Social

Fin des fouilles au corps: "Il faut que la CGT et FO arrêtent de berner le personnel"


David Calogine s'inquiète des répercussions sur le personnel de la fin des fouilles
David Calogine s'inquiète des répercussions sur le personnel de la fin des fouilles
"La fin des fouilles au corps systématique nous pose énormément de souci". C'est par ces mots que David Calogine, secrétaire général UFAP UNSA Réunion Mayotte, qualifie le mur face auquel les personnels pénitentiaires de France sont confrontés depuis quelques mois.

A la Réunion, la situation est plus criante d'insécurité car les portiques à ondes millimétriques (qui permettant de voir n’importe quel objet dissimulé, même s’il n’est pas métallique) ne sont pas prêts de débarquer. Chacun de ces bijoux de technologie coûte à l'administration 300.000 euros pièce. Le territoire national compte 203 établissements et il en faut deux au moins par établissement : "faites le compte", sourit le syndicaliste.

C'est la loi pénitentiaire du 24 novembre 2009 qui a introduit la non systématicité de la fouille corporelle, "seul moyen pour un agent de contrôler le détenu dès qu'il est en contact avec des personnes extérieures", lors des visites.

Son constat est sévère. "Même lorsque les fouilles étaient systématiques, on retrouvait du zamal ou tout autre objet sur les détenus", alors cette loi est venue carrément démunir le personnel de sécurité, surtout en l'absence d'installation de portiques.

Malgré la loi de 2009, les fouilles corporelles étaient tolérées, faute de texte d'application. Une loi théorique en somme. C'est une décision du Conseil d'Etat en juin dernier qui a obligé la Garde des Sceaux à émettre une circulaire ministérielle confirmant la loi votée quatre ans plus tôt.

"Que FO et la CGT arrêtent de berner le personnel"

Avec beaucoup d'ironie, David Calogine explique que certains détenus bien défendus, en métropole particulièrement, ont vite trouvé la parade en "se retournant contre le chef d'établissement", parce que ces derniers continuaient à fermer les yeux sur les fouilles systématiques.

Le syndicaliste fait appel à l'actualité de ces derniers mois pour démontrer que la fin des fouilles systématiques a sans doute facilité l'évasion spectaculaire de Redoine Faïd en avril dernier de la maison d'arrêt de Séquedin (département du Nord).

Fin des fouilles au corps: "Il faut que la CGT et FO arrêtent de berner le personnel"
David Calogine ne perd pas sa fibre syndicale en mettant ses confrères de Force ouvrière et de la CGT face à leur contradiction. "A FO, leur représentant national a voté pour la fin des fouilles mais leur représentant local est contre. Quant à la CGT, elle s'est abstenue au niveau national, ça revient à donner sa voix. Il faut que ces syndicats arrêtent de berner le personnel. A l'UFAP, on a voté contre", ajoute-t-il, alors que sur le terrain, une certaine unanimité semble prévaloir sur la poursuite des fouilles en attendant la mise à disposition des portiques. La même contradiction est à constater du côté des parlementaires, y compris Réunionnais, qui "ont voté pour la loi de 2009", se rappelle David Calogine. Certains seraient étonnés si on venait à le leur rappeler, croit-il savoir.

"Il y a trois semaines, des fouilles au centre de Saint-Pierre ont permis de trouver du zamal chez deux détenus. Sans ça, ils seraient passés sans problème", argumente-t-il. Mais la crainte de l'UFAP UNSA tient sur la nature plus dangereuse encore de ce qui pourrait être introduit un jour dans les prisons. "Ca pourrait créer des dommages collatéraux, chez les surveillants mais aussi vers les habitants voisins d'un centre pénitentiaire", envisage-t-il en forme d'avertissement.

-----
Que dit l'article 57 de la loi pénitentiaire du 24 novembre 2009 ?

Les fouilles doivent être justifiées par la présomption d'une infraction ou par les risques que le comportement des personnes détenues fait courir à la sécurité des personnes et au maintien du bon ordre dans l'établissement. Leur nature et leur fréquence sont strictement adaptées à ces nécessités et à la personnalité des personnes détenues.
Les fouilles intégrales ne sont possibles que si les fouilles par palpation ou l'utilisation des moyens de détection électronique sont insuffisantes.

Fin des fouilles au corps: "Il faut que la CGT et FO arrêtent de berner le personnel"
Vendredi 22 Novembre 2013 - 17:05
ludovic.grondin@zinfos974.com
Lu 1811 fois




1.Posté par chikon du FN974 le 22/11/2013 17:18
je suis d'accord avec l'unsa. Quand on a rien à se reprocher on a rien a craindre du toucher rectal. Au contraire (rire)

2.Posté par Moin la di le 22/11/2013 19:30
J'ai une solution pour éviter la fouille prendre un forfait illimité par appel d'offres chez un founisseur qui garantit de changer ou de réparer les portables gratuitement , et faire une livraison semaine de zamal par cellule comme cela plus de toucher rectal etc etc ni de portique plus de stress chez le personnel pénitencier qui mérite un plus de considération à lire le journal de ce jour à surveiller des individus danzéré dehors et pareil dans la zol ou ca y sava ?

3.Posté par David Asmodee le 22/11/2013 19:56
Tiens, tiens...des salariés commencent à comprendre que l'idéologie intégriste des syndicats n'est pas forcément compatible avec leurs intérêts.


4.Posté par Maton en France le 23/11/2013 03:57
Entre le syndicat patronal et celui des détenus lorsqu'ils se sentent acculés ils s'approprient ce vieil adage: Lorsqu'on veut tuer son chien, on dit qu'il a la gale !!!

5.Posté par X Y et Z le 23/11/2013 05:57
l'UFAP devrait surtout arrêter de berner les lecteurs, car un portique même hyper sensible ne détecte que le métal et surtout pas le zamal évidemment !
Du zamal qui sonne au portique ? l'UFAP l'a inventé dans sa petite tête étriquée
L'UFAP syndicat de droite qui rêve d'armer les surveillants et de faire des escortes policières, jaloux de ne pas avoir un pétard à la ceinture, qui rêvent comme des gamins de sirènes et de foncer avec le gyrophare sur les routes, ne cherche en fait qu'à dénigrer les autres syndicats et non à s'exprimer intelligemment.

6.Posté par Dimitri ALAIN le 23/11/2013 09:56
autant enfermé les gardiens et laissé les prisonniers libres bravo la justice , les lois et la garde des seaux de quoi ???????? je ne sais pas

7.Posté par lancien le 23/11/2013 14:06
Petite réponse pour "X Y et Z".
Qu'il est bon de se tenir informé des nouvelles technologies...
Un scanner corporel à ondes millimétriques est un type de scanner corporel destiné à assurer la sûreté dans les aéroports en permettant d'inspecter les passagers et de détecter les objets interdits dissimulés sous les vêtements sans avoir recours à la fouille corporelle. Il utilise la technologie des ondes radio millimétriques qui sont des rayonnements térahertz dénommés « rayons T ». Ils ont la propriété de pouvoir s'arrêter à la surface de la peau et de permettre de voir à travers les vêtements, faisant apparaitre le corps en trois dimensions. Grâce à cette technologie, tout est visible et on distingue parfaitement la silhouette, les volumes et les formes.

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales