Société

France Volontaires Réunion: Un tremplin pour les jeunes diplômés

Depuis 2002, la représentation régionale de France Volontaires à La Réunion a envoyé plus de 180 jeunes en missions VSI et Service Civique dans les pays de la région Afrique australe et océan Indien. En ce mois de mai 2016, France Volontaires lance une nouvelle campagne d’appels à candidatures pour de nouvelles missions qui seront ouvertes tout au long de l’année 2016.


Depuis 2002, la Représentation Régionale de France Volontaires à La Réunion a envoyé plus de 180 jeunes en missions VSI et Service Civique dans les pays de la région Afrique australe et océan Indien
Depuis 2002, la Représentation Régionale de France Volontaires à La Réunion a envoyé plus de 180 jeunes en missions VSI et Service Civique dans les pays de la région Afrique australe et océan Indien
En partenariat avec la Région depuis 2003, France Volontaires Réunion permet la mobilisation de jeunes réunionnais dans le cadre de missions de VSI (Volontaire de Solidarité Internationale).

Des profils diplômés et sans expérience

Autrefois destiné aux jeunes inscrits dans une démarche de mobilité, le volontariat est à la recherche de profils de plus en plus variés. Ces profils varient du Bac+3 au Bac +5 pour une moyenne d'âge de 24 ans. Les missions qui attendent ces volontaires : chargé de communication et développement culturel, enseignant de français, missions dans les énergies renouvelables, l'aquaculture, la filière crabe, le parc marin ou encore les relations internationales.

La durée pour une mission est d'une année minimum, jusqu'à 3 ans si il y a prolongation de contrat. Le CDD est le statut en vigueur pour le VSI (Volontaire Solidarité Internationale). Il est bien entendu possible de choisir le pays uniquement si plusieurs postes sont disponibles. Chaque missionnaire peut percevoir une indemnité de 1300€ qui peut aller jusqu'à 1900€ mensuels.

Le point positif, nous rappelle France Volontaires Réunion, est que "nous donnons priorité à des profils diplômés mais surtout sans expérience". Les personnes en reconversion ne constituent pas, a contrario, le vivier principal.

La sélection du volontaire dépend de la fiche de mission et du partenaire étranger avec un recrutement sur CV et entretien via Skype. Ils sont actuellement 22 Réunionnais en mission. La prochaine cuvée comportera 45 volontaires qui partiront en juillet. "On compte 35 volontaires en moyenne chaque année", nous explique France Volontaires Réunion.

Données chiffrées

Le niveau d'études des anciens volontaires reste majoritairement supérieur au Bac +2. En effet, les CAP et BEP ne sont que 2,48%. Ceux ayant un Bac uniquement sont faiblement représentés : 1,86%. Les niveaux Bac +2 sont 8,07% parmi les volontaires. Ceux ayant un niveau égal ou supérieur au Bac +3 sont 29,82%. Et pour ceux ayant un diplôme égal ou supérieur au Bac +5, ils sont 57,77%.

Volontariat rime forcément avec emploi ?

Force est de constater que le volontariat est un tremplin pour beaucoup d'anciens volontaires. En effet ils sont 84,5% à exercer un emploi, 8,6% ont repris des études ou préparent des concours et seulement 4,6 sont encore en recherche d'emploi après leur expérience dans la zone océan Indien-Afrique.

Florence Hoarau, volontaire un peu "par hasard"
Florence Hoarau, volontaire un peu "par hasard"
Portrait d'une ancienne volontaire

Laurence Hoarau est l'exemple parfait de la volontaire qui a su rebondir et faire de son expérience de volontaire un tremplin pour sa carrière. La jeune femme est devenue volontaire un peu "par hasard", nous dit-elle. Une opportunité s'est présentée à l'ancienne étudiante en lettres modernes qui souhaite faire des études de cinéma. Laurence quitte La Réunion et entame ses études à la Sorbonne. C'est durant ses trois années parisiennes qu'elle crée maloya.org, et en devient l'attachée de presse. "Cela a développé les capacités en communication que je n'avais pas à la base"

"Le volontariat m'a permis d'avoir des responsabilités que je n'aurais sans doute jamais eues dans une structure classique"

Ses rencontres la pousseront vers Mayotte où un poste de chargée de communication et de développement culturel lui sera proposé. "A cette époque-là, il y avait beaucoup de communication à faire aux Seychelles, il y avait de la demande, j'ai ainsi eu beaucoup de responsabilités et de missions qui m'ont été confiées", explique-t-elle. Outre un enrichissement sur le plan personnel, c'est avec un CV plus riche qu'elle est revenue à La Réunion où elle est devenue chargée de communication à France Volontaires Réunion.

Quand on la questionne sur son expérience la plus marquante, Laurence répond sans hésiter : "c'était lorsque j'ai fait venir Slamlakour aux Seychelles, on y avait créé des ateliers pour les enseignants et les écoles. Les Seychellois adorent la musique et grâce à mon action ils ont découvert le slam".

Laurence Hoarau a également beaucoup apprécié la façon dont les Seychellois fonctionnent. "Le rythme de travail n'est pas le même que chez nous, les rapports sont simplifiés et plus humains, ce qui facilite la création du lien".

Un volontaire présent en Australie
Un volontaire présent en Australie

Un autre volontaire en Australie
Un autre volontaire en Australie

Une volontaire aux Comores
Une volontaire aux Comores

Une volontaire aux Seychelles
Une volontaire aux Seychelles
Dimanche 8 Mai 2016 - 07:15
Julie Ribeyra
Lu 2746 fois




1.Posté par bandedecon le 08/05/2016 10:46
vu le taf qui a faire a la reun vaudrait mieux deja s'en occuper.......

2.Posté par Sortons de la France le 08/05/2016 15:50
Très bonne initiative le réynioné doit s'ouvrir sur sa zone car l'ouverture avec la France est un non sens absolue.

3.Posté par Question bete le 08/05/2016 18:38 (depuis mobile)
Créé par Paulo..?

4.Posté par Grangaga le 08/05/2016 22:17 (depuis mobile)
Vini Vidi Vici....sa mèm' lé bon...

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales