Municipales 2014

Faut-il bannir les sondages à l'approche de l'élection ?


Faut-il bannir les sondages à l'approche de l'élection ?
Ils alimentent, dans la dernière ligne droite, les conversations des électeurs et militants. Pour les candidats aux municipales, soit ils les confortent, les découragent ou les révoltent. Nous faisons ici référence évidemment aux sondages politiques. Nous avons interrogé des candidats de différentes tendances politiques ainsi que des électeurs sur l'influence qu'allaient jouer les estimations des résultats du 1er tour dans la suite de leur campagne pour les uns et leur bulletin pour les autres :

Nazir Valy à Saint-Pierre fait confiance à la logique du terrain. Il donne rendez-vous pour de vrais résultats le 23 mars
Nazir Valy à Saint-Pierre fait confiance à la logique du terrain. Il donne rendez-vous pour de vrais résultats le 23 mars
Nazir Valy (PCR - Liste de rassemblement pour le renouveau à Saint-Pierre) : "D'une manière générale, les instituts et les médias devraient s'abstenir d'annoncer de tels chiffres avant les élections. Ce qui se passe sur le terrain contredira tous ces sondages. Les médias verront ce qui va arriver. A Saint-Pierre, il y a un électorat communiste bien ancré malgré la défaite d'Elie Hoarau en 2001. L'ancrage est toujours présent, il se manifestera le 23 mars. Les instituts de sondage comme les médias ont toujours accordé un avantage aux partis au pouvoir, il n'est pas étonnant de voir les mêmes annoncés en tête."

Joseph Grondin à Saint-Denis mise sur l'effet caché du FN
Joseph Grondin à Saint-Denis mise sur l'effet caché du FN
Joseph Grondin (FN - Liste Saint-Denis Bleu Marine) : "Le dernier sondage m'attribue 1,2% d'intention de vote mais derrière un électeur du FN se cache un autre électeur du FN (rires). On m'attribue 1%, je veux bien mais il y a deux ans, pour les législatives, j'ai fait 3,09% alors ça m'étonnerait que cette fois-ci je ne fasse pas au moins 5%. Un autre exemple a surpris lors des législatives avec une parfaite inconnue à Saint-Denis, Gladys Rivière pour le FN, qui avait fait 3,23%. Nos résultats seront meilleurs que ce qu'annoncent les instituts car s'afficher FN c'est encore difficile pour nos électeurs, certes de moins en moins. Beaucoup de gens n'osent pas encore s'afficher. Mais cette estimation ne nous décourage pas. Nous avons notre potentiel électoral. Les sondages devraient être interdits au moins trois mois avant l'élection car le suspense devrait durer jusqu'au bout. Certains partis ont les moyens de payer des sondages, il n'est donc pas étonnant de retrouver les mêmes partis annoncés devant. Pour les présidentielles, j'avais prédit un score à deux chiffres pour Marine Le Pen à La Réunion, là où elle était créditée de 5%. La suite m'a donné raison."

Dolorès Pelops (Saint-Paul) incrimine autant les instituts que les médias
Dolorès Pelops (Saint-Paul) incrimine autant les instituts que les médias
Dolorès Pelops-Marouvin (SE - Liste Saint-Paul Sa Meme Nout Futur) : "Si les sondages donnent 62% et 34% pour qui vous savez alors c'est plus la peine que les gens aillent voter et qu'on fasse de la politique. Je ne sais pas comment ils ont constitué le panel des gens interrogés mais le 23 on verra. La critique va aussi à l'encontre des médias. Le débat télévisé sur Réunion 1ère n'était pas impartial. J'ai demandé à être invitée et on m'a prétexté des critères pour être présent en plateau comme les derniers scores aux élections. J'étais suppléante de M. Lacouture aux législatives, candidate aux cantonales... Pour la radio ça va, on est invité mais à la télé il y a un problème. On nous torpille, nous, soi-disant les petits candidats. On est tout simplement des candidats. La semaine prochaine, toujours pour le débat télévisé, ils annoncent que huit candidats seront présents. Pour Saint-Paul, ils n'étaient que trois, pourquoi ?"

Jean-Paul Virapoullé approuve cet outil moderne de photographie de l'opinion
Jean-Paul Virapoullé approuve cet outil moderne de photographie de l'opinion
Jean-Paul Virapoullé (UDI - Liste Saint-André plus humain, Saint-André plus dynamique) : "Un sondage ce n'est pas le vote, il faudra attendre les résultats et même la proclamation officielle des résultats. Un sondage a des effets positifs et négatifs. Nous vivons au XXIe siècle et ils sont un moyen moderne de photographier à un instant T les intentions de vote même si tout se joue dans le secret de l'isoloir. Pourquoi interdire une mesure d'opinion à quelques jours d'une élection ? On ne peut pas interdire cette photographie démocratique. Ils n'ont pas été inventés pour moi. C'est vrai qu'il vaut mieux être à ma place (le dernier sondage IPSOS Le Quotidien-Antenne Réunion place J-P Virapoullé en tête à St-André avec 43,7% d'intention de vote, ndlr) qu'à celle des autres. Ce sondage confirme celui que j'ai commandé à Ipsos il y a quatre semaines, il m'offre même un plus grand écart (1,7%) sur M. Camatchy. Si une hirondelle ne fait pas le printemps, il en est de même pour les sondages. Ils montrent juste que les Saint-Andréens me disent de retourner à la mairie. Leur intention de vote est un signe fort pour un grand rassemblement dès le 1er tour. On voit déjà la ligne d'arrivée car je fais le double de Mme Fruteau, le triple de M. Camatchy (Joé Bédier également, ndlr). S'il y avait eu une variation de 2 ou 3% ça aurait été différent mais là il n'y a pas de doute, il y a un courant favorable à mon retour. Je dois maintenant continuer à expliquer mon projet du dynamisme économique à la population."

Très remonté, Laurent Boyer du Tampon s'étonne de la représentativité des estimations. Les médias sont aussi coupables d'inéquité selon lui
Très remonté, Laurent Boyer du Tampon s'étonne de la représentativité des estimations. Les médias sont aussi coupables d'inéquité selon lui
Laurent Boyer (LPA - Liste Ensemble bâtissons Le  Tampon autrement) : "J'ai une très mauvaise impression des sondages. Je ne connais pas comment ils sont réalisés. Avec 58.000 électeurs au Tampon, un échantillon d'au minimum 5.000 personnes aurait été plus représentatif. Les faire paraître à dix jours de l'élection a pour effet d'orienter les votes. Je pense aussi aux chaînes de télévision : on n'a pas accès aux télés. On passe à côté des débats. Ne pas avoir de temps de parole c'est extrêmement pénalisant. Ce n'est pas une réelle démocratie, ça me dégoûte un peu. On prône le changement et on ne peut pas s'exprimer. Les dés sont pipés. On n'a pas été invité au grand débat sur Réunion 1ère. Il n'y avait que quatre candidats : André Thien Ah Koon, Nathalie Bassire, Paulet Payet et Jean-Jacques Vlody. On a transmis un courrier au directeur de Réunion 1ère, au rédacteur en chef, au préfet, mais ils s'en foutent comme de l'An 40. C'était pareil lors du débat radio. Le Jir et Le Quotidien jouent le jeu, les médias web dont Zinfos ne répondent pas présents lors des conférences de presse. On a vraiment besoin des médias, le Tampon c'est la 4e plus grosse commune de l'île."

A quoi bon les sondages ? "Je suis content de mon maire sortant à La Possession", nous dit cet électeur
A quoi bon les sondages ? "Je suis content de mon maire sortant à La Possession", nous dit cet électeur
Du côté de la population, les électeurs avancent que les estimations n'auront aucune influence sur leur vote, pour ceux qui vont voter... :

Bernard : "Lorsque je vais voter, je me base très peu sur les stats'. Peu importe les sondages parce qu'un sondage c'est fait uniquement sur une petite partie de la population et ce n'est pas représentatif à mon sens. Je pense qu'il faut arrêter les sondages à un certain moment dans la campagne parce que ça peut faire basculer l'élection alors que ça n'a pas lieu d'être. De toute façon, pour ce qui concerne mon vote, j'avais d'aller voter, que mon candidat soit annoncé premier ou dernier..."

Thierry : "Je suis content du boulot qu'a fait mon candidat favori depuis des années donc pour moi c'est fait. J'habite La Possession donc j'ai même pas besoin de vous dire pour qui je vais voter (rires)."

Albert et Marie-Lise : "A vrai dire, je préfère attendre le 2e tour, j'habite Saint-Paul. Mon choix est déjà fait. Je pense que les sondages ne devraient même pas influencer les gens car un vote ça devrait être un choix personnel."

Sabrina : "Mon point de vue est assez neutre. Pour certains, ça peut les aider pour faire leur choix mais pour moi ça ne changera rien. Ca n'influence pas du tout mon vote. Je ne regarde pas du tout ce qui se fait ou se dit sur les scores annoncés par les instituts politiques. Tout le monde a finalement son libre choix dans l'isoloir."

Mariette : "Ca ne m'intéresse absolument pas. S'il n'y avait pas à gagner, ils ne se battraient pas comme ils le font. Je ne me suis jamais inscrite sur les listes électorales. C'est un choix. Je paye mes impôts en temps et en heure comme il le faut, je suis déjà une excellente citoyenne !"
Vendredi 14 Mars 2014 - 14:18
ludovic.grondin@zinfos974.com
Lu 1948 fois




1.Posté par Zoé le 14/03/2014 14:56
Je suis de cet avis de bannir les sondages d'intentions de votes ....
Cela pour une raison simple, ils sont utilisés non comme un outil indicatif pour les partis politique mais comme un outil communication de masse (si bien sure le sondage est favorable au dit partis).
Je veut dire par là que dès lors qu'un sondage est favorable a un partis, le sondage d'intention de vote agit surement comme un levier de communication (genre : "regardez nous sommes les plus forts, beaucoup de gens croient en nous...") qui influence donc le choix des électeurs (si ceux-ci sont peu regardant sur les idées politiques.
L’efficacité de cette communication dépendra alors de la capacité du partis à mobiliser les médias sur ce sondage, et donc de faire parler de lui. Hors on sait très bien que les plus grands partis ont davantage d'influence médiatique que les petits. A mon avis le sondage d'intention de vote est donc une force de communication en leur faveur...
Encore pire, certains sondages peuvent être manipulés (influencés) pour en tirer une image favorable. (c'est de la tromperie, passible normalement de poursuites judiciaires si la supercherie est mise en évidence).
Il faut donc réglementer l'utilisation anarchique de la communication sur les intentions de vote.

2.Posté par chikun le 14/03/2014 14:59
Les sondages sont très utiles.........pour les journaleux qui peuvent écrire, dire et supputer (rires).
Rien de tels que les sondages pour alimenter les unes de ces torche-balles qui périclitent d'année en ânée.
Les sondages sont aussi utiles que les voitures sonos, ceux qui en vivent sont convaincus de leur utilité.

3.Posté par JS974 le 14/03/2014 15:50
Ces sondages peuvent donner l'illusion que les jeux sont faits, à cet effet, faut-il encore aller voter et pour qui ? On se laisse influencer ou on vote en son âme et conscience, la question mérite d'être posée, dans le passé, il n'y avait pas ces sondages d'opinions ou du moins, ils n'étaient pas aussi présents dans la presse, cette même presse qui joue un drôle de jeu (impartial ou partial ?)

4.Posté par DAN RUN le 14/03/2014 16:01
En 2001 , les instituts de sondage donnés un ancien candidat PS gagnant au 1er tour des municipales à Saint Denis ce qui ne l'a pas empêché d'être balayé et bien lavé par le vote des dionysiens .

En 2002 , un certain lionel JOSPIN , socialiste devant l'éternel , chouchou des instituts de sondage a été lavé par les électeurs au 1er tour de la présidentielle et essoré par le FN

Des surprises sont attendues au soir du 23 Mars à St Denis , à St Paul , à St Joseph , à St Leu , à St Benoît , au Tampon ...

5.Posté par Akano Hebi le 14/03/2014 16:38
@4 et pour mémoire tu pourrais nous rappeler les chiffres exacts, ainsi que les instituts de sondage commandités ? Histoire de faire une petite comparaison...

6.Posté par sondage = manipulation = piège à c... le 14/03/2014 17:04
Les sondages ne sont pas autre chose qu'une tentative de manipulation.
Ils devraient être proscrits.

7.Posté par olivier Montfort le 14/03/2014 17:13
Tant au niveau national que local il faut interdire les sondages au minimum quinze jours avant le premier tour. Plusieurs raisons à cela. D'abord il est évident que ces sondages induisent en erreur une bonne partie de l'électorat, et encourage à l'abstention car celui qui a des intentions de vote pour un candidat mal placé dans les "sondages"il préférera s'abstenir de voter se disant que les jeux sont faits et, dégouté, il ne votera pas. D'autres moins concernés et décervelés voteront pour celui étant le mieux placé dans les "sondages" afin de ne pas avoir à réfléchir. De plus il me semble évident que les sondages dirigent, orientent les électeurs les moins décidés ou sans avis. A mon sens il faudrait interdire ses sondages mais il faudrait surtout et en priorité rendre le devoir de vote obligatoire. Ainsi il ne sera plus possible de dire " je ne vote pas car les jeux sont faits " Il faudrait aussi que nous nous sentions assez concernés pour censurer les repris de justesse lorsqu'ils ont été condamnés dans l’exercice de leur fonction. Car franchement voter pour une telle engeance c'est ne pas se respecter en tant que citoyen républicain.

8.Posté par noe le 14/03/2014 20:20
Avoir peur des sondages pour les candidats , c'est idiot !
ça permet d'avoir un instantané pour tout le monde ...
ça ne changera pas les bonnes convictions !
J'y suis , j'y reste !

9.Posté par Oscar DUDULE le 14/03/2014 20:42
Je 'pense que les sondages sont nuisible à la démocratie. Ils peuvent influencer ou perturber l'électeur qui ne vote pas en fonction de ses vrais opinions.

Il faudrait les interdire.
De plus récemment sur Saint Denis , 2 instituts de sondage ont donné des résultats très différents.
Le 23 mars l'un des deux( au moins) devrait se reconvertir dans le comique. Cela fera un nuisible de moins.

10.Posté par Candide le 14/03/2014 21:28
Il faudrait que les médias qui n'ont pas commandé de sondages (parce que les autres ne le feront pas) fassent le travail de comparer les résultats des votes avec ceux des sondages. Et que l'on pointe du doigt tous les instituts "bidons".
Car pour eux, c'est trop facile : si les chiffres sont proches des résultats, ils se vantent et si les chiffres sont trop éloignés, ils invoquent une soi-disant photographie de l'électorat à un instant donné (et qui aurait évolué ensuite). Autrement dit, quoi qu'ils publient, ils n'auront jamais tord !

11.Posté par sarda le 15/03/2014 09:13
Le sondage est certainement néfaste pour l'expression de la démocratie (surtout pour les indécis), toutefois la précision est assez surprenante lorsque le sondage est réalisé par des instituts sérieux. http://www.clicanoo.re/409933-il-y-a-sondage-et-sondage.html

12.Posté par tito974 le 15/03/2014 09:40
a st paul je croit qu il y a un vrai decalage avec ce qu' on voit et ce sondage.et je me demande si les media ne sont pas de meche .c est trop flagrant.je considere qu un sondage devrait etre fait avec la presence des partis concerné.sinon tout le monde peut faire un sondage comme il l' entend.aaa bisness quand tu les tiens...

13.Posté par Gruigrui ! le 15/03/2014 12:27
on peut pas bannir les voitures sono plutôt ???

14.Posté par Sadalleau le 16/03/2014 00:48
Je suis contre les sondages, qui peuvent influencer les électeurs !!!
Pour Saint-Denis, à mon humble avis, cela ne reflète pas le ressentie du terrain !!!

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales