Social

François Caillé : “Pourquoi ne pas donner les 50 € des collectivités aux plus précaires?”

Le président du Médef a indiqué hier que “des voix s’élèvent chez les autres chefs d’entreprise” et ce après leur décision rapide d’apporter 50 € à la hausse de salaire du privé. François Caillé a aussi déclaré que “toutes les bonnes volontés à ces négociations, sont les bienvenues”.


Le Médef a le même discours que le préfet sur la méthodologie à mettre en place pour faire aboutir les négociations actuelles. “Nous devons avancer pas à pas”. François Caillé juge comme un bon compromis, le protocole d’accord intermédiaire que propose Pierre-Henry Maccioni.
Cette avancée si elle venait à se concrétiser, calmerait “les voix qui s’élèvent chez les chefs d’entreprise et ce après notre prise de position. Même chez nous au Médef, nous continuons à expliquer notre objectif de répondre aux attentes du Collectif”, explique le chef d’entreprise.
François Caillé a aussi dit l’urgence de trouver une sortie rapide à ce conflit. Aussi, “toutes les bonnes volontés sont les bienvenues”, en faisant allusion aux propositions faites. le matin même par le président de la Région Réunion, Paul Vergès.
“Le Conseil régional comme le Conseil général a un rôle incontournable dans la vie économique et sociale de La Réunion. Pourquoi ne pas donner leur 50 €, 25 + 25 à ceux qui en ont le plus besoin ?”. François Caillé précise cette “idée originale” sur la vidéo.

Samedi 14 Mars 2009 - 09:08
Jismy Ramoudou
Lu 1855 fois




1.Posté par andremctp le 14/03/2009 13:25
Non M Caillé, la réponse n'est pas que les collectivités locales paient. Vous-mêmes en d'autres temps vous insurgiez contre les impôts locaux, car il faut remarquer que si les collectivités paient, elles ont le choix soit d'augmenter les impôts soit diminuer les investissements.
Par contre je n'en démord pas,la part qu'ont pris les actionnaires sur les salariés, en 30 ans,représente 160 milliards d'euros annuels. Il faut donc redistribuer les richesses. M Caillé pourrait sûrement en faire autant, car comme disait quelqu'un il y a peu quand on a 10 millions d'euros, si l'on redistribue 5 il en reste quand même 5 millions pour vivre.
C'est ce vers quoi l'on doit aboutir : une meilleure redistribution des richesses dans le monde.
Les grands patrons feraient mieux d'y réfléchir, car en plus ils font pression sur les petites entreprises sous-traitantes pour leur faire baisser leur coût, donc moins bien payer leurs salariés, et tout ça pourquoi? Redistribuer les dividendes aux actionnaires dont ils font partie.

Le monde doit changer car la crise ne provient pas du Cospar, mais de tous les décideurs économiques et politiques qui ont initié la mondialisation en privilégiant la financiarisation des profits..



2.Posté par boyer le 14/03/2009 13:29
pas de probleme si on attribue aux collectivités les aides de l'etat de la lodeom prevue pour les entreprises. Il est meme certain que le redistribution sera meilleure

3.Posté par Trouillomètre au maximum le 14/03/2009 13:31
Le patron du MEDEF et quelques autres ne voudraient-il pas démanteler leurs empires de façon apporter davantage de concurrence à la Réunion ?

4.Posté par Julie Bénard le 14/03/2009 13:46
Doit-on rappeler à François Caillé qu'il est ridicule en jouant au "ti coq japon" et en gonflant son jabot devant toutes les caméras et autres médias ?

Doit-on rappeler à François Caillé que lui-même ne donne rien à personne et que les 50 € qu'il prétend céder (pour 3 ans !) ne sont que nos impôts à travers les dispenses de charges sociales accordées sans contrepartie - aujourd'hui par le fossoyeur (j'ai nommé le très nerveux et agité Sarkozy) de la liberté, de la fraternité, de l'égalité (surtout sociale !), de la démocratie et donc de la République et hier par les socialistes (grands adeptes de la privatisation à tout va devant l'éternel !) - au MEDEF ?

Monsieur Caillé pourrait-il nous dire de combien de centaines de milliers d'euros de nos impôts il bénéficie chaque année ?

Ces profiteurs hypocrites que sont François Caillé, le MEDEF et leurs coryphées libéraux et autres capitalistes n'ont cessé de nous dire qu'il faut tuer l'État, grand empêcheur de profiter en rond, et que la seule doctrine qui vaille est leur fameux "laisser faire, laisser passer". Mais dans le même temps, peut-être pour mieux achever l'État et donc les citoyens (sont-ils aussi intelligents qu'ils le prétendent ?), ils n'ont jamais arrêté de réclamer (et d'obtenir !) de l'argent public.
Pire : aujourd'hui que leur profits monstrueux sont légèrement en baisse (faudrait quand même vérifier !), ils demandent que les gens qu'ils ont appauvris et opprimés payent pour sauver leur système (mortifère !) de profits, pour le remettre à flots. Plus cyniques que François Caillé et ses maîtres à penser, tu meurs !

Certes, le président de la Région (qui est de fait aussi le président du Département et peut-être le futur président de la République de La Réunion, si on le laisse faire !) doit être débiné (et même plus !) pour sa politique orientée famille et clan au détriment des Réunionnais (je ne citerai que l'exemple de la gabegie MCUR, véritable hétérodoxie sociale en ces temps de chômage de masse) mais François Caillé n'est pas du tout bien placé pour donner des leçons de moralité (ou de quoi que ce soit !) à quiconque !

Les 50 € que donnerait la Région ne seraient de toute façon que l'argent des plus pauvres (les taxes et autres octroi de mer sont payés aussi par les plus pauvres). Que les pauvres financent les pauvres, c'est bien la devise du MEDEF et de son suppôt François Caillé !!!

Que François Caillé arrête de nous prendre pour des abrutis.

François Caillé et ses comparses sont en train de pourrir la situation, d'essayer de ridiculiser le COSPAR (qui n'avait pas besoin d'eux pour cela, hélas !) avec la complicité d'un préfet qui se prend pour zorro alors qu'il a été pitoyable lors de la crise des transporteurs (il ne pouvait pas mettre ses policiers en danger qu'il disait ce faux cul, il a bien changé depuis) en les laissant faire tout ce qu'ils voulaient.

François Caillé espère berner les Réunionnais et se dit que l'épuisement et sa roublardise abjecte feront en sorte que les choses vont "rentrer dans l'ordre" et que ses profits de comptoirs continueront comme avant.

Je pense que ce sera, malheureusement le cas pour cette fois-ci. Mais François Caillé se réveillera surement un matin, et peut-être plus tôt qu'il ne le pense, et aura à faire face à des Réunionnais beaucoup plus nombreux et déterminés (quand l'injustice n'est plus supportable, la foule humiliée finit immanquablement par se lever !) et un autre COSPAR beaucoup plus futé, intransigeant et déterminé ! ET ce jour-là, ni lui avec ses grosses chevilles et son jabot distendu, ni son copain le préfet avec ses renforts de policiers (si le collectif n'accepte pas mes miettes et celles du MEDEF je vais gérer l'ordre social menaçait-il lamentablement devant les caméras !) un peu plus important chaque jour, n'y pourront rien.
Ils feront sans doute intervenir l'armée... Ce qui cadrerait bien avec la politique sarkozyenne et l'état d'esprit du MEDEF !

5.Posté par jujube le 14/03/2009 15:25
Encore un peu et François CAILLE va nous déclarer que la cause du COSPAR est juste et va descendre dans la rue pour manifester aux cotés des syndicats ! Ce monsieur là est malin comme un singe et essaye de retourner l'opinion contre les politiques pour protéger ses entreprises des foudres des manifestations syndicales. Mais méfiez vous de sa sincérité, cette attitude est purement stratégique et ne cherche qu'à désamorcer le mouvement et à détourner la pression qui pèse sur les grands patrons de l'Ile. Et puis ne vous inquiétez pas pour lui, les charges salariales supplémentaires des 50€ d'augmentation accordées à ses salariés ne sont qu'une anticipation de quelques mois de l'augmentation qui aurait de toute façon été donnée dans le cadre de la procédure obligatoire de négociation annuelle sur les salaires avec les représentants syndicaux (là pour le coup, il n'auront plus rien à négocier !!). Et puis on parle avec insistance d'un plan social de plus de 200 licenciements prévu de longue date dans les activités auto du Groupe Caillé (voir les déclarations "maladroites" du président de la CCIR il y a quelques semaines qui n'ont jamais été démenties par François CAILLE). La mise en oeuvre de ce plan, sans doute décalée "stratégiquement" de quelques semaines compte tenu des évènements actuels, viendra largement compenser les 50€ d'augmentation des salariés qui auront la chance de garder leur job. ON A GAGNE ... ON A GAGNE !!!

6.Posté par Badinguet le 14/03/2009 14:38
Au secours les collectivistes de réveillent, sans doute les mêmes qu'on a vu à la télévision avec des pancartes "Merde à l'état" alors qu'ils sont fonctionnaires, professeurs plus exactement et dans l'ouest s'il vous plait, c'est là où ils s'épanouissent...!!! Hi, hi, hi, hi on les a reconnu et nos enfants aussi, dur de ne pas en rire lors de la rentrée prochaine, ou alors pleurer.....................

7.Posté par svp1789 le 14/03/2009 16:10
Effectivement que le MEDEF et l'ETAT aident d'une façon dégressive ceux qui ont les plus bas salaires en dessous de 1.4 smic et que La Région et le Département aident ceux qui vivent avec des minimas sociaux indécents. A chacun son rôle !

8.Posté par kikose le 14/03/2009 18:08
La proposition de F Caillé ne me surprend pas. Il est ici comme certains békés des Antilles. Dans la position du gros blanc qui profite largement du système. Le patronat notamment celui qui gère l'alimentaire gagne honteusement sur le dos des salariés. Alors dire que c'est au préfet... non ce n'est pas à nos impôts de payer. Le patronat doit faire un effort, quitte à réduire on propre train de vie . Le peuple un jour usera de son pouvoir et de sa force pour mettre un terme à cette obscurité des prix de l'alimentaire dans notre département.

9.Posté par Bolde RIZ le 14/03/2009 18:42
Cambrone n'est pas encore là pour trépaner tous ceux qui critiquent son copain capitaliste, le chafoin François, qui use de toutes les tartuferies pour garder sa "chère" place au comptoir ???

J'ai bien peur que ce type, comme tous ses dalons adepte du profit à n'importe quel prix et pour qui l'humain n'est là que pour être au service de leurs commendes, en cas d'échec de sa perfidie, ne soit prêt à RESSORTIR LE CHABOUC, à l'instar de ses ancêtres, pour sauver SON système juteux !

C'est incroyable ! Pourtant le lait Caillé c'est sa tasse de thé à Cambronne !!!

10.Posté par Françoise le 15/03/2009 00:14
Julie Bénard, que vous a fait François Caillé pour que vous le critiquiez autant ?

Je ne suis pas son amie mais je suis choquée par tant d'agressivité. Pourquoi déverser autant de fiel ?

Fille, petite-fille de prolétaires, je n'avais pas imaginé prendre un jour la défense du patronat mais que voulez-vous, être juste me paraît indispensable et je ne vois ici que des accusations ; personne à la défense. Tel Zorro, j'arrive.

Avez-vous réfléchi et avez-vous enquêté avant d'écrire, ?

Je vous cite "aujourd'hui que leur profits monstrueux sont légèrement en baisse".
Connaissez-vous le montant de leurs "monstrueux énormes gigantesques" profits ? Combien ? Avez-vous eu la curiosité de consulter les comptes d'exploitation, de résultats ?
Trop facile de parler en l'air, d'accuser sans preuve ! Je veux des chiffres !

Merci à kikose, post 8 qui dédouane un peu le patron du MEDEF "le patronat notamment celui qui gère l'alimentaire gagne honteusement sur le dos des salariés."Monsieur Caillé n'a plus beaucoup de parts du marché alimentaire. L'activité du groupe Caillé (c'est un groupe dont M. François Caillé est l'un des actionnaires, je vous le rappelle) , donc, ce groupe, c'est dans le secteur automobile qu'il "prospérait", secteur peu reluisant en ce moment. Donc quid des gros profits ?

Nous pouvons avoir du ressentiment envers les patrons mais, si TOTAL ou d'autres grosses sociétés font des bénéfices honteux tout en virant sans regret ni remords des nuées d'employés, croyez-vous qu'à la Réunion il existe des patrons aussi nantis ?

Un groupe se développe car ses actionnaires, ses dirigeants prennent des risques. Savez-vous que certains affreux patrons ont hypothéqué leurs biens personnels pour continuer à "faire tourner leur boutique" et sauver quelques emplois ?

J'ai crié longtemps "haro sur le baudet" avec les autres. Puis, j'ai compris que le fautif n'était pas forcément le coupable idéalement désigné par les apparatchiks laveurs de cerveaux.

Les marxistes pensent (ou pensaient, car on a vu que ça n'a pas si bien marché que ça en URSS) que le moteur de l'Histoire est la lutte des classes. Les prolétaires doivent écarter la bourgeoisie de l'exercice du pouvoir afin de supprimer l’exploitation économique d'une classe par une autre, pour permettre enfin la disparition des classes sociales. Ils disaient aussi que le prolétariat était la classe sociale obligée, pour vivre, de vendre sa force de travail aux capitalistes. Or que voyons-nous aujourd'hui ?
- Ceux qui crient le plus fort ne vendent rien au patronat puisqu'ils sont au chômage.
- Ils sont chômeurs parce qu'il n'y a pas assez d'emplois, peut-être pas assez de patrons ?

Je me répète peut-être : "tirer sur l'ambulance, ce n'est certainement pas fait pour accélérer la guérison du passager, mais plutôt pour l'achever complètement".
Qui offrira des emplois quand il n'y aura plus qu'une économie moribonde et plus aucune entreprise. Tous fonctionnaires ?


11.Posté par citron galet le 15/03/2009 19:16
A Françoise
Juste quelques petites rectifications qui ont leur importance :
- M. François Caillé est l'actionnaire majoritaire du Groupe Caillé. C'est donc bien lui le vrai propriétaire de ce Groupe... et personne d'autre.
- La Branche Grande Distribution du Groupe Caillé possède une part de marché très significative dans ce secteur via ses enseignes Champion, Dia et Hypercrack à St-Pierre. De plus le Groupe Caillé est associé au Groupe Antillais Hayot dans l'enseigne Carrefour (actionnaire minoritaire). Ceci plus cela fait qu'il "pèse" plus de 30% du marché et est donc le deuxième intervenant du secteur. On ne peut pas donc dire que : "Monsieur Caillé n'a plus beaucoup de parts du marché alimentaire" !! De plus il faut aussi penser de rajouter les magasins La Grande Récré, plus les magasins d'ameublement rachetés récemment au Groupe Dindar : Conforama et Guest (ex Dindar Confort).
- Quant à l'automobile, le Groupe Caillé a longtemps été le N° 1 du secteur avant d'être dépassé par le Groupe Antillais HAYOT (Renault, Volskwagen, Audi, Mercedes, Mitsubishi, Hyundaï, Skoda, Dacia, Jeep, Chrysler). Toutefois Caillé représente aujourd'hui Peugeot, Fiat, Opel, BMW, Land Rover, Suzuki, Chevrolet, Mini, Kia, Alfa Roméo, Iveco et bien sur Porsche et Jaguar !! Excusez du peu ... Nul besoin de voir les comptes de résultat pour savoir qu'on achète pas toutes ces enseignes si on n'a pas gagné beaucoup d'argent avec des marges très confortables !
Ne vous inquiétez donc pas pour lui, M. François CAILLE fait bien partie des plus grosses fortunes de l'Ile et ne doit pas avoir beaucoup d'inquiétude pour joindre les deux bouts en fin de mois !

12.Posté par Françoise le 15/03/2009 21:53
A Citron galet,

Merci pour votre réponse, vous semblez bien connaître ce dossier et surtout vous n'êtes pas fielleux (rassurez-vous aussi je ne m'inquiétais pas réellement pour François Caillé).

Etes-vous sûr que M. Caillé est toujours associé au groupe Hayot dans l'enseigne Carrefour ? J'ai cru entendre que non, ce qui limiterait bien son importance dans le secteur alimentaire.

En ce qui concerne les acquisitions de nouveaux magasins (non alimentaires), sans vouloir dire que Monsieur Caillé est un philanthrope, peut-être n'a-t-il "absorbé" ses concurrents que pour "solidifier" son entreprise et pérenniser les emplois ? (Je suis Don Quichotte plutôt que Zorro.)

Quant aux fins de mois difficiles, je vous concède que celles de Françoise doivent l'être plus que celles de François. (lol)

13.Posté par nicolas de launay de la perriere le 16/03/2009 00:32
quand certains parlent sans savoir (genre françoise), il est bon et satisfaisant de lire que d'autres en savent un peu plus et corrigent le tir..

Merci dont à citron galet pour le détail qu'il fournit, et en rappelant aussi que le groupe caillé a eu recours au financement via LBO au début des années 2000 (suffit de lire les sites anti lbo français)..et je suis sûr que certains ici se feront une joie de rappeler les niveaux de rentabilité attendue par les investisseurs des LBO...(deux chiffres sinon rien !)

14.Posté par jujube le 16/03/2009 09:30
Tu as raison Nicolas, il est important de rappeler les conséquences du re-financement en LBO du Groupe Caillé. Cette option a été choisie par François Caillé à une époque ou son Groupe ne parvenait plus à financer ses très lourds investissements par sa seule rentabilité et ou ses capitaux propres étaient devenus insuffisants pour supporter un endettement supplémentaire. Il en résulte effectivement aujourd'hui des "obligations de rentabilité à deux chiffres" exigée par les actionnaires LBO. Comme, par les temps qui courent, le groupe Caillé ne parvient plus à sortir des résultats suffisants (d'autant que François Caillé continue d'investir lourdement et donc de s'endetter ...), il faut s'attendre à des retours de manivelle dans le domaine social pour faire des économies et remonter les bénéfices à la bonne hauteur... la crise économique aura bon dos et sera un bon prétexte pour justifier la taille dans les effectifs... Rendez-vous dans quelques semaines, quand les tensions provoquées par les mouvements sociaux du GOSPAR seront retombées (ça ferait désordre pour le président du MEDEF d'annoncer un plan social ces jours-ci !)
Le Groupe Caillé fait-il le bon choix en cédant aux exigences des ses bailleurs de fonds ? Personnellement je ne le pense pas, d'autant que cela l'oblige déjà à renier ses "valeurs d'entreprise" historiques, et quoi de plus grave pour une entreprise que "d'oublier ses valeurs" au profit de la rentabilité destinée aux seuls actionnaires ?

15.Posté par nicolas de launay de la perriere le 16/03/2009 14:21
d'un autre côté, cela exige une gestion rigoureuse de l'exploitation...difficile de satisfaire tous les acteurs de l'entreprise, et obligation parfois de satisfaire en premier les actionnaires, de temporiser les "management feeds" (mais qu'est ce donc ??), et comme jujube le dit si bien, tailler dans les coûts d'exploitation (mais quand on ne maîtrise pas le coût d'achat des voitures ni la fiscalité, je vous laisse deviner sur le dos de qui se font les économies) afin de satisfaire aux exigences "du marché"..

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales