Social

FDSEA: Le lait jeté donne de la Réunion "l'image d'une société d'opulence"


FDSEA: Le lait jeté donne de la Réunion "l'image d'une société d'opulence"
L'image du lait déversé sur la chaussée a marqué les consciences. La Fédération départementale des syndicats d'exploitants agricoles a relayé ce matin ses nouvelles inquiétudes bien que le conflit soit terminé.

La première indignation soulevée par Frédéric Vienne, le président de la FDSEA, est de regretter le "préjudice financier subi par les éleveurs laitiers". Sans justificatifs de livraison prouvant le transfert dans les cuves de la Cilam, les producteurs perdent le bénéfice des aides européennes. Celles-ci sont inscrites dans la politique agricole commune et se caractérisent par un forfait de quelques centimes garantis sur le litre de lait pour chaque éleveur.

Sur les terres de Christopher Cadet, un exploitant de Mont-Vert-les-Hauts (Saint-Pierre), le président du syndicat chiffre la perte à 7.000 euros sur la dizaine de jours sans collecte du breuvage.

Si le bénéfice des aides européennes passe définitivement à la trappe, la FDSEA espère de la coopérative Sicalait qu'elle jouera son rôle d'assureur.

"Je fais confiance à la Sicalait sur ce sujet", adresse Frédéric Vienne. Comme il le signalait la semaine dernière aux médias, Patrick Hoarau, président de la Sicalait, a donné rendez-vous dans les prochains jours pour arrêter, en concertation avec les membres de la coopérative, la hauteur de la garantie financière qui reviendra aux éleveurs lésés.

300.000 litres gâchés

Fort heureusement, le bras de fer entre direction et salariés de la Cilam n'a pas entamé sa troisième semaine. Mais c'est l'image de la Réunion qui en prend un coup, stigmatise le président de la FDSEA. "On s'est permis de jeter du lait sur la voie publique, donnant de nous, dans ce monde en crise économique et envers des pays de la zone dont certains de ses habitants sont malnutris, l'image d'une société réunionnaise d'opulence".

300.000 litres ont été gâchés de la sorte. "Nous avons pu distribuer 10.000 litres à la population, nous l'avons fait de 7h du matin à 19h (jeudi dernier, ndlr) mais il aurait été impossible de faire mieux", juge-t-il. L'important aujourd'hui est de tout faire pour "que ce genre d'images ne se reproduise plus".
Mercredi 12 Juin 2013 - 14:10
ludovic.grondin@zinfos974.com
Lu 1256 fois




1.Posté par Papapio, ni macro ni géniteur payeur le 12/06/2013 14:18
C'est vrai que ça fait mal au coeur et qu'on aurait préféré qu'il soit livré à "Papa Maman lé la" ou aux "Restau du Coeur", ce serait plus logique et acceptable...

2.Posté par andouille le 12/06/2013 14:40
ce sont vos éleveurs qui ont jeté le lait! prenez vous en a vous même pour ce qui est de la mauvaise image donné

3.Posté par Fab le 12/06/2013 15:19
C'est sûr, tout ce bon lait aurait dû être jeté à la poubelle discrètement à l'abri des regards et des caméras, comme c'est déjà le cas de tout ce que notre société de consommation gaspille ici et là dans tous les domaines. Belle hypocrisie !

4.Posté par David ASMODEE le 12/06/2013 15:19
Il est vrai que nos syndicats français sont milliardaires (grâce à l'argent public).
Ils en ont rien à foutre de la détresse de l'éleveur qui est obligé de jeter le lait.

5.Posté par jean le 12/06/2013 18:06
à qui la faute? des 2 parties , on a voulu montrer une image de non responsables, la pa moin , sé lu

6.Posté par Zbob le 12/06/2013 18:15
"l'image d'une société réunionnaise d'opulence".
Hé oui, par rapport à nos voisins nous sommes une société d'opulence dans laquelle des gens sont sous payés , d'autres , dans les mairies ,payés à ne rien faire, d'autres sont SDF, d'autres ne mangent pas à leur faim.......
On peut tout dire...
Jeter du lait , ça vous choque? moi ça ne me choque pas plus que lorsque les producteurs de métropole ( autre société d'opulence où des gens ont besoin des restos du cœur pour ne pas crever) font la même chose...
Le système commercial est ainsi fait ( patiemment élaboré par les politiques et les technocrates) qu'il n'y a plus d'autre solution!
Jeter de la nourriture est un crime , crime légal quand on voit comment les grandes surfaces ( autre signe de notre opulence) jettent la bouffe arrivée à la date limite ( enfin, lorsqu'elles n'ont pas eu le temps de réétiqueter ) comment elles font pour que les pauvres ( salauds de pauvres disait l'autre) qui ne pourront pas être les clients de ces magasins , ne puissent pas faire les poubelles pour bouffer!

7.Posté par greg974 le 12/06/2013 19:07
et que dire des agriculteurs en métropole qui ouvrent les camions espagnols ou étrangers , qui jettent sur la route les légumes et les fruits. Surtout qu'ici les produits sont chers! PAYS d'oppulence cette France.

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales