for its minority populations could
render France a weaker, more divided country.
The
geopolitical consequences of France's weakness and division
will adversely affect U.S. interests, as we need strong
partners in the heart of Europe to help us promote democratic

32.Posté par abrutitologue le 24/01/2011 18:45
et un musée des croisades?
et un musée des pirates?
et un musée de l'inquisition?
et un musée sur charlemagne ce salaud dont l'empire s'étendait au delà des frontières continentales actuelles
et un musée sur charles Martel, ce salaud de protectionniste xénophobe?
et un musée sur Napoléon, ce salaud qui a essayé de conquérir l'Europe et plus?
et un musée sur tous les rois qui ont fait la guerre?
et un musée sur les portugais, ces salauds qui ont laissé la Réunion à d'autres alors qu'ils l'avaient découverte? et à ces salauds d'anglais qui eux aussi ont laissé la place aux français?
et un musée sur les espagnols , ces salauds qui ont colonisé les amériques et qui n'en n'avaient rien à foutre des mascareignes?
et un musée sur ta soeur?
et un musée sur ton voisin?
et un musée sur les vieux croutons qui s'acharnent à donner des leçons?
et un musée sur ceux qui s'inventent des compétences mais qui sont recrutés par papa ou par maman?
et un musée sur la légine?
et un musée sur le nombrilisme?
et un musée sur les pleureuses des cimetières qui courrent vite rire aux mariages avec leurs enveloppes de 20 euros?
et un musée sur ceux qui construisent les routes de telles sortes qu'elles arrivent toutes au supermarché qui leur appartient? (voir plan de circulation créé par un certain ancien maire au Tampon...)


et un musée sur les "faites ce que je dis mais pas ce que je fais"

31.Posté par malika Sorel le 24/01/2011 18:35
Ces problèmes d’intégration, on les retrouve de la même manière dans des pays qui n’ont aucun passé colonial. C’est une manipulation. Ces lois mémorielles — et c’est une véritable inflation à laquelle nous avons assisté — ont conduit à créer des divisions au sein de la société, puisque chaque communauté revendique sa part de mémoire. D’où cette tentation de toujours vouloir culpabiliser les Français, et de demander à la France de se repentir.

« C’est au nom de l’égalité que nous allons vous imposer l’inégalité.»
Il ne faut pas se voiler la face. Ce n’est absolument pas pour construire une mémoire partagée que tous les dossiers de lois mémorielles sont mis sur la table, mais pour récupérer des avantages. La discrimination positive, c’est-à-dire l’introduction de l’inégalité, en est un exemple.

On dit aux Français : « c’est au nom de l’égalité que nous allons vous imposer l’inégalité. Vous allez payer de manière individuelle ce que vos ancêtres ont commis». Moi, en tant que descendante d’arabes, il serait pour moi tout à fait inadmissible qu’on vienne aujourd’hui me demander des comptes et payer pour ce que mes ancêtres arabes ont fait. Et tout le monde le sait, l’esclavage n’est pas l’apanage des sociétés occidentales. Il a aussi été le fait des sociétés arabes et des noirs de l’Afrique.

C’est un sujet qui vient injecter de la haine dans le cœur des enfants issus de l’immigration. Depuis 30 ans, ce sujet de l’immigration et de l’intégration a été instrumentalisé, et je renvoie tous les partis politiques dos à dos. (…)

« La discrimination positive est un poison qui a conduit la société américaine dans une impasse raciale »
On exploite l’image de Barak Obama de manière complètement indécente pour dire “Faisons en sorte qu’un Obama arrive [en France], faisons des statistiques ethniques, faisons la discrimination positive». Obama, en mars 2008, a longuement parlé de la discrimination positive. Il explique que c’est un poison qui a conduit la société américaine dans une impasse raciale dont ils n’arrivent pas a sortir.

30.Posté par Monsieur Ré-informé.... le 24/01/2011 18:31
Gratuit pour les zinfonautes, sans locaux luxueux peuplés d'alimentaires grassement payés, la vérité sur l'esclavage que vous ne trouverez jamais dans un musée du bourrage de crane tel que tenu par Vergette et ses copains gauchos.....



Le Coran entérine l’existence de l’esclavage : la loi islamique ou charia autorise la réduction en esclavage de quiconque provient d’un pays non musulman (si un esclave vient à se convertir, il n’est pas affranchi pour autant).

L’esclavage devient rapidement l’un des piliers de l’islam. Pour s’en convaincre, il n’est que de lire Les Mille et Une Nuits, un recueil de contes arabes qui se déroulent sous le règne du calife Haroun al-Rachid, contemporain de Charlemagne. Les harems du calife et des notables de Bagdad se remplissent de Circassiennes : il s’agit de femmes originaires du Caucase et réputées pour leur beauté. Ces belles esclaves ont continué jusqu’au XXe siècle d’alimenter les harems orientaux en concurrence avec les beautés noires originaires d’Éthiopie.

Pour les tâches domestiques et les travaux des ateliers et des champs, les sujets du calife recourent à d’innombrables esclaves en provenance des pays slaves, de l’Europe méditerranéenne et surtout d’Afrique noire. Ces esclaves sont maltraités et souvent mutilés et castrés.

Dans les premiers temps de l’islam, les notables de Bagdad s’approvisionnent en esclaves blancs auprès des tribus guerrières du Caucase mais aussi auprès des marchands vénitiens qui leur vendent des prisonniers en provenance des pays slaves, encore païens.

À la fin du Moyen Âge, comme le vivier slave s’épuise du fait de la christianisation de l’Europe orientale, les musulmans se tournent vers les pirates qui écument la Méditerranée. Ces derniers effectuent des razzias (*) sur les villages côtiers des rivages européens. Le souvenir des combats livrés par les habitants à ces pirates perdure dans… la tête de prisonnier maure qui sert d’emblème à la Corse.

On évalue à plus d’un million le nombre d’habitants enlevés en Europe occidentale entre le XVIe et le XVIIIe siècle, au temps de François 1er, Louis XIV et Louis XV. Ces esclaves, surtout des hommes, sont exploités de la pire des façons dans les orangeraies, les carrières de pierres, les galères, les chantiers,… d’Afrique du nord (*). Des organisations chrétiennes déploient beaucoup d’énergie dans le rachat de ces malheureux, tel Miguel de Cervantès.

En Europe orientale et dans les Balkans, pendant la même période, les Ottomans prélèvent environ trois millions d’esclaves. Mais l’expansion européenne, à partir de la fin du XVIIIe siècle, met fin à ces razzias.

Si la traite des esclaves blancs a rapidement buté sur la résistance des Européens, il n’en a pas été de même du trafic d’esclaves noirs en provenance du continent africain.

La traite arabe commence en 652, vingt ans après la mort de Mahomet, lorsque le général arabe Abdallah ben Sayd impose aux chrétiens de Nubie (les habitants de la vallée supérieure du Nil) la livraison de 360 esclaves par an. Elle ne va cesser dès lors de s’amplifier. Les spécialistes évaluent de douze à dix-huit millions d’individus le nombre d’Africains victimes de la traite arabe au cours du dernier millénaire, du VIIe au XXe siècle, soit à peu près autant que la traite européenne à travers l’océan Atlantique, du XVIe siècle au XIXe siècle.

Le trafic suit d’abord les routes transsahariennes. Des caravanes vendent, à Tombouctou par exemple, des chevaux, du sel et des produits manufacturés. Elles en repartent l’année suivante avec de l’or, de l’ivoire, de l’ébène et… des esclaves pour gagner le Maroc, l’Algérie, l’Égypte et, au-delà, le Moyen-Orient. Au XIXe siècle se développe aussi la traite maritime entre le port de Zanzibar (aujourd’hui en Tanzanie) et les côtes de la mer Rouge et du Golfe persique.

Le sort de ces esclaves, razziés par les chefs noirs à la solde des marchands arabes, est dramatique. Après l’éprouvant voyage à travers le désert, les hommes et les garçons sont systématiquement castrés avant leur mise sur le marché, au prix d’une mortalité effrayante, ce qui fait dire à l’anthropologue et économiste Tidiane N’Diyae : «Le douloureux chapitre de la déportation des Africains en terre d’Islam est comparable à un génocide. Cette déportation ne s’est pas seulement limitée à la privation de liberté et au travail forcé. Elle fut aussi – et dans une large mesure- une véritable entreprise programmée de ce que l’on pourrait qualifier d’ “extinction ethnique par castration”» (*).

Les contes des Mille et Une Nuits, écrits au temps du calife Haroun al-Rachid (et de Charlemagne), témoignent des mauvais traitements infligés aux esclaves noirs et du mépris à leur égard (bien qu’ils fussent musulmans comme leurs maîtres). Ce mépris a perduré au fil des siècles. Ainsi peut-on lire sous la plume de l’historien arabe Ibn Khaldoun (1332-1406): «Les seuls peuples à accepter l’esclavage sont les nègres, en raison d’un degré inférieur d’humanité, leur place étant plus proche du stade animal». Ces propos, notons-le, précèdent de deux siècles la traite atlantique des Occidentaux.

Les contingents très importants de main-d’oeuvre servile ont contribué à la stagnation économique et sociale du monde musulman. Ils ont causé aussi de nombreux troubles. C’est ainsi qu’à la fin du IXe siècle, la terrible révolte des Zendj (ou Zenj, d’un mot arabe qui désigne les esclaves noirs), dans les marais du sud de l’Irak, a entraîné l’empire de Bagdad sur la voie de la ruine et de la décadence.

«Comparé à la traite des Noirs organisée par les Européens, le trafic d’esclaves du monde musulman a démarré plus tôt, a duré plus longtemps et, ce qui est plus important, a touché un plus grand nombre d’esclaves», écrit en résumé l’économiste Paul Bairoch (*). Cet auteur, ainsi que Tidiane N’Diaye, rappelle qu’il ne reste pratiquement plus trace des esclaves noirs en terre d’islam en raison de la généralisation de la castration, des mauvais traitements et d’une très forte mortalité, alors que leurs descendants sont au nombre d’environ 70 millions sur le continent américain.

Notons le parallèle avec les États arabes du Golfe Persique qui recourent massivement à des travailleurs étrangers tout en empêchant ceux-ci de faire souche sur place… à la différence des pays occidentaux.






Alors Mlle vergès, à quand un musée de l'esclavage arabo-musulman, à quand un hommage rendu à toutes les victimes européens....ainsi qu'à tous les africains victimes de cette traite ?
Vous pourriez aussi rajouter une aile pour l'esclavage afro-africain, qui fit lui aussi des millions de victimes (non déportées dans les colonies) et qui fut une immense source de profit pour certains royaumes africains lors du commerce triangulaire !!!!!


Certaines victimes seraient elles plus honorables que d'autres, pourquoi n'accabler que certains bourreaux et toujours passer sous silence les exactions des autres ????

29.Posté par Zean Bérick le 24/01/2011 18:30
Post 11.

Votre lien est intéressant...mais c'est faire injure à Louis XVI que de le comparer à la famille V (pas la série composée d'aliens terrifiants mais bien la famille Vergés, quoique...) et notamment la professeur-politologue Françoise. Ce roi, et les historiens l'admettent, ne fut pas celui qu'on a décrit. Il fut même, sur certains points, meilleur que ses illustres prédécesseurs). En revanche que dire de F.V...c'est vraiment impossible à décrire et c'est un connaisseur de Nuliversité qui vous le dit...en mettant dans le même sac les fameuses doctorantes.

28.Posté par le congo chez tintin le 24/01/2011 18:09
de quel esclavage veulent ils parler ?

De la traite négrière dont on nous rabâche les zoreilles lol pour nous accabler de repentance....ou de l'esclavage arabo-musulman qui fit deux fois plus de victimes dont des millions d'européens, dont on ne parle jamais....et qui perdure de nos jours ????


Je vois que fifille a dégonflé son CV et est redevenu politologue, c'est plus prudent en effet, je crois que les CV vantards ça passe mal en métropole !

27.Posté par Pierre Frédéric Dupuy le 24/01/2011 18:04
Je trouve qu'on s'emballe un peu, rien ne dit pour l'instant qu'elle occuperait un poste dans ce musée s'il venait à voir le jour...

26.Posté par nicolas de launay de la perriere le 24/01/2011 17:59
bonne idée..

1 2
Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales