Politique

Etats généraux, atelier 5 : La gouvernance se résume en six questions

Après avoir fait l'Est, l'Ouest, et le Sud, la rencontre avec le public s'est faite hier dans le Nord à la CCI. Mis à part quelques associations, l'atelier 5 concernant la gouvernance n'a guère attiré le public. Ce qui n'a pas empêché la présidence de l'atelier de synthétiser les préoccupations des Réunionnais en six questions. Un questionnaire que Zinfos a mis en ligne à la demande des rapporteurs afin que les Zinfonautes apportent leur contribution à l'atelier.


Le quatrième et dernier rendez-vous ouvert au public de l'atelier de la gouvernance, évolutions institutionnelles locales et adaptation des administrations centrales, n'a pas vraiment mobilisé la population réunionnaise, à l'instar des rendez-vous précédent... Ceci dit, le président de l'atelier Eric Magamootoo assisté de ses rapporteurs a pris l'initiative de proposer au peu de citoyens présents un questionnaire qui regroupe les propositions qui sont revenues le plus souvent.

Si l'on s'en réfère à ce questionnaire proposé par le président de l'atelier au public présent, il apparaît que "la mise en place d'une Assemblée unique" fait partie des principales préoccupations des Réunionnais. La deuxième problématique qui occuperait l'esprit de la population locale serait le "redécoupage de certaines communes pour davantage de proximité entre les élus et leurs concitoyens. La compétence et les rôles de chaque collectivité, communes, intercommunalités, conseil général et conseil régional" seraient à remettre en question. "Faut-il une nouvelle loi sur le cumul des mandats? - Faut-il renforcer les moyens de contrôle sur les collectivités locales et les finances publiques - Sur le Ministère des Outre-mer, que souhaitez-vous, un vrai ministère ou la suppression du secrétariat d'Etat de l'Outre-mer mais la création de services dédiés aux OM dans chaque ministère ?", sont les autres questions soumises au public.

Etats généraux, atelier 5 : La gouvernance se résume en six questions
Les zinfonautes sollicités

Si la population ne s'est pas vraiment manifestée, certaines associations n'ont pas manqué de le faire, tel que Jacky Baret président de Réagir, qui ne comprend pas l'intérêt d'un tel questionnaire. "Pensez-vous vraiment que la député-maire Huguette Bello, par exemple, ou encore Gilbert Annette va voter pour un seul mandat ?". Il n'hésite pas non plus à remettre en question la raison d'être de ces rendez-vous dans l'Outre-mer : "J'ai l'impression que le gouvernement veut nous dire débrouillez-vous. On nous transfère les pouvoirs sans nous transférer l'argent" s'étonne le Réunionnais, "d'autant plus que les décisions se prennent sans tenir compte des États généraux" assure t-il, prenant l'exemple du budget de l'Outre-mer qui est déjà voté. "J'ai pris connaissance qu'un sénateur de la Réunion a déjà fait ses propres propositions depuis le mois d'avril. Les Réunionnais ne sont d'ailleurs pas invités. Ce n'est pas avec un encart dans le presse qu'on va mobiliser les troupes" dénonce-t-il.

Face à cette faible participation et afin d'avoir une consultation la plus large possible, Zinfos a été sollicité pour mettre en ligne ce questionnaire. Vous pouvez donc y répondre comme pour un sondage en cliquant sur la colonne de droite dans "Etats généraux en direct". Par ailleurs, pour chaque question, un topic a été créé dans le forum afin que vous puissiez développer vos réponses. La synthèse de l'atelier, réalisée par le président et les rapporteurs, tiendra compte des résultats du questionnaire sur Zinfos ainsi ques des propositions sur le forum.

Cliquez ici pour répondre au questionnaire  
Mercredi 1 Juillet 2009 - 10:59
Karine Maillot
Lu 1209 fois




1.Posté par chabouc le 01/07/2009 13:42
Malgré un profond malaise des habitants de notre île (il suffit pour s'en convaincre d'écouter les radios, de lire les journaux du net ou pas et surtout de regarder autour de soit) nous constatons une faible participation aux état généraux, pourquoi ?
Je ne prétends pas avoir la réponse à cela mais je pense que le Réunionnais est dans un état de renoncement.
- Renoncement de part l'attitude de nos élus (malhonnêtes, calculateurs, œuvrant pour leur intérêt personnel, magouilleurs et j'en passe)
- Renoncement parce que nous ne cessons d'alerter nos responsables économiques et politiques sur les problèmes liés à l'emploi, le coût de la vie, les abus économiques, les abus de pouvoir etc etc...

Aussi aujourd'hui on nous demande de dire ce qu'il est nécessaire de changer alors que depuis des dizaines d'années rien n'est réellement fait malgré une situation connue de tous.
De plus on nous demande de clamer devant ces mêmes responsables les injustices dans notre pays alors que se sont ces mêmes personnes qui favorisent cette situation avec en prime des représailles dans son travail et dans sa vie quotidienne.
Oui je persiste que nous ne vivons pas dans un pays libre mais dans un pays où il y a des pressions, où le "piston", le copinage passe avant la valeur des hommes.

Alors les états généraux....c'est pour faire plaisir à des personnes qui pourrons dire : vous voyez que tout va bien, les Réunionnais ne se plaignent pas réellement...
Continuons dans cette voie, je ne suis pas certain que les générations qui arrivent accepterons de vivre comme aujourd'hui.


2.Posté par Gérard Jeanneau le 01/07/2009 15:08
Le président de Réagir, Jacquy Grondin, a bien parlé. De ses propos découle, entre autres, l'idée que notre démocratie est malade : les députés ne peuvent pas voter contre leurs intérêts personnels; ils sont, dans bien des cas, un peu juges et partie.

Un député ou un sénateur, un seul mandat? Loi impossible à faire passer! Ce serait se faire de bien grosses misères!

Une augmentation de leurs privilèges? Tout va très bien, madame la Marquise! A la rigueur, lors de ce vote crucial, les plus scrupuleux resteront chez eux dormir; à l'extrême rigueur, ils siégeront et s'abstiendront!

Voter une loi interdisant à un repris de justice de briguer un mandat? C'est se faire de la peine à soi-même ou c'est en faire à trop de copains et coquins. La loi ne peut pas passer! Et puis en se raisonnant bien, on se dit : "Ma foi! il n'y a pas eu enrichissement personnel"! Triste raisonnement : si par exemple, on a l'idée d'enrichir son parti - qui se consacre même au social - le parti enrichi, reconnaissant, va se sentir dans l'obligation de proposer au délinquant sorti de prison un emploi à briguer : maire, sénateur. Que sais-je encore? Et le tour est joué. C'est, comme on dit, donnant donnant!

Bref! belle réaction du président de Réagir!

Gérard Jeanneau


3.Posté par SOUTON Thierry le 01/07/2009 15:29
Si l’objectif de toute représentation électorale réside par le fait qu’il faut rapprocher le citoyen de ses élus, il faut donc revoir la carte électorale de LA REUNION.

POURQUOI ?

1 - Une logique des niveaux d’institution : Par exemple : La commune de SAINT-LOUIS comptait en 1982 31785 habitants, en 2009 on peut considérer que SAINT-LOUIS avoisine le chiffre de 50000 habitants avec respectivement : SAINT-LOUIS = 26000 habitants et LA RIVIÈRE = 24000 habitants).
La GUADELOUPE avec ses 425 368 habitants compte 34 communes : soit une moyenne de 12510 habitants par commune. La MARTINIQUE avec ses 383941 habitants compte 34 communes, soit 11292 habitants par commune. La Guyane avec ses 157749 habitants compte 22 communes soit 7170 habitants par commune. Enfin, LA REUNION compte 713992 habitants pour 24 communes soit 29749 habitants par commune.

2 - On sait que la carte électorale des circonscriptions sénatoriales et législatives va être revue, celle des communes et des cantons doit être revue globalement.
Je crois de plus en une grande région Océan Indien, incluant : LA REUNION, Mayotte et les Terres Australes. Nous serions donc plus forts économiquement et pourrions agir plus efficacement sur le zone sud de l'Océan Indien. On ne parlerait donc plus d'une Région avec un unique département ?

A - Comment peut encore admettre que notre structure de représentation soit aussi minimiser ?
B - Comment peut encore admettre que l’institution municipale soit politiquement plus forte que l’institution départementale ?
C - Comment peut on admettre que nous soyons encore sur une région mono départementale ?
D - Comment peut admettre que nous soyons l’exception à la règle européenne avec l’originalité d’une région répartie sur plusieurs océans ?

3 - Une logique intercommunale : Le développement du GRAND SUD ne peut qu’être accompagné d‘une refonte de la représentation des structures qui la composent, afin d’affiner sa représentation citoyenne.

4 - Une refonte institutionnelle : En France, en 1998 il y a eu création des communes de :
• PREHY : 130 habitants, Département 89
• GIVRYCOURT : 87 habitants, Département 57
• RENNING : 143 habitants : Département 57
• TORCHEVILLE : 143 habitants : Département 57

En France, en 1999 il y a eu création des communes de :
• RONCHERES : 83 habitants, Département 89

En France, en 2000 il y a eu création des communes de :
• BOURDENAY : 123 habitants, Département 10
• TRANCOULT : 144 habitants, Département 10
• BERCENAY LE HAYER : 135 habitants : Département 10
• CAROLLES : 564 habitants : Département 50

En France, en 2001 il y a eu création des communes de :
• OUSSE : 1273 habitants, Département 64
• SENDETS : 737 habitants, Département 64
• RENNING : 143 ha
• DRAILLANT : 564 détachée de PERRIGUIER, 1380 habitants, HAUTE LOIRE
• ANTAGNAC : 187 habitants détaché de RUFFIAC 149 habitants : LOT ET GARONNE

En 2003, Arrêté du 23 décembre 2003 – NOR INTB0400175 A
Par arrêté du Préfet de La Meuse sont détachées de la Commune de RECICOURT les portions de territoire de BRAHANT en ARGONNE et de BROCOURTY en ARGONNE
Population : RECICOURT = 141 – BROCOURTY = 50 et BRAHANT = 109
En 2005 : d’autres scissions de communes sont en cours de préparation.

4.Posté par mister magoo le 01/07/2009 16:34
Arrêtons de faire des élus" des boucs émissaires". C'est une façon de se défausser et de se déresponsabiliser.
Qu'on le veuille ou non, nos élus vont leur travail: dans les mairies, les services d'Etat-civil marchent, les écoles fonctionnent, le ramassage des ordures se fait, l'eau arrive dans nos robinets, les lycées et collèges se construisent, les logements sociaux se montent. On peut dire que c'est insuffisant. On peut voir le chiffre du chômage. Or, jusqu'à la crise, La Réunion était le département français où le taux de croissance était le plus fort. Essayons d'avoir un regard lucide et critique mais arrêtons de geindre et de nous "sousplaindre"


5.Posté par Bayoune le 01/07/2009 21:29
A QUOI PEUT BIEN SERVIR DES ÉTATS GÉNÉRAUX PÉRIMÉE D’AVANCE, SARKO A DÉJÀ DÉCIDÉ ? d' un Référendum .L’UNION AFRICAINE CONSIDÈRE LA RÉUNION COMME TERRITOIRE SOUS OCCUPATION ÉTRANGÈRE …FRANCAISE !!! ( extrait du Plan stratégique de la Commission de l'Union Africaine page 44)

NOUS VIVONS DANS UNE SOCIETÉ COLONIALE MAQUILLÉE et CAMOUFLÉE

Une colonie est un pays sous la coupe d’une métropole, une Maîtropole par rapport à ses colonies.
Une colonie n’a ni chef d’Etat, ni gouvernement domiciliés, mais des représentants, gouverneurs ou
Préfets soutenus par des élus subalternes élus locaux, convertis et soumis, limités au niveau des Métropole soutenus par des élus subalternes élus locaux, convertis et soumis, limités au niveau des pouvoirs, ces gens sont l'alibi de la démocratie française. Il Règne ici le système de Macrocratie
Une Maîtropole ne développera jamais une colonie dans l’intérêt de celle-ci.

Le département est une division administrative de la France. Or nous sommes dans l’Océan Indien, à coté de l’Afrique, à coté de Madagascar. C’est quoi çà ? Nous sommes en fait des pays, nous avons une histoire qui commence dès le débarquement des premiers colons avec des femmes malgaches.

Notre centre du monde est notre contexte géographique, ne peut en aucun cas être' cette lointaine l'Europe qu'on nous fait miroiter, mais bien l'océan indien avec nos cousins des proches pays.
La capitale de la Réunion, c'est Paris - St Denis ne restant qu'un chef lieu - quelle hypocrisie. Ceci est un mensonge et un détournement machiavélique de notre histoire, de notre géographie et de notre existence même. Nous sommes en marge de la charte de l'ONU et des systèmes mondiaux. .

Ce n'est pas parce qu'un ministre de l'Etat français passe en coup de vent et nous dit que la France et l'Europe ont besoin de nous, et en cœur, des politiciens véreux, repris ou réchappés de justice nous affirment que nous avons besoin de la France, que nous devons prendre çà pour des euros contents.

Est ce une raison parce qu'ils ont besoin de nous, que les réunionnais restent en marge des systèmes mondiaux - et sous la coupe d'une métropole qui, avec ses kolabos locaux ont assassiné l'économie réunionnaise, et fait que tous, ici, nous devons survivre, en riche ou en pauvre en mendiants assistés

Comme des' handicapés, on nous habille d'une chemise départementale bleu blanc rouge, d'une veste régionale et d'un manteau européen bleu avec in bonpé pti zétwale. Ces tenues ne peuvent être celle des réunionnais qui doivent pouvoir vivre dans l'océan indien à coté de leurs frères.

Notre Assujettissement à une lointaine métropole, et cela a été démontré depuis plus d'un demi siècle de départementalisation coloniale, reste un véritable handicap à notre développement pas seulement économique, mais à notre mental, à notre culturel.
Car en fait, qui sommes nous? En tant que français, l'Etat ne nous laissent aucune place pour affirmer notre réunionité La colonisation, quel qu'en soit la forme, ou l'habit, l'appartenance à une métropole, aujourd'hui, au 21éme siècle, la France des droits de l'homme doit admettre que c'est une chose obsolète, cette solution ne peut être celle qui permettra au peuple réunionnais d'évoluer libre dans le concert des nations libres

Les 63 ans de départementalisation coloniale française resteront dans la mémoire des réunionnais comme un cancer, un chancre qui a détruit l'économie réunionnaise, elle tente de tuer le réunionnais en nous, nous inculquant une culture, une façon de vivre qui ne sont pas celle du réunionnais.

Les départementalistes se sont stratifiés en riches kolabos ou supplétifs d’un système colonial leur permettant un insolent enrichissement dans un océan de misère ou plus de la moitié de la population vivent en dessous du seuil de pauvreté, pas celui défini pour la France, soit les 874€, mais avec 400 € voire parfois moins de 250 €.

Quelque soit les propositions qui vont être faites, ce serait une monumentale erreur de croire que les réunionnais auront droit à un véritable changement.
Le colonialisme ne peut s'amender, ne peut se corriger, c'est son essence même d'exploiter les peuples, de les éliminer même. Nous avons à l'esprit ces guerres de libération en Algérie, à Madagascar ou ailleurs, le propre du dominant c'est l'extermination des peuples - Rwanda, l'Irak, la Palestine, l'Afghanistan ou des civils sont massacrés tous les jours par les forces de l'OTAN où sévissent aujourd’hui les soldats français, les réunionnais payent de leur sang cette guerre d'agression, le jeune réunionnais du Tampon tué l'année dernière pensait trouver une porte de sortie à la misère dans laquelle le colonialisme français et ses valets locaux ont confiné toute une population de jeunes réunionnais.
Dans tous les pays du monde, la jeunesse est une richesse, dans notre pays, colonie française, notre jeunesse devient une charge pour des politiques sans lendemain, et sans visage humain.

La route des tamarins, le tram train, une maison de civilisation etc... ces envies de riches dans un pays pauvre, en voie de sous-développement ne pourront jamais maquillé le bilan désastreux de la politique menée dans notre pays, dans mon pays depuis plus d’un demi-siècle.
La Réunion ne peut pas être seulement une vitrine de l’Europe dans l’océan indien, le peuple doit pouvoir s’affirmer dans son environnement en tant que nation dans le concert des nations libres de l’océan indien, d’autant que l’Union Africaine considère toujours la Réunion sous occupation étrangère, en l’occurrence l’Etat français.


Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales