Social

Fin de la grève au Quotidien


Fin de conflit entre les salariés du Quotidien et la direction. Les négociations se sont poursuivies ce matin, à partir de 10 heures, entre l'intersyndicale et les dirigeants du journal.

A l'issue de cette réunion, les représentants du personnel ont réuni les grévistes pour une assemblée générale où il a été décidé la fin du mouvement de grève.

Selon l'intersyndicale, la direction a accordé aux grévistes une augmentation, en moyenne, de plus de 5% des salaires à tous les salariés gagnant moins de 1,4 Smic et 500 euros de prime exceptionnelle, toujours pour les plus bas salaires.

Pour les salaires entre 1,4 SMIC et 3.000 euros, une prime exceptionnelle de 700 euros net est accordée, elle sera de 500 euros net pour les salaires au-dessus de 3.000 euros.

"C'est un combat qu'on a mené avant tout pour les bas salaires, à juste titre car certains étaient vraiment bas dans la grille. C'est une victoire dans le sens où la direction, qui était partie de très bas dans ses propositions, a revu sa copie", a estimé Yannick Bernadeau, porte-parole de l'intersyndicale. 

Si les journalistes ont signifié qu'ils allaient se remettre immédiatement au travail afin de permettre au Quotidien de sortir demain, cela risque de ne pas être suffisant. Les salariés de la société Run Presse, qui distribue le journal, sont eux toujours en grève...
Lundi 26 Juillet 2010 - 12:31
Lu 2957 fois




1.Posté par DRH le 26/07/2010 14:04
S'il y a des salaires à plus de 3.000 euros et qu'un journaliste de 20 ans d'expérience gagne 1.800 euros, c'est difficile à suivre...

2.Posté par réaliste le 26/07/2010 14:33
est ce que les 2 illustres parlementaires socialistes ainsi que la communiste y sont pour quelque chose dans cette victoire. Dites le nous vite syndicalistes du quotidien. Ainsi saurons nous à quelle porte frapper pour activer l'intégration des 1200 salariés de l'ARAST au conseil général et faire echec aux transferts clandestins et magouillés vers les 2 structures d'obédience douteuse pour berner la loi. Ces 3 là pourraient très rapidement régulariser par anticipation les décisions des tribunaux qui indubitablement trancheront en ce sens au vu de la victoire des salariés protégés. Ils sauveront probablement leur siège aux prochaines élections

3.Posté par Claude le 26/07/2010 15:15
Bravo ! On espère juste que ceux de Run Presse arriveront eux aussi à ce qu'ils veulent. Mais dans leur cas, c'est la direction du travail qui devrait y mettre son nez parce qu'on dirait qu'il y a beaucoup de choses à régulariser quand même...

4.Posté par BEN C K C LE QUOT le 26/07/2010 15:36
3 semaines sans travaii ça fait combien en moins sur le salaire !!!

5.Posté par oula le 26/07/2010 16:07
DRH, si vous êtes vraiment DRH, vous devez savoir ce qu'est le salaire d'un chef de service. Ce n'est pas si difficile à suivre, faites un effort...

6.Posté par Pasmoucate le 26/07/2010 16:10
Pour DRH: un exemple très simple le mien: je suis journaliste au Quotidien depuis environ 30 ans (donc mieux que 20) et je dépasse le cap des 3000 euros (y compris les 20% d'ancienneté) d'un peu moins de 100 euros.

7.Posté par hoareau jean-luc le 26/07/2010 16:13
Qu'en est-il des jours de grève? Payés ou pas? Ce qui changerait pas mal de chose

8.Posté par misouk le 26/07/2010 17:38
@ 7
Pas payés.

9.Posté par Paul JUNOT le 26/07/2010 18:15
les parlementaires ont probablement été pour quelque chose, mais c'est surtout la solidarité des salariés, leur capacité d'organisation du mouvement, la clarté des revendications et la faisabilité des demandes qui expliquent cette victoire des grévistes. N'en déplaise au DRH et autres défaitistes, fatalistes, résignés, et autres adeptes de la soumission servile, un combat bien préparé où la démonstration factuelle de la faisabilité est exposée clairement , conjuguée à une forte mobilisation, ne peut qu'aboutir favorablement pour les salariés.
D'où la nécessité de bien préparer le terrain pour la solidarité et la mobilisation, la nécessité de bien préparer son dossier pour la partie technique juridique et économique et bien se préparer sur le plan psychologique pour résister aux pressions s'exerçant pendant la gréve et bien gérer toutes les tensions qui ne manquent pas de naitre dans ces moments difficiles.

10.Posté par PECPEC le 28/07/2010 01:49
des jours de grève payées cela n'existe pas
En plus quand on n'est dans un contexe délicat on oublie un peut la grève pour au moins survivre.
Pierrot connais bien le quotidien, c'est là qui à débuté, sati très bien comment marche l'entreprise ! ! ! !

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales