Social

Fed’Action : "Les petits industriels de l’alimentaire sont amenés à disparaître"

La nouvelle loi de Modernisation de l’Economie votée récemment par les députés à l’Assemblée nationale, et qui relève le seuil d’autorisation d’implantation des surfaces commerciales de 300 à 1.000 mètres carré, marque la fin des industriels en alimentaire selon Ibrahim Patel, président de l’association Fed’Action (Fédération Départementale des Associations d’Artisans, de Commerçants et de Travailleurs Indépendants Organisés de la Réunion). D’autre part, le chômage rampant, lié à la crise économique globale, contribuera à asphyxier l’économie réunionnaise.


Fed’Action : "Les petits industriels de l’alimentaire sont amenés à disparaître"
Ibrahim Patel président de Fed'Action, s’est montré très inquiet hier lors de sa conférence de presse. La nouvelle loi de Modernisation de l’Economie met selon lui en péril les industriels réunionnais du secteur alimentaire." Entre 2009 et 2014, c’est plus de 25.000 mètres carrés de surfaces supplémentaires qui sont prévus par le groupe Leclerc".
Avec l’arrivée de Leclerc l’année prochaine, qui d’ailleurs vient tout juste de négocier de nouveaux tarifs encore plus bas avec ses fournisseurs, les petites surfaces ont vraiment du souci à se faire."Ils ne vont pas survivre bien longtemps. Je les invite à travailler en flux tendu au maximum, et de réfléchir à une stratégie d’attaque, face aux grands groupes qui les grignotent tout doucement. Le concept Leclerc n’est de toute façon pas adapté à la condition économique réunionnaise", dénonce le président de Fed'Action.
De plus, ce même groupe importera l’intégralité de sa marchandise, et ne réinjectera donc pas d’argent dans l’économie locale. Par exemple, ses boites de boissons gazeuses seront commandées à Dubaï.
Par ailleurs, Ibrahim Patel se préoccupe aussi de l’arrivée probable du groupe allemand "Lidl" qui est actuellement en prospection sur l’île, et qui risque tout autant de contribuer à la mort des petites entreprises alimentaires."Ce gros groupe projette lui aussi de créer plus de 25.000 mètres carré de surfaces de vente en alimentaire. Si les politiques les laissent faire, c’est la mort assurée des commerces indépendants ".
Certes, la conjoncture actuelle et l’évolution de l’économie globale imposent les règles: les plus gros écrasent les plus petits…"La nouvelle loi de Modernisation de l’Economie veut avant tout donner plus de pouvoir d’achat aux consommateurs, en leur donnant le choix entre différents modes de distribution, et en multipliant le nombre d’opérateurs, pour que les distributeurs soient en concurrence et baissent leurs prix…"(extrait du rapport du ministère de l’économie).
Sachant que ce sont les petites entreprises qui embauchent à hauteur de 85% sur notre île, l’offre d’un plus grand pouvoir d’achat s’adresse à qui, si ces mêmes consommateurs sont au chômage ?
Vendredi 12 Décembre 2008 - 07:18
Karine Maillot
Lu 507 fois




1.Posté par Kikose le 12/12/2008 07:57
Je comprends la réflexion de Monsieur Patel. La question que je me pose est plus que veulent nos élus? Sont-ils capables de défende le commerce de proximité et aussi une certaine image du "quartier" . Sans faire l'apologie d'une société plus qu'une autre, je dois reconnaître qu'en Thaïlande il y a peu de grandes surfaces et plein de petite boutique de proximité, un peu comme nous en 1960. Alors pourquoi nos élus ne favorisent-ils pas le petit commerce de proximité ? La société dans laquelle s'engouffrent nos représentants en copie conforme de la métropole est destructrice de la vie de quartier et favorise aussi la délinquance. De toute façon, nous n'avons de réel projet de société ici, mais que du copié-collé...

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales