Economie

Filière "paysage": Les collectivités invitées à ne pas contribuer au travail au noir

Ce mardi, l’Unep présentait un séminaire sur le thème "croissance verte et emploi durable" afin de sensibiliser les collectivités et donneurs d’ordres à la notion de "juste prix. "


L'Unep animait ce matin un séminaire visant à lutter contre l'économie souterraine dans le secteur "paysage".
L'Unep animait ce matin un séminaire visant à lutter contre l'économie souterraine dans le secteur "paysage".
50% du chiffre d’affaires de la filière « paysage » serait issu du travail illégal. Cette économie souterraine représenterait ainsi 20 millions d’euros et empêcherait la création de 250 emplois. Un fléau que l’Unep (Union nationale des entreprises du paysage) avait déjà tenté de combattre par le biais de la signature d'une charte en 2014.

Dans la même optique, Jean-Louis Bédier, le président de l’Unep Réunion, animait ce mardi un séminaire dans l'ouest de l'île, en partenariat avec la Dieccte, la CGSS et le RSI. Objectif : sensibiliser et informer collectivités et donneurs d’ordres sur le respect des règles en vigueur.

Pour Jean-Louis Bédier, cette économie informelle pose d’abord un problème d’ordre social : « Les personnes non-déclarées n’ont pas la pérennité de l’emploi, ni les formations ». A cette précarisation du travail s’ajoute la problématique de la prise en compte de la santé et de la sécurité du travailleur.

"Une concurrence déloyale"

Au-delà de l’aspect social, le travail illégal pénalise de fait les entreprises qui œuvrent, elles, dans les règles. « Certaines collectivités continuent de donner la préférence à des offres anormalement basses, souligne Margie Sudre, la présidente du HCCP Réunion (le Haut conseil de la commande publique). Mais si elles sont si basses, c’est bien souvent en raison de travailleurs non-déclarés. C’est de la concurrence déloyale ! »

Un constat réaffirmé par Alain le Poupon, le président de la Dieccte :  « Souvent les donneurs d’ordres sont dans une recherche d’argent immédiat. Mais en-dessous d’un certain prix, ce n’est pas possible de travailler dans la légalité ». Tout l’enjeu est alors d’inciter les donneurs d’ordres à mettre en œuvre leur vigilance et à privilégier le mieux-disant au moins-disant. L'Unep travaille également sur une éventuelle mise en place d'un badge pour les salariés. 

A la Réunion, le secteur des métiers du paysage compte 240 entreprises et 500 salariés déclarés.  
Mardi 3 Novembre 2015 - 17:08
marine.abat@zinfos974.com
Lu 1211 fois




1.Posté par marko le 03/11/2015 16:36
Les "gros bras" envoyés par Marco pour tabasser les plus faibles sont-ils employés "au noir" ?

Le peuple veut savoir !

2.Posté par John le 03/11/2015 17:32
J'y étais top !

3.Posté par kirikou aime etre au vert sans les moustiques le 03/11/2015 18:38 (depuis mobile)
Les emplois verts de la Région sont-ils une concurrence déloyale? Les 10 000 emplois verts travaillent ils?

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales