Social

Fongecif: Après le recrutement suspect du directeur, les billets d’avion…

Guerre psychologique au Fongecif. Un conseil d’administration crucial doit se tenir ce jeudi dès 14h. Il permettra peut-être de faire tomber les masques alors que des révélations sortent du chapeau comme par magie.


Le vice-président du Fongecif a-t-il abusé de voyages vers la métropole ? Le directeur d’Opcalia/Fongecif a-t-il bénéficié d’un parachute doré ? Ces questions sont parties pour plomber l’ordre du jour d’un CA qui s’annonçait déjà explosif au vu du contentieux entre mandataires Medef et syndicats de salariés depuis le recrutement osé et contesté du directeur du Fongecif Réunion, qui n’est autre que le fils du président.
 
Sur l’année 2015, Norbert Tacoun, trésorier puis vice-président du Fongecif, a effectué 7 déplacements hors département. Faits de formations et d’ateliers à suivre en métropole, ces déplacements sont habituels dans le cadre des missions confiées aux administrateurs du Fongecif. Ce qui l’est moins, c’est que le Fonds Paritaire de Sécurisation des Parcours Professionnels (FPSPP) en vienne à refuser au Fongecif Réunion la prise en charge des billets pour les missions suivies par ses administrateurs. En mai dernier, le FPSPP a refusé à l’instance locale de payer les quatre déplacements effectués en métropole (dans le cadre du chantier C) par Norbert Tacoun, vice-président (collège du Medef) du fonds social, instance collégiale par excellence composée à parts égales de syndicats de salariés et du patronat. Il reviendra donc au Fongecif d’en supporter seul le coût : 17.000 euros.


Les déplacements de Norbert Tacoun dans le cadre du chantier C ne seront pas remboursés par le FPSPP
Les déplacements de Norbert Tacoun dans le cadre du chantier C ne seront pas remboursés par le FPSPP
L’incidence financière n’est pas négligeable pour l’instance paritaire locale qui doit, dans l’absolu, consacrer le maximum de son budget à sa mission d’accompagnement des salariés inscrits dans une démarche de reconversion.
 
Clairement visé par ces attaques, Norbert Tacoun et à travers lui le Medef, n’est pas le seul à avoir effectué de nombreux déplacements vers la métropole. Le président du Fongecif, Jean-Claude Sornom (représentant des salariés - collège CFTC), en comptabilise 11 sur l’année 2015. Tous cependant pris en charge en partie par le FPSPP, mais avec des dates de départ très rapprochées entre elles, preuve selon certains que le président n’était décidément pas regardant sur les dépenses, "normal, l’argent ne venait pas de sa poche". Autre reproche fait à Jean-Claude Sornom, le fait de n’avoir pas ventilé la possibilité de remboursement des billets d’avion par le FPSPP à ses collègues administrateurs dont Norbert Tacoun fait partie.

Certains départs dont les dates sont très rapprochées auraient pu être optimisés selon certains administrateurs
Certains départs dont les dates sont très rapprochées auraient pu être optimisés selon certains administrateurs
Aux côtés du vice-président chahuté pour ses voyages dont "le nombre" et "l’opportunité" font jaser, le "parapluie doré" - terme employé par ses détracteurs - du désormais ex-directeur Harry Payet, est lui aussi mis sur la place publique à quelques minutes du conseil d’administration. 40.000 euros, c’est l’indemnité de départ que percevra Harry Payet, ex-directeur de la structure, qui a fait valoir ses droits à la retraite. Un "golden parachute" qui passe mal auprès de certains administrateurs qui estiment qu’Harry Payet a toujours été l’employé d’Opcalia et non du Fongecif. Une contestation démontée dans les textes puisque nos recherches ont permis de retracer une convention signée en 2010 entre Opcalia et le Fongecif. Une convention qui officialise le système de "refacturation des charges de fonctionnement communes Opcalia/Fongecif".

Une convention lie l'Opcalia au Fongecif depuis 2010, signée notamment par Jean-Claude Sornom
Une convention lie l'Opcalia au Fongecif depuis 2010, signée notamment par Jean-Claude Sornom
Tentative de diversion avant le conseil ?
 
Ces éléments à charge dirigés contre les mandataires du collège Medef au sein du Fongecif ne pourraient être qu’un leurre pour repousser les questions qui fâchent à l’adresse du président Jean-Claude Sornom. En interne, plus rien n’est comme avant depuis l’annonce du recrutement de son fils au poste de directeur.
 
L’instant de vérité se jouera entre quatre murs, ce jeudi 22 septembre au siège du fond social à Saint-Denis.

Depuis Paris, le directeur du FPSPP s'inquiétait déjà en 2015 du coût des déplacements des administrateurs Fongecif Réunion. L'organisme métropolitain proposait même d'apporter son concours financier dans l'acquisition de matériel de visioconférence
Depuis Paris, le directeur du FPSPP s'inquiétait déjà en 2015 du coût des déplacements des administrateurs Fongecif Réunion. L'organisme métropolitain proposait même d'apporter son concours financier dans l'acquisition de matériel de visioconférence
Un ordre du jour en sept points, explosifs, sur lesquels les administrateurs auront par exemple à se prononcer sur « l’illégalité et la légitimité des 40.000 euros demandés par l’ancien directeur » (Harry Payet, ndlr) ou encore « les conséquences financières de l’annulation de la procédure de recrutement du directeur ». Deux questions inscrites au menu par le camp Sornom.
 
En face, le collège du Medef attend également des réponses aux questions qui fâchent. Mis au défi par le collège des représentants du patronat, le président du Fongecif a été contraint d’inscrire au menu du CA des questions embarrassantes : "l’annulation du recrutement de Pascal Sornom au poste de directeur" et tout bonnement "la révocation du président en raison de ses abus de pouvoir."
 
La tenue des débats cet après-midi révélera peut-être au grand jour les tentatives de diversion échafaudées pour que le recrutement du fils du président soit relégué au second plan.
Jeudi 22 Septembre 2016 - 13:58
LG
Lu 4128 fois




1.Posté par PAN le 22/09/2016 14:28
Par contre, pour payer des formations aux salariés ou ex salariés par le bais du CPF, ya moins de monde
JUSTE UN SCANDALE
Et pas non plus disposés à payer rapidement (c'est à dire en moins de 90 jours...) les entreprises organismes de formation qui font de l'avance sur trésorerie quand les OPCA font fructifier l'argent collecté par cette belle stratégie de racket qu'ils ont mis en place
ENCORE UN SCANDALE
Il faut quand même se rendre compte que ces organismes mettent en péril des TPE PME

2.Posté par verité le 22/09/2016 18:48
Ils se tiennent tous. Les amis d'hier sont les ennemis d'aujourd'hui. Attention les tous jeunes administrateurs MEDEF prenaient du recul. On ne vous dit pas tout.

3.Posté par c'est du bon pain le 22/09/2016 21:08
du très bon pain même pour les connaisseurs
plus de 4000 le billet c'est uniquement du main en couchette cuir avec champagne
moi aussi m'sieur je peux faire du bon pain ?

4.Posté par Malzack le 23/09/2016 07:18
HONTE à tous ces profiteurs malhonnêtes et cupides !!! Trop d'abus, trop de facilités, trop de largesses !!! Convaincu que nous avons les moyens de faire de très belles choses dans notre pays, mais beaucoup de fonds, de moyens sont détournées au profit de certains profiteurs alors qu'ils pourraient servir, bien servir à l'ensemble de la population pour nous hisser , nous élever .

5.Posté par Eric le 23/09/2016 17:04
Décidément tout fout le camp mesdames et messieurs ! En plus y'a plus de saison !
Aie aie ! comen zot i pé rédress tou sa la ? ec sé band profiteurs... i fé pitié seulement ! alon met ensamb !

6.Posté par calizinguin974 le 27/09/2016 14:57
Quelle scandale quand on voit les petits reunionnais qui lutte pour survivre , surtout manger , pendant que ces gros profiteurs dépensent l'argent public et s'offrent d u bon temps . mais il y en a partout comme ça a la réunion , bientot il y aura encore plus de Directeurs , d'administrateurs , de présidents et vice présidents qui ne pense qu'a leurs ventres et ceux de leurs familles , car a la réunion beaucoup embauchent leurs enfants , et toute la famille dans la même boite , regardez dans les mairies , c'est Père et fils ou filles . on crée des postes pour les gens qui ne sont même pas diplômés , tandis que nos jeunes réunionnais reste sur le carreau ou sinon les postes disponibles ne sont pas pour eux , c'est réservés pour les gens qui arrivent de l'éxtèrieur ...tous ça c'est les patrons de la Réunion qui ne veulent pas embaucher nos enfants , mais nos jeunes diplomés ont déja compris cela , on verra ça pour les éléctions prochaines...

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales