Société

Filets aux Roches Noires : La mairie se donne trois semaines de réflexion

La mairie de Saint-Paul se donne encore trois semaines avant de tirer un bilan sur le dispositif de filets créant une zone de baignade sécurisée aux Roches Noires. Avant peut-être de le répliquer à Boucan Canot…


 
Les plagistes sont priés de rester sur le sable blanc en cette belle journée de mardi. Et pour cause, un courant assez fort est venu leur rappeler une menace plus ordinaire : celle d'être pris dans les vagues.

Sur les deux mâts dressés à côté du poste des maîtres nageurs sauveteurs, seul le drapeau rouge "ordinaire" flotte au vent. Le drapeau du "risque requin" restera lui dans les tiroirs.

Après une semaine d'expérimentation, Eric Pesnel, responsable des plages de la ville de Saint-Paul, rappelle les attendus du dispositif de filets. "Je précise encore une fois qu'il ne s'agit en aucun cas d'un filet anti-requins mais d'un filet qui, si un squale venait le toucher, ferait immerger les bouées. Auquel cas, le signal serait donné immédiatement par les observateurs".

Un effectif doublé

Justement, à côté des traditionnels MNS, prennent place désormais des "observateurs". Par définition, "leur tâche est restreinte à la surveillance des eaux 'autour du filet'", précise-t-il. Ce matin, les quatre observateurs ont quitté plus tôt que prévu le site.

La décision est prise vers 10h : "le dispositif ne sera pas établi à cause du courant", poursuit Eric Pesnel. "On pense à alourdir la charge qui fixe les bouées, afin de créer une plus forte résistance du filet à la houle", complète Sébastien Guiltat, sauveteur.

"En plus des quatre MNS réglementaires à chaque poste, ce sont au minimum trois observateurs qui doivent être présents", quatre quand tout le monde est présent, affirme le responsable des plages. "Le dispositif sera amélioré", juge, optimiste, Eric Pesnel qui entrevoit même la création de sa réplique à Boucan Canot. Non sans poser des questions d'ordre environnemental et technique.

Agrandir le filet existant

"Le fond de Boucan n'est pas sablonneux contrairement à Roches Noires". D'où un empiètement à prévoir sur du corail. Pas une mince affaire donc et l'aval des autorités environnementales comme la Réserve marine est à obtenir avant tout travaux.

Depuis mardi dernier, la plage des Roches Noires a été rendue aux baigneurs environ un jour sur deux. Devant la relative déception des plagistes quant à la taille de la zone de baignade (environ 50x30 mètres), les petites mains s'activent. "Certains de mes collègues doivent en ce moment même confectionner une autre partie du filet pour pouvoir agrandir l'existant", poursuit le sauveteur.

"Nous sommes dans une phase expérimentale", ajoutera Eric Pesnel. "Ce que font les Sud-Africains ou les Australiens, nous on le découvre aujourd'hui…".  

Filets aux Roches Noires : La mairie se donne trois semaines de réflexion

Filets aux Roches Noires : La mairie se donne trois semaines de réflexion
Mardi 8 Novembre 2011 - 14:59
ludovic.grondin@zinfos974.com
Lu 1915 fois




1.Posté par vipère le 08/11/2011 15:02
c'est pathétique

2.Posté par Merci!! le 08/11/2011 15:45
Merci les MNS pour vos efforts et pour ce filet....NE BAISSEZ PAS LES BRAS..........ON VOUS SOUTIENS TOUS!!!!!!!!!!

3.Posté par le boucher le 08/11/2011 17:01
Ben quoi ? C'est un faux filet,qui ne permet pas au requin de se faufiler .

4.Posté par responsabilité... le 08/11/2011 18:21
Filet mis en place sur l'idée des sauveteurs. Même si l'initiative est louable, si accident il y a, est-ce à la mairie d'endosser la responsabilité étant donné qu'elle se laisse un délai de réflexion de 3 semaines preuve en est qu'elle doute de l'efficacité du procédé.

De plus, laisser des M.N.S. "tricoter" des filets qui ne sont pas anti-requins je suis assez dubitatif. Je comprends leurs frustration mais ne serait-ce pas à la mairie de fournir des filets dignes de ce nom.

Si j'ai bien compris le fonctionnement, quand un requin surgit et se prend dans le filet, les bouées coulent et l'évacuation des baigneurs est activé. Mouais!Pourquoi ne pas mettre des clochettes sur les bouées au point où on en est!

Si les sud africains et les australiens gèrent ce genre de situation depuis des années, il est incompréhensible qu'à st paul on soit en phase expérimentale. On devrait être pluôt en phase de duplication.

Je n'ai pas de solution mais être parqué dans une mer où on aime se sentir en liberté très peu pour moi.


5.Posté par noe1 le 08/11/2011 18:35
Quand on veut tuer son chien on dit qu'il a la gale !
Quand on veut tuer du requin on dit qu'il attaque ?

Il n'y a jamais eu d'attaques de requins ...ce sont des conneries colportées par quelques esprits haut de couleur ....voulant mettre les créoles contre nos frères métros ...du racisme larvaire , de la jalousie morbide ....

Pour éviter des enquêtes , on accuse les requins ....

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales