Economie

Fin 2013, le secteur privé à La Réunion employait 139.400 salariés

La Dieccte Réunion publiera désormais un bulletin trimestriel intitulé "conjoncture" qui présentera les données sur les évolutions du marché du travail, les politiques publiques en matière d'emploi et l'emploi salarié dans le secteur privé. Voici les informations du premier numéro:


Fin 2013, le secteur privé à La Réunion employait 139.400 salariés
Au cours du dernier trimestre 2013, 1.200 demandes de rupture conventionnelle ont été adressées à la Dieccte, soit 1,1% de moins que le trimestre précédent. On observe une relative stagnation du volume des demandes depuis près de deux ans.

Le nombre d’accords collectifs enregistré, au 1er trimestre 2014, auprès de la DIECCTE augmente de 12,8 % en glissement annuel. Près de 20 % de ces accords se rapportent aux salaires ou aux primes. Un quart des accords collectifs sont passés dans le secteur d’activité du commerce ou de la réparation automobile. Les secteur de l’industrie manufacturière enregistre le plus grands nombre d’accords.

Près de 440 millions de biens ont été importés au 4eme trimestre 2014. Les importations de produits pétroliers restent prépondérantes mais en recul de 12 % par rapport au 3eme trimestre 2013. L’Asie et l’union européenne sont nos principaux partenaires commerciaux. Ils représentent 62 % des nos exportations et 80 % de nos importations.

L’emploi salarié du secteur privé enregistre une hausse au 4e trimestre 2013 (+ 0,3 %). Fin décembre, le secteur privé emploie 139 400 salariés, un effectif stable par rapport à la fin 2012. L’augmentation des effectifs enregistrée au second semestre, portée notamment par le développement des emplois d’avenir, a permis de compenser la con-traction de l’emploi du début de l’année.

La tertiarisation de l’économie réunionnaise se poursuit avec une augmentation trimestrielle de 0,6 % des emplois de service. Désormais, la moitié des salariés du secteur privé sont employés dans les services.

20 % des salariés travaillent dans le commerce (hors Hôtels-cafés-restaurants). Les chiffres du secteur enregistrent une légère baisse ce trimestre.
Après six trimestres de baisse continue, l’emploi salarié dans le BTP se stabilise. Plus de 1 200 emplois ont disparu en deux ans dans le secteur qui représente désormais moins de 10 % de l’ensemble des effectifs salariés .

L’emploi salarié dans l’industrie enregistre une stabilité ce trimestre et garde le niveau qui était le sien en 2008. Le secteur de la métallurgie connaît une progression sensible de ses effectifs (+ 2,7 %) sans pour autant retrouver son niveau de fin 2012.

Fin mars 2014, 132 290 réunionnais sont inscrits à Pôle emploi en catégorie A (en recherche active, disponible et sans emploi), soit une baisse de 0,6 % par rapport au trimestre précédent. Sur un an, leur nombre de demandeurs d’emploi de catégorie A est en légère baisse (- 0,1 %). Le nombre de demandeurs d’emploi en recherche active (DEFM A,B,C) diminue également ce trimestre (- 0,3 %).

Le chômage de longue durée continue de progresser. Fin mars 2014, 85 880 demandeurs d’emploi, inscrits en catégorie ABC depuis plus d’un an a augmenté 6,2 % sur un an. Il représente désormais 56,5 % de l’ensemble des demandeurs d’emploi contre 38,8 % cinq ans auparavant.

Le nombre de demandeurs d’emploi de moins de 25 ans, porté par différentes mesures d’incitation à l’embauche (contrats aidés, emploi d’avenir) ou de formation, affiche à nouveau une baisse sensible ce trimestre (- 4,1 %). Au 1er trimestre 2014, les jeunes représentent 16,1 % des inscrits à Pôle emploi soit 3,2 points de moins que cinq ans auparavant.

Par contre, le nombre de demandeurs d’emploi âgés de 50 ans ou plus continue à croître ce trimestre (+ 2,6 %), un nombre en constante augmentation depuis plus de cinq ans. Les seniors représentent 20,0 % des demandeurs d’emploi contre 11,4 % cinq ans plus tôt.

Outil de prévention des licenciements économique, l’activité partielle se traduit au 4e trimestre 2013 par une hausse significative des paiements (+ 18,3 % en glissement annuel) et une augmentation des heures consommées cumulées depuis le début de l’année. 21 entreprises ont sollicité, au 4ème trimestre, le paiement de près de 6 200 heures d’activité partielle.

Fin mars, plus de 14 800 personnes bénéficient d’un CUI. Les entrants représentent près du tiers des bénéficiaires. 80 % des contrats sont des nouvelles entrées et 20 % des renouvellements. La durée des contrats est en hausse significative (9,5 mois en moyenne contre 6,7 mois en 2013)
58,3 % des bénéficiaires possèdent un niveau de qualification inférieur au CAP.

Nouvelle mesure pour faciliter l’insertion professionnelle des jeunes et améliorer l’accès à la qualification, les emplois d’avenir sont entrés en vigueur fin 2012. Fin mars 2014, plus de 3 000 jeunes sont bénéficiaires d’un emploi d’avenir dont une grande majorité en secteur non marchand.
Seuls 76 contrats ont été financés fin mars 2014. La structure de l’appareil économique réunionnais, où les petites et moyennes entreprises sont peu nombreuses, ne favorise pas la conclusion de nombreux contrats de génération.

2 900 jeunes sont en contrat de professionnalisation au 1er trimestre 2014. On enregistre une forte diminution des nouvelles entrées ce trimestre. La grande majorité des contrats est signé dans le secteur tertiaire. Les entreprises de moins de 10 salariés constituent le vivier principal pour les jeunes en contrat de professionnalisation.
Lundi 12 Mai 2014 - 09:33
Lu 874 fois




1.Posté par noe le 12/05/2014 10:36
C'est pas mal !
Mais on pourrait faire mieux s'il y avait de vrais bosseurs !

2.Posté par jean-jacques le 12/05/2014 11:37
Avec un taux de chômage record on a à la réunion 2 salariés du privé pour 1 fonctionnaire ( 139000
salariés pour 67000 fonctionnaires ) alors que ce ratio est de 3 salariés pour 1 fonctionnaire pour la France ( 15,9 millions de salariés du privé pour 5,2 millions de fonctionnaires).
Pour arriver au ratio métropole il faudrait supprimer environ 20000 postes de fonctionnaires ce qui
n'est évidemment pas envisageable socialement car dans un DoM il faut un niveau de services publics comparable à la moyenne nationale ,mais ce ratio illustre par contre le très haut niveau de dépendance de la société Réunionnaise par rapport à la Métropole qui est le revers du statut départemental , une dépendance économique très élevée associée à un taux de chômage lui aussi très élevé.
Une situation bancale qui semble contenter tout le monde finalement.

3.Posté par William le 12/05/2014 12:23
Combien précisemment dans le secteur public ?
Augmentation dans le secteur public ?

4.Posté par Thierry le 12/05/2014 14:52
Tant que rien ne sera fait pour que l'Argent de l'économie locale ne reparte pas systématiquement à l'extérieur ... "pisser dans une passoire" vous savez ce que cela veut dire ... là, il n'y a même pas de passoire...

L'argent des matières premières du BTP, des grandes surfaces (courses), du carburant, etc... n'est pas réinjecté dans l'économie locale. Chaque euro gagné par le rare travailleur ou le bénéficiaire d'aides sociales plus nombreux repart dans le circuit vers l'extérieur ... un système aux rouages bien dessinés ... en bandes organisées sous l'oeil vigilant des institutions "on laisse passer SVP". On vide les vaches laitières grasses ou maigres jusqu'à sec...

Une solution contre cette économie de "l'argent" le troc, les échanges, etc... mais l'Etat veille au grain et d'un mauvais oeil... et nous-mêmes, cela ne nous intéresse pas ... le "m'as-tu vu" passe moins bien".

5.Posté par Tanbi le 12/05/2014 15:17
Ce qu'il faut ajouter c'est que la fonction publique d'Etat (hors enseignement) et hospitalière est largement sous représentée à la Réunion. Seule la fonction publique territoriale à un taux d'agent par habitant supérieure à la moyenne nationale. Mais elle compte un nombre très important de précaire.

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales