Social

Ex-Arast : Appel à la mobilisation samedi devant le Conseil général

Les grévistes de la faim Carmen Allié et Paul Junot appellent la population à se mobiliser ce samedi 24 décembre devant le Conseil général pour soutenir la cause des ex-salariés de l'Arast. Ceux-ci n'ont toujours pas perçu leurs indemnités de licenciement, deux ans après la dissolution de l'organisme social. Deux autres personnes se priveront des mets de Noël par solidarité.


Ex-Arast : Appel à la mobilisation samedi devant le Conseil général
 
Comme nous avions précisé dans l'article précédent, Carmen Allié et le secrétaire général de la CFTC Paul Junot ont entamé une grève de la faim depuis hier et la poursuivent devant le Conseil général à Saint-Denis. Carmen Allié a dormi sur place sous une tante avec les quelques ex-salariées de l'Arast. "Je ne bouge pas de là pour qu'on prenne au sérieux ma démarche" indique-t-elle.

D'autres personnalités vont rejoindre les grévistes de la faim. Jacques Zéphir, membre du partie politique du Front de Gauche entame dès ce soir une grève de la faim pour soutenir la cause des ex-salariés de l'Arast. Et dès demain, ce sera Mimose Label , ex-salariée de la structure sociale dissoute qui emboîtera le pas.

Appel à la mobilisation à 9h samedi prochain devant le Conseil Général

Les grévistes de la faim et les quelques ex-salariés qui dorment devant le Conseil général ont reçu la visite d'un prêtre hier. L'homme d'église leur a promis de célébrer une petite messe le soir du réveillon de Noël, "pour qu'on ne se sente pas trop seuls et que nous soyons en communion pendant ce jour important de l'année" assure Carmen Allié.

Elle appelle d'ailleurs la population à se mobiliser avec eux samedi. "J'appelle la population à venir témoigner sa sympathie samedi à partir de 9h". Un tract qui appel à la mobilisation a été placardé à des endroits stratégiques par la CFTC afin d'interpeller la population: "Notre liberté passe par le versement de nos indemnités de licenciement" précise entre autre le document.

La ligue des Droits de l'Homme demande la médiation

Il y a 12 jours, la Ligue réunionnaise des Droits de l'Homme a demandé devenir le médiateur dans cette affaire où le Conseil général, principal financeur de l'ex Arast a été condamné en première instance au Conseil des Prud'hommes de Saint-Pierre. Mais le Conseil général ne répond pas à la demande alors que l'AGS, en conflit avec ce dernier, a donné une réponse favorable à cette demande de médiation. C'est aussi le groupe politique Objectif Réunion et Apparentés qui apporte son soutien et demande au Conseil général la mise en place "d'une médiation collective incluant chaque sensibilité politique représentée au sein de notre collectivité".

De son côté la Préfecture a pris note de la demande de procédure de mandatement d'office de la condamnation du Conseil général par les Prud'hommes de payer les sommes dues à 120 ex-salariés de l'Arast. Dans un courrier datant du 21 décembre, la Préfecture écrit que la présidente du Conseil général Nassimah Dindar " a demandé à son conseil, le cabinet d'avocats Belot, de se rapprocher des représentants des anciens salariés de l'Arast afin d'arrêter les montants qui leur sont dus et de pouvoir procéder à leur règlement dans les meilleurs délais". Un versement qui représente la somme de 750 000 euros.

Pour l'instant, sur les 1200 salariés qui ont été licenciés, 500 ont perçu leurs indemnités. Environ 700 licenciés sont en attente de jugement, dont les 120 ex-salariés de l'Arast qui ont eu un jugement favorable de l'instance prud’homale de Saint-Pierre et qui devraient voir leurs indemnités versées à condition que le Département respecte sa déclaration précisée ci-dessus auprès de la Préfecture. Hier, ce sont encore 13 salariés qui ont obtenu gain de cause devant le Conseil des Prud'hommes de Saint-Denis, qui a condamné l'AGS.
Jeudi 22 Décembre 2011 - 16:57
Lu 1134 fois




1.Posté par noe?!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!? le 22/12/2011 16:16
Si les 2 millions de réunionnais de l'île viennent à cet endroit , ça va faire bouger les choses !

"Vous ne pouvez pas empêcher les oiseaux du malheur de voler au-dessus de vos têtes, mais vous pouvez les empêcher de faire leurs nids dans vos cheveux." (Sagesse chinoise)

2.Posté par Où sont-ils? le 22/12/2011 16:53
Où sont donc nos camarades communistes? Huguette Bello, les Vergès, les Hoarau et autres Roland Robert, Ary et les autres??? A qui a profité le crime de l'Arast???

3.Posté par Bonne pub... le 22/12/2011 17:09
Carminata n'a pas fait la gréve pour ceux qui ont été spolié de leurs patrimoines pour un bouché d'pain dans l'affaire pole océan...

les gens sont bizzards!

J'pense qu'a noel y'a pas de vente mais pour le jour de l'an elle se fait une bonne pub...

carminata ne prenez pas les réunionnais pour des cons !

4.Posté par il été une foi... les assistés le 22/12/2011 17:14
Encore attendre l'argent de l'Etat pour travailler...
Honnetement attendons tous l'aide de l'etat français... car nous sommes pas capable de creer notre petite entreprise ...
non l'arast nous montre a quel point il n'y a pas plus assisté que la Réunion,

Continuons a mendier avec l'état français, un travail, un rsa, une aide, une prime, la caf....

5.Posté par SERGE C le 22/12/2011 18:21
[D'autres personnalités vont rejoindre les grévistes de la faim. Jacques Zéphir.

les ex-salariées de l'Arast devraient avoir le courage de dire NON a certain soutient politique (FN) et encore moins à des personnes qui traine un passé pas très propre, ex ce Jacques Zéphir qui n'a jamais pu retrouver un autre emploi depuis son licenciement plus de 15 ans (poste de cadre, pour faute très grave) dans une SEM de St Denis, avec ce genre de soutien on se pose beaucoup de question a qui a profité le crime.

6.Posté par pseudo jetable le 22/12/2011 19:15
Post 4 et les autres, mes anciennes collègues ne font pas la manche et ne comptent pas sur l’aide de l’état ou de la caf et autres. Encore un ou une qui n’a rien compris, ce n’est pas faute de communiquer sur le sujet. Elles demandent juste le respect de leurs droits et l’application du droit français dans ce département cocotier avec une présidente et des conseillers qui se foutent ROYALEMENT du DROIT. Dans notre France métropolitaine et à la réunion beaucoup d’entreprises ont fermées avec la crise et l’ensemble des salariés ont été pris en charge par les AGS et le pole emploi ou ont repris une activé. Sauf pour les ex arast 2 ANS plus tard, pas d’emploi parce qu’on a travaillé à l’arast et qu’on a levé la tête devant des politiques « intouchables ». Quelques jours après le 20 décembre, le comportement de nos zélus et de certains posteurs en dît long sur leurs mentalités et sur l’émancipation de notre peuple REUNNIONAIS. PEUPLE SOUMIS ET CORVEABLE à merci et jamais REBEL.

7.Posté par Citoyen Créole le 22/12/2011 19:16
Où sont les "camarades" communistes ?Mais ils gèrent et profitent au maximum de leurs rentes grâce à l'argent du gouvernement capitaliste français qu'ils n'ont jamais refusé , grâce aux sommes substantielles perçues en tant que parlementaires ¨, aux avantages multiples comme cumulards de plusieurs mandats (ces avantages sont bien sûr intolérables pour les non -communistes )! Ils se sont tous bien engraissés pendant des années ;ils ne peuvent plus voler au secours des victimes d'injustices : les masques sont aujourd'hui tombés !!!

8.Posté par G'elanna, une reunionnaise le 22/12/2011 19:28
post 4, ce n'est pas des aides qu'elles demandent toutes ces femmes.Elles demandent qu'on leur paye leurs indemnités depuis 2 ans.Cessez de dire que notre ile est une ile d'assistés quand meme.Ici en metropole, il y a beaucoup de foyers metropolitains qui vivent du RSA, et autres que je ne connais pas les aides, il y en a plus que vous le croyez.Il n'y a pas qu'à la Reunion que des hommes et des femmes n'ont pas de travail, avec les fermetures d'usines, les licenciements et autres, et pourtant cela ne me viendrait pas dans la tete, de" leur tirer dessus", en disant ce sont des paresseux, ils ne veulent pas travailler et autres mauvais propos.Des "petits vieux"femmes et hommes, à 220euros/mois, il y en a aussi en metropole.
Elles demandent des sous qu'on leur doit.

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales