Faits-divers

Faux banquiers et faux placements : 1,7 millions d'euros de préjudice


Faux banquiers et faux placements : 1,7 millions d'euros de préjudice
Hier, a eu lieu la deuxième instance d'une escroquerie à 2 millions d'euros et qui a fait 113 victimes. En 2002 naît Presta services, entreprise de placement de fonds. A sa tête, Karin Gigan et son concubin, Jean-Marc Simone. Tous deux se prétendent banquiers et proposent à leurs clients de placer leur argent avec un taux d'intérêt de 20% par trimestre.

Le rêve s'avérera être un cauchemar, puisqu'ils ne retrouveront pas les sommes versées initialement. Certes, les premiers clients reçoivent leurs intérêts à la fin du semestre, financés par les nouveaux clients. Ceux-ci affluent, et leur argent aussi, remplissant les poches des deux arnaqueurs qui en profitent pour mener la belle vie. Voitures neuves pour Karin Gigan, PMU pour Jean-Marc Simone, travaux dans leur maison, séjours dans des hôtels, restaurants et remboursement de dettes... Ce qui était destiné à être placé en bourse finit dans le luxe que se permettent les deux acolytes.

Avec quelques 200 clients, l'arnaque prend de l'ampleur. C'est finalement le Crédit Agricole, banque de Presta services, qui finira par suspecter la fraude en observant les mouvements suspects sur le compte de l'entreprise. Elle finit d'ailleurs par couler avec tout l'argent qui est débité pour les remboursements et pour les dépenses du couple. En tout, les dégâts touchent 113 personnes et sont estimés à 1,7 millions d'euros.

Karine Gigan, trop naïve ?

Après une première instance le 25 juin dernier, hier se déroulait la deuxième instance. Les deux prévenus se sont accusés tour à tour : Karin Gigan plaidant son innocence a expliqué qu'elle avait été "trop naïve" - cite la presse -, se laissant embarquer dans une escroquerie qu'elle croyait légale. Jean-Marc Simone lui avoue avoir été à l'instigateur de l'arnaque, mais accuse son ex-épouse d'avoir "tout géré et décidé", cite le Jir

Karin Gigan a rejeté la sentence de 4 ans de prison, décidée en première instance. Pour elle, c'est "une peine excessive". Pour sa défense, elle explique à la Cour qu'elle a toujours été habituée à un certain train de vie, et qu'elle n'avait pas besoin de cet argent. "Je ne suis pas d'une famille pauvre", argumente-t-elle. Et pourtant, ce sont bien de 1,7 millions d'euros de gens un tant soit peu crédules dont elle a profité... "Je porte tous les clients dans mon cœur", a conclu la prévenue, sous les moqueries de la salle.

Le jugement a été mis en délibéré au 11 février prochain.
Vendredi 29 Janvier 2010 - 10:58
Johanne Chung To Sang
Lu 1965 fois




1.Posté par nicolas de launay de la perriere le 30/01/2010 00:48
ne faut il pas être "con" pour croire que des placements rapporte 20% par trimestre?

2.Posté par Besson Laurence le 10/03/2010 17:29
Naïve !!!? Pas d'une famille pauvre !!!? De qui se moque-t-on ! On dirait que c'est elle la victime. C'est pourtant bien de l'égoïsme que de laisser tout seul, un gamin qui n'a même pas 10 ans. M.Simone à finalement eu l'honnêteté de reconnaitre ses responsabilités !! C'est déjà ça... Mais de son côté à elle, pas de remord pour personne... 2 ans, ce n'est pas assez pour la gérante de cette société.

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Samedi 10 Décembre 2016 - 09:45 Saint-Louis: Un conducteur heurté par un bus

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales