Société

Florilèges : Le 100 % péi n'est pas garanti!


Florilèges : Le 100 % péi n'est pas garanti!
"L'horticulture, un Savoir-faire, un Métier, une Passion". C'est le thème retenu cette année par les organisateurs des Florilèges, au Tampon. Cette thématique est d'actualité puisque la filière horticole réunionnaise souffre de la concurrence des importations qui continuent à progresser. Les principales espèces de fleurs coupées et importées sont les roses et les anthuriums. La Chambre d'agriculture estime qu'il y a près de 6,6 millions de tiges importées chaque année à la Réunion et que les importations de fleurs ont augmenté de 14 %.

Cette concurrence existe aussi pour la production de plantes en pot, en particulier pour les orchidées en provenance d'Asie mais aussi de Hollande. Si parfois ces échanges sont nécessaires pour introduire des jeunes plants et le matériel végétal nécessaire à une exploitation horticole, des professionnels du secteur dénoncent aussi des ventes sauvages au bord des routes et une concurrence déloyale. Selon Germain Payet, horticulteur au Tampon, certains vendeurs importent des containers entiers d'orchidées.

Plus de fleurs provenant de l'extérieur que de fleurs produites localement

"Il y a toujours eu des échanges pour faire des croisements par exemple. Ce que nous dénonçons, ce sont des gens qui font rentrer des plantes et qui les déballent de leur carton directement devant le client, au moment de revendre les végétaux. Là ce n'est pas sérieux, il ne faut pas exagérer", s'insurge-t-il. De son point de vue, il y aurait plus de fleurs vendues à la Réunion et provenant de l'extérieur que de fleurs vendues et produites localement. "Si on râle, c'est surtout pour les importations en provenance d'Asie. Là-bas les plantes sont très bons marché. Elles arrivent par bateau, les coûts de transport sont très faibles. On ne peut pas lutter", regrette l'horticulteur.

A l'inverse, il n'existe pas vraiment de filière réunionnaise de fleurs à l'exportation. "C'est difficile. C'est assez embryonnaire. On se heurte au coût de production et au coût du fret", explique Germain Payet qui semble pourtant convaincu qu'il y aurait des niches à développer dans ce domaine.

En attendant, le volume des importations et bien supérieur à celui des exportations. Même les organisateurs de Florilèges refusent de garantir que les exposants proposeront une production 100 % péi.

Pour éviter une désillusion, le plus sûr est d'engager la conversation avec les horticulteurs et demander si leurs fleurs viennent bien d'exploitations péi. Si ce n'est pas le cas, vous paierez peut-être votre orchidée moins chère mais sachez qu'elle aura voyagé plusieurs semaines dans le noir pour arriver jusqu'à vous. "Certaines plantes résistent mais elles souffrent beaucoup. Ce n'est pas d'une excellente qualité. Imaginez ce que ça peut donner après plusieurs semaines dans un container. Elle sera peut-être belle au moment de la floraison mais pour sa durabilité, c'est risqué", prévient l'horticulteur.

Lundi 1 Octobre 2012 - 17:15
Lilian Cornu
Lu 2271 fois




1.Posté par L''Ardéchoise le 01/10/2012 19:30
Tite fleur fanée, tite fleur aimée...
Péi ou pas, c'est un plaisir des yeux que de voir toutes ces belles fleurs, sur les marchés et ailleurs.
Par contre, ce qui m'a toujours surprise, c'est souvent l'absence de parfum .
Quelqu'un peut-il m'expliquer ?
Quel bonheur de recevoir un bouquet odorant des fleurs que l'on préfère !
Cela fait chaud au coeur.

2.Posté par pouaké le 02/10/2012 18:15
ah oui mr germain quand nous voit comment et combien ou vend vos orchidees , et bien mi dit heureusement que nena d'autres i vend , parce que po ou les autres na pas le droit de vivre ,arret dit n'importe quoi

3.Posté par Janklod le 02/10/2012 22:00 (depuis mobile)
On se dit professionnel de l'horticulture depuis presque 30 ans, mais on ne connait même pas la definition du CITES (voir vidéo) - Déf. CITES : Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d'extinction

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Lundi 5 Décembre 2016 - 09:32 Saint-Pierre: Un requin bouledogue prélevé

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales