Société

François Chérèque très marqué par le "niveau de pauvreté" à la Réunion


François Chérèque très marqué par le "niveau de pauvreté" à la Réunion
François Chérèque, en charge de mener à bien le plan de lutte national contre la pauvreté en France, a clôturé hier soir les rencontres territoriales de la Réunion. Après avoir passé en revue les 61 mesures retenues dans ce plan, François Chérèque a pris bonne note des "spécificités" réunionnaises pour les intégrer et les faire appliquer localement.

Les rencontres territoriales ont attiré les foules à la Réunion. Près de 300 personnes sont venues écouter la présentation du plan de lutte national contre la pauvreté dans le cadre de la mission gouvernementale confiée à François Chérèque. Une journée articulée autour d'ateliers thématiques pour déboucher sur des propositions concrètes afin de lutter plus efficacement contre la pauvreté au niveau national, et principalement dans notre île. "Dans ma mission, j'ai retenu trois axes de travail. Celui de garder une analyse critique, faire remonter les urgences au gouvernement et amener dans les différentes régions la présentation du plan avec le but de l'adapter à la situation locale", rappelle François Chérèque. La Réunion est la 19ème étape sur les 29 prévues dans la présentation du plan au niveau national.

Si les premiers effets du plan de lutte se sont fait sentir, l'augmentation du plafond de la CMU-C, ou vont se faire ressentir, l'augmentation du RSA, chaque département présente une spécificité bien particulière qu'il appartient à François Chérèque de bien appréhender, dans le but de la faire remonter au gouvernement.

"A la Réunion, il y a déjà des effets comme la mise en place de la garantie jeune. La Réunion fait partie des 10 départements pilotes choisis par l'Etat pour l'expérimentation", souligne François Chérèque. La garantie jeune sera mise en route officiellement dans le courant du mois de novembre et coïncidera avec la venue du ministre du Travail, Michel Sapin, dans notre île. "Nous allons installer le comité de pilotage après-demain (jeudi ndlr). Cela va toucher 1.800 jeunes réunionnais", explique le préfet de la Réunion, Jean-Luc Marx.

Quelques pistes locales

Au final que ressort-il de cette grande journée territorial de lutte contre la pauvreté ? "Il y a eu des demandes au-delà du dispositif. On a entendu la volonté d'avoir une meilleure coordination entre l'Etat et les collectivités sur les dispositifs d'aide existants. D'autres pistes de travail ont été abordées comme la lutte contre l'habitat insalubre ou encore la problématique des jeunes (…). Après on verra ce que le gouvernement proposera à la fin", poursuit François Chérèque. Ce dernier doit rendre son plan finalisé en début d'année prochaine.

Au-delà du plan national, les rencontres territoriales réunionnaises feront l'objet d'une synthèse qui sera mise en ligne. "Cela nous permettra de partager toutes les informations", précise Renan Boillot, sous-préfet en charge de la cohésion sociale. Une volonté de transparence affichée.

Si François Chérèque connait bien la Réunion, pour y être venu plusieurs fois sous une casquette différente (ex-secrétaire général de la CFDT), il reste très marqué par le "niveau de pauvreté" dans notre île. S'il est bien conscient qu'il ne n'effacera pas tout d'un coup de baguette magique, le plan national est là pour poser les bases d'une lutte contre la pauvreté accompagnée par l'Etat. "C'est toute la complexité de ce débat. Beaucoup d'associations se sont montrées perplexes sur ce plan qui n'enlèvera pas la pauvreté. Ils ont raison", ajoute-t-il. Et justement, pour essayer de combattre efficacement la pauvreté à la Réunion, François Chérèque compte bien sur la "vivacité" du tissu associatif réunionnais.

Aujourd'hui, la visite de François Chérèque continue à la Réunion avec notamment une rencontre prévue avec les syndicats.
Mercredi 30 Octobre 2013 - 07:41
Lu 1333 fois




1.Posté par capital le 30/10/2013 08:00
C'est toute la complexité de ce débat. Beaucoup d'associations se sont montrées perplexes sur ce plan qui n'enlèvera pas la pauvreté.


C ' est au député, élus leur responsabilité il laisse les riches s'enrichir par les fraudes fiscal etc... Et le peuple s'appauvrir ou est la logique pourquoi des pauvre ya de l 'argent plus qu'il n 'en faut pour nourrir tout l 'océan indien ! y a un gros problème dans notre système Réunionnais

2.Posté par Daniel FAIVRE le 30/10/2013 08:03
Rencontres Territoriales Mardi 29 octobre
Parc des Expositions à Saint Denis
Rencontres Territoriales Mardi 29 octobre
Parc des Expositions à Saint Denis
http://www.reunion.drjscs.gouv.fr/Plan-pluriannuel-contre-la.html
Je préfère vous faire revivre cette rencontre très décevante
En Chanson http://youtu.be/_ifJapuqYiU Parole-Parole de DALIDA
Les interventions du Docteur CATEAU, et du conseil Général
Pour les vieux tous vat bien d’après eux, les gros zozos qui voit tous ce qui est bien pour eux, d’après eux beaucoup serait en famille,
Ils ne se posent pas la question si certains des enfants les gardent par amour ou intéressé par l’argent, sont-ils bien traité,
Leur pouvoir d’achat, toujours le même refrain, le revenus minimum vieillesse, mais comment appelé ton ces retraites de 50€ 100€ 200 ou 300€ des miettes de pain que l’on jette aux oiseaux,
Le droit a la santé, les mutuelles santés, très chère, beaucoup ne se soigne plus, une centaine de pauvres vieux font les poubelles pour manger, mais faut pas en parler, sans électricités, victimes de nuisances sonores, subisse l’insécurité
http://www.komansava.com/article-vieillesse-les-maisons-de-retraite-marron-85485425.html
http://www.memorial-caen.fr/activit%C3%A9s-p%C3%A9dagogiques/concours-plaidoiries-lyc%C3%A9ens/concours-plaidoiries-lyc%C3%A9ens-2014#laureats_lyceens2012
http://youtu.be/ng1ReyL2Gc8
Lien Télé sur Raymond Tangatchy La Vraie misère des personnes âgées a l’ile de la Réunion
Et beaucoup vivent avec moins de 200€ mois, et ne peuvent plus se soigner
http://reunion.la1ere.fr/2013/09/26/pauvrete-la-reunion-le-quotidien-de-raymond-68-ans-gravement-malade-il-survit-sans-electricite-dans-une-case-insalubre-72593.html?fb_action_ids=670600032953265&fb_action_types=og.likes&fb_source=other_multiline&action_object_map=%7B%22670600032953265%22%3A641053585929404%7D&action_type_map=%7B%22670600032953265%22%3A%22og.likes%22%7D&action_ref_map=%5B%5D
Rien na été fait ni par le CCAS ni par les services de la communes de ST LOUIS
http://www.linfo.re/549905-Le-combat-de-Raymond-contre-la-pauvrete-et-la-maladie?fb_action_ids=670346286311973&fb_action_types=og.recommends&fb_source=other_multiline&action_object_map=%7B%22670346286311973%22%3A531683696905703%7D&action_type_map=%7B%22670346286311973%22%3A%22og.recommends%22%7D&action_ref_map=%5B%5D

3.Posté par David Asmodee le 30/10/2013 08:25
Toute sa vie, comme tout bon syndicaliste français qui se respecte, Chérèque a passé son temps à casser de l'entreprise. L'entreprise est le principal vecteur de création de richesses.

Aujourd'hui, il vient pleurer sur la pauvreté. En fait, il vient, tous frais payés, batte in carré sous les tropiques. Dommage, il est arrivé trop tôt pour la saison des letchis. Il va se contenter de manger ses peaux de vavangue.

Allé batte bob donc !

4.Posté par véridik le 30/10/2013 08:38
La garantie jeune , 435€ pour les 18-25ans, pour ne rien foutre de leur journée...

Le RSMA verse aux volontaires stagiaires une solde d'envirion 300euros pour suivre une formation...

Cherchez l'erreur...

5.Posté par Schrèque. le 30/10/2013 09:42
Si le gouvernement, a besoin de quelqu'un, pour lui faire remonter les informations, comme de quoi il y a de la grande pauvreté à la réunion ! alors, cela veut dire que les 6 députés de gauches qui ont été élu ne servent pas à grand chose, si se n'est à rien.
Une mission de plus, qui coûte de l'argent et n'aboutira qu'a faire du foin.
Monsieur François Chérèque a eut une bonne sucette pour bon service rendu pendant les élections Présidentielles et avoir fait signer les accords sur la flexibilités du travail sans broncher.
Il a bien préparer son reclassement afin d'éviter lui même la pauvreté.
Avec les comptes de la France qui sont de plus en plus dans le rouge, je ne vois pas ou se monsieur va trouver l'argent pour pallier à tous cette misères.
A moins d'inventer un nouvel impôt, c'est la seule chose que notre gouvernement est capable de faire.
Le problème, c'est que, même, ceux qui payent des impôts, ont des difficultés à joindre les deux bouts.

6.Posté par Antipode le 30/10/2013 10:02
Tout est dit, il s'agit de surtout ne rien faire ! "Beaucoup d'associations se sont montrées perplexes sur ce plan qui n'enlèvera pas la pauvreté. Ils ont raison"" Il y a trop d'intérêts dans la pauvreté !

7.Posté par Antipode le 30/10/2013 10:08
La France est un pays riche (5ème puissance pour 70M d'habitants) remplit de pauvres ! 90% des français ont un revenu individuel mensuel maximum de 2600 euros, 100% des élus ont au-moins le double ; et ce sont eux qui font les lois ℓoℓ ! Si l'on réparti également le PIB sur chaque habitants (enfants compris, vieillards... enfin tout le monde sans exception) cela fourni un revenu mensuel individuel de 2300 euros par mois ;) cherchez l'erreur !

8.Posté par mékisonkons! le 30/10/2013 10:45
La pauvreté à la Réunion ? Pas pour les fonctionnaires qui se partagent 600 Millions de surrémunération !

9.Posté par Tonton le 30/10/2013 12:12
@ post 7. Vous êtes très loin du compte. Je n'ai plus le chiffre exact mais rien que les fonctionnaires d'Etat dépassent le milliard d'euros (sans compter les mairies, Département, Région, Interco.....). J'avais lu le chiffre exact (il m'avait étonné à l'époque) dans le mémento de la Réunion qui reprenait le discours du Préfet sur le Budget de l'Etat à la Réunion et ses investissements, le salaire moyen est de 4 500 euros environ (Mémento de début d'année , c'était les vœux du Préfet);
Si quelqu'un a les chiffres de l'ensemble du coût des fonctionnaires à la Réunion (ainsi que les investissements) par curiosité ça m'intéresses.

10.Posté par severin le 30/10/2013 13:14
Bravo@4,si jamais un jour tu décide de venir faire le touriste en France.Je peux te servir de guide il y a des nouveaux sites a visiter,comment la Droite,Gauche principalement Delanoé a défiguré Paris par l’installation dans les arrondissements,en faisant de la discrimination entre les différents
communautés d'immigrés du Maghreb,Afrique,Indous et Chinois et D.O.M-T.O.M.Déjà, en naturalisant pour augmenter leurs quotas électoraux par leurs intégrations en leurs proposant de l'aide a la création d'entreprise,les offres d'emplois et les logements.Alors l'intégration des D.0.M que ce soit en individualisme ou en réseaux maqués par ses sales politiques laisse indésirés et c'est pas pour demain.
Malgré notre attachement a la France(de) par l'histoire par le droit du sol,par la naissance.Je suis en France depuis 1977,j'ai tout fait pour avoir mon intégration avec dignité sans vendre mon âme au diable.Même en militant avec ses partis de Gauchos et Droite.Résultat des courses,j'ai eu leurs militants tueurs aux fesses,le travaille a la voyance par photo,vole de mes projets de créations-innovations de nouveaux produits de consommations.Mon cas peut-être isolé,mais si tu voyais le nombres de D.O.M-T.O.M qui crèvent la dalle dans ce pays la France,traité comme des moins que rien.C'est énorme.Alors l'autre crétin de Chéréque,il faudrait lui envoyer quelques tomates pourries dans sa gueule merci d'avance.In yab des Yvelines

11.Posté par zamal jah le 30/10/2013 19:30
nou lé français de seconde zone , nou lé pa traité comme le vrau français, et mi di pas ou comme les français sont hypocrites envers tous ces français colorés et exotiques.. A TOUTE KREOL di monde tiembo nou largue pas ...

12.Posté par Gelanna, une réunionnaise le 31/10/2013 02:46
post2, Faivre, je suis allée voir le site Komansava.com, c'est vrai que l'article sur les maisons de retraites marrons est bien expliqué.Parfois, il y a de ces scandales concernant les maisons de retraite, c'est horrible, et souvent çà reste bien caché.
Dommage, que ce site a cessé ses activités, les derniers articles datent de 2012???
Les personnes agées qui sont "parachutées" là, jamais de leur vie, ils auraient penser finir leur vie ainsi, car ayant des enfants bien souvent.Quand je vois ma mère comment elle a finit sur notre ile, tout en ayant donné la vie à 6 enfants; elle s'est retrouvée toute seule avec elle meme, jusqu'au dernier souffle.çà fait froid dans le dos, et çà donne le frisson.

13.Posté par Daniel FAIVRE le 31/10/2013 14:06
Réponse poste 12 Gelanna, le Site de Famille d’accueil, était fait par Achille Doyen président des Famille d'accueil, il a été chassé de la Réunion pour avoir dit la vérité, je suis en contact avec lui en métropole, il était trop fort pour eux, ancien officier parachutiste,ancien journaliste de L'A.F.P,ancien directeur de Maison de retraite, les plus hauts dirigeants du CG974 lui ont retiré l'agrément de famille d'accueil, il a fait une attaque les jour suivant, ici a la réunion il est interdis de dire la vérité la mafia veille
vous pouvez prendre contact avec moi pour en savoir plus

14.Posté par Daniel FAIVRE le 31/10/2013 18:31
De l'argent il y en a mais faudrait aller le chercher
Droit Sociaux 22/02/2013
"Vivre à côté de ses droits a un coût." Ce message, véhiculé par les chercheurs de l'Observatoire du non-recours aux droits et services (Odenore), a une qualité première : il est audacieux. Dans un contexte de réduction des dépenses publiques, ce collectif de chercheurs pose une question taboue : la réorganisation de la politique sociale de la France. Dans l'ouvrage L'envers de la fraude sociale, le scandale du non-recours aux droits sociaux, publié aux éditions La Découverte, le chercheur Philippe Warin et ses coauteurs expliquent le défi qui attend François Hollande : "Entrer avec volontarisme dans une politique générale ayant pour objet de réduire à la fois la fraude et le non-recours, la dépense non justifiée et la non-dépense injuste."

Le Point.fr : Vos recherches révèlent que 5,3 milliards d'euros de revenus de solidarité active (RSA) ou encore 4,7 milliards d'euros de prestations familiales et de logement n'ont pas été versés aux Français en 2011. Des chiffres impressionnants. Comment les expliquez-vous ?
Philippe Warin : Ce sont des Français qui ne recourent pas aux prestations sociales auxquelles ils ont droit. Cette pratique trouve plusieurs explications. Il y a tout d'abord le non-recours pour défaut d'information. Ce sont des gens qui ne sont pas au courant de leurs droits, mal informés, ou qui ne les comprennent pas bien. On remarque également que les agents publics prestataires de ces droits n'ont pas toujours à leur disposition des informations simples, actualisées, qu'ils peuvent transmettre au public. C'est le rapport même entre les usagers et le service public qu'il faut revoir. On retrouve ensuite l'hypothèse du "non-recours temporaire". Les droits ne seront perçus que plus tard par le bénéficiaire. Le non-recours pour non-réception est également fréquent. Il implique une forme de négligence de l'administré. Ce sont, par exemple, les étudiants qui ne perçoivent pas leur aide au logement, car ils oublient de renvoyer un document à la Caisse des allocations familiales (Caf). Mais le non-recours, c'est également parfois un choix de la personne. Elle va réaliser un calcul coût/avantage et va finalement se dire qu'il y a beaucoup de démarches à faire pour au final peu de bénéfices. Ce débat, c'est celui de la pertinence de l'offre publique.
Mais dans la conjoncture économique peut-on raisonnablement dire : il faut réduire le non-recours aux droits sociaux, et donc dépenser davantage ?
Il faut comprendre une chose : si la fraude sociale coûte de l'argent, le non-recours aux droits également. Les non-dépenses sont des destructions de richesses. Elles constituent un manque à percevoir, non seulement pour les ménages, mais également pour les collectivités. C'est ce que l'on appelle dans notre jargon les "effets multiplicateurs". Si une famille reçoit moins d'allocations, elle consommera moins. Le problème se pose également pour les collectivités locales. Prenons l'exemple de l'aide personnalisée d'autonomie (Apa) : certaines personnes âgées, qui vivent seules chez elles, ont besoin de cette aide. Elles l'utilisent pour faire appel à des services d'aide à la personne. Cela crée des emplois qui génèrent eux-mêmes des cotisations pour les collectivités. D'où les destructions de richesses lorsque ces personnes ne recourent pas à leurs droits.
Vous affirmez dans vos recherches que le défi est aujourd'hui "de sortir du discours fabriqué par la droite sur la fraude sociale". Ce discours est-il responsable du non-recours aux prestations sociales ?
Il y a des propos stigmatisants d'une partie de la classe politique et de la société qui considère les prestations sociales comme de l'assistanat. Conséquence : il arrive que le citoyen lambda ne réclame pas les prestations auxquelles il a droit par peur d'une forme de "déclassement social". Notre approche est de dire : le non-recours aux droits sociaux contrebalance largement la fraude sociale. On ne peut pas évoquer l'un sans l'autre. D'après moi, les pouvoirs publics sont aujourd'hui prêts à examiner la question. Cela va permettre de définir le périmètre exact de notre politique sociale. De cerner les besoins de la population, de réduire certaines dépenses et d'en réorganiser d'autres. Les droits sociaux sont une source de bien-être pour la population. Rappelons que l'enjeu de ce débat n'est pas seulement financier. Il s'agit, par une politique publique efficace de lutte contre la fraude et de réduction du non-recours, d'améliorer les relations entre les différentes classes de la population. C'est une question de justice et de cohésion sociale.

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales