Social

Fin du RSTA : Pour l'AJFER, "la lutte est d'autant plus nécessaire"

Dans un communiqué, Gilles Leperlier, le président de l'AJFER, réagit à la suppression du RSTA, effective depuis le 31 mai. L'AJFER "dénonce cette décision qui, d'une part, va à l'encontre des populations les plus précaires, déjà fortement touchées par la crise, d'autre part est indigne d'un gouvernement qui se dit de gauche, progressiste et qui s'est par ailleurs engagé à agir pour les jeunes". Nous publions le communiqué dans son intégralité.


Fin du RSTA : Pour l'AJFER, "la lutte est d'autant plus nécessaire"
Le gouvernement a décidé de supprimer le Revenu Supplémentaire Temporaire d'Activité (RSTA). Le mois de juin commence mal pour les 40 000 bénéficiaires de ce dispositif, des travailleurs pauvres.

L’AJFER-Nou Lé Kapab dénonce cette décision qui, d'une part, va à l'encontre des populations les plus précaires, déjà fortement touchées par la crise, d'autre part est indigne d'un gouvernement qui se dit de gauche, progressiste et qui s'est par ailleurs engagé à agir pour les jeunes.

Les jeunes et les femmes sont en effet les plus concernés par ce dispositif. Ils sont aussi les plus touchés par l'emploi précaire et le chômage. La suppression de ce revenu supplémentaire risque de plonger de nombreux foyers dans une situation financière extrêmement préoccupante et dangeureuse : 100 euros par mois, c'est souvent l'équivalent approximatif du maigre budget consacré à l'alimentation.

Le contexte économique et sociale est loin d'être au beau fixe. Les récentes mobilisations, grèves et manifestations mettent en évidence un système arrivé à bout de souffle.
Les derniers chiffres du chômage dans l'île ne sont pas plus rassurants : en un an, le nombre de demandeurs d'emploi chez  les femmes a augmenté de 9 % et de 7,3% chez les jeunes de moins de 25 ans. En avril 2013, près de 103 370 femmes et jeunes (toutes catégories) sont à la recherche d’un emploi. La Réunion connait le plus fort taux de chômage de France et d’Europe. C’est sans compter les milliers de Réunionnais découragés qui ne se rendent même plus au Pôle Emploi et qui ne bénéficient d’aucun soutien, ni d’aucune aide.

La situation est de plus en plus insupportable et ne pourra à coup sûre, durer éternellement.  

Face à la réalité sociale, la décision du gouvernement est en totale inadéquation et relève même de l'inconscience mais elle met aussi en exergue l'incapacité de nos dirigeants, particulièrement nos parlementaires, à faire entendre et à défendre les intérêts des Réunionnais au niveau national. Ce constat, grave, est alarmant.

Au lieu de faire la guerre aux travailleurs pauvres, nos dirigeants feraient mieux de s'atteler à faire la guerre au chômage de masse.

L'AJFER-Nou Lé Kapab rappelle sa proposition de « Priorité à l'embauche des Réunionnais ». Cette mesure s'inscrit dans le cadre de la bataille contre le chômage. A situation exceptionnelle, nous appelons à des mesures exceptionnelles. Des propositions pour son application ont déjà été faites, l'ingrédient principal qui manque est de tout évidence, la volonté politique.

La mise en place du RSTA a été acquise par la mobilisation massive du peuple en lutte. Sa suppression aujourd'hui nous rappelle la nécessité d'un rapport de force, le rassemblement autour de la lutte pour la défense des intérêts des Réunionnais. C'est une exigence pour le maintien des droits acquis et l'obtention de nouvelles avancées sociales.


Pour l’AJFER-Nou lé kapab,
Gilles LEPERLIER
Président
Samedi 1 Juin 2013 - 11:09
Lu 2043 fois




1.Posté par SOLEIL le 01/06/2013 13:48
LEPERLIER Gilles petit communiste à la solde de VERGES et consorts, vous et votre parti avez appeler à faire Barrage contre SARKOZY, et maintenant vous essayez de défendre la cause des Réunionnais.
Vous être vraiment un homme très bas et que ne fait que dire se que Mr VERGES lui dicte
Vous êtes un incapable, alors taisez vous

2.Posté par gangster le 01/06/2013 14:09
Ah bon alors
Et les salariés de CARREFOUR ils ne méritaient pas qu'on les aide, Monsieur le grand militant qui est à Sainte-Suzanne?

3.Posté par justedubonsens le 01/06/2013 16:35
Comme dit créole "si ou pleur pas ou gagne pas tétée !" mais M. Leperlier est plus soucieux de son avenir politique que des besoins des mouns reyonais. Vous ne pouvez pas à la fois demander des emplois et plus d'avantages sociaux, car les seconds sont au détriment des premiers. La politique de vos mentors qui appelle à taxer les riches et les entreprises finissent par atteindre ses limites. La dévalorisation du travail au profit de l'assistanat aboutit, aujourd'hui, à la situation où la famille d'un travailleur même au dessus du SMIC a moins de moyens financiers qu'une famille au RSA - CMU + tarifs sociaux EDF, EAU, téléphone, exemption de taxes habitation et foncière, redevance TV, aides CCAS etc... Le manque d'imagination de os gouvernants n'a trouvé que cette solution pour se trouver un électorat de masse ! Continuons à taxer les entreprises et c'est tout le monde du travail qui pointera au chômage mais sans plus d'espoir de trouver un emploi puisqu'il n'y en aura plus. Vous pourrez toujours réclamer la priorité aux Réunionnais, il n'y aura plus de débat !

4.Posté par ndldlp le 01/06/2013 17:39
pourquoi ne pas (re)proposer la.possibilite de.mobiliser allocation chomage et/ou revenus sociaux avec activite salariee pendant la duree de la prise en charge .. les patrons sont.ils partant pour oser perenniser au dela de cette periode, des emplois et.dans quelle proportion..?

5.Posté par YANIS PAYET le 02/06/2013 23:25
L'Union démocrate propose que les salariés percevant une rémunération inférieure ou égale à 1,4 fois le SMIC soient les bénéficiaires du Crédit d'impôt pour la compétitivité et l'emploi (CICE) pour compenser la perte de leur Revenu Solidaire Transitoire d'Activité (RSTA).

Si le RSTA est une mesure de soutien au pouvoir d'achat d'ores et déjà condamnée, instaurée sous la présidence de Sarkozy, dont l'effet est maximum pour les salaires compris entre 1 et 1,4 SMIC, le CICE est une mesure du président socialiste François Hollande qui a pour objet le financement de l’amélioration de la compétitivité des entreprises à travers notamment des efforts en matière d’investissement, de recherche, d’innovation, de formation, de recrutement, de prospection de nouveaux marchés, de transition écologique et énergétique et de reconstitution de leur fonds de roulement.

Accessible à toutes les entreprises françaises, le CICE permet de réaliser une économie d’impôt substantielle. Pour 2013, elle équivaut à 4 % de la masse salariale, hors salaires supérieurs à 2,5 fois le SMIC. Et à partir de 2014, ce taux sera porté à 6 %.

En conséquence, verser le CICE à plus de 60 000 salariés réunionnais victimes de la flambée générale des prix, est une redistribution équitable de la richesse nationale, compte tenu de la batterie de mesures fiscales et sociales ( défiscalisation, zone franche d'activité, Loi pour le Developpement Economique de l'Outre-Mer...) dont bénéficient déjà les entreprises locales et du besoin d'apaisement de la société réunionnaise.

Si les modalités d'application de cette proposition qui se veut consensuelle restent à définir, force est de constater que le CICE est une créance négociable à titre d'avance auprès de certains organismes financiers, notamment OSÉO.

Yanis PAYET

Union démocrate

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales