Culture

Fabrice Legros, reflet d'un maloya métissé

Né à Saint-Pierre, Fabrice Legros est enfant de mélomane. Artiste dans l’âme, le jeune Tamponnais a toujours partagé la passion de la musique avec son père, ses sœurs et ses frères. C’est d’abord le saxophone, qu’il apprendra seul, qui lui donnera envie de faire carrière dans le monde musical réunionnais.


"Je défends le maloya, mais j’ai mon propre style". Fabrice Legros revendique ses racines musicales, mais il tient à garder sa personnalité. Sa musique, c’est du maloya métissé au rythme parfois ternaire, sublimé par une mélodie jazzy.
Il vivra ses premières tournée avec Baster qu’il suivra jusqu’en Europe. "Je me suis retrouvé trop vite projeté sur la scène. Il me fallait bâtir des bases solides pour continuer à évoluer. Je suis allé approfondir mes connaissances au Centre d’Information Musicale à Paris pour me donner de l’assurance".
Pour son premier album intitulé "Nénin" sorti en novembre dernier, Fabrice Legros  a collaboré avec Meddy Gerville, un mélomane qui n’hésite pas lui non plus à mélanger le jazz et le maloya.
Notre artiste s’est largement laissé inspirer par la musique du monde des grands tels que Chet Baker et Sting entre autres.
Dans les années 90, il a eu l’opportunité de se produire en première partie de Johnny Clegg au festival Arrezzowave en Italie. Plus récemment, il a ouvert les concerts d’Olivia Ruiz aux Florilèges en octobre 2007 et de Tété au Kabardock en février 2008. Il a également eu l’occasion d’être sur la même scène que Danyel Waro.
Un aperçu de son album est disponible ci-dessous.

Lundi 19 Janvier 2009 - 07:30
Karine Maillot
Lu 1050 fois



Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales