Politique

Faut-il comptabiliser les votes blancs et nuls ?

Dimanche 6 Mai 2012 - 09:34

Faut-il comptabiliser les votes blancs et nuls ?
En France, les votes blancs et le votes nuls sont comptabilisés lors du dépouillement mais ne sont pas pris en compte et n'apparaissent pas dans les résultats officiels. Pour savoir combien d'électeurs ont choisi la voie du nul ou du blanc, il faut se lancer dans un petit calcul mathématique: le nombre de votants moins les suffrages exprimés. Par exemple, dans notre île, sur les 578.409 électeurs, 373.687 sont allés voter pour au final 364.085 suffrages exprimés. On peut donc dire que 9.602 Réunionnais ont voté blanc ou nul au soir du premier tour.

En aucun cas on ne peut différencier les votes blancs ou nuls. Le vote blanc consiste à déposer dans l'urne une enveloppe contenant un bulletin sans nom. Quand au vote nul, il correspond à des bulletins déchirés ou annotés. Ces votes peuvent être interprétés comme un refus du citoyen de s'identifier à tel ou tel candidat.

Depuis plusieurs années, des voix s'élèvent pour demander la prise en compte des votes blancs. Associations ou encore Parti du vote blanc la réclament. L'idée a même été défendue par certains partis centristes, notamment le MoDem. Le 30 janvier 2003, le groupe UDF (ndlr : devenu MoDem) de l'Assemblée Nationale met à l'ordre du jour une proposition de loi visant à intégrer les votes blancs dans la catégorie des suffrages exprimés. Mais la majorité UMP a transformé ce texte ne retenant que la distinction entre bulletins blancs et bulletins nuls.

Certains voient dans la prise en compte des votes blancs ou nuls, plus de démocratie, mais également la possibilité de voir les votes vers les extrêmes baisser, votes considérés comme contestataires.

"Le vote blanc pourrait devenir un outil dangereux"

Dans la réalité, appliquer la prise en compte du vote blanc poserait un problème sur les élections à la proportionnelle. De plus, pour une élection du type législative, la prise en compte du vote blanc ou nul diminuerait les chances de voir une élection au premier tour car augmentant le seuil de la majorité absolue, explique le Conseil constitutionnel.

Se pose également la question de la légitimité du candidat. "Le vote blanc pourrait devenir un outil dangereux", souligne le site internet Rue 89. En effet, si un candidat est élu demain avec 40% des voix contre 35% pour son adversaire, mais que les blancs ou nuls représentent 25%, l'élection en serait fragilisée et l'élu pas en position de force.

Dans le monde, seuls quelques pays ont pris en compte le vote blanc comme la Suisse, l'Espagne, la Suède et certains pays d'Amérique du Sud, mais la liste n'est pas bien longue. Reste à savoir, pour ce second tour, quelle sera la proportion de votants s'abstenant, choisissant le nul ou le blanc, plusieurs candidats ayant appelé à voter dans ce sens.
Lu 1611 fois



1.Posté par Lor-hein ! le 06/05/2012 09:53

OUI !

2.Posté par Anonymoux le 06/05/2012 08:06

Le vote blanc est un acte de citoyen qui va voter mais qui montre son désaccord face à la politique proposée. Il doit être comptabilisé car le citoyens s'exprime.

3.Posté par noe 2012 le 06/05/2012 10:38

Les votes blancs ou nuls doivent être comptabilisés sur le gagnant !

Ceux et celles qui ne veulent pas se déplacer pour voter doivent payer une amende de 100 € pour les frais occasionnés ... A partir de 4 "non vote" , on les radie des listes électorales ....et ils n'auront pas le droit d'entrer dans les débats politiques (on fait cela pour les criminels) ...

4.Posté par Ray_au_Port le 06/05/2012 10:54

Toujours on nous demande de choisir entre la peste et le choléra.

Subséquemment, nous ne prenons rien du tout ! ! !

5.Posté par justedubonsens le 06/05/2012 11:04

Oui le vote blanc admis en suffrage exprimé serait une avancée démocratique. Actuellement nous avons des élus qui ont obtenu la majorité des suffrages exprimés (hors votes blancs et nuls), mais en réalité ils n'ont pas bénéficié de la majorité des électeurs votants. On peut considérer à ce titre qu'ils ne représentent pas la majorité des suffrages (votants) et n'ont donc pas de légitimité nationale. Si certains pays ont réussi à accepter le vote blanc (et seulement blanc non nul) c'est que le système peut fonctionner. Mais les politiques français ne sont pas prêts à accepter ce risque de ne voir aucun candidat élu au second tour faute de majorité reconnue. C'est donc bien une atteinte à la démocratie puisque l'on n'admet pas qu'un électeur puisse manifester son refus dans les candidats déclarés ou dans leur programme ! Il est très vraisemblable que nombre d'abstentions sont le fruit de cette absence de reconnaissance du vote blanc.

6.Posté par Ah quelle bande de krapules !!! le 06/05/2012 11:20

Evidemment que le vote blanc est dangereux ! mais dangereux pour qui ? Dangereux pour les partis de mer** ! C'est la raison pour laquelle aucun parti politique honnête ne présentera un tel projet.

7.Posté par Bertrand le 06/05/2012 12:04

oui il doit compter

quand on nous dit un tel est élu avec 52 % alors en réalité c'est 52 % de 30% de votants par exemple
la réalité de la représentativité doit être juste

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter