Politique

Financement des aéroports: Ça chauffe entre Didier Robert et Younous Omarjee

Dialogue de sourd entre le Conseil régional et le député européen Younous Omarjee. L'objet de la discorde porte sur le financement des aéroports - via le fonds européen FEDER - et leurs exclusions si les investissements ne sont pas liés à la "protection de l'environnement".


Financement des aéroports: Ça chauffe entre Didier Robert et Younous Omarjee
D'un côté Didier Robert, président de la Région, de l'autre Younous Omarjee, député européen. Tous les deux sont en froid sur la question du financement des infrastructures aéroportuaires. La semaine dernière, le président de Région s'est montré très inquiet quant au financement des aéroports de Sainte-Marie et Saint-Pierre en raison de l'exclusion de ces investissements du fonds FEDER s'ils ne comportent pas d'aspect environnemental. Un Didier Robert inquiet, au point d'adresser plusieurs courriers au président de la République, François Hollande, mais également à la Commission européenne.

Hier encore, la question de ces financements s'est invitée durant la séance plénière de la Région. Un communiqué de presse envoyé après l'assemblée donne le ton des relations "tendues" entre Didier Robert et Younous Omarjee. "Le président de Région dénonce le double positionnement de Younous Omarjee et demande à l'Etat français d'intervenir pour permettre de poursuivre un financement européen des aéroports", peut-on lire.

"Contrairement à ce qu’indique Younous Omarjee, l'exclusion des infrastructures aéroportuaires ne figurait pas et n’a jamais figuré dans la proposition législative de la Commission européenne en date du 6 octobre 2011 (…). Cette restriction a été introduite par voie d'amendement par le Parlement européen et plus précisément par le Député européen Jan Olbrycht dans son rapport du 3 juin 2013. Elle a ensuite été discutée et votée en commission du développement régional du Parlement européen le 10 juillet 2013, en présence de Younous Omarjee qui ne peut, dès lors sans mauvaise foi l’ignorer, elle a été enfin adoptée en séance plénière du Parlement européen le 20 novembre 2013", détaille la Région.

"Ce sont donc bien les députés européens qui ont volontairement restreint le soutien aux infrastructures aéroportuaires aux seuls investissements liés à la protection de l’environnement à l'échelle de l'Union européenne. Ce double langage, selon que l’on est à Bruxelles ou à la Réunion, confine au cynisme lorsque l’on apprend que Younous Omarjee a lui-même proposé le 10 juillet 2013 d’introduire un amendement dans le règlement visant à exclure "les investissements dans les infrastructures aéroportuaires autres que ceux présentant des avantages démontrables pour l'environnement". La noblesse de l’esprit aurait été ici d’assumer pleinement et totalement ses convictions", poursuit-elle.

"La proximité des élections européennes n’autorise pas tout"

De la "démagogie" pour le député européen Younous Omarjee. Ce dernier s'est également fendu d'un courrier. "Il me semble utile de faire un peu de pédagogie (...). Durant les négociations le Parlement européen a demandé à la Commission européenne de lister précisément l’ensemble des projets en matière de transport qui resteraient finançables et ceux qui ne le seraient plus. La Commission européenne au nom du Commissaire Hahn a indiqué très clairement qu’elle ne souhaitait plus financer de projets aéroportuaires pour la période 2014-2020", explique-t-il.

"S’opposant à cette disposition, les Députés européens ont communément décidé de faire réapparaitre les aéroports dans le règlement pour qu'ils soient finançables (…). les Députés ont déposé un amendement (...) de compromis. À nouveau, je réaffirme que c’est bien le Parlement européen qui a permis que les infrastructures aéroportuaires restent finançables dans le projet FEDER à la condition qu’il participe à la protection de l’environnement ou qu’ils s’accompagnent d’investissements atténuant leurs incidences environnementale (…). Il est irresponsable, avant même la défense des projets de financement des infrastructures aéroportuaires de la Réunion, d’envoyer tant de signaux négatifs. Plutôt que d’adopter une posture agressive, le Président du Conseil Régional devrait se féliciter que le Parlement européen, avec la contribution de son groupe politique, ait sauvé ces financements", poursuit-il. Pour Younous Omarjee : "La proximité des élections européennes n’autorise pas tout".

Des points de vue divergeant qui vont conduire la Région à demander l'appui de l'Etat sur la décision du financement des infrastructures aéroportuaires. "Il convient aujourd'hui de demander à l'Etat qu'une "Déclaration du Conseil" indique très clairement que le FEDER continue à soutenir les investissements aéroportuaires dans les RUP compte tenu de leur déficit d'accessibilité et de l'absence d'alternative en matière de transport", conclut la Région.

Une chose est sure, la question du financement des aéroports n'a pas fini d'être débattue.
Vendredi 13 Décembre 2013 - 10:30
JD
Lu 2199 fois




1.Posté par ZembroKaf le 13/12/2013 11:09
Ce "didier robert" devient de plus en plus insupportable....tant qu'il aura sa page "officiel" sur "zinfos" il ne restera pas dans "l'oubli"...un type en mal de reconnaissance et sans personnalité !!!!

2.Posté par marcopolo le 13/12/2013 12:31 (depuis mobile)
vou trouver pa kil ressembl a obama sur la foto!?

3.Posté par Madmarx le 13/12/2013 13:00 (depuis mobile)
Ha didier komence par explique a nou comment un simple mediateur devan lycée y retrouve ali travaille dan un buro la region payé 2000euros le mois a rien foutre

4.Posté par Choupette le 13/12/2013 13:12
Monsieur Robert tenez bon, ne lâchez rien !

Ce sont les fonds européens donc occidentaux qui financent.

5.Posté par le vieux singe le 13/12/2013 13:33
zembrocaf ne tapez pas sur les élus les aéroports de l'ILE devraient avoir leur frais pris entièrement en charge par l'ETAT .C'est le seul moyen d’accéder sur l'ile et la liberté de circuler est une des libertés garanties par la constitution donc les deux aéroports et le port devraient être payé et gérés par l'Etat

6.Posté par darky le 13/12/2013 14:44
c'est à qui aura la plus grosse...argumentation ?? ah ces sciences po... totalement inefficaces..

7.Posté par JORI le 13/12/2013 15:44
Alors notre super cumulard D.Robert serait au courant de cette exclusion depuis le 10 juillet 2013 et ce n'est qu'en décembre, à quelques mois des élections qu'il se réveille. Comme quoi parfois certains réveils sont plus durs que d'autres.

8.Posté par J''''ai honte pour mon parti!!!! le 13/12/2013 22:39
Décidément le grand Didier mais petit par les actes a décidé supprimer tout le monde!!!!
Tu as décidé de salaire Mme DINDAR car elle te fait peur!!!!
tu veux éliminer tous ceux qui sont susceptible de faire de ombre pour 2015!
Si c'est ta vision de la politique, saches que tu nous fait honte!!!!!!!

9.Posté par kafir le 13/12/2013 22:56
Le Président Didier Robert reste l'indispensable sentinelle de notre île.
Soyons réunionnais et fiers
Kafir

10.Posté par doudoul97430 le 14/12/2013 11:47
Sentinelle ou pompier pyromane ?

"L'indispensable sentinelle de notre île" ? Rien que ça? Bien qu'il soit de "droite", Didier mériterait même quelques appellations contrôlées frappée au coin du marteau et de la faucille, du genre "leader maximo" ou "petit père des peuples"...

Soyons sérieux ! Notre "regionalis imperator" serait plutot un pompier pyromane.

Il a allumé un sérieux incendie dans les comptes de la commune du Tampon, en faisant passer la dette communale de 39 à près de 100 millions en quatre ans.

Après avoir pressé le citron tamponnais, regionalis imperator a mis le cap sur la région. Parmi ses nombreuses casquettes, celle de PDG de la SPLA Maraina, qu'il gère avec brio (en compagnie de son dalon Gilbert Rivière, brillant adjoint aux finances du Tampon, (magicien capable de changer le sans plomb en gazole et vice versa) adjoint auquel Paulet Payet a finalement retiré ses délégations.

Avec ce duo de choc, la SPLA Maraina accuse (déjà) un déficit de 1,5 million d'euros. En attendant mieux sans doute.

A venir: les comptes de la CASUD, avec notamment les bus de 60 places qui montent et descendent à vide. Le jackpot pour les cinq compagnies de bus auxquelles les véhicules sont loués !

11.Posté par justedubonsens le 15/12/2013 18:03
Je suis du Sud et plus précisément de cette bonne ville du Tampon que DR a mis dans le rouge vif. Avec des budgets communication démentiels et de location de véhicule à faire pleurer Paris. Oui Paulet Payet sans doute pas aussi bon communicant que notre DR a sérieusement commencé à remettre de l'ordre dans cette pétaudière malgré toutes les embuches que le DR, voulant faire comme son papa TAK, lui a mis dans les roues pour le faire capoter parce qu'il n'était pas aussi docile qu'il l'aurait souhaiter en l'empêchant de continuer à manager Le Tampon en misouk. Notre DR a été formé au cabinet des Benard de St paul dont on connait l'esprit démocratique. Il est entrain de couler la Région au même rythme qu'il l'a fait pour Le Tampon avec son plan Bus sans doute pour avantager son ami M...dont le siège est au Tampon. Le projet de NRL qui est en cours d'éxecution avec déjà une dépense qui doit avoisiner sinon dépasser les 100 millions d'euros entres les dédits pour le projet tram-train et les différentes études engagées sur ce projet qui contrairement aux grandes déclarations de notre DR apportera peu de travail aux Réunionnais sinon peut être à ses potes de FNTR locale et dont rien nous garantit que les problèmes qu'on connaît avec l'actuelle route du littoral soient totalement résolus. Attendons de voir comment réagira ce serpent de mer lorsque la mer se déchainera comme elle sait la faire dans les périodes de forte houle. Soyons assurés que l'avenir nous réserve de vilaines surprises fiscales quand le duo Robert-Fournel nous dit que le budget se limitera à 1.6 milliard, ce qui n'est déjà pas une mince affaire alors que les travaux dureront plusieurs années et tout contrat de ce type prévoit un réajustement des coûts lié tant aux difficultés non prévisibles qu'au taux de l'inflation et de l'augmentation des matériaux. sans compter les difficultés déjà annoncées d'extraire les millions de tonnes de roches nécessaires au fondement du "serpent de mer" !

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales