Société

Ferme aquacole : Le plan de sauvegarde prolongé jusqu'au 13 février


A l'initiative du président du tribunal de commerce de Saint-Denis, le dirigeant et les quatre salariés de la ferme aquacole étaient convoqués aujourd'hui afin de faire un point d'étape sur l'état de santé de l'entreprise.

Suite à l'annonce, le 12 septembre dernier par Patrick Hoareau, président de la Société aquacole des Mascareignes (Sam), de la fermeture de la ferme aquacole, la société a été placée sous sauvegarde à la demande des actionnaires. Deux mois après cette décision de justice, il a été décidé aujourd'hui de prolonger la période de sauvegarde jusqu'au 13 février 2013. A cette date, le tribunal de commerce décidera, soit de valider le projet de reprise, soit de placer la Sam en liquidation judiciaire.
 
L'aquaculture, "une filière d'avenir"

Une décision qui satisfait à la fois le président de la Sam et ses salariés, qui portent un projet de reprise. Pour Patrick Hoareau, cette "prolongation" va permettre aux futurs actionnaires "de finaliser le business plan et valider tout le pack d'actionnaires". Pour lui, "la filière a de l'avenir et ça aurait été dommage que l'on perde le seul élevage d'aquaculture à la Réunion".

Il est par ailleurs revenu sur cette fameuse conférence de presse où il avait convoqué tous les médias pour annoncer la fermeture de la Sam, alors que les salariés n'avaient pas été prévenus. D'après Patrick Hoareau, le but était de faire "un électrochoc". Une annonce qui d'après lui a aidé le projet de reprise... Les salariés ne semblent pas du même avis et admettent que cette annonce "a jeté un gros froid" entre les deux parties.

"Soulagés" mais "vigilants"

Le projet de reprise, dont l'administrateur judiciaire examine la faisabilité, semble en bonne voie. Les trois salariés "sont soulagés" par ce nouveau délai, qu'il considèrent comme "des signaux positifs". "Cela va nous permettre de finaliser notre travail mais nous restons vigilants, assure Pascal Parisse, un des trois techniciens-plongeurs. L'enjeu, ce n'est pas seulement nos emplois, c'est surtout la filière aquacole".

D'ici le 13 février, les salariés devraient lever le voile sur leur projet, leurs actionnaires et le montant qu'ils sont prêts à investir. Pour le moment, les trois possibles repreneurs se contentent d'expliquer qu'ils sont soutenus par "un groupe à compétence multiple" et qu'ils entendent "faire mieux" que leurs prédécesseurs. Et différemment. Ils ne seront définitivement soulagés que lorsque leur projet de reprise aura été validé. Rendez-vous le 13 février.
Mercredi 21 Novembre 2012 - 17:07
Lu 1294 fois




1.Posté par noe le 21/11/2012 16:27
C'est cette "ferme" qui attire les requins depuis des siècles ...alors pourquoi la garder ?
Elle déguise l'endroit ...

2.Posté par Didier Moulbite le 21/11/2012 16:41
Une filière d'avenir ? MON CUL

3.Posté par SAUVER LA NATURE EN PERIL !!!!! le 21/11/2012 16:55
L’impact économique dans la région : un vivier d’emplois ! L’agriculture biologique de poissons possède un potentiel très important en termes d’emplois car les tâches pour prendre soin des animaux sont nombreuses et demandent un personnel très qualifié que ce soit à la ferme marine où sont gérés les géniteurs ou à l’écloserie où grandissent les alevins et surtout sur les sites où sont les cages. Il faut nourrir les poissons tous les jours, vérifier l’état des filets, gérer les tailles des individus, gérer la mise en caisse et l’expédition vers les clients à travers le monde .Bravo à nos trois amis ! La Réunion a besoin d'eux !

4.Posté par pokpok le 21/11/2012 17:33
J'espère qu'ils continuerons a pécher le requin pour protéger les plongeurs et la lombrine ds le cages. Il faudrait qu'ils en pêchent plus pour éventuellement protégers des gens.

5.Posté par Didier Moulbite le 21/11/2012 18:49
3.Posté par SAUVER LA NATURE EN PERIL !!!!!


Je traduis votre propos :

SAUVER MA POMPE A FRIC EN PERIL !!!!!!!

6.Posté par Réunionnaise avertie le 21/11/2012 21:21
ZINFOS974 et le JIR il y a quelques mois avaient soulevé le couvercle de la marmite des subventions perçues par cette structure polluante protégée par des filets, véritable scandale attire requins à chaque nourrissage de poissons survitaminés que les Réunionnais n'achètent pas !!!

7.Posté par Ali kidateur le 22/11/2012 01:02
Oui c'est ça, une filière d'avenir qui a toujours été dans le rouge, n'a jamais dégagé un euro et qui d'après tous les spécialistes (sauf quelques vendus) est un aimant à requins bouledogues, les plus dangereux du monde pour l'homme. Donc de la belle mise en danger délibérée de la vie d'autrui avec des poissons d'élevage dont personne ne veut à la Réunion. Désolé pour ces trois salariés mais leurs emplois ne justifient pas de mettre en péril des vies.

ARDA : panier de crabes

Horreur écologique : poissons nourris à... la farine animale de poissons et en quantité industrielle : un non-sens.

Horreur économique : un aspirateur à argent public, une pompe à subventions pour combler les déficits chroniques (la ferme n'a jamais gagné un centime d'euro)

Horreur éthique : mise en danger des baigneurs et pratiquants d'activité nautiques (tourisme : en voilà des sources d'emplois).

Cette ferme est une aberration et ne tient son existence que de sa capacité à pomper l'argent des contribuables tout en les mettant en danger.

=> LIQUIDATION

8.Posté par Fermez la ferme ! le 22/11/2012 10:27
Il faut fermer cet aimant à requins !
Même si elle était rentable, cette ferme, par le danger qu'elle represente, devrait quand même etre fermée.

9.Posté par Job le 22/11/2012 18:49
Aimant à requins, arrête les blagues et si tout simplement les pêcheurs reprenait la pêche des requins comme jadis, je pense que nous aurions moins de c vilaine bébête sur nos cotes.la ferme c facile.......
À QUI RAPPORTE CES REQUINS AUJOURD'HUI ?

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales